La parure de l’âge du Bronze comme indicateur socio-économique et traceur des échanges

Journée thématique de l’APRAB

Vendredi 4 mars 2022

Musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye

 

 

La journée thématique « La parure de l’âge du Bronze comme indicateur socio-économique et traceur des échanges », initialement prévue le vendredi 5 mars 2021, sera reportée l’année suivante (vendredi 4 mars 2022).

Les incertitudes liées au contexte nous mènent à alléger le programme afin de concentrer nos efforts sur la journée d’actualité. Cela nous laisse en droit d’espérer tenir cette journée thématique en présentiel en 2022, dans un contexte sans doute plus serein.

L’appel à communications est donc toujours effectif, mais la date limite pour proposer une contribution est repoussée au 15 septembre 2021. Vous trouverez ci-dessous cet appel à communication modifié  et sachez que l’adresse mail dédiée (parure2021@protonmail.com) reste fonctionnelle.

 

Appel à communications (télécharger en pdf)

Les parures sont des éléments polyvalents, polysémiques et fortement identitaires qui concentrent potentiellement une quantité remarquable d’informations, et sont par conséquent des indicateurs performants pour nous renseigner sur certains fonctionnements socio-économiques, culturels et symboliques des sociétés de l’âge du Bronze. En effet, ces puissants marqueurs identitaires et sociaux peuvent exhiber simultanément une appartenance à un groupe ethnique, à un genre, à une classe d’âge, une position hiérarchique, un statut social, etc. Partant de ce principe, l’un des objectifs de cette journée thématique sera d’extraire un maximum d’informations sur les fonctionnements sociétaux et la pensée symbolique protohistorique à partir de ces biens valorisés que sont les ornements corporels. Pour ce faire, l’étude précise de leurs formes et de leurs usages, de leurs contextes et modalités d’enfouissement, des gestes perceptibles, des structures et éléments qui leurs sont associés sont indispensables dans cette démarche. Pour les parures issues de contextes funéraires, la considération des données physiologiques et biologiques lorsqu’elles sont disponibles est une démarche prometteuse afin de mieux percevoir l’identité des défunts parés.

La variabilité des manifestations de la parure et des matériaux employés dans le temps et dans l’espace nous renseigne directement sur les réseaux socio-économiques et les interactions culturelles, ainsi que sur leurs évolutions. L’identification de normes et de leurs variables autorise à raisonner en termes d’échanges à différentes échelles, de même que les analyses des matières premières utilisées dans la confection de ces objets. Nous souhaitons laisser une place importante à cette question des interactions et de leur perception à travers les ornements corporels. De plus, comme c’est le cas dans certaines sociétés traditionnelles, des catégories de parures ont pu faire office de supports d’échanges à dimensions pré-monétaires. Plus généralement, ce sont des objets régulièrement employés dans les sociétés passées comme actuelles dans le cadre d’obligations sociales : dots, « prix de la fiancée » ou « prix du sang », échanges matrimoniaux, etc. Si de telles pratiques sont souvent difficiles à identifier pour l’âge du Bronze, la parure peut constituer une voie d’accès privilégiée dans cet objectif.

Les ornements corporels sont des objets dont la vocation esthétique et symbolique est souvent couplée à un fort investissement dans leur réalisation : il n’est donc pas surprenant qu’ils soient des témoins privilégiés des progrès ou évolutions de l’artisanat. Si l’efficacité des approches technologiques n’est plus à démontrer dans l’étude des parures pré et protohistoriques, elles seront principalement sollicitées ici pour déceler des traditions, transferts et progrès techniques, ainsi que pour envisager leur diffusion.

En résumé, cette journée thématique autour de la parure ambitionne de démontrer tout le potentiel de cette catégorie d’objets particulière dans l’étude des sociétés protohistoriques, à la fois à travers des synthèses concernant une région et/ou un matériau, et par des études de cas plus ponctuelles (découvertes récentes ou inédites, approches originales). Des ouvertures vers le Néolithique et l’âge du Fer sont les bienvenues, dans la mesure où elles éclairent l’évolution des formes, modes et pratiques de la parure de l’âge du Bronze.

Les propositions de communication ou de posters sont à envoyer sous la forme de résumés de 3000 signes maximum (espaces comprises) avant le 15 septembre 2021 à l’adresse suivante : parure2021[at]protonmail.com. Les organisatrices se tiennent par ailleurs à votre disposition pour toutes questions.

Comme chaque année, cette journée thématique précèdera la journée annuelle d’information de l’APRAB, qui aura lieu également au MAN le lendemain (samedi 6 mars 2021).

Organisation et contact :

Marilou NORDEZ

Post-doctorante (ANR-DFG Celtic Gold)
UMR 5608 TRACES
Université de Toulouse – Jean Jaurès
marilou.nordez[at]gmail.com

Caroline MOUGNE

Ingénieure de recherche contractuelle,
UMR 7209 « Archéozoologie-Archéobotanique. Sociétés, Pratiques et Environnements »
Muséum national d’Histoire naturelle, Paris
caroline.mougne[at]gmail.com

Télécharger l’appel à communication