La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Vient de paraître : 

La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Sous la direction de Emmanuelle du BOUËTIEZ de KERORGUEN, Sylvie PLUTON KLIESCH et Daniel SIMONIN

Revue archéologique d’Île-de-France (4e suppl.)

285 pages
ISSN : 2101-3608
ISBN : 978-2-9552594-1-2
Prix : 25 €

 

Sommaire

La nécropole de Château-Landon « le Camp » a été découverte en 1996-1997 dans le cadre des fouilles préalables à la construction de l’autoroute A77. Elle est située dans le sud-est du Bassin parisien, sur la bordure orientale du plateau du Gâtinais beauceron, où elle occupe une position topographique remarquable sur un éperon dominant la confluence du Loing et du Fusain. Le mobilier livré par les 53 sépultures à incinérations la place à l’étape moyenne du Bronze final et plus particulièrement dans la première partie de son développement, durant les dernières décennies du XIIe siècle avant notre ère et la première moitié du siècle suivant. La typologie des sépultures laisse entrevoir une hiérarchisation basée conjointement sur le degré d’élaboration et sur la richesse matérielle des sépultures. Une évolution, sur un temps relativement court, du mode d’aménagement des sépultures est également perceptible. Sur de nombreux points, il est possible d’établir un rapprochement entre cette nécropole et d’autres qui lui sont immédiatement antérieures. Les données désormais acquises dans le sud-est du Bassin parisien concernant l’évolution des pratiques funéraires, le renouvellement stylistique de la céramique et les modalités de l’occupation du sol au cours du Bronze final montrent que le passage de l’étape ancienne à l’étape moyenne de cette période s’y est effectué sans rupture. Ce constat ne tend guère à valider l’hypothèse d’une diffusion du style céramique « Rhin-Suisse-France orientale » du nord-est vers le sud-ouest à partir d’un pôle d’innovation centré sur la région du Rhin moyen. Il invite à reconsidérer la question sous un autre angle, en mettant notamment en exergue les dynamiques évolutives locales.

 

L’habitat de l’âge du Bronze à La Tène ancienne dans les Hauts-de-France et ses marges

Journée d’étude organisée dans le cadre du PCR HABATA

 

Mardi 14 novembre 2017 – 9h-17h30

Maison de la Recherche, salle des colloques

Université de Lille – Sciences humaines et Sociales. Domaine Universitaire du Pont-de-Bois. 59653 Villeneuve d’Ascq

 

La géographie culturelle des Hauts-de-France, une réalité changeante entre l’âge du Bronze et La Tène ancienne ?

L’aire géographique des Hauts-de-France est un carrefour d’influences, atlantiques, continentales et septentrionales. Si les traditions culturelles sont identifiables – et essentiellement identifiées – à travers le mobilier céramique, l’étude de l’architec­ture des bâtiments et de l’organisation des sites fournit à cet égard des données qui peuvent entrer en résonnance avec celles proposées par la culture matérielle. De plus, ces observations peuvent docu­menter d’autres composantes et d’autres dynamiques.

Cette journée d’étude est l’occasion de sol­liciter nos collègues frontaliers afin qu’ils nous présentent l’état de leurs recherches concernant l’habitat. Sont concernés les pays voisins dont les liens avec les Hauts-de-France à certaines périodes ont déjà été reconnus : l’Angleterre, essentiellement le sud, et la Belgique ; mais également les Pays-Bas. Ce sera aussi l’occasion pour nos collègues de Normandie, d’Île-de-France et de Champagne de faire le point sur la ques­tion de l’habitat dans ces régions. Ce tour d’horizon périphérique exhaustif a pour objectif de parvenir à mettre en exergue les points communs et les différences entre les habitats des Hauts-de-France et ceux des régions voisines.

Des approches transversales prenant en compte les mobiliers, l’architecture des bâtiments et la typologie des fosses, ainsi que des réflexions plus spécifiques contri­bueront à mieux cerner ce qui définit les espaces culturels. La période induite par le projet permet par ailleurs de percevoir des évolutions, de mieux saisir la réalité changeante de la géographie culturelle des Hauts-de-France.

Organisateurs : Emmanuelle Leroy-Langelin, département du Pas-de-Calais et Yann Lorin, Inrap Hauts-de-France

Infos : halma.recherche.univ-lille3.fr

Contact : habata.pcr[at]gmail.com

Programme

 

(Im)mobiles ? Circulation, échanges des objets et des idées, mobilités, stabilités des personnes et des groupes durant la Pré-et Protohistoire en Europe occidentale

Troisièmes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente

Lyon, 29-30 novembre – 1° décembre 2018

Colloque conjoint des associations RMPR – InterNéo – APPRAB

Appel à communications

La nature des relations entretenues entre les groupes culturels, à faible ou longue distance, la reconnaissance d’influences, de contacts, d’échanges à travers la circulation des objets,  des personnes et des idées sont devenues des thèmes fréquemment développés par les pré- et protohistoriens. Cette approche qui vise à dépasser les limites et les frontières définies pour chaque entité culturelle, constituera l’axe principal de ces troisièmes Rencontres. Les groupes et sous-groupes du Néolithique et de l’âge du Bronze constituent des entités plus ou moins faciles à cerner dans le temps et l’espace. Au contraire, les déplacements de biens, d’idées, les échanges au sens large sont autant de caractéristiques que les recherches ont mis en lumière depuis plusieurs décennies. Ce constat n’exclut pas pour autant la reconnaissance d’éléments de pérennité dans certains comportements, parfois sur le long terme, parfois au-delà des limites chrono-culturelles.

Un des enjeux de la recherche actuelle est donc d’expliciter les liens entre les éléments de stabilité sur le temps long et les changements / mobilités de tous ordres qui sont perceptibles dans l’espace et dans le temps, quelle que soit l’échelle de raisonnement : le village, le finage, les réseaux régionaux et plus loin encore.

Les troisièmes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente seront l’occasion de faire un point sur ces questions et d’approfondir leur compréhension sur l’ensemble du territoire national mais aussi dans les pays limitrophes ;  et ce depuis les premières manifestations de l’économie néolithique, vers 5800 avant J.-C., jusqu’à la transition vers l’âge du Fer, autour de 800 avant J.-C.

Trois thèmes sont proposés :

1)  Quel fonctionnement pour les réseaux techniques, économiques et symboliques ?

De manière empirique (établissement des faits), théorique (modélisations) et/ou transdisciplinaires (ethnoarchéologie, etc.), il s’agira de rechercher les interactions entre les groupes culturels, les limites, les seuils, à courtes ou longues distances, dans tous les domaines de la vie quotidienne : acquisition de matériaux, production de biens transformés, production vivrière, architecture, modes d’habitat, systèmes symboliques…

Il sera notamment intéressant de mesurer le rythme et la forme que prennent ces contacts : en d’autres termes, quelle est la nature des relations entre les communautés lors des moments de forte intensification et de décroissance dans les échanges tout au long du Néolithique et de l’âge du Bronze.

2) Mobilité et échange entre les communautés.

Les progrès réalisés dans le domaine de la génétique des populations et des dosages isotopiques ouvrent de nouvelles perspectives dans la reconnaissance des mobilités des humains et des animaux. Ils obligent ainsi à reconsidérer les données issues de la culture matérielle sous un angle nouveau. Bien que les analyses soient encore rares, un regard croisé entre ces différentes disciplines permettrait de dépasser les limites atteintes lors des études sur les mobiliers.

3) Les pratiques funéraires sont des éléments clés dans la définition des cultures au même titre que les productions céramiques, lithiques ou architecturales. Mais si le poids des traditions, voire l’inertie, sont souvent mis en avant dans les pratiques funéraires, quelle place peut prendre l’invention locale, l’adoption ou le refus de telle ou telle pratique ?

Deux questions sont actuellement, parmi d’autres, particulièrement d‘actualité : l’architecture mégalithique, dont les évolutions chrono-géographiques à large échelle posent encore de nombreuses questions : adoption ou refus, influences, réinventions locales, traditions ? Et la question des crémations, qui émergent dans la recherche actuelle, en particulier pour le Néolithique moyen et les débuts de l’âge du Bronze.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 décembre 2017 à :

contact[at]rmpr.fr

 

Entre terres et eaux : les sites littoraux de l’âge du Bronze, spécificités et relations avec l’arrière-pays

Colloque international

Séance thématique décentralisée de la Société préhistorique française organisée en partenariat avec l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze

Moulin des Evêques, Agde (Hérault) – 20-21 octobre 2017

Organisateurs : Thibault Lachenal (CNRS, UMR 5140 ASM) et Yves Billaud (DRASSM), avec le concours de l’association Ibis (Agde).

Télécharger le programme prévisionnel

 

Jeudi 19 octobre

17h00-18h00 : Accueil des participants au Moulin des Evêques

 

Vendredi 20 octobre

8h30 : Accueil.

09h00 : Thibault Lachenal, Yves Billaud – Introduction

09h15 : Thibault Lachenal, Jean Gascó, Benoît Devillers, Christian Tourette, Vladimir Baudot, Laurent Bouby, Lucie Chabal, Fabrice Laurent, Léonor Liottier, Vincent Girard, Sandra Greck, Frédéric Guibal, Florian Yung – Un habitat de la fin de l’âge du Bronze entre lagune et fleuve : le site immergé de la Motte (Agde, Hérault).

09h45 : Frédéric Leroy – Des occupations côtières de la fin de l’âge du Bronze sur le littoral languedocien.

10h15 : Pause

10h30 : Jean Chausserie-Laprée, Hélène Barge, Victor Canut, Bernard Dedet, Thibault Lachenal, Frédéric Leroy, Hélène Marino, Noelle Provenzano, Myriam Sternerberg, Claude Vella, Joël Vital – Les sites « lagunaires » de L’Abion et des Salins de Ferrières à Martigues. Bilan de quarante années de recherches

11h00 :Patrizia Petitti, Antonia Sciancalepore, Egidio Severi – Gran Carro underwater settlement (Lake Bolsena, Italy).

11h30 : Solène Chevalier – Occupation de la façade littorale tyrrhénienne de la péninsule italienne de l’âge du Bronze moyen au début du premier âge du Fer. Étude diachronique.

12h : Déjeuner

13h30 : Federica Gonzato, Claudia Mangani, Luciano Salzani – Plain, mountain and lake. The Frassino pile-dwelling site in the middle of a network.

14h00 : Mauro Cremaschi – Along the bank of the Po river: riverbed, canal and ditches in the Terramara Santa Rosa di Poviglio (northern Italy): climatic change and water management during the Terramare civilization.

14h30 : Enriqueta Pons – A propos des sites de la plaine côtière de l’Empordà (NE de la Catalogne) au cours de la fin de l’âge du bronze.

15h00 : Yves Billaud – Les palafittes de l’âge du Bronze des lacs savoyards : du bâtiment au territoire, quels éléments d’interprétation ?

15h30 : Pause

16h00 : Christophe Landry, André Marguet – Le village lacustre de Rives 2 et l’occupation des terrasses de Thonon a l’âge du Bronze.

16h30 : Pierre Broutin, Sylvie Cousseran-Nere, Eric Nere – Le Léman à l’âge du Bronze. L’exemple du secteur du petit lac : les enjeux d’une dynamique de territoire à l’âge du Bronze ?

17h00 : Pierre Corboud – Le peuplement du bassin lémanique au Bronze final : la contribution des sites littoraux.

17h30 : Fabien Langenegger, Sonia Wütrich, Judit Becze-Deak – Les baies lacustres de Bevaix et de Cortaillod, organisation de l’habitat et occupation de l’arrière-pays (Plateau de Bevaix, Neuchâtel, Suisse).

18h30 : Buffet offert au Musée de l’Ephèbe (Cap d’Agde), visite des collections et de l’exposition temporaire sur le site de La Motte.

 

Samedi 21 octobre

09h00 : Florence Verdin, Guillaume Saint-Sever, Christelle Belingard, Laurent Bouby, Isabelle Carrère, Frédérique Eynaud – La Lède du Gurp ou l’attrait des marais littoraux aquitains.

09h30 : Caroline Mougne – Des îles au continent : la place des invertébrés marins à l’âge du Bronze sur la façade atlantique française.

10h00 : Pause

10h30 : Yvan Pailler, Clément Nicolas – Beg ar Loued (île Molène, Finistère), un habitat insulaire de l’âge du Bronze ancien. Entre autarcie et ouverture sur le monde.

11h00 : Franck Ducreux, Jean Michel Treffort – Sites de gué et de rive de la vallée de la Saône dans la région de Chalon-sur-Saône (Saône-et Loire).

11h30 : Anne Lehoërff, Claude Mordant – Conclusions et discussions finales

13h00 : Excursion dans la réserve Naturelle du Bagnas (sur inscription).

 

Posters

Assumpcio Toledo I Mur – L’occupation de la plaine roussillonnaise au Bronze ancien.

Amparo Barrachina – Considérations sur un territoire entre un marais au bord de la mer et des montagnes : le Pic dels Corbs de Sagunt.

Kewin Peche-Quilichini, Aurélien Tafani – Un réseau de fortifications du Bronze moyen autour du golfe de Lava (Corse occidentale).

Ghislain Bagan – Variabilité des configurations territoriales à la fin de l’âge du Bronze dans la vallée de l’Hérault.

Carole Lespes – L’assemblage faunique du site de La Motte (Agde, Hérault) : pratiques alimentaires d’une occupation fluvio-lagunaire.

Vincent Georges – Mélanges et unités graphiques sur les rives des lacs alpins occidentaux à l’âge du Bronze final.

Benoît Devillers, Thibault Lachenal, Jean Gascó, Jean-Philippe Degeai, Constantin Lecerf, Aurelle Thierry Guénaëlle Bony – Evolution des littoraux de l’Hérault et de Thau depuis le Néolithique. 

 

Inscription obligatoire avant le 15 septembre :
http://etee2017.sciencesconf.org

Bric-à-brac pour les dieux ? Les dépôts d’objets métalliques à l’âge du Bronze

Exposition d’archéologie du 20 mai 2017 au 22 octobre 2017
Musée des beaux arts de Lons-le-Saunier

L’âge du Bronze (2 300 – 800 av. J.-C.) correspond au développement de la métallurgie de l’alliage cuivre–étain, qui va modifier totalement les possibilités de fabrication d’outils, de parures et d’autres catégories d’objets. Elle nécessite des échanges à longues distances pour permettre l’accès aux deux minerais. Dès lors, cette production métallique va prendre une importance considérable dans le quotidien, perceptible jusque dans l’organisation de la société.

En dépit de la valeur de ces nouveaux objets, on constate un phénomène de retrait de productions en bronze du circuit pour être déposées en terre, sous forme d’amas d’objets plus ou moins nombreux, cassés et d’apparence inorganisés. Longtemps, ces « dépôts » ont été interprétés comme de simples stocks de métal mis à l’abri par quelque bronzier en attendant la refonte.

L’étude précise de composition de ces ensembles permet aujourd’hui de distinguer des dépôts différents. Certaines découvertes recèlent les éléments de la panoplie d’un personnage masculin ou féminin, associés à une série d’objets identiques. D’autres ne contiennent que des objets de prestige, de provenance parfois très lointaine, tel le dépôt de vaisselle de tôle de bronze d’Evans, mis au jour en 1998. L’observation des objets cassés montre qu’ils ont été volontairement sacrifiés.

Les lieux de déposition sont également choisis avec soin : points marquants du paysage, marais ou gué sur des axes fluviaux importants, etc.

L’exposition se propose d’explorer toutes ces pistes et de tenter de comprendre les gestes qui ont régi ces pratiques de sacrifice d’objets et leur mise à l’écart du circuit. Elle sera illustrée par de nombreux dépôts provenant principalement de Bourgogne, Franche-Comté et Alsace.

L’exposition est une co-production du Musée d’Archéologie de Lons-le-Saunier, du Musée Denon de Chalon-sur-Saône, du Musée Unterlinden de Colmar et du Musée d’Archéologie Nationale.

Plus d’infos

Musée des Beaux-Arts
Place Philibert de Chalon
39000 Lons-le-Saunier
03 84 47 64 30
musees@lons-le-saunier.fr
www.ville-lons-le-saunier.fr

« Autour de la table » : les posters

Les posters présentés lors de la journée thématique APRAB Autour de la table. L’alimentation à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer du 3 mars 2017 sont consultables en ligne :

La Monédière (Bessan, Hérault, France) : étude carpologique d’un comptoir du premier âge du Fer
Rachël Pinaud-Querrac’h (Inrap, UMR ASM 5140), Nuria Rovira (MCF-UPV 3), Eric Gailledrat (CNRS, UMR ASM 5140) et Alexandre Beylier (UMR ASM 5140)

Déjeuner au bord du Léman – Que mange-t-on au Bronze final III à Chens sur Léman ?
Sylvie Cousseran-Néré (Inrap, UMR 8215-Trajectoires), Eric Néré (Inrap, UMR 5138-ArAr). coll : D. Lalaï, C. Mougin

Cuisiner et manger au Bronze final IIIa – L’exemple des Jardins de Ribray à Epannes (Deux-Sèvres)
Anna Baudry (Inrap, UMR 6566 CReAAH), Anne Bouchette †, Christophe Maitay (Inrap), Stéphane Vacher (Inrap) et Blandine Larmignat (Inrap)

Analyses d’un dépôt de céramiques du Bronze final à Vienne-en-Val (Loiret) – Quelles substances biologiques pour quelle(s) fonction(s) ?
Sophie Lardé (Inrap, UMR 8215-Trajectoires), Nicolas Garnier (UMR 8546-AorOc), Eric Frénée (Inrap, UMR 8546- AorOc) et Florent Mercey (Inrap)

Les gravures piquetées du mont Bego (Alpes-Maritimes). Organisation spatiale et sériation (VIe-IIe millénaire av. J.-C.)

Vient de paraître : 

Les gravures piquetées du mont Bego (Alpes-Maritimes). Organisation spatiale et sériation (VIe-IIe millénaire av. J.-C.)

Thomas HUET

Paris, Société préhistorique française, 2017
166 pages
ISBN : 2-913745-71-7
Prix : 30 € + 7 € (port)

Commander

Le site du mont Bego (Alpes-Maritimes), dit aussi « Vallée des Merveilles », rassemble l’une des principales concentrations d’art rupestre d’Europe occidentale. Le site compte quelque 36 000 gravures – dont 20 000 figuratives : corniformes, formes géométriques, armes et anthropomorphes – réalisées par piquetage sur environ 4 200 blocs et affleurements étagés entre 2000 m et 2700 m d’altitude. La datation et la signification de ces représentations restent encore largement débattues.

Les équipes dirigées par H. de Lumley, au terme d’un travail mené sur plus de quarante ans, ont relevé ces gravures et constitué un corpus qui tend aujourd’hui à l’exhaustivité. Accompagnant ces relevés, le positionnement des roches et les descriptions ont été enregistrés dans une base de données. L’étude de cette documentation dans un système d’information géographique (SIG) et au travers d’analyses statistiques, permet d’identifier des groupements significatifs de gravures. Des effets de sériation et de toposériation sont mis en évidence. Ces effets sont ensuite confrontés aux indices chronologiques apportés par les superpositions de gravures. Ces observations sont suffisamment convergentes pour proposer une périodisation des gravures piquetées. Les figures à franges, des anthropomorphes schématiques, semblent les plus anciennes (période 0), les hallebardes, les personnages et les corniformes naturalistes en forment la strate la plus récente (période 4). Les autres thèmes gravés se distribuent entre ces terminus.

À l’échelle des Alpes occidentales et méridionales, le site du mont Bego est l’un des premiers, au-dessus de 1700 m d’altitude, a être occupé saisonnièrement comme en attestent les découvertes in situ d’éléments appartenant au Cardial et au Chasséen (Néolithique ancien et moyen). Des études paléoenvironnementales révèlent également une précocité des indices d’activités pastorales qui semblent certaines dès le Campaniforme récent (Néolithique final) et le début de l’âge du Bronze. Malgré le manque de connexions directes entre le mobilier archéologique et l’art rupestre, la typologie des représentations d’armes, les périodes d’occupation du site et des comparaisons prises dans des contextes voisins, permettent de faire l’hypothèse d’une longue période de gravure (VIe-IIe millénaire av. J.-C.).

The Mont Bego site (Alpes-Maritimes), also known as « Vallée des Merveilles », is one of the most important concentrations of rock art in Western Europe. The site numbers some 36,000 engravings made by peck marks, among which 20,000 figurative ones (horned figures, geometrical forms, weapons, anthropomorphs), on 4,200 boulders or outcrops tiered between 2,000 and 2,700 meters high. The dating and meaning of theses rock engravings are still heavily debated.

Teams led by H. de Lumley, at the end of a forty-year research, surveyed these rock engravings constituting an almost exhaustive corpus. Accompanying these surveys, locations and descriptions of the rocks have been recorded in a database. The study of this documentation in a geographic information system (GIS), with statistical analyses, permits to identify significant groupings of rock engravings. Seriations and topo­seriations effects are highlighted. These effects are compared to chronological indexes revealed by rock engravings superimpositions. These observations are sufficiently convergent to propose a periodisation of principal engraved themes. Fringed figures, schematic anthropomorphs, seem to be the most ancient ones (period 0). Halberds, human figures and naturalistic horned figures belong to the most recent period (period 4). The others engraved themes have been realised between these terminuses.

At the scale of Western and Southern Alps, Mont Bego site is one of the first, above 1,700 m high, to be occupied seasonally as shown by the in situ discoveries of elements belonging to Cardial and Chassean (Early and Middle Neolithic). Paleoecological corings also show early signals of pastoral activities which seem certain since Recent Bell Beaker (Late Neolithic) and beginnings of Bronze Age. Despite the lack of direct connections between rock art and archaeologic material, typology of weapons representations, occupation periods of the site and comparisons chosen in other contexts, allow to propose the hypotheses of a long period of realisation of rock engravings (6th – 2th millennium BC).

Normes et variabilités au sein de la culture matérielle des sociétés de l’Âge du Bronze

Vient de paraître :

Normes et variabilités au sein de la culture matérielle des sociétés de l’Âge du Bronze

Actes de la journée thématique de la Société préhistorique française, organisée avec l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze
Dijon, 15 juin 2013
Textes publiés sous la direction de Claude Mordant et Stefan Wirth
Paris, Société préhistorique française, 2017
ISBN 2-913745-70-9 [en ligne], 136 p.

L’intégralité des contributions sont disponibles en accès libre sur le site de la Société Préhistorique Française

Cette journée d’étude consacrée aux questions de maîtrise et de contrôle des productions matérielles des sociétés de l’âge du Bronze se place dans la continuité de celle de Nantes 2011 dédiée aux « Artisanats et productions à l’âge du Bronze » (Boulud et Nicolas, 2015). Ces attentions portées aux productions spécialisées et à leurs auteurs dépassent bien sûr les strictes limites de l’âge du Bronze et elles concernent aussi de fait bon nombre de sociétés pré- et protohistoriques. Cependant, la généralisation de l’usage des technologies liées à la métallurgie du bronze illustre parfaitement cette émergence de spécialistes investis à temps complet dans cette activité nouvelle. L’intérêt s’est porté aussi vers d’autres produits comme la céramique, voire des réalisations architecturales et esthétiques comme les stèles « à cerf » des pasteurs nomades de Mongolie. Les études insistent sur l’observation des stigmates de fabrication, témoins des chaînes opératoires ; ces indicateurs révèlent la variabilité des réalisations, mais aussi leurs constantes. Sont abordées ainsi les questions de l’innovation et des transferts techniques, la notion de copie et d’évolution du type.

This study day devoted to questions of craftsmanship and the control of material productions of Bronze Age societies follows on from the Nantes meeting in 2011 on “Bronze Age crafts and productions” (Boulud et Nicolas 2015). Attention was not only focused on specialized productions and craftspeople during the Bronze Age but also many other pre- and protohistoric communities. Nonetheless, the widespread use of technology linked to bronze metalworking illustrates the emergence of specialist workers who were invested in this new activity on a full-time basis. The meeting also focused on other productions such as pottery or even architectural and aesthetic achievements such as the deer steles of the nomadic pastoral tribes of Mongolia. The papers concentrate on observing manufacturing marks that bear witness to the production processes; these indicators show production variability and standardization. The question of innovation and technology transfer are addressed as well as the concept of copy and how types evolved.

Inscription : journée thématique et journée d’actualités 2017

En raison du plan Vigipirate, l’accès au Musée d’Archéologie nationale est limitée, une inscription est donc obligatoire  pour se rendre à la journée thématique et à celle d’actualités.

Adresse : https://www.inscription-facile.com/form/PCv8iCrYkrx2ze9FlcgF

Entre terres et eaux : les sites littoraux de l’âge du Bronze, spécificités et relations avec l’arrière-pays

Colloque international

Séance thématique décentralisée de la Société préhistorique française organisée en partenariat avec l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze

Moulin des Evêques, Agde (Hérault) – 20-21 octobre 2017

Organisateurs : Thibault Lachenal (CNRS, UMR 5140 ASM) et Yves Billaud (DRASSM), avec le concours de l’association Ibis (Agde).

Appel a communication (français/anglais en pdf)

etee2017_aff75Les littoraux ­– rives de lacs, lagunes, fleuves, mais aussi estuaires et franges côtières – ont constitué des milieux particulièrement attractifs pour les sociétés de l’âge du Bronze d’Europe occidentale. Leur occupation n’est toutefois pas continue et peut correspondre à des types d’installations variées, habitats ou sites spécialisés dans l’exploitation de ces biotopes. Les spécificités des installations en milieux humides ou actuellement immergés, dans leurs techniques de fouilles comme dans la nature des vestiges qu’elles livrent, tendent à faire de leur étude une discipline à part, ne favorisant pas leur confrontation avec les sites « terrestres ». L’objectif de ce colloque est donc de réunir des approches portant sur différents types de sites implantés dans ces zones d’interface entre la terre et l’eau, de réfléchir sur leurs spécificités et sur les relations qu’ils entretiennent avec les autres occupations localisées dans l’ « hinterland » ou arrière-pays. Ces questionnements peuvent se décliner en deux grandes thématiques :

1. Moteur et forme des occupations littorales

L’insalubrité réputée des milieux humides, associés à l’exposition à des maladies infectieuses comme le paludisme, est ancrée dans la pensée commune actuelle, si bien que ces lieux sont parfois considérés comme marginaux. Certaines données ethnologiques et historiques illustrent d’ailleurs des facteurs de contraintes dans la colonisation des milieux humides, tels qu’une surpopulation ou une pression territoriale consécutive à des conflits. Néanmoins, les zones humides et les littoraux constituent des niches écologiques attractives, riches en ressources, notamment halieutiques. À l’interface de milieux complémentaires, ils offrent en cela des potentiels économiques multiples. Pour l’âge du Bronze, période où les témoins de navigations se multiplient, l’organisation et le contrôle des échanges, parfois à longue distance, ont également pu constituer des facteurs d’installations sur ces lieux ouverts sur des voies de communication naturelles.

En analysant la forme, l’implantation et l’économie des sites, confrontés aux phénomènes historiques et culturels reconnus pour l’âge du Bronze, l’objectif sera de dégager des modèles et d’identifier des spécificités régionales. Pour cela une priorité devra être donnée aux approches pluridisciplinaires, combinant l’analyse de la culture matérielle et des données bioarchéologiques, dont la conservation est favorisée sur les sites ennoyés. Dans ces zones d’interface, l’évolution du milieu est particulièrement sensible, avec les phénomènes de remontée des eaux marines ou des lacs, l’aggradation des deltas et l’érosion des littoraux. Les approches géomorphologiques et paléoenvironnementales devront également être mobilisées et pourront faire l’objet de présentations spécifiques. Ainsi, le rôle déterminant des modifications climatiques sur les installations humaines, pour lequel les lacs alpins font figure de cas d’école, devra être discuté, notamment en ce qui concerne d’autres régions européennes.

2. Gens de l’eau, gens de la terre: relations entre les sites littoraux et l’arrière-pays

Ce titre, emprunté à P. Pétrequin, met l’accent sur la dichotomie existant entre les peuples habitant les littoraux et l’arrière-pays, pour laquelle les exemples ethnographiques abondent. Cette distinction des populations pourra être débattue pour la Protohistoire, à partir des données de la culture matérielle notamment. De même, les spécificités économiques de ces sites, qui exploitent des biotopes de nature différente, mériteront également d’être évoquées. Au-delà, c’est aussi la complémentarité dont font preuve ces occupations du littoral et de l’hinterland qui devra être interrogée. A-t-on affaire à des habitats autarciques ou existe-t-il entre eux des réseaux, des dépendances, voire des hiérarchies ? Cette analyse nécessite l’observation de plusieurs focales, au niveau d’un même ensemble géographique, mais aussi à l’échelle microrégionale, voire régionale. Cette thématique pose également la question de l’existence de sites spécialisés ou saisonniers, liés à une activité artisanale ou vivrière particulière, telle que la pêche.

Ce colloque est ouvert à tous les archéologues, bioarchéologues, géomorphologues ou paléoenvironnementalistes travaillant sur la question des occupations de l’âge du Bronze en contextes littoraux, en milieux immergés ou non, mais aussi sur les habitats de l’arrière-pays localisé à proximité de ce type de site. Le cadre géographique retenu est celui de l’Europe occidentale.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 15 Avril 2017.

Informations et inscriptions :

etee2017[at]gmail.com

http://etee2017.sciencesconf.org