Parures réincarnées. Les ornements corporels pour révéler les identités et les mobilités aux âges des Métaux – Appel à communications

Appel à communication

Parures réincarnées. Les ornements corporels pour révéler les identités et les mobilités aux âges des Métaux

2-3 mars 2023

Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

https://parure-incarnee.sciencesconf.org/

Appel à communications (télécharger)

Call for paper (télécharger)

Les 2 et 3 mars 2023 se tiendra au musée d’Archéologie nationale – domaine national de Saint-Germain-en-Laye une table-ronde internationale intitulée “Parures réincarnées. Les ornements corporels pour révéler les identités et les mobilités aux âges des Métaux”. Cet évènement s’inscrit dans la continuité de la journée thématique de l’APRAB “Parures désincarnées. Les ornements corporels de l’âge du Bronze comme traceurs des échanges”, qui s’est tenue au MAN le 4 mars 2022. Ces deux évènements combinés ont l’ambition de constituer un état des lieux des recherches actuelles sur la parure protohistorique et sur ce qu’elle apporte à notre connaissance des sociétés des âges des Métaux. Ils seront publiés dans un seul et même ouvrage.

La table-ronde internationale “Parures réincarnées” 2023 est organisé conjointement dans le cadre de la gratification accordée par le MAN à la lauréate 2020 du 3e prix européen d’archéologie Joseph Déchelette et des journées thématiques de l’APRAB (Association pour la Promotion des Recherches sur l’âge du Bronze). Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communications ainsi que la description des 3 grands axes de recherche qui structureront cette rencontre. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 30 septembre 2022 à l’adresse suivante : parures.aprab@gmail.com

Comité d’organisation
Marilou NORDEZ, Thibault LACHENAL, Muriel MELIN, Caroline MOUGNE, Joëlle ROLLAND et Rolande SIMON-MILLOT

Modèles d’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe

Modèles d’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe
22-25 juin 2022 Metz (France) – Basilique Saint-Pierre aux Nonnains

Colloque international initié par l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze (APRAB) avec le partenariat du Service régional de l’Archéologie du Grand Est, l’Inrap, le Musée de la Cour d’Or, la ville et l’Eurométropole de Metz, avec le parrainage scientifique des UMR Archimède de Strasbourg et ArTeHiS de Dijon.

https://bronze2022.sciencesconf.org/

ProgrammePréprints

Plus de 30 ans après le colloque de Lons-le Saunier (1990), ”  L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe  “, il est temps de revenir sur cette thématique des modes d’occupation de l’espace. L’attention se polarisait alors sur la connaissance de la structure de l’habitat, de la ferme isolée au village, du “modèle lorrain” de la ferme itinérante sur un territoire contrôlé aux maisons groupées. Les actes du colloque font également office de promotion des territoires théoriques, via les polygones de Thiessen.

Actuellement, ces images d’un paysage de l’âge du Bronze vu comme un territoire éclaté en de nombreuses fermes, aux rares centres de pouvoir, cette réalité “exclusive” d’un monde agricole dispersé ne répond plus totalement aux fonctionnements sociaux des populations bien plus mobiles qu’il était il y a quelques décennies. En effet, les échanges de matières premières, de produits, de savoir-faire et d’innovations techniques impliquent de nombreux contacts interpersonnels.

Dans la version 2022 de Metz, le conviendra de porter attention à tous les faits d’origine anthropoque qui illustrent une mainmise sur l’environnement naturel et qui de fait peuvent révéler des systèmes d’exploitation, et des modalités récurrentes d’occupation de l’ ‘environnement par les populations.

On sera donc attentif à traiter bien sûr des habitats, de plaine et de hauteur, des milieux littoraux et humides mais aussi des champs et terres cultivées et des indices d’anthropisation générale de l’environnement, de l’organisation et de la répartition des nécropoles, de la dispersion et concentration des produits artisanaux (trouvailles isolées et dépôts), des indices de mobilités organisés (chemins, voies, gués).

Si certaines situations et exemples ponctuels peuvent être illustratifs de cette question de l’occupation et de l’usage de l’espace par les populations de l’âge du Bronze, il sera indispensable de privilégier les synthèses et de traiter des corpus significatifs de données .

Il serait souhaitable d’aboutir à des propositions de modèles de structures économiques et sociales des populations de l’âge du Bronze.

Le développement de l’archéologie préventive a produit une abondance de données, certes inégalement réparties au niveau des territoires, mais ces corpus renforcés autorisent justement ces traitements statistiques et synthétiques indisponibles dans les décennies précédentes. Une approche territorialisée découle de ces contraintes opérationnelles de l’archéologie préventive et les grandes vallées, les secteurs actuellement densément occupés procurent une grande masse d’informations ; une attente de synthèses locales et régionales est donc forte pour cette rencontre de Metz.

Il faut cependant promouvoir des études de grande envergure qui peuvent corriger ces effets de blancs dans la connaissance couvrant des espaces géographiques grâce au développement d’hypothèses et de propositions prédictives favorisées par l’usage des technologies liées au SIG.

Les représentations rupestres interprétées comme des espaces ou territoires cartographiés dont certaines sont attestées dès l’âge du Bronze peuvent également être mobilisées.

Ce colloque est ouvert à tous les archéologues, bioarchéologues, géomorphologues ou paléoenvironnementalistes travaillant sur la question des occupations de l’espace à l’âge du Bronze. Tous les milieux sont concernés par cette interrogation et le cadre géographique retenu concernent la France, mais plus largement l’Europe occidentale, du monde nordique au pourtour méditerranéen.