« Âge du Bronze, Âge de Guerre » les vidéos sont en lignes !

Le colloque « Âge du Bronze, Âge de Guerre. Violence organisée et expressions de la force au IIe millénaire avant J.-C. » qui a eu lieu à Ajaccio-Porticcio-Sartène, du 14 au 17 octobre 2020, a fait l’objet d’une capatation vidéo. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces vidéos sur le site du colloque, sur la chaîne youtube dédiée ou en cliquant sur les liens des communications ci-dessous.

Introduction au colloque

INTRODUCTION A LA THEMATIQUE DE LA GUERRE DANS LES SOCIETES ANCIENNES

Philippe Lefranc (Inrap, Archimede) et Fanny Chenal (Inrap, Archimede)  : Avant l’Âge du bronze. Violences collectives en Alsace au Néolithique

Jean Guilaine (CdF) : Le sentier de la guerre

Anne Lehoërff (Chaire Inex CY Cergy Paris université, « Archéologie et patrimoine », IUF) : Et la guerre fut…

 

L’ÂGE DU BRONZE EN CORSE ET EN SARDAIGNE : VIOLENCE ET INSTABILITE SOCIALE EN QUESTION DANS LES ILES

Joseph Cesari (Cons. Patr. Hon., LAMPEA), Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM)  : De la violence collective à la présomption d’innocence : une approche historiographique et chrono-fonctionnelle de l’habitat fortifié de l’Âge du bronze dans le sud de la Corse

Florian Soula (LAMPEA), Laura Manca (MNHN, LAMPEA), Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM), Pantelitsa Mylona (MNHN), Alessandro Peinetti (ASM) : L’émergence des sites fortifiés au début l’Âge du bronze en Corse-du-Sud. Premiers apports de l’archéologie des territoires en vallée de Conca (Sartène et Grossa)

Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Daniele Arobba (musée Finale Ligure), Anaïs Cheuton (Univ. Orléans, IRAMAT), Audrey Jamai-Chipon (LRA), François-Xavier Le Bourdonnec (Univ. Bordeaux, IRAMAT), Marine Lechenault (Univ. Lyon, HiSoMA), Arthur Leck (Univ. Bordeaux, IRAMAT), Thomas Le Flecher, Mélanie Marcel (ASM), Elisabeth Pereira (Univ. Corse, SPE) : Le site perché d’I Casteddi à Tavera, Corse-du-Sud

Questions de la matinée

Ana Ferraz (TRACES), Pascal Tramoni (Inrap, LAMPEA), André D’Anna (LAMPEA) : J’ai pris le nom d’Ashkelon et je suis revenu… Les statues-menhirs de Cauria : trajets des Hommes, itinéraires des symboles à la fin de l’Âge du Bronze

Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM), Jean Graziani (LISA), Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Laurence Pinet (Musée Sartène, LAMPEA), Bénédicte Quilliec (Inrap, Arscan) : Guerriers, phallus, what else ? De la pierre dressée à la pierre plantée et de l’épée figurée à l’épée suggérée. Réflexions libres sur l’interprétation morphologique des statues-menhirs de Cors

Anna Depalmas (Univ. Sassari), Vincenzo D’Ercole (MBCA), Francesco di Gennaro (Sopr. Museo Pigorini), Marco Pacciarelli (Univ. Napoli) : Attaquer, parer, riposter : hypothèses sur le rôle de la guerre dans la Protohistoire de la péninsule italienne et de la Sardaigne

Ralph Araque Gonzalez (Univ. Freiburg) : Raiders and travellers: Bronze Age warriors in the Mediterranean and beyond

Gianfranca Salis (SABAP), Chiara Pilo (SABAP), Federico Porcedda (SABAP) : La sacralité des armes en contexte nuragique

Mauro Perra (Museo Villanovafranca), Fulvia Lo Schiavo (Sopr. Sardegna) : Guerre réelle ou guerre symbolique à l’Âge du bronze en Sardaigne nuragique ? Une lecture alternative du paradigme belliqueux

Giacomo Cavillier (Lab. Champollion) : Le projet « Shardana » et l’Egypte des Ramessides : perspectives et recherches

Pascal Tramoni (Inrap, LAMPEA), Chrystelle March (Inrap), Bruno Fabry (Inrap) : Foce (Arghjusta è Muricciu, Corse-du-Sud), une torra sans défense ?

Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM) : L’habitat fortifié de Tappa (Porto-Vecchio, Corse-du-Sud) : travaux anciens, reprise des fouilles et considérations contextuelles

Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Xavier Villat (LRA) : La statue-menhir de Tavera : résultats d’un nouvel examen

Questions de l’après-midi

Débat de la première journée (question & réponse 2)

 

ATTAQUER, PARER, RIPOSTER : TECHNIQUES ET ARMEMENTS

Francis Bordas (TRACES), Sylvie Boulud-Gazo (Univ. Nantes, CReeAAH), Léonard Dumont (Univ. Ghent), Stefan Wirth (Univ. Dijon, ARTEHIS) : Déposer les armes : quelles modalités d’abandon pour les épées de l’Âge du bronze dans les sociétés atlantiques et nord-alpines ? 

Cyril Marcigny (Inrap, CReeAAH), Emmanuel Ghesquière (Inrap, CReeAAH), Emmanuelle Leroy-Langelin (CG Pas-de-Calais, Halma), Vincent Riquier (Inrap, Trajectoires) : L’enquête normande : faits de violences et armement défensif à l’Âge du bronze sur les pourtours de la Manche et de la Mer-du-Nord à partir du dépôt de Bernières-d’Ailly (Calvados, Normandie)

Michèle Casanova (Univ. Lyon, Archéorient), Zahra Kouzehgari (Univ. Lyon, Archéorient) : Spike-butted axes in western Iran: From Practice to the Ceremony

Juan Antonio Cámara Serrano (Univ. Granada), José Andrés Afonso Marrero (Univ. Granada), Liliana Spanedda (Univ. Granada), Gabriel Martínez Fernández (Univ. Granada), Fernando Molina González (Univ. Granada) : Structural violence and ideological permeability: the participation of a sector of the dominated population in the exercise of the coercion in southeast Spain during the Bronze Age

Tobias Mörtz (Univ. Berlin) : Men, weapons and sacrifices during the Late Bronze Age in north-western Europe

Andreas Vlachopoulos (Univ. Ioannina), Ioannis Zogkos (Univ. Ioannina) : Warfare without wars: the case of the Cyclades in Mycenaean times

Marianne Mödlinger (Univ. Genova) : European Bronze Age armour: analyses and development

Eduardo Ferreira (Univ. Lisboa) : War chariot’s development in northern Mesopotamia in the XIXth century BCStructural violence and ideological permeability: the participation of a sector of the dominated population in the exercise of the coercion in southeast Spain during the Bronze Age

Questions de la matinée

 

PRENDRE UNE PLACE OU LA DEFENDRE : LES STRATEGIES COLLECTIVES DE LA POLIORCETIQUE ET DE LA BATAILLE

Hai Ashkenazi (Univ. Frankfurt) : Fortifying Hierarchy: The Social Functions of Southern Levantine Bronze Age Fortifications

Teodoro Scarano (Univ. Salento) : Attack or defend a stronghold in Bronze Age South Eastern Italy: architectures, battlefields and strategies

Cyril Marcigny (Inrap, CReeAAH), Sylvain Mazet (Inrap), Bruno Aubry (Inrap), Erik Gallouin (Inrap) : Une rixe à l’Âge du bronze ancien en bord de Seine, le site d’Igoville (Eure, Normandie)

Dirk Brandherm (Univ. Belfast), Cormac McSparron (Univ. Belfast), Linda Boutoille (Univ. Belfast) : Entre le défensif et le symbolique : les sites de hauteur « fortifiés » de l’Âge du bronze final irlandais

Sébastien Toron (CReAAH, EVEHA) : Un modèle d’architecture circulaire : les établissements à enceinte palissadée de type Ringwork au Bronze final en Bretagne et en Angleterre, constructions symbolique et défensive

Samuel Guérin (Inrap, Halma) : Places fortifiées de l’Oise et de la Somme occupées à l’Âge du bronze : les éléments fortifiés de la place à défendre mis en miroir avec les éléments constitutifs de la panoplie du guerrier découverts en contexte ou à proximité. Isariens et Samariens en ordre de bataille ?

Isabelle Daveau (Inrap, ASM), Christophe Ranché (Inrap, TRACES), Pierre Forest (Inrap), Michel Py (ASM ) : Un rempart du Bronze final IIIb sur les hauteurs de Castelnau-le-Lez (34), plateau de Sextantio

Questions de l’après-midi et débat de la deuxième journée

 

DU SYMBOLISME A L’IDEOLOGIE DE LA VIOLENCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE

Francesco Rubat Borel (Sopr. Torino) : Représentations de la guerre au Bronze Moyen en Italie nord-occidentale : les armes dans l’habitat, les dépôts et les habitats fortifiés

Rüdiger Krause (Univ. Frankfurt) : Prehistoric Conflict Research: The Professionalisation of Warfare in the Bronze Age

Hai Ashkenazi (Univ. Frankfurt), Raphael Greenberg (Univ. Tel-Aviv), Danny Rosenberg (Univ. Haïfa) : The lifecycle of a symbolic weapon: Tel Bet Yerah (Israel) maceheads from production to destruction

Marie-Philippine Montagné (LAMPEA), Lolita Rousseau (CReeAAH), Lola Legrand-Sibeoni (ArScAn) : La guerre au temps des Héros : l’apport de l’étude de la pierre taillée et des sources écrites de l’Âge du bronze grec, pré-mycénien et mycénien

Hélène Blitte (Univ. Frankfurt, UMR Trajectoires) : Bronze age conflict in easterne Hesse ?

Clément Nicolas (Univ. Bournemouth, Trajectoires) : Les débuts de l’Âge du bronze, un âge de paix ? Le Nord-Ouest de la France et au-delà

Azadeh Yekdaneh (Univ. Lyon, Archéorient) : Violence et soumission au Proche-Orient à l’Âge du bronze.Manipuler le corps des victimes de la guerre, symbolisme et réalisme de « re-présentation »

Michèle Casanova (Univ. Lyon, Archéorient) : Statue-menhir armée et armement dans la nécropole de Monidigah, province de Lérik, Azerbaïdjan

Questions de la matinée

Conclusions du colloque

 

Modèles d’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe : appel à communication

Modèles d’occupation du sol à l’âge du Bronze
en Europe

Metz 22-25 juin 2022

Colloque international initié par l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze avec le partenariat du Service régional de l’Archéologie Grand Est, l’INRAP, le Musée de la Cour d’Or à Metz avec le parrainage scientifique des UMR Archimède de Strasbourg et ARTEHIS de Dijon. https://bronze2022.sciencesconf.org/

Appel à communication (version pdf)

Plus de 30 ans après le colloque de Lons-le Saunier (1990), « L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe », il est temps de revenir sur cette thématique des modes d’occupation de l’espace. L’attention se polarisait alors sur la connaissance de la structure de l’habitat, de la ferme isolée au village, du « modèle lorrain » de la ferme itinérante sur un territoire contrôlé aux maisons groupées. Les actes du colloque faisaient aussi la promotion des territoires théoriques, via les polygones de Thiessen.

Actuellement, ces images d’un paysage de l’âge du Bronze vu comme un territoire éclaté en de nombreuses fermes, aux rares centres de pouvoir, cette réalité « exclusive » d’un monde agricole dispersé ne répond plus totalement aux fonctionnements sociaux de populations bien plus mobiles qu’il était envisagé il y a quelques décennies.  En effet, les échanges de matières premières, de produits, de savoir-faire et d’innovations techniques impliquent de nombreux contacts interpersonnels.

Dans la version 2022 de Metz, il conviendra de porter attention à tous les faits d’origine anthropique qui illustrent une mainmise sur l’environnement naturel et qui de fait peuvent révéler des systèmes d’exploitation, et des modalités récurrentes d’occupation de l’environnement par les populations.

On sera donc attentif à traiter bien sûr des habitats, de plaine et de hauteur, des milieux littoraux et humides mais aussi des champs et terres cultivées et des indices d’anthropisation générale de l’environnement, de l’organisation et de la répartition des nécropoles, de la dispersion et concentration des produits artisanaux (trouvailles isolées et dépôts), des indices de mobilités organisées (chemins, voies, gués).

Si certaines situations et exemples ponctuels peuvent être illustratifs de cette question de l’occupation et de l’usage de l’espace par les populations de l’âge du Bronze, il sera indispensable de privilégier les synthèses et de traiter des corpus significatifs de données.

Il serait souhaitable d’aboutir à des propositions de modèles des structures économiques et sociales des populations de l’âge du Bronze.

Le développement de l’archéologie préventive a produit une abondance de données, certes inégalement réparties au sein des territoires, mais ces corpus renforcés autorisent justement ces traitements statistiques et synthétiques indisponibles dans les décennies précédentes. Une approche territorialisée découle de ces contraintes opérationnelles de l’archéologie préventive et les grandes vallées, les secteurs actuellement densément occupés procurent une grande masse d’informations ; une attente de synthèses locales et régionales est donc forte pour cette rencontre de Metz.

Il faut cependant promouvoir des études de large envergure qui peuvent corriger ces effets de blancs dans la connaissance couvrante des espaces géographiques grâce au développement d’hypothèses et propositions prédictives favorisées par l’usage des technologies liées au SIG.

Les représentations rupestres interprétées comme des espaces ou territoires cartographiés dont certaines sont attestées dès l’âge du Bronze pourront également être mobilisées.

Ce colloque est ouvert à tous les archéologues, bioarchéologues, géomorphologues ou paléoenvironnementalistes travaillant sur la question des occupations de l’espace à l’âge du Bronze. Tous les milieux sont concernés par cette interrogation et le cadre géographique retenu concerne la France, mais plus largement l’Europe occidentale, du monde nordique au pourtour méditerranéen.

 

Propositions de communication

Merci d’envoyer avant le 30 juin 2021, le titre de la proposition de communication (20 mn) ou de posters au secrétariat du colloque avec les coordonnées de l’auteur·e ou des co-auteur·e·s.

Les résumés (3000 signes maximum) avec titre et mots-clefs dans la langue de la communication/poster et dans une autre langue (français ou anglais) devront être envoyés au secrétariat avant le 15 octobre 2021. Texte brut sans mise en forme. Une illustration (équivalent d’une pleine page) pourra accompagner le texte, sur un fichier séparé.

Auteur.e.s et co-auteur.e.s :

Titre proposé de la communication :

Coordonnées professionnelles :

Mail :

Secrétariat du Colloque Metz 2022 : Marie-Pierre Koenig et Franck Thiériot

marie-pierre.koenig[at]inrap.fr

Méthodologie et Interprétation des habitats

Vient de paraître : 

Méthodologie et Interprétation des habitats
HABATA 2
VLIVe Colloque Halma
Actes du colloque de Lille, Octobre 2019
Textes réunis par Emmanuelle Leroy-Langelin et Yann Lorin
Revue du Nord, Hors série, Collection Art et Archéologie, N° 29, 2021.
Université de Lille, Sciences humaines et sociales

ISSN : 1295-1315
ISBN : 979-10-93095-19-6
Prix : 50 €

Sommaire

4e Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente. Appel à communication

La place des morts chez les vivants, Architectures, Mémoires et Rituels, de la fin du Mésolithique à l’âge du Bronze

4e Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente
La Rochelle (Charente-Maritime, Nouvelle-Aquitaine)
27- 30 avril 2022
rns4-larochelle.sciencesconf.org

Appel à communication (version pdf)
Les Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente sont un lieu de partage et de réflexion rassemblant différents acteurs et institutions nationales, et ayant pour cadre chronologique la fin du Mésolithique, le Néolithique et l’âge du Bronze. Elles rassemblent l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze (APRAB), l’Association pour les Études Interrégionales sur le Néolithique (InterNéo) et les Rencontres méridionales de Préhistoire récente (RMPR).

Après un premier colloque, à Marseille en 2012, sur la méthodologie des recherches de terrain en Préhistoire récente (Sénépart et al. dir., 2014), un second, à Dijon en 2015, consacré à l’habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges (Lemercier et al. dir., 2018) et un troisième, à Lyon en 2018, portant sur la circulation et les échanges d’objets et d’idées durant la Pré et Protohistoire européenne (publication en cours), les 4e Rencontres Nord/Sud se proposent d’aborder la question des relations entre les structures funéraires et leur environnement, de la fin du Mésolithique à l’âge du Bronze.

Les enjeux de ce colloque, qui se tiendra à La Rochelle du 27 au 30 avril 2022, seront notamment d’interroger la place du défunt et du sacré dans les sociétés et les paysages anciens, de discuter de l’organisation spatiale des sépultures isolées et des nécropoles, et de l’intégration de ces dernières dans le paysage et le monde des vivants. L’idée étant de balayer, d’un point de vue diachronique (continuités ? ruptures ?), l’évolution de la place du mort et du sacré dans les sociétés anciennes, de l’organisation des structures funéraires (tombes isolées, nécropoles) à l’intégration de celles-ci dans le milieu naturel et parmi les vivants. En d’autres termes, l’architecture funéraire, les pratiques d’inhumation et les objets associés dans les tombes sont l’émanation des organisations sociales et en ce sens elles nous instruisent sur les fonctionnements de ces sociétés.
Nous savons déjà que toutes les populations passées ne sont pas représentées dans les ensembles funéraires étudiés, toutefois les recrutements peuvent nous renseigner sur l’état de la société.

Trois thèmes principaux seront abordés sous forme de sessions :

Le mort
Cette première session concerne les gestes funéraires et le recrutement des individus.
Il sera pertinent de s’interroger sur la question de la variabilité des pratiques funéraires sur une même période chrono-culturelle et sur la longue durée en termes d’évolution, de continuité ou de rupture des pratiques sur des territoires comparables. Le polymorphisme, lorsqu’il est constaté, reflète le statut des défunts selon les périodes et les cultures. Comment comprendre les différentes pratiques funéraires, comme le passage de l’incinération à l’inhumation (et inversement), de la sépulture individuelle à la tombe collective, de l’inhumation isolée à la nécropole à l’échelle d’une période, ou d’une région dans les organisations socio-politiques ?
Si le recrutement des individus est un aspect essentiel à la compréhension des mécanismes sociaux, il est difficile à aborder pour les sociétés anciennes. Le développement de nouvelles méthodes d’investigation sur les squelettes eux-mêmes telles que les recherches sur l’ADN ancien mais également les analyses isotopiques du strontium par exemple, permettent d’aborder les relations de parenté, les sexes, les âges, les territoires d’origine et ceux sur lesquels ils sont inhumés, les régimes alimentaires, les migrations de population au cours de cette longue période.

Dans la tombe
Après l’examen du défunt lui-même et du traitement qui lui est accordé, il conviendra de se pencher sur l’organisation et la nature des mobiliers qui l’accompagnent dans la tombe.
La sélection des objets déposés amène à réfléchir sur la valorisation de certaines productions matérielles accompagnant les défunts. Les angles de réflexion sont nombreux et nous souhaitons privilégier les questions de la présence ou de l’absence des productions valorisées dans l’un des deux espaces (funéraire/vivant) ou bien
dans les deux, du rapport entre genre et typologie des matériaux d’accompagnement. Enfin, il nous semble essentiel d’introduire dans cette réflexion les approches fonctionnelles réalisées sur ces dépôts. Ainsi le croisement et la comparaison des analyses menées sur les mobiliers (céramique, parure, etc.) en contexte funéraire versus contexte d’habitat permettront d’aborder la place des productions matérielles/idéelles socialement valorisées et disposées dans les tombes.
S’agit-il d’objets déjà utilisés ou produits pour l’occasion ?
On pourra s’interroger, également, sur leur organisation dans la tombe.

Le mort parmi les vivants
L’intégration spatiale des lieux dédiés aux morts bénéficie aujourd’hui de moyens d’investigations puissants (prospections géophysiques par exemple) pour revenir sur l’espace consacré aux morts et au sacré et de son intégration au sein des territoires. L’architecture funéraire constitue un élément pour évaluer la visibilité des emplacements lorsqu’elle est monumentale, mais aussi de l’investissement consenti socialement dans la réalisation de ces constructions qui seront là aussi à mettre en perspective avec l’habitat.
De manière indirecte, il s’agira de s’interroger sur les choix des environnements naturels sélectionnés par les communautés humaines pour y inhumer leurs morts.
Quelle est la visibilité des monuments funéraires dans le paysage ? Délimitent-ils des espaces culturels ?
Il sera pertinent de présenter les durées d’utilisation des espaces funéraires et des nécropoles.
Qu’en est-il de la réappropriation d’anciennes sépultures néolithiques –tumulus ou grottes par exemple- réoccupées par des cultures différentes ? Existe-t-il une pérennité de certains espaces sacrés ?
La question des structures sans défunts (enclos circulaires, fosses avec dépôt particulier) sera également abordée sous l’angle de la taphonomie (érosion) ou d’une gestuelle volontaire ?

Pour chacune des sessions, les approches diachroniques (continuités / ruptures), à différentes échelles (défunt, structure funéraire, cimetière, territoire) et les synthèses au niveau de grands territoires seront privilégiées. Un moment sera en outre disponible pour la présentation des posters.

Cette année le colloque est organisé sous l’égide d’InterNéo, en collaboration avec l’APRAB et les RMPR, et en partenariat avec le service archéologique du Département de la Charente-Maritime. Il bénéficie du soutien du ministère de la
Culture à travers la DRAC Nouvelle-Aquitaine, de l’INRAP, du CNRS, de l’ANR Monumen, ainsi que de l’Université de La Rochelle.

Les langues officielles du colloque seront le français et l’anglais. Les sessions accueilleront des communications orales et des posters.

Une journée d’excursion est prévue le samedi 30 avril (programme à détailler).

Le colloque sera en outre doublé d’une exposition rétrospective des découvertes majeures du Mésolithique à l’âge du Bronze en Nouvelle-Aquitaine.
Comité d’organisation : Vincent Ard, Françoise Bostyn, Sylvie Boulud-Gazo, Ewen Ihuel, Isabelle Kerouanton, Christophe Maitay, Gwenaëlle Marchet-Legendre, Vivien Mathé, Claude Mordant, Ivan Praud, Caroline Renard, Ingrid Sénépart, Ludovic Soler. Comité scientifique : Vincent Ard, Françoise Bostyn, Sylvie Boulud-Gazo, Jessie Cauliez, Patrice Courtaud, David Fontijn, Muriel Gandelin, Ewen Ihuel, Isabelle Kerouanton, Philippe Lefranc, Christophe Maitay, Gwenaëlle Marchet-Legendre, Vivien Mathé, Claude Mordant, Rebecca Peake, Ivan Praud, Caroline Renard, Mafalda Roscio, Stéphane Rottier, Ingrid Sénépart, Ludovic Soler, Corine Thévenet.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 1er novembre 2021, à l’adresse suivante : rns4-larochelle[at]sciencesconf.org