29e Congrès préhistorique de France – Appel à sessions (Toulouse 2021)

Hiatus, lacunes et absences : identifier et interpréter les vides archéologiques
31 mai-4 juin 2021 Toulouse (France)

La discipline archéologique est née des premiers travaux classificatoires de vestiges matériels, lesquels eurent rapidement pour objet de proposer une organisation des découvertes dans le temps et l’espace. Cette perspective, au départ taxinomique et évolutionniste, s’est progressivement enrichie d’une troisième dimension, spatiale, offrant un point de vue diffusionniste et donnant lieu à un renouvellement des méthodes. Les réflexions s’opèrent depuis à un plus haut niveau de résolution par le biais de nouvelles disciplines au service du discours interprétatif (ethnoarchéologie, archéométrie, paléoenvironnement, par exemple).

L’essentiel de notre travail est aujourd’hui encore de formuler des hypothèses ou de répondre à des questions sur des thèmes tels que : configurations spatiales et dynamiques temporelles des productions matérielles, identification et évolution des identités culturelles, des réseaux d’échanges, des structures sociétales, modalités d’acquisition des biens alimentaires et techniques ou impacts des facteurs environnementaux.

Néanmoins, toutes ces approches se heurtent tôt ou tard à des absences d’observations, des lacunes de donnée et des discontinuités spatiales ou temporelles, comme dans le cas des gisements stratifiés où des troncatures sédimentaires et des faciès d’érosion sont parfois mis au jour : quelle était la nature des dépôts aujourd’hui disparus ? La distribution géographique des gisements peut également nous interpeler : les nombreux vides qui parsèment les cartes de répartition traduisent-ils des absences d’occupation, des frontières culturelles ou naturelles, ou bien s’agit-il de biais liés à l’absence de recherches, à des processus taphonomiques singuliers ? La faiblesse quantitative, voire l’absence de données chronométriques pour certaines périodes peut-elle être interprétée comme un défaut de peuplement ? Les césures observées dans l’évolution des cultures matérielles enregistrent-elles une mutation accélérée ou bien un hiatus artificiel dans un continuum ? Les réseaux d’échanges, et notamment ceux à l’œuvre sur de vastes espaces géographiques, sont toujours bornés spatialement et comportent également de nombreux vides en leur sein : comment comprendre, d’un point de vue anthropologique, ces dissymétries ? Ou encore, comment caractériser et interpréter les lacunes observées dans les chaînes opératoires de production et d’exploitation des denrées alimentaires et des biens techniques (production différée dans le temps et dans l’espace, organisation spatio-temporelle des productions, etc.) ? Enfin, plus largement, quels sont les facteurs à l’œuvre dans la mise en place d’une innovation, sa diffusion ou son refus ?

Ces hiatus, lacunes ou encore ces absences sont tout autant informatifs des sociétés préhistoriques et protohistoriques que leurs productions matérielles ou alimentaires conservées, la caractérisation de leurs habitats, etc. Ce sont les questionnements suscités par ces vides archéologiques et leur interprétation qui forment le thème de ce congrès, questions qui devront être abordées dans toute leur diversité, depuis des réflexions épistémologiques et méthodologiques sur la façon de les identifier et de les caractériser jusqu’à leur interprétation anthropologique.

Nous souhaitons que les thèmes abordés le soient de manière transversale, d’un point de vue tant chronologique que géographique, comme :
•    Le manque de temps : hiatus et ruptures dans les constructions chronologiques.
•    Les espaces vides : preuves d’absences ou absences de preuves ?
•    Les couches fantômes : dynamiques sédimentaires, troncatures et érosions.
•    Entre attirances et répulsions : réseaux et frontières.
•    Qui est in, qui est out ? Refus et diffusion des innovations.
•    Les manques dans les productions matérielles, artistiques et les chaînes opératoires alimentaires : quelles inférences ?
•    L’architecture invisible.
•    La mort évanescente : quelles pratiques funéraires pour les aires et périodes pauvres en sépultures ?
•    Les matériaux périssables : nouvelles méthodes, nouveaux enjeux.
•    Les structures sociales et anthropologiques.

Ces thèmes ne constituent que de premières pistes, totalement ouvertes, et nous invitons dès à présent les équipes et collègues intéressés à soumettre des propositions de sessions, sachant que nous privilégierons les plus interdisciplinaires et transchronologiques. Seules 8 à 10 sessions seront retenues. Il pourra être suggéré de regrouper certaines propositions de session trop semblables.

Organisateurs
Laboratoire TRACES – UMR5608

Renseignements, propositions de sessions (et seulement de sessions) :
cpf2021@sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions de sessions : 31 janvier 2020

https://cpf2021.sciencesconf.org/

« Âge du Bronze, Âge de Guerre » Appel à communications

« Âge du Bronze, Âge de Guerre »
Violence organisée et expressions de la force au IIe millénaire avant J.-C.
Ajaccio-Porticcio, 14-17 octobre 2020

https://bronze2020.sciencesconf.org/

Guerre, violence opportuniste ou ritualisée, crispation territoriale, expression de la force et du pouvoir sont des notions fréquemment mises en avant pour caractériser l’Âge du Bronze, époque marquée par une accélération des processus de hiérarchisation des sociétés.

À travers quatre sessions, l’objectif de ce colloque sera de discuter ces considérations à partir de sources relatives à l’organisation, individuelle ou collective, technique ou symbolique, des manifestations de violence et de guerre.

SESSION 1 – L’âge du Bronze en Corse et en Sardaigne, violence et instabilité sociale en question dans les îles

SESSION 2 – Attaquer, parer, riposter : les techniques du guerrier

SESSION 3 – Prendre une place ou la défendre : les stratégies collectives de la poliorcétique et de la bataille

SESSION 4 – Du symbolisme à l’idéologie de la violence individuelle et sociale

► Les propositions de communication ou de poster devront être envoyées, avant le 15 janvier 2020, par mail à l’adresse suivante : baiucheddu[at]gmx.fr

► Le(s) auteurs(s) devront préciser si la proposition concerne une communication normale (20 minutes) ou une communication flash (5 minutes), indiquer leurs coordonnées personnelles, leur rattachement institutionnel, proposer un titre (en français et en anglais) et un résumé (3000 signes maximum, espaces inclus).

Télécharger l’appel à communication

Plus d’informations sur le site web du colloque :
https://bronze2020.sciencesconf.org/

 

« From Bronze Age to War Age »
Organised violence and evidences of strength during the 2nd millennium BC
Ajaccio-Porticcio, 14-17 october 2020

War, opportunistic or ritualized violence, territorial tension, expression of strength and power are notions often put forward to characterize the Bronze Age, phase marked by an acceleration of societies hierarchization processes.

Through four sessions, the purpose of this congress will be to discuss these considerations from sources relating to the organisation, individual or collective, technical or symbolic, of violence and war manifestations.

SESSION 1 – The Bronze Age in Corsica and Sardinia, a question of insular violence and social instability

SESSION 2 – Attack, parry and fight back: warfare technique

SESSION 3 – Attack or defend a stronghold: collective strategies of poliorcetics and battle

SESSION 4 – From symbolism to ideology of individual and social violence

► Proposals must be submitted before jannuary 15th 2020, to this adress:

baiucheddu[at]gmx.fr

► The author(s) must specify if the proposal concerns a classic communication (20 minutes) or flash presentation (5 minutes), indicate their personal details, their institutional affiliation, propose a title (in french and in english) and an abstract (3000 characters maximum, spaces included).

Download the call for paper

More information on the website:
https://bronze2020.sciencesconf.org/

 

Interactions et échanges durant la protohistoire : Actes des IIIe rencontres doctorales internationales

Vient de paraître :

Thibault LE COZANET, Cécile MOULIN, Marilou NORDEZ
Interactions et échanges durant la protohistoire 
Actes des IIIe rencontres doctorales internationales
Bibracte EPCC, 3, 2019, Collection EEPB
Bibracte – École Européenne de Protohistoire de Bibracte
978-2-490601-02-8. halshs-02307965

Le volume est intégralement disponible au téléchargement sur le portail HAL: https://hal.archives-ouvertes.fr/EEPB/halshs-02307965

Résumé : Cette thématique, proposée lors des IIIe Rencontre en 2017 a regroupé un ensemble de doctorants, post-doctorants et chercheurs. Les différentes présentations ont contribué à l’analyse des liens qu’entretiennent les groupes humains à différentes échelles, que ces relations soient d’ordre matériel, économique, politique, social, ethnique et/ou culturel. L’essor constant des sciences exactes dans la recherche en archéologie (archéométrie, systématisation des données, traitements géographique et statistique, etc.) alimente la réflexion sur la nature, le fonctionnement, l’importance et les impacts de ces échanges sur les sociétés protohistoriques, dans des territoires variés. À travers la question des interactions durant les âges des Métaux, cette publication a pour but d’alimenter les échanges entre spécialistes (confirmés ou en devenir) de la Protohistoire européenne, en vue de discuter, confronter et mettre en perspective des méthodes, points de vue, raisonnements et résultats.

Nouvelles données, nouvelles perspectives sur l’âge du Bronze en Auvergne-Rhône-Alpes

Séminaire de Protohistoire rhônalpine n° 5

« Nouvelles données, nouvelles perspectives sur l’âge du Bronze en Auvergne-Rhône-Alpes »

Jeudi 21 novembre 2019

Campus « Berges du Rhône », Université Lyon 2

Bâtiment Gaïa, Salle G303 (86 rue Pasteur 69007 Lyon) 3e étage

Programme

Télécharger le programme et le résumé des communications

8h30 – 9h00 : Accueil des participants

9h10 – Quentin Favrel (SAVL, UMR 8215 Trajectoires) : « Un état des lieux sur les occupations de l’âge du Bronze à Lyon »

9h30 – Joël Vital (UMR 5140 ASM) : « Mobiliers de l’âge du Bronze découverts à l’emplacement du “sanctuaire de Cybèle” à Lyon-Fourvière (Rhône) (fouilles A.

Desbat) »

9h50 – Philippe Hénon (Inrap RAA, UMR 5189 HiSoMA), Cécile Ramponi (Inrap RAA,

UMR 5138 ArAr) : « Aperçu des occupations de l’âge du Bronze du site des Feuilly à

Saint-Priest dans le Rhône »

10h10 – Cécile Ramponi (Inrap RAA, UMR 5138 ArAr), Philippe Hénon (Inrap RAA,

UMR 5189 HiSoMA) : « Apport du mobilier céramique des sites de Bron ZAC du Fort et de Corbas Grand-Champ à la connaissance des productions du Bronze final 1 »

10h30 Pause

11h10 – Hélène Froquet-Uzel (Inrap CIF) : « Un ensemble céramique homogène de la fin de l’âge du Bronze découvert sur le plateau de Larina (Isère) »

11h30 – Anne Duny (Paléotime) : « Les empierrements de galets chauffés et thermofractés des « Petites Balmes » à Salaise-sur-Sanne, Isère : un site artisanal particulier du Bronze ancien »

12h – 14h Repas libre

14h – Pierre Dutreuil (UMR 5138 ArAr), Justine Robert (Hadès, UMR 5608 Traces) : « La transition entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer dans la région de Valence: l’exemple de Soyons et de Guilherand-Granges »

14h20 – Vincent Georges (Inrap RAA, UMR 6298 ArTeHis) : « L’âge du Bronze moyen et final des montagnes situées à l’ouest de la Saône et du Rhône : la piste des graphismes sur métal »

14h40 – Franck Ducreux (Inrap GES, UMR 6298 ArTeHis): « Les relations entre la Bourgogne et la région Auvergne-Rhône-Alpes du Campaniforme à la fin du Bronze moyen »

15h00 – Gauthier Tavernier (Univ. Lyon 2) : « Approche technologique des productions céramiques Bronze ancien du Petit Beaulieu (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme) »

15h20 Pause

16h00 – 17h00 Discussion finale

Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages.

VIe Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte

Appel à communications

Les sixièmes Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte (EEPB) se tiendront du 9 au 11 mars 2020, au Centre archéologique européen de Bibracte (Bourgogne, France). Depuis 2015, ces rencontres visent à rassembler les doctorants et jeunes docteurs travaillant sur des problématiques communes concernant les âges du Bronze et du Fer à travers l’Europe. Pour les rencontres de cette année, les participants sont invités à présenter leurs recherches sur le thème suivant : Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages

Les contributions peuvent prendre la forme d’une communication orale (20 minutes) ou d’un poster (accompagné d’une communication courte de 5 minutes). Les propositions doivent être soumises avant le 30 novembre 2019 (formulaire d’inscription ci-joint).

L’archéologie et l’espace sont intrinsèquement liés. D’un côté, l’environnement a affecté les êtres humains, les forçant à adapter leurs comportements afin de survivre, tandis que de l’autre, les communautés humaines ont affecté leur espace en le transformant, parfois de manière irréversible. Toutes les actions humaines s’inscrivant par définition dans l’espace, l’édition 2020 des Rencontres doctorales abordera des questions liées à la compréhension et l’interprétation de ces processus sous l’angle des échelles auxquelles ils se sont produits. Ceux-ci prennent en effet place à différent niveaux, du site archéologique aux paysages culturels, modelés par les populations qui y habitent. Les sessions reflèteront les aspects sociaux et spatiaux propres à ces sites et paysages et couvriront des thèmes tels que la subsistance, l’économie, l’organisation sociale et les croyances durant les âges du Bronze et du Fer.

  • Occuper les sites :

 Tous les types de sites archéologiques, habitats, nécropoles, dépôts, lieux de culte ou tout autre endroit portant les traces d’activités humaines pouvant être datées de la Protohistoire, ont leur propre logique de fonctionnement au sein de l’espace qu’ils occupent. Les présentations concernant les différentes manières dont ces espaces et sites étaient organisés, utilisés et sont aujourd’hui interprétés sont les bienvenues. Cela comprend des recherches sur la répartition du mobilier et des structures (identification d’aires dédiées à une activité etc.), le paléo-environnement, les analyses géochimiques ainsi que des recherches diachroniques sur les changements observables au cours du temps sur des sites à travers l’étude des vestiges matériels. Par ailleurs, les études portant sur différents modèles d’acquisition des données spatiales, leur analyse et leur interprétation sont également encouragées.

  • Occuper les paysages :

À une échelle plus large, la répartition des données archéologiques dans l’espace, ainsi que les inévitables interventions de l’humain sur son environnement, ont fortement transformé le paysage naturel, « sauvage », en un paysage aménagé, marqué par les hommes, en d’autres termes un paysage culturel. Dans de nombreux cas, ces changements réalisés durant les âges des Métaux sont toujours visibles aujourd’hui, ce qui nous permet de mieux comprendre les interactions dont ces espaces ont été le théâtre. Toutes les approches transdisciplinaires permettant l’étude de ces relations entre paysages et sociétés sont les bienvenues, tout comme les propositions s’attachant à l’étude de certains types particuliers de paysages, tels que les aménagements funéraires, les formes d’habitat ou encore les espaces intermédiaires souvent identifiés comme vides ainsi que tout autre type de paysage « domestiqué ». Des études se concentrant sur les données paléo-environnementales, aidant à appréhender la complexité des relations entre communautés humaines et paysage à travers le temps, sont aussi souhaitables. C’est également le cas des recherches utilisant les nouvelles technologies de modélisation afin de détecter, étudier les paysages anciens, voire d’en reconstituer l’expérience qu’en ont eu les personnes par le passé.

À travers ces différents aspects, nous souhaitons offrir un cadre de réflexion sur les différentes possibilités offertes aux chercheurs pour identifier divers types d’espaces qui peuvent être rencontrés au sein des données archéologiques. Il s’agit de créer un espace de débat autour de problématiques méthodologiques communes afin d’en faire ressortir de nouvelles idées pour appréhender les sociétés des âges du Bronze et du Fer.

Comité d’organisation :

  • LEONARD DUMONT, Doctorant, Ghent University (Belgium) & Université de Bourgogne– Franche-Comté (France), UMR 6298 ARTEHIS
  • PASCUAL PERDIGUERO, Doctorant, University of Alicante (Spain), Facultad de Filosofía y Letras, Departamento de Prehistoria, Arqueología, Historia Antigua, Fil. Griega y Fil. Latina, Área de Arqueología
  • MARTA RAKVIN, Doctorante, Université de Zagreb (Croatie), Faculté des sciences humaines et sociales, Département d’archéologie, Musée archéologique à Zagreb
  • MARINE RODE, Doctorante, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède

Comité scientifique :

  • ANNE-MARIE ADAM, professeur émérite, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • PHILIPPE BARRAL, professeur, Université de Bourgogne–Franche-Comté (France), UMR 6249 Chrono-Environnement
  • LOUP BERNARD, maître de conférences, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • LAURENT CALLEGARIN, Directeur des Études École Des Hautes à la Casa de Velázquez, Madrid
  • STEPHAN FICHTL, Professor, University of Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • VINCENT GUICHARD, directeur général de Bibracte (France)
  • PIERRE-YVES MILCENT, maître de conférences, Université Toulouse Jean-Jaurès (France), UMR 5608 Traces
  • CLAUDE MORDANT, professeur émérite, Université de Bourgogne (France), UMR 6298 ARTEHIS
  • GUY DE MULDER, professeur, Ghent Universty (Belgium), Department of Archaeology
  • HRVOJE POTREBICA, professeur, Université de Zagreb (Croatie), Faculté des sciences humaines et sociales, Département d’archéologie
  • FELICIANA SALA-SELLES, professeur, University of Alicante (Spain), Research Institute in Archaeology and Historical Heritage (INAPH)

 

6 th Doctoral Meetings of the European School of Protohistory of Bibracte

Call for papers

The sixth Doctoral Meetings of the European School of Protohistory of Bibracte (EEPB) will be held in March, 9 – 11 2020, at the European Archaeological Centre of Bibracte (Burgundy, France). Since 2015, these Meetings aim at bringing together PhD candidates and young doctors working on common issues concerning the Bronze and Iron Ages across Europe. For this year’s meeting, participants are invited to present their research on the following theme: Occupying Space during Bronze and Iron Ages: From Site to Landscape

Contributions can be made in the form of oral presentation (20 minutes) or poster (with a 5- minute oral presentation). Proposals must be submitted by November 30th , 2019 (Registration form).

Archaeology and Space have always been intrinsically connected. On one hand, different attributes of the environment affected human beings forcing them to adapt their behaviour in order to succeed, while on the other, in doing so, communities have influenced their surrounding spaces by transforming them, in some cases irreversibly. As all human actions are by definition immersed in space, for this year’s meeting we have decided to approach the questions of understanding and interpreting these complex processes looking through the prism of scale on which they happen. The extent of these ranges from the processes that occur on the small levels in the spaces of archaeological sites extending to the larger levels when dealing with the narrative of cultural landscapes. Sessions will provide reflection on the social and spatial aspects of archaeological sites and landscapes and will incorporate themes related to subsistence, economy, social behaviour and ideology within the timespan of the European Bronze and Iron Ages.

  • Occupying Sites:

Different types of archaeological sites and features, such as settlements, burial sites, hoards, various cult places, as well as other places baring traces of human activities that can be connected with the Bronze and Iron Ages communities, have their own unique logic of functioning in the limited spaces that they occupy. Papers dealing with the research of various modes in which these spaces (sites) were organized, utilized and subsequently interpreted are welcome. They include research on distribution of finds, remains of different objects and structures (specialized work areas), paleo botanical, isotope and lipid analyses, as well as research on diachronical changes observable on the sites through the research of material remains. In addition, studies dealing with different models of spatial data acquisition, their analysis and interpretation are encouraged.

  • Occupying Landscapes:

On a larger scale, the distribution of these archaeological features in space, as well as the inevitable human interventions in its environment has heavily transformed the natural “wild” landscape turning it into managed cultural landscape. In many cases, the impact of those changes made by Bronze and Iron Age communities are still visible today, allowing a better understanding of the interrelations which have existed among them. We welcome transdisciplinary and participative approaches to the analysis of the interrelations between landscapes and societies, as well as papers researching particular types of landscapes, such as funerary landscapes, settlement patterns and the seemingly empty spaces in between, agricultural landscapes and other kinds of “domesticated” landscapes. Furthermore, studies focused on paleo-environmental and paleoecological data, which address the complexities of diachronic human-landscape relationships are desirable, as well as the studies that use new technologies, tools and modelling techniques in order to detect, study and revive the old landscapes.

Through these different aspects, we want to offer a framework for reflection on the different ways researchers can identify various kinds of spaces that can be found in the archaeological record and create a common ground for debate on methodological perspectives, their limits and bias, in order to bring out new ideas for apprehending Bronze and Iron Ages societies.

Mesurer le temps à l’âge du Bronze : appel à communications

« Mesurer le temps à l’âge du Bronze »

Journée thématique de l’APRAB

– vendredi 6 mars 2020, auditorium du MAN à St-Germain-en-Laye –

Télécharger l’appel à communications

Cette question de la mesure du temps reste une préoccupation majeure des archéologues et des spécialistes de l’âge du Bronze bien sûr. Si, globalement, cette période occupe en France une plage de 15 siècles environ calée entre 2300 et 800 avant notre ère, il convient toujours de préciser les limites des étapes majeures de l’évolution des sociétés de l’âge du Bronze, mais également de mieux apprécier la place réelle dans le temps des sites étudiés.

La précision de la typo-chronologie des ensembles de la culture matérielle a profité de l’accroissement de données issues de l’archéologie préventive avec une meilleure possibilité de traitements statistiques. Les phasages qui en résultent illustrent bien la dynamique interne des sites, mais il reste indispensable de caler dans le temps calendaire ces séquences, céramiques pour la plupart des sites.

Dans le domaine des chronologies absolues, les datations 14C se sont généralisées et aussi « banalisées », parfois sans qu’elles aient été suffisamment choisies et basées sur des échantillons pertinents. Un examen critique de la mise en oeuvre de ces datations, puis de leurs prises en compte dans la chronologie des sites, doit être poursuivi. Par ailleurs, les traitements statistiques bayésiens des dates 14C permettent de meilleures approches des temps d’occupation des sites.

Les datations dendrochronologiques, obtenues en milieu humide généralement, nécessitent également un bilan critique : bois anciens de récupération, relations stratigraphiques équivoques avec les mobiliers considérés comme des “fossiles-directeurs” sont des exemples, parmi d’autres, des problèmes qui peuvent se poser.

Il faudra assurément aussi s’ouvrir aux nouvelles investigations du temps par les méthodes physiques et géo-magnétiques des différents matériaux chauffés et transformés par l’Humain. Et discuter des apports et limites des datations absolues à échelle intersites fondées sur les comparaisons entre ensembles clos ou à partir de fossiles-directeurs.

La journée thématique 2020 proposera des bilans synthétiques sur ces méthodes de datations absolues, mais aussi relatives, présentés par des spécialistes au cours de la matinée. L’après-midi sera plus consacré à l’étude de cas démonstratifs de sites archéologiques variés (habitats, nécropoles…) où ces techniques ont été conduites avec succès. Un appel à communication en ce sens est ouvert auprès de tous les collègues.

Merci d’envoyer vos propositions de communications au plus vite à claude.mordant[at]ubourgogne.fr avec un court texte de présentation (3000 signes max.) et une figure pleine page.

Les organisateurs

Thibault Lachenal, Cyril Marcigny, Pierre-Yves Milcent, Claude Mordant, Rebecca Peake, Marc Talon

Journée annuelle d’actualités de l’APRAB 2020 : appel à communications

Journée annuelle d’actualités de l’APRAB

 samedi 7 mars 2020

 Saint-Germain-en-Laye, Musée d’Archéologie Nationale, auditorium

L’APRAB organise en partenariat avec le Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye sa journée annuelle d’actualités et son assemblée générale le samedi 7 mars 2020, à partir de 9h, à l’auditorium du musée (l’entrée du MAN se trouve devant le terminus de la ligne A du RER). L’accès à l’auditorium est libre et gratuit (il faut juste annoncer à l’entrée du musée que l’on vient assister à la journée de l’APRAB).Cette journée sera précédée d’une autre, thématique, consacrée à la mesure du temps à l’âge du Bronze (le vendredi 6 mars 2020 donc).

La journée annuelle de l’APRAB est destinée à rendre compte de l’actualité de  l’archéologie de l’âge du Bronze de l’année écoulée, en France et dans les pays voisins. Les résultats des fouilles  préventives et programmées ainsi que les travaux universitaires soutenus sont  présentés sous forme de communications courtes (10 minutes), en français ou en anglais, suivies d’un très bref temps de discussion. Les membres de l’association à jour de cotisation peuvent retirer leur bulletin annuel (une centaine de pages) et participer à l’assemblée générale de l’association qui est réunie en fin d’après-midi. Les textes correspondant aux communications seront publiés dans le bulletin 2021 qui  sera disponible pour la journée d’actualités suivante (c’est-à-dire le premier samedi du mois de mars). Ce bulletin est ouvert à d’autres informations, notamment à une chronique consacrée à des découvertes ponctuelles et demeurées inconnues : “Glanes de l’âge du Bronze”.

Vous pouvez envoyer vos propositions de communication à Pierre-Yves Milcent, organisateur de la journée pour le compte de l’APRAB, à l’adresse suivante : milcent[at]univ-tlse2.fr .

Veuillez stipuler dans votre message le nom des intervenants, le titre de la communication, éventuellement une préférence quant à l’horaire de passage, et quelques lignes de résumé. Le programme sera établi en fonction de l’ordre d’arrivée des propositions et, aussi, de leur intérêt présumé. Les communications sur les régions jusqu’ici peu représentées dans les journées d’actualités précédentes seront aussi favorisées. Les auteurs des communications doivent s’engager à rendre un court article dans les délais les plus brefs après leur intervention afin d’alimenter le bulletin de l’association.

Pour les “Glanes de l’âge du Bronze”, veuillez envoyer également vos courts articles à Pierre-Yves Milcent : milcent[at]univ-tlse2.fr. Respectez scrupuleusement les normes éditoriales du bulletin : http://aprab.org/bulletins/normes_auteurs.pdf. Si ces articles parviennent d’ici le 31 décembre 2019, ils pourront être publiés dans le bulletin qui sera distribué le 7 mars 2020.

Télécharger l’appel à communications

APRAB Annual meeting

Saturday March 2nd 2019

Saint-Germain-en-Laye, Musée d’Archéologie Nationale, auditorium

The APRAB will be holding its annual meeting and general assembly in partnership with the Musée d’Archéologie Nationale in Saint-Germain-en-Laye at the Museum’s auditorium on Saturday March 7th 2020 from 9am (the museum entrance is next to the RER line A). Access to the meeting is free (by announcing your participation at the APRAB meeting at the museum entrance). The meeting is preceded by a study day on March 6th; the theme this year being about measuring time.

The aim of the APRAB annual meeting is to communicate recent and important discoveries and research pertaining to the Bronze Age in France and its neighbouring countries. This includes the results of preventive and programmed excavations as well as research carried out at Master or PhD level. Papers are 10 minutes long, in french or english, and are followed by a short time for discussion. The APRAB members up to date with their membership fees will receive the annual bulletin and will be invited to attend the general meeting that is held at the end of the day. The papers presented during the annual meeting are published in the 2021 bulletin which will be available the following meeting (the annual meeting is always held on the first Saturday in March). The bulletin also publishes other information, in particular including a column “Bronze Age gleans” dedicated to one-off or unknown discoveries.

Paper proposals can be sent to Pierre-Yves Milcent, organiser of the APRAB meeting at the following address: milcent@univ-tlse2.fr

Please make sure to include the names of all the co-authors, the title of the paper, a short abstract and eventually a preferred time for you paper. The program will be defined in function of the arrival order of the proposals as well as their importance. Papers relating to geographical areas that are more rarely covered will also be given priority. Authors are asked to commit to writing a short paper after the meeting to be published in the APRAB bulletin of the following year.

For the section “Glanes de l’âge du Bronze”, please send you short papers to Pierre-Yves Milcent : milcent@univ-tlse2.fr. We ask you to follow the editorial guidelines of the bulletin to the letter: http://aprab.org/bulletins/normes_auteurs.pdf. If the papers are received by December 31st 2019, they will be published in the March 2020 bulletin.