La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Vient de paraître : 

La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Sous la direction de Emmanuelle du BOUËTIEZ de KERORGUEN, Sylvie PLUTON KLIESCH et Daniel SIMONIN

Revue archéologique d’Île-de-France (4e suppl.)

285 pages
ISSN : 2101-3608
ISBN : 978-2-9552594-1-2
Prix : 25 €

 

Sommaire

La nécropole de Château-Landon « le Camp » a été découverte en 1996-1997 dans le cadre des fouilles préalables à la construction de l’autoroute A77. Elle est située dans le sud-est du Bassin parisien, sur la bordure orientale du plateau du Gâtinais beauceron, où elle occupe une position topographique remarquable sur un éperon dominant la confluence du Loing et du Fusain. Le mobilier livré par les 53 sépultures à incinérations la place à l’étape moyenne du Bronze final et plus particulièrement dans la première partie de son développement, durant les dernières décennies du XIIe siècle avant notre ère et la première moitié du siècle suivant. La typologie des sépultures laisse entrevoir une hiérarchisation basée conjointement sur le degré d’élaboration et sur la richesse matérielle des sépultures. Une évolution, sur un temps relativement court, du mode d’aménagement des sépultures est également perceptible. Sur de nombreux points, il est possible d’établir un rapprochement entre cette nécropole et d’autres qui lui sont immédiatement antérieures. Les données désormais acquises dans le sud-est du Bassin parisien concernant l’évolution des pratiques funéraires, le renouvellement stylistique de la céramique et les modalités de l’occupation du sol au cours du Bronze final montrent que le passage de l’étape ancienne à l’étape moyenne de cette période s’y est effectué sans rupture. Ce constat ne tend guère à valider l’hypothèse d’une diffusion du style céramique « Rhin-Suisse-France orientale » du nord-est vers le sud-ouest à partir d’un pôle d’innovation centré sur la région du Rhin moyen. Il invite à reconsidérer la question sous un autre angle, en mettant notamment en exergue les dynamiques évolutives locales.

 

L’habitat de l’âge du Bronze à La Tène ancienne dans les Hauts-de-France et ses marges

Journée d’étude organisée dans le cadre du PCR HABATA

 

Mardi 14 novembre 2017 – 9h-17h30

Maison de la Recherche, salle des colloques

Université de Lille – Sciences humaines et Sociales. Domaine Universitaire du Pont-de-Bois. 59653 Villeneuve d’Ascq

 

La géographie culturelle des Hauts-de-France, une réalité changeante entre l’âge du Bronze et La Tène ancienne ?

L’aire géographique des Hauts-de-France est un carrefour d’influences, atlantiques, continentales et septentrionales. Si les traditions culturelles sont identifiables – et essentiellement identifiées – à travers le mobilier céramique, l’étude de l’architec­ture des bâtiments et de l’organisation des sites fournit à cet égard des données qui peuvent entrer en résonnance avec celles proposées par la culture matérielle. De plus, ces observations peuvent docu­menter d’autres composantes et d’autres dynamiques.

Cette journée d’étude est l’occasion de sol­liciter nos collègues frontaliers afin qu’ils nous présentent l’état de leurs recherches concernant l’habitat. Sont concernés les pays voisins dont les liens avec les Hauts-de-France à certaines périodes ont déjà été reconnus : l’Angleterre, essentiellement le sud, et la Belgique ; mais également les Pays-Bas. Ce sera aussi l’occasion pour nos collègues de Normandie, d’Île-de-France et de Champagne de faire le point sur la ques­tion de l’habitat dans ces régions. Ce tour d’horizon périphérique exhaustif a pour objectif de parvenir à mettre en exergue les points communs et les différences entre les habitats des Hauts-de-France et ceux des régions voisines.

Des approches transversales prenant en compte les mobiliers, l’architecture des bâtiments et la typologie des fosses, ainsi que des réflexions plus spécifiques contri­bueront à mieux cerner ce qui définit les espaces culturels. La période induite par le projet permet par ailleurs de percevoir des évolutions, de mieux saisir la réalité changeante de la géographie culturelle des Hauts-de-France.

Organisateurs : Emmanuelle Leroy-Langelin, département du Pas-de-Calais et Yann Lorin, Inrap Hauts-de-France

Infos : halma.recherche.univ-lille3.fr

Contact : habata.pcr[at]gmail.com

Programme