Webzine de l’Inrap : l’âge du Bronze

A voir, un dossier sur l’âge du Bronze sur le webzine de l’Inrap !

Après la Préhistoire, qui comprend la Paléolithique, le Mésolithique et le Néolithique, l’âge du Bronze est la première période de la « Protohistoire », appelée aussi « âges des Métaux ». Marqué par d’importantes avancées, tant technologiques que sociales, l’âge du Bronze constitue une étape importante de l’évolution des sociétés européennes. Elle se caractérise par l’usage de la métallurgie du bronze, alliage principalement composé de cuivre et d’étain.

https://www.inrap.fr/periodes/age-du-bronze

Bulletins de l’APRAB

Publié depuis 2003, le bulletin de l’APRAB est disponible intégralement en ligne avec une barrière mobile de deux ans.

Vous pouvez consulter le numéro 14 – 2016, ainsi que tous les bulletins précédents sur le site de l’APRAB.

 

Sommaire du dernier bulletin n° 16 – 2018, paru en mars.

Journée annuelle d’actualités 2017

C. LANDRY, L. TREMBLAY CORMIER, J. SERRALONGUE : Une épée inédite découverte dans le lac d’Annecy (Auvergne-Rhône-Alpes, Haute-Savoie) : réflexion sur les épées savoyardes du Bronze final IIIb – p. 14

S. LEMAITRE, A. DUNY, M. ROSCIO, T. ARGANT et A.-G. CORBORA : Premières données sur les vestiges funéraires de l’âge du Bronze à Saint-Vulbas (Ain) – p. 27

S. GOEPFERT : Marckolsheim « Schlettstadterfeld », fouille 2015. Un occupation protohistorique oragnisée dans le Ried alsacien – p. 39

S. LARDE, E. FRENEE, F. MERCEY, C. DROUET et N. GARNIER : Le site de l’âge du Bronze de Vienne-en- Val « les Terres de Saint-Germain » (Loiret) – p. 51

A. DAVID et D. LOUYOT : Une enceinte du Bronze final à Cléry-Saint André (Centre-Val-de-Loire, Loiret) – p. 57

R. LEBON, D. SIMONIN et L.VALOIS : Des dépôts de pierres gravées relevant du style Haut mont- Malmontagne dans le massif de Fontainebleau – p.  64

L.VAN IMPE, E. WARMEMBOL : Le dépôt du Bronze final découvert à Soy (Erezée, prov. De Luxembourg, Belgique). Une brève présentation – p. 77

G. DE MULDER : La nouvelle récolte. Objets en bronze et détecteurs métaux – p.  83

V. DARTOIS, E. MARE : Nouvelles habitations circulaires du Bronze final à Grossoeuvre «Cissey» (Eure) – p. 93

S. BOULUD-GAZO, G. HERVE, P. LANOS, C. MAITAY, N. MARCOUX et T. VIGNEAU : Une structure de combustion originale datée du Bronze final découverte à Auzay, les Ouches (Vendée). Quelle(s) fonction(s) envisager ? – p. 101

T. POIGT : Les instruments de pesée du nord-ouest de l’Europe à l’âge du Bronze final – p. 110

P. GIRAUD, E. NIVEZ et N. BOULOGNE : Les occupations du Bronze ancien et du Bronze final de Verson « Les mesnils » (Calvados) – p. 118

M. LEVAN : Un hameau du Bronze final à Caudan « Lenn Sec’h » (Morbihan) – p. 130

C. LE CARLIER DE VESLUD, J.-C. LE BANNIER : Les analyses chimiques sur objets métalliques des dépôts terrestres de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer, l’exemple du nord-ouest de la France : pourquoi faire ? – p. 135

L. LE CLEZIO et M. MELIN: De bronze, d’ambre et d’argile. L’histoire d’un dépôt sous un tracé routier
(Rannée, Ille-et-Vilaine) – p. 141

Actualités

B. DUBUIS et A. MONNIER : De nouveaux fragments de vases aviformes du Bronze final découverts en Champagne – p. 152

L. DUMONT et T. LOGEL : L’épée à poignée métallique de Niffer (Haut-Rhin) : un exemple de production occidentale au Bronze moyen – p. 154

Glanes 
Colloques

La Manche, fleuve d’échanges

Vient de paraître : 
La Manche, fleuve d’échanges

De la Préhistoire à Guillaume le Conquérant

80 pages

15,00 €

isbn : 978-2-8151-0405-0

 

Cet ouvrage se propose d’évoquer sur la longue durée les contacts entre les deux rives de la Manche, du Paléolithique à Guillaume le Conquérant.
Centrées principalement sur la Normandie, et plus spécifiquement l’ex-Basse-Normandie, les découvertes des autres régions littorales sont cependant ponctuellement évoquées à l’occasion de découvertes archéologiques emblématiques. Au fil des années, les chercheurs ont tenté de comprendre la nature de ces échanges transmanche, qui dépendent, à certains moments de l’histoire, du niveau de la mer et des conditions climatiques, en étudiant notamment l’évolution du trait de côte ou des paysages. Les fouilles archéologiques dévoilent quant à elles les habitudes économiques, sociales et culturelles des populations vivant sur les rives du fleuve, reflets des différences entre deux peuples, ou de leurs ressemblances.
Un volet plus spécifique est axé sur la navigation au cours des âges et les jalons archéologiques découverts en fouille.

Commande

L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer

Vient de paraître

L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer

Sous la direction de Laurent Carozza, Cyril Marcigny et Marc Talon

Collection « Recherches archéologiques », 12

Inrap – CNRS Editions

2017

376 p.

ISBN : 978-2-271-11587-4

Les cultures de l’âge du Bronze ont longtemps été ardues à déterminer pour les archéologues tant leurs manifestations sont diverses et leurs vestiges ténus. Les cultures de l’âge du Bronze ont longtemps été ardues à déterminer pour les archéologues tant leurs manifestations sont diverses et leurs vestiges ténus. Il aura fallu plus de 25 ans de recherche archéologique préventive pour comprendre que l’âge du Bronze constitue très probablement une période clé dans l’émergence des sociétés hiérarchisées pré-étatiques et dans la construction de notre environnement.

Cet ouvrage est une première synthèse à l’échelle nationale, région par région, d’un programme de recherche toujours en cours, l’enquête nationale Bronze. Ce travail d’exploitation et d’interprétation des données archéologiques et paléoenvironnementales a permis d’apprécier le statut des installations rurales, de mesurer les liens qui unissent ces espaces pour former des réseaux de peuplement et de systématiser l’appropriation symbolique des lieux par ces populations. Il révèle également la place de milieux naturels souvent considérés, à tort, comme marginaux, dans les débuts de la diversification des systèmes socio-économiques.

La nécropole de l’âge du Bronze de Châbles/Les Biolleyres 1

Vient de paraître :

La nécropole de l’âge du Bronze de Châbles/Les Biolleyres 1 (Fribourg, Suisse) 

Duvanel Leyla, Vigneau Henri, Guélat Michel, Mauvilly Michel, Beckmann-Winter Madlena, Kramar Christiane, Olive Claude

Fribourg : Service archéologique de l’Etat de Fribourg, 2017

Archéologie fribourgeoise ; 26

307 p.

ISBN : 9782970095057

Texte intégral en ligne : http://doc.rero.ch/record/306538

Résumé

Dans le cadre des travaux de recherches archéologiques sur le tracé de l’A1 (1975- 2000), la section autoroutière du Service archéologique de l’Etat de Fribourg (SAEF) a eu la chance de mettre au jour, à Murten/Löwenberg et Châbles/Les Biolleyres, deux nécropoles de l’âge du Bronze. Plus d’une quinzaine d’années après la fin des travaux de terrain, la première étude de l’une de ces deux nécropoles, celle de Châbles/Les Biolleyres 1, voit enfin le jour sous forme d’une monographie exclusivement diffusée en ligne. S’agissant d’une nécropole de l’âge du Bronze moyen et récent et, compte tenu du nombre très limité de sites funéraires de cette période fouillés récemment et avec des méthodes appropriées sur le Plateau suisse, on ne pourra qu’être heureux de voir enfin sortir une étude présentant de manière exhaustive, sous forme de catalogue raisonné, les résultats des recherches de terrain. Fouillée sur une surface d’environ 4000 m2, la nécropole de Châbles/Les Biolleyres 1 se caractérise par l’alignement d’au moins neuf «enclos» funéraires quadrangulaires se développant selon un axe est/ouest et renfermant chacun une ou plusieurs inhumations, ainsi que de petits dépôts cinéraires associés à certaines d’entre elles. À proximité immédiate des enclos, d’autres types de structures sont recensés: des crémations, des aires de crémation et des foyers. Un intéressant mobilier métallique, composé d’éléments de parures et/ou d’accessoires vestimentaires en alliage cuivreux, surtout des épingles et des bracelets, y a été mis au jour. L’apogée de l’utilisation de la nécropole de Châbles peut être calée entre 1450 et 1250 avant J.-C. Elle coïncide avec la montée en puissance du rite de la crémation.

La Nécropole Bronze Ancien de Gerzat, Chantemerle (Puy-de-Dôme)

Vient de paraître

DARA 45 – La Nécropole Bronze Ancien de Gerzat, Chantemerle (Puy-de-Dôme)

Sous la direction de Renaud Lisfranc et Joël Vital
ALPARA – Maison de l’Orient et de la Méditerranée
2017
392 p.
ISBN : 978-2-9161125-12-1

Résumé

Au lieu-dit « Chantemerle », sur la commune de Gerzat (Puy-de-Dôme), un ensemble funéraire composé de six enclos circulaires, d’un enclos ovale et de 72 tombes contenant les restes de 83 individus a été fouillé préventivement durant le printemps et l’été 2001. Il couvre une surface d’environ 6 000 m2. Les perspectives d’étude sont très favorables dans la mesure où l’on peut estimer que la fouille a touché la majeure partie de la nécropole au vu de la densité et de la répartition des tombes.

L’aménagement des 72 tombes varie du simple contenant à parois rigides (coffres) à des constructions complexes comportant à la fois un dallage aménagé sur le fond de la fosse, un contenant à parois rigides (coffre), un blocage massif (calage du coffre) et un système de signalisation de surface composé d’un ou plusieurs blocs de basalte.

L’élément structurant de cet ensemble semble résider dans la position et l’orientation des individus inhumés qui reposent, le plus souvent, la tête tournée vers le sud. Au-delà de ce constat, le choix du mode d’inhumation (fosse aménagée, contenant rigide ou souple, pleine terre, association de mobilier) ne laisse rien au hasard. La combinaison des différents critères descriptifs (anthropologiques, architecturaux, dépôts mobiles) a montré des cas récurrents d’associations. Il a été possible de dégager des axes et des groupes structurants au plan spatial, qui ont pu être confrontés aux données de la chronométrie fournies par les radiodatations et l’étude du mobilier céramique et métallique essentiellement. Ainsi, au terme d’une publication minutieuse des constats et arguments, c’est l’histoire globale de cette nécropole, avec ses modalités de recrutement et le statut des individus, qui est mise en évidence.

Cet ensemble sépulcral revêt un caractère exceptionnel par des contours connus, une trame d’organisation spatiale, une longue durée d’utilisation, le nombre et la nature variée des sépultures, une bonne conservation globale des restes osseux, un mobilier particulier. Son étude ouvre de nouvelles perspectives dans l’approche des pratiques funéraires et dans la perception de l’organisation sociale et des courants culturels qui ont marqué cette communauté du Centre de la France. Son intérêt dépasse les frontières nationales et place la nécropole de Gerzat Chantemerle parmi les sites de référence européens du Bronze ancien.

Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale

Vient de paraître : 

Le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale, de la  Mer du Nord à la Méditerranée (XVIIe-XIIIe siècle avant notre ère)

sous la direction de Thibault LACHENAL, Claude MORDANT, Théophane NICOLAS et Cécile VEBER

Actes du colloque APRAB “Bronze 2014”, Strasbourg, 17-20 juin 2014

Strasbourg, Mémoires d’Archéologie du Grand-Est 1, 2017

940 pages

ISBN : 978-2-9561936-0-9

55 €

Sommaire

Ces actes du colloque international 2014 de Strasbourg se présentent comme un bilan des connaissances sur les sociétés des XVIe-XIIe siècles avant notre ère, sur un vaste espace de l’Europe occidentale. Une actualisation des connaissances s’imposait pour intégrer les nombreuses découvertes réalisées depuis en particulier dans le cadre de l’archéologie préventive.

L’ouvrage privilégie tout d’abord les synthèses par régions ou entités spatiales qui ont semblé significatives dans la recherche des géographies culturelles du Bronze moyen. L’objectif est d’interroger successivement les champs de la culture matérielle, des pratiques funéraires, des formes de l’habitat, des modalités et des rythmes de l’occupation. L’origine du Bronze final a été abordée fort logiquement, dans la suite évolutive du Bronze moyen tant il s’avère évident que l’une procède de l’autre.

Pour la France, les avancées portent principalement sur une meilleure connaissance des cultures atlantiques et de celles de la sphère méditerranéenne ; la confirmation est aussi faite de la place éminente des connexions avec le domaine nord-alpin. La question des mobilités humaines en relation avec celle des transferts culturels et techniques reste sous-jacente aux débats.

On trouvera aussi des contributions sur la chronologie relative et absolue de cette période, la gestion et l’organisation de l’espace, les pratiques funéraires, l’organisation de la production métallique.

Cet ouvrage prend place dans la série des colloques internationaux et des publications de synthèse consacrées à l’âge du Bronze tenus en France depuis 30 ans maintenant.

 

The Middle Bronze Age and the origins of the Late Bronze Age in Western Europe, from the North Sea to the Mediterranean

The proceedings of the international conference held in Strasburg in 2014 constitute an overview of our knowledge of the communities of the 17th-12th century BC living in the vast area of Western Europe. This revision has been initiated so as to incorporate the many recent discoveries made within the framework of preventive archaeology.

This work gives priority to syntheses by areas or regions significant to research on the geographical cultures of the Middle Bronze Age with the objective to successively tackle the questions of material culture, funerary practices, settlement types, occupation mode and rhythm. The origins of the Late Bronze Age are logically taken on after the Middle Bronze Age when it is evident that one period proceeds from the other.

The progress made in French research focuses on a better understanding of the Atlantic and Mediterranean cultures and confirms the eminent role of the North-Alpine area. The subject of human motilities in relation to the transfer of techniques and culture underlies current discussions.

The volume also includes overviews on the relative and absolute chronologies of the period, landscape organisation and management, funerary practices as well as the organisation of metal production.

This book is part of an ongoing series of international conferences and published syntheses on the Bronze Age that have been held in France over the last 30 years.

La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Vient de paraître : 

La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Sous la direction de Emmanuelle du BOUËTIEZ de KERORGUEN, Sylvie PLUTON KLIESCH et Daniel SIMONIN

Revue archéologique d’Île-de-France (4e suppl.)

285 pages
ISSN : 2101-3608
ISBN : 978-2-9552594-1-2
Prix : 25 €

 

Sommaire

La nécropole de Château-Landon « le Camp » a été découverte en 1996-1997 dans le cadre des fouilles préalables à la construction de l’autoroute A77. Elle est située dans le sud-est du Bassin parisien, sur la bordure orientale du plateau du Gâtinais beauceron, où elle occupe une position topographique remarquable sur un éperon dominant la confluence du Loing et du Fusain. Le mobilier livré par les 53 sépultures à incinérations la place à l’étape moyenne du Bronze final et plus particulièrement dans la première partie de son développement, durant les dernières décennies du XIIe siècle avant notre ère et la première moitié du siècle suivant. La typologie des sépultures laisse entrevoir une hiérarchisation basée conjointement sur le degré d’élaboration et sur la richesse matérielle des sépultures. Une évolution, sur un temps relativement court, du mode d’aménagement des sépultures est également perceptible. Sur de nombreux points, il est possible d’établir un rapprochement entre cette nécropole et d’autres qui lui sont immédiatement antérieures. Les données désormais acquises dans le sud-est du Bassin parisien concernant l’évolution des pratiques funéraires, le renouvellement stylistique de la céramique et les modalités de l’occupation du sol au cours du Bronze final montrent que le passage de l’étape ancienne à l’étape moyenne de cette période s’y est effectué sans rupture. Ce constat ne tend guère à valider l’hypothèse d’une diffusion du style céramique « Rhin-Suisse-France orientale » du nord-est vers le sud-ouest à partir d’un pôle d’innovation centré sur la région du Rhin moyen. Il invite à reconsidérer la question sous un autre angle, en mettant notamment en exergue les dynamiques évolutives locales.

 

Les gravures piquetées du mont Bego (Alpes-Maritimes). Organisation spatiale et sériation (VIe-IIe millénaire av. J.-C.)

Vient de paraître : 

Les gravures piquetées du mont Bego (Alpes-Maritimes). Organisation spatiale et sériation (VIe-IIe millénaire av. J.-C.)

Thomas HUET

Paris, Société préhistorique française, 2017
166 pages
ISBN : 2-913745-71-7
Prix : 30 € + 7 € (port)

Commander

Le site du mont Bego (Alpes-Maritimes), dit aussi « Vallée des Merveilles », rassemble l’une des principales concentrations d’art rupestre d’Europe occidentale. Le site compte quelque 36 000 gravures – dont 20 000 figuratives : corniformes, formes géométriques, armes et anthropomorphes – réalisées par piquetage sur environ 4 200 blocs et affleurements étagés entre 2000 m et 2700 m d’altitude. La datation et la signification de ces représentations restent encore largement débattues.

Les équipes dirigées par H. de Lumley, au terme d’un travail mené sur plus de quarante ans, ont relevé ces gravures et constitué un corpus qui tend aujourd’hui à l’exhaustivité. Accompagnant ces relevés, le positionnement des roches et les descriptions ont été enregistrés dans une base de données. L’étude de cette documentation dans un système d’information géographique (SIG) et au travers d’analyses statistiques, permet d’identifier des groupements significatifs de gravures. Des effets de sériation et de toposériation sont mis en évidence. Ces effets sont ensuite confrontés aux indices chronologiques apportés par les superpositions de gravures. Ces observations sont suffisamment convergentes pour proposer une périodisation des gravures piquetées. Les figures à franges, des anthropomorphes schématiques, semblent les plus anciennes (période 0), les hallebardes, les personnages et les corniformes naturalistes en forment la strate la plus récente (période 4). Les autres thèmes gravés se distribuent entre ces terminus.

À l’échelle des Alpes occidentales et méridionales, le site du mont Bego est l’un des premiers, au-dessus de 1700 m d’altitude, a être occupé saisonnièrement comme en attestent les découvertes in situ d’éléments appartenant au Cardial et au Chasséen (Néolithique ancien et moyen). Des études paléoenvironnementales révèlent également une précocité des indices d’activités pastorales qui semblent certaines dès le Campaniforme récent (Néolithique final) et le début de l’âge du Bronze. Malgré le manque de connexions directes entre le mobilier archéologique et l’art rupestre, la typologie des représentations d’armes, les périodes d’occupation du site et des comparaisons prises dans des contextes voisins, permettent de faire l’hypothèse d’une longue période de gravure (VIe-IIe millénaire av. J.-C.).

The Mont Bego site (Alpes-Maritimes), also known as « Vallée des Merveilles », is one of the most important concentrations of rock art in Western Europe. The site numbers some 36,000 engravings made by peck marks, among which 20,000 figurative ones (horned figures, geometrical forms, weapons, anthropomorphs), on 4,200 boulders or outcrops tiered between 2,000 and 2,700 meters high. The dating and meaning of theses rock engravings are still heavily debated.

Teams led by H. de Lumley, at the end of a forty-year research, surveyed these rock engravings constituting an almost exhaustive corpus. Accompanying these surveys, locations and descriptions of the rocks have been recorded in a database. The study of this documentation in a geographic information system (GIS), with statistical analyses, permits to identify significant groupings of rock engravings. Seriations and topo­seriations effects are highlighted. These effects are compared to chronological indexes revealed by rock engravings superimpositions. These observations are sufficiently convergent to propose a periodisation of principal engraved themes. Fringed figures, schematic anthropomorphs, seem to be the most ancient ones (period 0). Halberds, human figures and naturalistic horned figures belong to the most recent period (period 4). The others engraved themes have been realised between these terminuses.

At the scale of Western and Southern Alps, Mont Bego site is one of the first, above 1,700 m high, to be occupied seasonally as shown by the in situ discoveries of elements belonging to Cardial and Chassean (Early and Middle Neolithic). Paleoecological corings also show early signals of pastoral activities which seem certain since Recent Bell Beaker (Late Neolithic) and beginnings of Bronze Age. Despite the lack of direct connections between rock art and archaeologic material, typology of weapons representations, occupation periods of the site and comparisons chosen in other contexts, allow to propose the hypotheses of a long period of realisation of rock engravings (6th – 2th millennium BC).

Normes et variabilités au sein de la culture matérielle des sociétés de l’Âge du Bronze

Vient de paraître :

Normes et variabilités au sein de la culture matérielle des sociétés de l’Âge du Bronze

Actes de la journée thématique de la Société préhistorique française, organisée avec l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze
Dijon, 15 juin 2013
Textes publiés sous la direction de Claude Mordant et Stefan Wirth
Paris, Société préhistorique française, 2017
ISBN 2-913745-70-9 [en ligne], 136 p.

L’intégralité des contributions sont disponibles en accès libre sur le site de la Société Préhistorique Française

Cette journée d’étude consacrée aux questions de maîtrise et de contrôle des productions matérielles des sociétés de l’âge du Bronze se place dans la continuité de celle de Nantes 2011 dédiée aux « Artisanats et productions à l’âge du Bronze » (Boulud et Nicolas, 2015). Ces attentions portées aux productions spécialisées et à leurs auteurs dépassent bien sûr les strictes limites de l’âge du Bronze et elles concernent aussi de fait bon nombre de sociétés pré- et protohistoriques. Cependant, la généralisation de l’usage des technologies liées à la métallurgie du bronze illustre parfaitement cette émergence de spécialistes investis à temps complet dans cette activité nouvelle. L’intérêt s’est porté aussi vers d’autres produits comme la céramique, voire des réalisations architecturales et esthétiques comme les stèles « à cerf » des pasteurs nomades de Mongolie. Les études insistent sur l’observation des stigmates de fabrication, témoins des chaînes opératoires ; ces indicateurs révèlent la variabilité des réalisations, mais aussi leurs constantes. Sont abordées ainsi les questions de l’innovation et des transferts techniques, la notion de copie et d’évolution du type.

This study day devoted to questions of craftsmanship and the control of material productions of Bronze Age societies follows on from the Nantes meeting in 2011 on “Bronze Age crafts and productions” (Boulud et Nicolas 2015). Attention was not only focused on specialized productions and craftspeople during the Bronze Age but also many other pre- and protohistoric communities. Nonetheless, the widespread use of technology linked to bronze metalworking illustrates the emergence of specialist workers who were invested in this new activity on a full-time basis. The meeting also focused on other productions such as pottery or even architectural and aesthetic achievements such as the deer steles of the nomadic pastoral tribes of Mongolia. The papers concentrate on observing manufacturing marks that bear witness to the production processes; these indicators show production variability and standardization. The question of innovation and technology transfer are addressed as well as the concept of copy and how types evolved.