La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Vient de paraître : 

La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Sous la direction de Emmanuelle du BOUËTIEZ de KERORGUEN, Sylvie PLUTON KLIESCH et Daniel SIMONIN

Revue archéologique d’Île-de-France (4e suppl.)

285 pages
ISSN : 2101-3608
ISBN : 978-2-9552594-1-2
Prix : 25 €

 

Sommaire

La nécropole de Château-Landon « le Camp » a été découverte en 1996-1997 dans le cadre des fouilles préalables à la construction de l’autoroute A77. Elle est située dans le sud-est du Bassin parisien, sur la bordure orientale du plateau du Gâtinais beauceron, où elle occupe une position topographique remarquable sur un éperon dominant la confluence du Loing et du Fusain. Le mobilier livré par les 53 sépultures à incinérations la place à l’étape moyenne du Bronze final et plus particulièrement dans la première partie de son développement, durant les dernières décennies du XIIe siècle avant notre ère et la première moitié du siècle suivant. La typologie des sépultures laisse entrevoir une hiérarchisation basée conjointement sur le degré d’élaboration et sur la richesse matérielle des sépultures. Une évolution, sur un temps relativement court, du mode d’aménagement des sépultures est également perceptible. Sur de nombreux points, il est possible d’établir un rapprochement entre cette nécropole et d’autres qui lui sont immédiatement antérieures. Les données désormais acquises dans le sud-est du Bassin parisien concernant l’évolution des pratiques funéraires, le renouvellement stylistique de la céramique et les modalités de l’occupation du sol au cours du Bronze final montrent que le passage de l’étape ancienne à l’étape moyenne de cette période s’y est effectué sans rupture. Ce constat ne tend guère à valider l’hypothèse d’une diffusion du style céramique « Rhin-Suisse-France orientale » du nord-est vers le sud-ouest à partir d’un pôle d’innovation centré sur la région du Rhin moyen. Il invite à reconsidérer la question sous un autre angle, en mettant notamment en exergue les dynamiques évolutives locales.

 

Les gravures piquetées du mont Bego (Alpes-Maritimes). Organisation spatiale et sériation (VIe-IIe millénaire av. J.-C.)

Vient de paraître : 

Les gravures piquetées du mont Bego (Alpes-Maritimes). Organisation spatiale et sériation (VIe-IIe millénaire av. J.-C.)

Thomas HUET

Paris, Société préhistorique française, 2017
166 pages
ISBN : 2-913745-71-7
Prix : 30 € + 7 € (port)

Commander

Le site du mont Bego (Alpes-Maritimes), dit aussi « Vallée des Merveilles », rassemble l’une des principales concentrations d’art rupestre d’Europe occidentale. Le site compte quelque 36 000 gravures – dont 20 000 figuratives : corniformes, formes géométriques, armes et anthropomorphes – réalisées par piquetage sur environ 4 200 blocs et affleurements étagés entre 2000 m et 2700 m d’altitude. La datation et la signification de ces représentations restent encore largement débattues.

Les équipes dirigées par H. de Lumley, au terme d’un travail mené sur plus de quarante ans, ont relevé ces gravures et constitué un corpus qui tend aujourd’hui à l’exhaustivité. Accompagnant ces relevés, le positionnement des roches et les descriptions ont été enregistrés dans une base de données. L’étude de cette documentation dans un système d’information géographique (SIG) et au travers d’analyses statistiques, permet d’identifier des groupements significatifs de gravures. Des effets de sériation et de toposériation sont mis en évidence. Ces effets sont ensuite confrontés aux indices chronologiques apportés par les superpositions de gravures. Ces observations sont suffisamment convergentes pour proposer une périodisation des gravures piquetées. Les figures à franges, des anthropomorphes schématiques, semblent les plus anciennes (période 0), les hallebardes, les personnages et les corniformes naturalistes en forment la strate la plus récente (période 4). Les autres thèmes gravés se distribuent entre ces terminus.

À l’échelle des Alpes occidentales et méridionales, le site du mont Bego est l’un des premiers, au-dessus de 1700 m d’altitude, a être occupé saisonnièrement comme en attestent les découvertes in situ d’éléments appartenant au Cardial et au Chasséen (Néolithique ancien et moyen). Des études paléoenvironnementales révèlent également une précocité des indices d’activités pastorales qui semblent certaines dès le Campaniforme récent (Néolithique final) et le début de l’âge du Bronze. Malgré le manque de connexions directes entre le mobilier archéologique et l’art rupestre, la typologie des représentations d’armes, les périodes d’occupation du site et des comparaisons prises dans des contextes voisins, permettent de faire l’hypothèse d’une longue période de gravure (VIe-IIe millénaire av. J.-C.).

The Mont Bego site (Alpes-Maritimes), also known as « Vallée des Merveilles », is one of the most important concentrations of rock art in Western Europe. The site numbers some 36,000 engravings made by peck marks, among which 20,000 figurative ones (horned figures, geometrical forms, weapons, anthropomorphs), on 4,200 boulders or outcrops tiered between 2,000 and 2,700 meters high. The dating and meaning of theses rock engravings are still heavily debated.

Teams led by H. de Lumley, at the end of a forty-year research, surveyed these rock engravings constituting an almost exhaustive corpus. Accompanying these surveys, locations and descriptions of the rocks have been recorded in a database. The study of this documentation in a geographic information system (GIS), with statistical analyses, permits to identify significant groupings of rock engravings. Seriations and topo­seriations effects are highlighted. These effects are compared to chronological indexes revealed by rock engravings superimpositions. These observations are sufficiently convergent to propose a periodisation of principal engraved themes. Fringed figures, schematic anthropomorphs, seem to be the most ancient ones (period 0). Halberds, human figures and naturalistic horned figures belong to the most recent period (period 4). The others engraved themes have been realised between these terminuses.

At the scale of Western and Southern Alps, Mont Bego site is one of the first, above 1,700 m high, to be occupied seasonally as shown by the in situ discoveries of elements belonging to Cardial and Chassean (Early and Middle Neolithic). Paleoecological corings also show early signals of pastoral activities which seem certain since Recent Bell Beaker (Late Neolithic) and beginnings of Bronze Age. Despite the lack of direct connections between rock art and archaeologic material, typology of weapons representations, occupation periods of the site and comparisons chosen in other contexts, allow to propose the hypotheses of a long period of realisation of rock engravings (6th – 2th millennium BC).

Normes et variabilités au sein de la culture matérielle des sociétés de l’Âge du Bronze

Vient de paraître :

Normes et variabilités au sein de la culture matérielle des sociétés de l’Âge du Bronze

Actes de la journée thématique de la Société préhistorique française, organisée avec l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze
Dijon, 15 juin 2013
Textes publiés sous la direction de Claude Mordant et Stefan Wirth
Paris, Société préhistorique française, 2017
ISBN 2-913745-70-9 [en ligne], 136 p.

L’intégralité des contributions sont disponibles en accès libre sur le site de la Société Préhistorique Française

Cette journée d’étude consacrée aux questions de maîtrise et de contrôle des productions matérielles des sociétés de l’âge du Bronze se place dans la continuité de celle de Nantes 2011 dédiée aux « Artisanats et productions à l’âge du Bronze » (Boulud et Nicolas, 2015). Ces attentions portées aux productions spécialisées et à leurs auteurs dépassent bien sûr les strictes limites de l’âge du Bronze et elles concernent aussi de fait bon nombre de sociétés pré- et protohistoriques. Cependant, la généralisation de l’usage des technologies liées à la métallurgie du bronze illustre parfaitement cette émergence de spécialistes investis à temps complet dans cette activité nouvelle. L’intérêt s’est porté aussi vers d’autres produits comme la céramique, voire des réalisations architecturales et esthétiques comme les stèles « à cerf » des pasteurs nomades de Mongolie. Les études insistent sur l’observation des stigmates de fabrication, témoins des chaînes opératoires ; ces indicateurs révèlent la variabilité des réalisations, mais aussi leurs constantes. Sont abordées ainsi les questions de l’innovation et des transferts techniques, la notion de copie et d’évolution du type.

This study day devoted to questions of craftsmanship and the control of material productions of Bronze Age societies follows on from the Nantes meeting in 2011 on “Bronze Age crafts and productions” (Boulud et Nicolas 2015). Attention was not only focused on specialized productions and craftspeople during the Bronze Age but also many other pre- and protohistoric communities. Nonetheless, the widespread use of technology linked to bronze metalworking illustrates the emergence of specialist workers who were invested in this new activity on a full-time basis. The meeting also focused on other productions such as pottery or even architectural and aesthetic achievements such as the deer steles of the nomadic pastoral tribes of Mongolia. The papers concentrate on observing manufacturing marks that bear witness to the production processes; these indicators show production variability and standardization. The question of innovation and technology transfer are addressed as well as the concept of copy and how types evolved.

Bulletin de l’APRAB n° 14 – 2016

Vient de paraître : Bulletin de l’APRAB n° 14 – 2016

Sommaire (télécharger en pdf)

Cbulletinommunications de Saint-Germain-en-Laye, 7 mars 2015

C. GERMAIN-VALLEE, S. PILLAULT et al. : Des occupations de la fin du Bronze ancien et du Bronze moyen/début Bronze final sur le site de Biéville-Beuville « La Haie du Coq » (Calvados, Basse-Normandie).

V. DARTOIS et al. : La nécropole du Bronze final du Moulin à Vent à Bardouville (Seine-Maritime, Haute-Normandie).

E. LEROY-LANGELIN et A. SERGENT : Des traces d’occupation du Bronze final IIb-IIIa à Lauwin-Planque (Nord, Nord-Pas-de-Calais). De la céramique d’influence RSFO dans le Douaisis ?

S. DALLE et G. DE MULDER : Un habitat de l’âge du Bronze et un « champ d’urnes » du Bronze final à Emblem (prov. d’Anvers, Belgique).

N. WILKIN : Une nouvelle épée cérémonielle du type de Plougrescant-Ommerschans trouvée
à Rudham (Norfolk, Angleterre).

V. BRUNET et M. ROSCIO : La nécropole à crémation du Bronze final de Tigéry-ZAC du Plessis-Saucourt (Essonne). Etats de la recherche.

R. COLLAS: Pont-sur-Seine, Le Gué Dehan, Zone 2 (Aube). Un habitat du Bronze final IIIb en bord de Seine.

M. MICHLER : Formes céramiques du Bronze ancien en Alsace. L’apport du site de Gougenheim-Gingsheimer Feld (Bas-Rhin).

C. CROUTSCH et W. TEGEL : Erstein Grasweg-Pape (Bas-Rhin, Alsace) : fouilles 2013-2014. Premiers résultats.

T. LOGEL : Le passage du fleuve : un essai sur l’étude du franchissement du Rhin de l’âge du Bronze à l période moderne à partir des données archéologiques et des ressources écrites.

F. DUCREUX : Les occupations de l’âge du Bronze à Labergement-Foigney Lieudit « Les Côtes Robin » (Côte-d’Or).

C. LAGARDE-CARDONA: Deux occupations de plein air du Bronze final en Dordogne (Aquitaine).

A. GLUCHY : Mise en place d’un référentiel d’images sur le travail du bronzier, du microscope portatif à la tribologie.

J. RIPOCHE : Entre Néolithique et âge du Bronze : ruptures et continuités à la fin du IIIe millénaire en Europe atlantique.

N. AMEYE et al. : L’ensemble funéraire du Bronze ancien à Mouy-sur-Seine, ‘Le Grand Gué » (Seine-et-Marne).

Actualités
Glanes
Colloques

L’usage de la terre à bâtir en France non méditerranéenne durant la Protohistoire : du petit mobilier à l’architecture

terreabatirVient de paraître :

R. Issenmann et Th. Nicolas (dir.)

L’usage de la terre à bâtir en France non méditerranéenne durant la Protohistoire : du petit mobilier à l’architecture

Actes de la journée d’étude de l’APRAB

1er Mars 2013, Musée d’Archéologie Nationale

Bulletin de l’APRAB, Supplément n° 2, 2016

117 p.

Couverture et sommaire en pdf.

Sommaire

R. ISSENMANN et T. NICOLAS : Introduction

C.-A. DE CHAZELLE : Problématiques et méthodes des recherches sur les vestiges de construction et de mobiliers en terre crue.

C. RICHE, A.-C. BAUDRY et C. CAMMAS : L’architecture en terre du site de Choisy-au-Bac (Oise). Exemple d’une approche croisée des données archéologiques et micromorphologiques. Données de terrain et perspectives d’étude.

A. FERRIER et S. TORON : Étude comparée des restes de terre à bâtir provenant de deux sites du premier âge du Fer (Hall C-D1) du nord-est de la France : Entzheim-Geispolsheim (Bas-Rhin) et Loisy-sur-Marne (Marne).

P. MAGUER avec la collaboration de M. LINLAUD : Le bâtiment E1 de Saint-Georges-lès-Baillargeaux : un exemple typique d’architecture domestique laténienne en terre et bois de La Tène D1b/D2a.

L. MANOVOLA-JEANDHEUR : A propos des bâtiments et de leurs décors du Néolithique et du Chalcolithique de la région de Stara Zagora (Bulgarie).

N. PARISOT, E. THIRAULT, B. NICOLLE, M. DOUSSE et R. PICAVET : Récipients et torchis du Bronze ancien sur le site de Clermont-Ferrand « Petit Beaulieu » (Puy-de-Dôme, France).

S. NORMANT et G. FRONTEAU : Les vestiges en terre crue du site Bronze final IIIb/Hallstatt C de Pasly « Derrière Longpont » (Aisne) : essai de chaîne opératoire.

D. MINNI, N. SCHNEIDER et M. TRAUTMANN : Étude des terres à bâtir de la LGV EE, regard croisé sur des sédiments archéologiques.

J. COULON : La dégradation des argiles cuites en milieu lacustre : approche expérimentale et pistes de réflexion.

E. BONNAIRE : Les murs ont des glumelles… Étude du dégraissant végétal de la terre à bâtir, indices de techniques et de savoirs-faires.

S. GROETEMBRIL : Enduits pré-romaines : aspects décoratifs et techniques.

Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières

Vient de paraître :

Jean GUILAINE, Jean VAQUER et Jean ZAMMIT (dir.)

Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières, Archives d’Écologie Préhistorique, Toulouse, 364 p. ISBN : 9782358420150

couv_Las-Claousas-212x300Trois petites cavités des Hautes-Corbières (Aude), les grottes III et IV de Las Claousos à Auriac et la grotte René-Carrié à Termes, ont fait l’objet de recherches préhistoriques au début des années soixante du XXe siècle. Cet ouvrage rend compte de ces travaux et présente les contenus anthropologique et mobilier mis au jour. Les auteurs réactualisent les vestiges découverts dans le contexte des connaissances d’aujourd’hui. Ils tentent également d’analyser le fonctionnement funéraire de ces modestes galeries dans le cadre chrono-culturel de la préhistoire récente du Sud de la France.

 

Commander sur le site des Archives d’Ecologie Préhistorique.

Télécharger la table des matières de l’ouvrage.

 

Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée. Arles et Fontvieille

par Jean GUILAINE, Gérard SAUZADE, Xavier MARGARIT

Jean Claude GOLVIN – Illustrateur
Claélia PIGEAUD – Photographe

 parution-hypogees-guilaine_1442236107948-jpgPeu connus du public mais évoqués dans toutes les grandes synthèses d’archéologie européenne, les hypogées d’Arles ou de Fontvieille (commune sur le territoire de laquelle ces monuments sont situés) constituent l’un des fleurons mégalithiques de la Préhistoire et de la Protohistoire françaises. Ce sont des cavités artificielles, creusées de main d’homme dans la roche de la montagne des Cordes et du plateau du Castelet pour servir de sépulcre à des populations ayant vécu lors du Néolithique finissant, entre 3 300 et 2 000 avant notre ère. L’une d’elles, la “grotte des Fées”, par ses dimensions exceptionnelles est un monument unique en son genre.
Cet ouvrage réhabilite ces édifices, en dresse un bilan photographique, en présente les vestiges archéologiques, en réécrit l’histoire des recherches. Dans une large fresque, il les insère dans le contexte des sociétés méditerranéennes qui, au IVe et IIIe millénaires avant J.-C., ont également eu recours pour leurs défunts à des tombeaux taillés dans le roc. Il montre toutefois que, par leur conception architecturale, les monuments arlésiens constituent un exemple tout à fait singulier à l’échelle de la Méditerranée. Ce livre est donc aussi une invitation à la mise en valeur et à la restauration d’un patrimoine protohistorique hors du commun.

Errance, Hors collection, Juin 2015.
ISBN 978-2-87772-544-6

http://www.actes-sud.fr/catalogue/archeologie/les-hypogees-protohistoriques-de-la-mediterranee-dvd

Artisanats et productions à l’âge du bronze

515_ckeditor_perso_37032_55f181d83b9dd_1Vient de paraître : Artisanats et productions à l’âge du bronze. Actes de la journée de la Société Préhistorique Française, Nantes, 8 octobre 2011

Séance en ligne 4

sous la direction de Sylvie BOULUD-GAZO et Théophane NICOLAS

L’intégralité des contributions sont disponibles en accès libre sur le site de la Société Préhistorique Française

Résumé : La journée d’étude consacrée aux artisanats et aux productions à l’âge du Bronze a permis de présenter des approches variées et complémentaires, et de mobiliser les données les plus récentes afin de dresser un tableau synthétique des connaissances actuellement disponibles pour la France et les régions voisines.

Différentes directions ont été envisagées pour établir les bases d’une discussion. Les mobiliers archéologiques liés aux multiples artisanats et productions de l’âge du Bronze ont été observés à la lumière de leur(s) contexte(s) de découverte et replacés en regard de ce que l’on sait des ateliers de production et/ou des structures artisanales actuellement reconnus sur le terrain. La métallurgie et les productions céramiques font bien évidemment partie des artisanats évoqués, mais une place privilégiée a été également réservée aux productions plus rarement considérées comme les outillages lithiques et l’ambre. Des approches plus techniques, en particulier pour la reconnaissance des chaînes opératoires suivies dans la réalisation de certains objets complexes, permettent d’aborder d’autres questions comme celle de l’identification de zones de production ou encore celle de la circulation et des échanges au sein d’un territoire déterminé. Une réflexion plus théorique a été ouverte sur la « valeur » et le statut des objets fabriqués et sur la pertinence des appellations traditionnellement utilisées : productions domestiques – productions de prestige – productions funéraires ? Enfin, cette rencontre a donné l’occasion de réfléchir et de discuter sur le rôle et la position des artisans au cœur les sociétés de l’âge du Bronze.

Abstract : This study day on Bronze Age crafts and productions has provided a forum to discuss new perspectives in research, using the most recent data from France and neighbouring areas. Different aspects were addressed. Firstly, the crafted Bronze Age objects were studied taking into consideration the context of their discovery, whilst linking them to our knowledge of the actual workshops and productions sites that have been excavated in the field. Metalworking and pottery production were of course addressed, but other lesser known crafts such as stone tools and amber production were also discussed. More technical aspects such as the definition of the chaines operatoires for the production of complex objects were considered, which led on to other questions on production areas and also on circulation and exchange within an identified territory. A more theoretical approach was also examined on the ‘value’ and the status of produced objects and the pertinence of their traditional designations: domestic – prestige – funerary productions? To conclude, this study day has provided the opportunity to reflect on the role and the position of craftspeople in Bronze Age society.

Sylvie BOULUD-GAZO et Théophane NICOLAS (dir.), Artisanats et productions à l’âge du bronze. Actes de la journée de la Société Préhistorique Française, Nantes, 8 octobre 2011, Paris, Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze et Société préhistorique française (Séances, 4) – 153 pages –  ISBN 2-913745-63-6

 

Les nécropoles de l’âge du Bronze de Courcelles (Loiret)

 

img-1-small480

Vient de paraître : Les nécropoles de l’âge du Bronze de Courcelles (Loiret). 

Approches des pratiques funéraires au début du Bronze final dans le Gâtinais occidental.

Collection “ Archéologie de l’autoroute A19 ”, vol. 2

sous la direction d’Hélène Froquet-Uzel

ISBN 978-2-913272-42-2

319 pages

35 € + port

© FERACF Tours 2015

Ouvrage publié avec le concours de la Région Centre-Val de Loire et de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.

Résumé : Deux nécropoles datées de l’étape initiale du Bronze final final (fin xive– début xiie s. avant J.-C.) ont été mises au jour sur le tracé de l’autoroute A19. Constituées chacune d’une quinzaine de sépultures à incinérations, leur originalité repose sur la délimitation de la plupart des tombes par de remarquables couronnes de pierres dont les diamètres varient entre 1 et 10 m. Cette spécificité relève manifestement d’une adaptation locale, les populations ayant su tirer parti des matériaux présents sur place et mettre en œuvre des principes architecturaux jusqu’alors inédits en région Centre.

À Courcelles, on constate que si la pratique de l’incinération est bien maîtrisée, l’analyse comparée des deux sites met en exergue la variété des comportements déployés autour de la mort et du traitement du défunt, depuis le bûcher funéraire jusqu’au dépôt dans la tombe. La continuité d’occupation des deux sites permet ainsi de suivre l’évolution des comportements funéraires sur deux siècles.

Enfin, bien que la majorité des défunts soit accompagnée d’un mobilier assez modeste au regard des comparaisons établies avec les ensembles funéraires des vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine, les assemblages étudiés offrent un corpus de référence pour affiner la typochronologie régionale et appréhender les composantes culturelles locales. Il apparaît que les communautés vivant dans le nord du Loiret se rattachent à la sphère culturelle orientale des groupes cannelés septentrionaux dont elles adoptent, dans les grandes lignes, les traditions mobilières, tout en conservant une certaine indépendance sur le plan stylistique.

Sommaire et bon de commande