Mesurer le temps de l’âge du Bronze : programme

Mesurer le temps de l’âge du Bronze

Journée thématique APRAB
Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
6 mars 2020

Télécharger le programme et les résumés des communications

Cette question de la mesure du temps reste une préoccupation majeure des archéologues et des spécialistes de l’âge du Bronze bien sûr. Si, globalement, cette période occupe en France une plage de 15 siècles environ calée entre 2300 et 800 avant notre ère, il convient toujours de préciser les limites des étapes majeures de l’évolution des sociétés de l’âge du Bronze, mais également de mieux apprécier la place réelle dans le temps des sites étudiés.
La précision de la typochronologie des ensembles de la culture matérielle a profité de l’accroissement de données issues de l’archéologie préventive avec une meilleure possibilité de traitements statistiques. Les phasages qui en résultent illustrent bien la dynamique interne des sites, mais il reste indispensable de caler dans le temps calendaire ces séquences, céramiques pour la plupart des sites.

Dans le domaine des chronologies absolues, les datations 14 C se sont généralisées et aussi « banalisées », parfois sans qu’elles aient été suffisamment choisies et basées sur des échantillons pertinents. Un examen critique de la mise en œuvre de ces datations, puis de leurs prises en compte dans la chronologie des sites doit être poursuivi.

Par ailleurs, les traitements statistiques bayésiens des dates 14 C permettent de
meilleures approches des temps d’occupation.

Les datations dendrochronologiques, obtenues en milieux humides généralement, nécessitent également un bilan critique : bois anciens de récupération, relations stratigraphiques équivoques avec les mobiliers considérés comme des «fossiles-directeurs» sont des exemples, parmi d’autres, des problèmes qui peuvent se poser.

Il faudra assurément aussi s’ouvrir aux nouvelles investigations du temps par les méthodes physiques et géo-magnétiques des différents matériaux chauffés et transformés par l’Homme. Et discuter des apports et limites des datations absolues à échelle inter-sites fondées sur les comparaisons entre ensembles clos ou à partir de fossiles-directeurs.

Cette journée thématique précédera la journée d’actualités annuelle de l’APRAB, qui se tiendra le samedi 7 mars.

Programme

9h / 9h 30 : accueil

Les méthodes et outils statistiques

 9h 30 – 9h 50 : Christine Oberlin (Responsable du Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR CNRS ArAr et Lyon1) et Marc Talon (Conservateur Régional de l’Archéologie de Bourgogne Franche-Comté, UMR 8164 Halma CNRS, Université de Lille, ministère de la culture) : Du bon usage des datations 14C

9h 50 – 10h 10 : Vincent Bernard (CNRS, UMR CReAAH, Univ. Rennes) : Dater à tout prix ? La dendrochronologie de l’âge du Bronze à l’épreuve des courtes séries temporelles.

10h 10 – 10h 30 : Philippe Lanos et Philippe Dufresne (CNRS, UMR 5060 IRAMAT, CRP2A, Université Bordeaux-Montaigne et Géosciences-Rennes, Université Rennes 1) : Composer le temps en archéologie avec ChronoModel : de la statistique bayésienne à la modélisation chronologique. Les chronologies

10h30 – 10h50 : Mireille David-El Biali (Université de Genève) : Appel à un usage cohérent des méthodes de mesure du temps à l’âge du Bronze

10h 50 – 11h 20 : pause

11h 20 – 11h 40 : Pierre-Yves Milcent (Université de Toulouse) : Séquencer l’âge du Bronze en France ?

11h 40 – 12h : Dirk Brandherm (Université de Belfast) : Problèmes chronologiques de l’âge du Bronze en Méditerranée, du Levant à l’Espagne… 12h – 14h : déjeuner

Quelques exemples et études de cas

14h – 14h 20 – Jan Vanmoerkerke (Service régional de l’Archéologie Grand Est, Châlons-en-Champagne) : Ré-écrire l’âge du Bronze de la Champagne au travers des dates radiocarbones.

14h20 -14h 40 – Edward Caswell (Headland Archaeology, UK) and Benjamin Roberts (Durham University, UK) : Booms and Busts in settlements, burials and chronologies: a new model for the Bronze Age in Britain.

14h 40 -15 h : Guy De Mulder, Eugène Warmenbol, Christophe Snoeck, Dries Tys, Martine Vercauteren, Mathieu Boudin et l’équipe CRUMBEL (Université de Gand et Bruxelles) : Le projet CRUMBEL. Archéométrie et os incinérés du Néolithique final à l’époque mérovingienne en Belgique.

15h-15h20 : Mafalda Roscio (Eveha Auvergne, Rhône Alpes), Cyril Marcigny (Inrap Normandie), Fabrice Muller (Inrap Auvergne-Rhône-Alpes) : Datations radiocarbone et modélisation bayésienne de la nécropole du Bronze final de Migennes « Le Petit Moulin » (Yonne).

15h 20 – 15h 40 : Thibault Lachenal (CNRS 5140 UMR Archéologie des Sociétés Méditerranéennes Montpellier) : Chronologie de l’âge du Bronze en France méditerranéenne : périodisation céramique et datations absolues

15h 40 – 16h : Joël Vital (UMR 5140, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Montpellier) : Les datations radiocarbone de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) et leurs conséquences sur la compréhension de la dynamique d’occupation du site.

16h – 16h 20 – pause

16h 20 – 16h 40 : Yann Mamin et Laure Prétôt (Service archéologique Canton de Berne) : L’usage des datations radiocarbones dans une optique de chronologie relative ? Les premières tendances du site d’habitat de Kehrsatz, Breitenacher (Suisse)

16h 40 -17h : Christophe Croutsch, Estelle Rault (Archéologie Alsace, Sélestat), Willy Tegel (Universié Fribourg-en-Brisgau) : Chronologie absolue et typochronologie : approches croisées. L’exemple du Parc d’Activités du Pays d’Erstein (Alsace, France).

17h – 17h 20 : Yves Billaud (DRASSM Marseille) : La pénurie face à l’abondance des palafittes : de la meilleure utilisation des analyses dendrochronologiques dans un contexte budgétaire contraint.

17h 20 – 18h : Conclusion finale

Du bon usage des méthodes de datation et de leur croisement pour préciser le temps calendaire

Le temps calendaire / le temps culturel La primauté du calendrier…. ? : et donc, quel calendrier pour l’âge du Bronze en France…..

 

Mesurer le temps à l’âge du Bronze : appel à communications

« Mesurer le temps à l’âge du Bronze »

Journée thématique de l’APRAB

– vendredi 6 mars 2020, auditorium du MAN à St-Germain-en-Laye –

Télécharger l’appel à communications

Cette question de la mesure du temps reste une préoccupation majeure des archéologues et des spécialistes de l’âge du Bronze bien sûr. Si, globalement, cette période occupe en France une plage de 15 siècles environ calée entre 2300 et 800 avant notre ère, il convient toujours de préciser les limites des étapes majeures de l’évolution des sociétés de l’âge du Bronze, mais également de mieux apprécier la place réelle dans le temps des sites étudiés.

La précision de la typo-chronologie des ensembles de la culture matérielle a profité de l’accroissement de données issues de l’archéologie préventive avec une meilleure possibilité de traitements statistiques. Les phasages qui en résultent illustrent bien la dynamique interne des sites, mais il reste indispensable de caler dans le temps calendaire ces séquences, céramiques pour la plupart des sites.

Dans le domaine des chronologies absolues, les datations 14C se sont généralisées et aussi « banalisées », parfois sans qu’elles aient été suffisamment choisies et basées sur des échantillons pertinents. Un examen critique de la mise en oeuvre de ces datations, puis de leurs prises en compte dans la chronologie des sites, doit être poursuivi. Par ailleurs, les traitements statistiques bayésiens des dates 14C permettent de meilleures approches des temps d’occupation des sites.

Les datations dendrochronologiques, obtenues en milieu humide généralement, nécessitent également un bilan critique : bois anciens de récupération, relations stratigraphiques équivoques avec les mobiliers considérés comme des « fossiles-directeurs » sont des exemples, parmi d’autres, des problèmes qui peuvent se poser.

Il faudra assurément aussi s’ouvrir aux nouvelles investigations du temps par les méthodes physiques et géo-magnétiques des différents matériaux chauffés et transformés par l’Humain. Et discuter des apports et limites des datations absolues à échelle intersites fondées sur les comparaisons entre ensembles clos ou à partir de fossiles-directeurs.

La journée thématique 2020 proposera des bilans synthétiques sur ces méthodes de datations absolues, mais aussi relatives, présentés par des spécialistes au cours de la matinée. L’après-midi sera plus consacré à l’étude de cas démonstratifs de sites archéologiques variés (habitats, nécropoles…) où ces techniques ont été conduites avec succès. Un appel à communication en ce sens est ouvert auprès de tous les collègues.

Merci d’envoyer vos propositions de communications au plus vite à claude.mordant[at]ubourgogne.fr avec un court texte de présentation (3000 signes max.) et une figure pleine page.

Les organisateurs

Thibault Lachenal, Cyril Marcigny, Pierre-Yves Milcent, Claude Mordant, Rebecca Peake, Marc Talon

Aménager, organiser et utiliser les espaces domestiques à l’âge du Bronze : approches expérimentales

Journée thématique annuelle de l’APRAB
Vendredi 2 mars 2018
Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Programme (télécharger)

9h Accueil des participants

9h15 Introduction

9h30 Claude ALBORE LIVADIE (Université de Naples), Elena SORIANO (doctorante, Université d’Aix-en-Provence)
L’habitat de Nola – Croce del Papa: analyse fonctionnelle du mobilier, distribution, organisation des activités de la vie quotidienne.

10h10 Gloria FERNANDEZ GARCIA (Université de Saragosse)
L’introduction de l’adobe dans l’architecture domestique du nord‐est ibérique à la fin de l’Âge du Bronze et le début de l’Âge du Fer.

10h50 Pause café

11h Anne-Charlotte BAUDRY (Inrap), Alessandro PEINETTI (doctorant, Université de Montpellier), Cécilia CAMMAS (Inrap), Nathalie BUCHEZ (Inrap), Paul DUBOIS (Inrap), Érick MARIETTE (Inrap)
L’apport de l’expérimentation dans l’analyse de l’architecture en terre de l’occupation Bronze/Fer de Choisy-au-Bac (Oise) : méthode, bilan et perspectives.

11h40 Fabien LANGENEGGER (Latenium)
Maisonnées, espaces villageois, dynamiques de peuplement : préconception et maintenance d’un habitat collectif sur plusieurs générations à la fin de l’âge du Bronze au bord du lac de Neuchâtel.

12h20 Pause déjeuner

14h Agata ULANOWSKA (doctorante, Université de Varsovie)
Warp-weighted loom set in a space. More about operating the warp-weighted loom in the Aegean Bronze Age.

14h40 Katarzyna ŻEBROWSKA (doctorante, Université de Varsovie)
The Middle Bronze Age Aeolian textile production in light of recent experiments.

15h20 Bastien RUEFF (doctorant, Université de Paris I)
De l’expérimentation à l’espace vécu. L’éclairage par les lampes, les activités et l’architecture dans les bâtiments crétois de l’âge du Bronze (3200 – 1100 av. J.-C.).

16h Pause

16h10 Maxime RAGEOT (Université de Tubingen), Kewin PECHE-QUILICHINI (Inrap)
50 nuances de brai : (re)production expérimentale de produits adhésifs utilisés en Corse autour de la transition Bronze/Fer.

16h50 Maurizio CATTANI (Université de Bologne), Florencia DEBANDI (doctorante, Université de Bologne), Alessandro PEINETTI (doctorant, Université de Montpellier)
La contribution de l’archéologie expérimentale à l’étude des installations domestiques pour la préparation d’aliments à l’âge du Bronze en Italie : techniques de mise en oeuvre, fonctionnement et processus de dégradation.

17h30 Vincent LASCOUR (Inrap)
Expérimentation, recherche, didactique et transmission au grand public.

18h10 Apéritif

Les organisateurs,
Marilou NORDEZ (post-doctorante, laboratoire TRACES, Toulouse – UMR 5608)
marilou.nordez[at]gmail.com

Kewin PECHE-QUILICHINI (Inrap ; laboratoire ASM, Montpellier – UMR 5140)
kewin.peche-quilichini[at]inrap.fr

Mafalda ROSCIO (Éveha Lyon)
mafalda.roscio[at]gmail.com

Aménager, organiser et utiliser les espaces domestiques à l’âge du Bronze : approches expérimentales

Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze

Journée thématique annuelle – Vendredi 2 mars 2018

Musée d’Archéologie Nationale, Saint-Germain-en-Laye

Appel à communication

Si les méthodes classiques de l’archéologie sont en constante évolution, elles ne suffisent pas toujours à appréhender les questions de production, de construction et d’utilisation des objets ou des structures. La démarche expérimentale, développée dans les années 1980 et désormais incontournable en archéologie, vise à combler ces lacunes en mettant à l’épreuve des hypothèses et chaînes opératoires théoriques à travers une approche empirique, centrée sur la restitution des gestes, procédés et savoir-faire anciens.

Considérée comme auturgique, elle implique de faire par soi-même, permettant la manipulation et l’analyse de l’élément étudié après l’avoir produit et/ou utilisé à nouveau. Dans cette démarche, l’archéologue apprend en faisant, mais aussi en mettant en perspective le produit de ses expérimentations avec les vestiges archéologiques.

Lorsqu’elle est rigoureusement menée, elle permet d’éclairer des aspects portant aussi bien sur l’outillage, les matériaux mis en œuvre, les gestes réalisés, le temps qu’ils nécessitent, ou encore les processus de consommation et d’utilisation. Alors que l’aspect technique a longtemps constitué la colonne vertébrale de ces approches, cette « discipline indisciplinée » (car non institutionnalisée) tend aujourd’hui à se diversifier dans ses desseins comme dans ses méthodes. En résulte un éventail toujours plus large de champs d’études (artisanats, industries, architectures, modes d’usage et d’entretien, gestions de l’espace, agriculture, etc.) et de solutions, les programmes pluridisciplinaires de ces dernières décennies ayant démontré toute la complémentarité des approches archéologiques, archéométriques et expérimentales, que les nouveaux outils numériques permettent de valoriser.

Cette journée d’étude se concentre sur les approches expérimentales mises en œuvre autour de l’espace domestique au cours de l’âge du Bronze et des périodes limitrophes. L’objectif sera de contribuer à en préciser certains aspects, concernant aussi bien la construction que les activités qui se déroulent au sein et autour de l’habitat, et ainsi établir le lien entre l’espace et sa gestion fonctionnelle.

Il apparaît notamment indispensable de poursuivre les questionnements autour des méthodes de construction protohistoriques et de l’organisation des structures villageoises. Les élévations ne sont que rarement conservées et les plans mis en évidence par les opérations préventives sont de plus en plus nombreux : l’expérimentation constitue un outil de choix pour rétablir le lien entre les données archéologiques disponibles et manquantes. De plus, il est aujourd’hui avéré qu’une partie des activités artisanales se déroulait en lien direct avec l’espace domestique et permettent de mieux cerner le fonctionnement interne des communautés. Enfin, des travaux récents démontrent qu’il est possible de restituer certains aspects de la vie quotidienne : c’est également à ces recherches qui entrent dans l’intimité des habitats que nous souhaitons laisser la parole.

Nous souhaitons articuler cette journée autour de trois axes structurants :

  • L’architecture de l’espace domestique
  • Exploitation du bois et des ressources végétales
  • Alimentation et gestion des produits d’origines animales.

Merci de nous transmettre vos propositions de communication ou de poster avant le 17 novembre 2017 aux adresses indiquées ci-dessous.

Les organisateurs,

Marilou NORDEZ (post-doctorante, laboratoire TRACES, UMR 5608) marilou.nordez[at]gmail.com

Kewin PECHE-QUILICHINI (RO Protohistoire corse, Inrap Méditerranée) baiucheddu[at]gmx.fr

Mafalda ROSCIO (céramologue, Éveha Lyon) mafalda.roscio[at]gmail.com

« Autour de la table » : les posters

Les posters présentés lors de la journée thématique APRAB Autour de la table. L’alimentation à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer du 3 mars 2017 sont consultables en ligne :

La Monédière (Bessan, Hérault, France) : étude carpologique d’un comptoir du premier âge du Fer
Rachël Pinaud-Querrac’h (Inrap, UMR ASM 5140), Nuria Rovira (MCF-UPV 3), Eric Gailledrat (CNRS, UMR ASM 5140) et Alexandre Beylier (UMR ASM 5140)

Déjeuner au bord du Léman – Que mange-t-on au Bronze final III à Chens sur Léman ?
Sylvie Cousseran-Néré (Inrap, UMR 8215-Trajectoires), Eric Néré (Inrap, UMR 5138-ArAr). coll : D. Lalaï, C. Mougin

Cuisiner et manger au Bronze final IIIa – L’exemple des Jardins de Ribray à Epannes (Deux-Sèvres)
Anna Baudry (Inrap, UMR 6566 CReAAH), Anne Bouchette †, Christophe Maitay (Inrap), Stéphane Vacher (Inrap) et Blandine Larmignat (Inrap)

Analyses d’un dépôt de céramiques du Bronze final à Vienne-en-Val (Loiret) – Quelles substances biologiques pour quelle(s) fonction(s) ?
Sophie Lardé (Inrap, UMR 8215-Trajectoires), Nicolas Garnier (UMR 8546-AorOc), Eric Frénée (Inrap, UMR 8546- AorOc) et Florent Mercey (Inrap)

Inscription : journée thématique et journée d’actualités 2017

En raison du plan Vigipirate, l’accès au Musée d’Archéologie nationale est limitée, une inscription est donc obligatoire  pour se rendre à la journée thématique et à celle d’actualités.

Adresse : https://www.inscription-facile.com/form/PCv8iCrYkrx2ze9FlcgF

Autour de la table. L’alimentation à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer

7-CHT233789

Autour de la table. L’alimentation à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer

Shall we dine? Food and Diet during the Bronze Age and the Early Iron Age

Journée thématique APRAB du vendredi 3 mars 2017
Musée d’Archéologie Nationale à Saint-Germain-en-Laye

En raison du plan Vigipirate, l’accès au Musée d’Archéologie nationale est limitée, une inscription est donc obligatoire  pour se rendre à cette journée thématique.

Programme

 

Autour de la table : l’alimentation à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer

7-CHT233789

« Un repas à l’âge du bronze », extrait de Louis Figuier « L’Homme primitif », Hachette, 1870. Gravure d’Emile-Antoine Bayard.

Journée thématique APRAB du vendredi 3 mars 2017

Musée d’Archéologie Nationale à Saint-Germain-en-Laye

Entre mer et terre, sauvage et domestique, nous vous proposons de nous retrouver autour du thème de l’alimentation à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer.  Que mange-t-on, que boit-on, quelles sont les modalités d’acquisition et de transformation des denrées, les façons de consommer, de conserver et de diffuser?

Cette thématique n’a encore été abordée que de façon partielle et souvent monodisciplinaire pour cette période chronologique. Nous souhaitons l’explorer par le biais de  différentes méthodes et disciplines (archéozoologie, archéobotanique, archéologie, analyses chimiques et isotopiques, ethnologie, expérimentation,…..) afin d’approcher les pratiques alimentaires et sociales des communautés anciennes européennes.

La journée sera organisée autour de communications orales de 20 minutes et de posters. Elle sera suivie d’une publication.

Appel à communication

Organisation

Ginette Auxiette
Caroline Mougne
Rebecca Peake
Françoise Toulemonde

Merci de nous adresser par mail vos propositions avant le 30 septembre 2016 autourdelatable2017@gmail.com

 

Shall we dine? Food and Diet during the Bronze Age and the Early Iron Age

APRAB Study day Friday, March 3rd 2017

Musée d’Archéologie Nationale à Saint-Germain-en-Laye

Between sea and land, wild and domesticated, you are invited to join us for our annual study day to discuss all aspects relating to food during the Bronze Age and the Early Iron Age.  What did people eat and drink? How was food produced and transformed? How was it consumed, preserved and traded?

The subject of food and diet has up until now only been partially addressed for this chronological period, often in monodisciplinary studies. Our objective is to combine different methods and academic disciplines (zooarchaeology, archaeobotany, archaeology, chemical and isotopic analyses, ethnology, experimentation, …) to gain a better understanding of dietary and social practices of ancient European communities.

The meeting is organised around 20 minute papers. It is also possible to submit a poster. All papers and posters will be published.

Call for paper

Organisation

Ginette Auxiette
Caroline Mougne
Rebecca Peake
Françoise Toulemonde

The deadline for paper and poster proposals is September 30th 2016 : autourdelatable2017@gmail.com

Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europe

Journée thématique du 4 mars 2016
Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europece797311fac39898925cac70c0b79ba8Saint-Germain-en-Laye – Musée d’Archéologie nationale

Programme

Résumés des communications

9h – Ouverture de la salle. Inscription des participants

9h20 – Accueil par les organisateurs. Anne LEHOËRFF (Université de Lille 3, UMR 8164 HALMA)

9h40 – AurORe. Représentations solaires sur la vaisselle et sur les disques en or trouvés en Europe nordique et atlantique. Barbara ARMBRUSTER (CNRS, UMR 5608 TRACES)

10h10 – Solar imagery in the Irish Early Bronze Age. Mary CAHILL (National Museum of Ireland, Dublin)

10h40– 11h pause

11h – L’étude des décors céramiques figuratifs du Mailhac I et des décors apparentés (Bronze final IIIb). Contextes, méthodes et premiers résultats. Thomas HUET (Labex Archimede, UMR 5140, ASM–CNRS–Université Paul Valéry 3)

11h30 – Le bracelet richement orné à la croisée des imaginaires de l’Âge du bronze.
Vincent GEORGES (INRAP Rhône-Alpes Auvergne, UMR 6298 ArTeHiS)

12h – L’organisation de l’ornement et la place de la figuration au Bronze final en Europe
moyenne (XIIIe au IXe siècles av. n. è.). Stefan WIRTH (Université de Bourgogne, UMR 6298 ArTeHiS)

12h30–14h pause déjeuner

14h – Le cycle solaire dans le monde nordique. Le cheval, le canard, et, pourquoi pas, le cachalot ! Eugène WARMENBOL (Université libre de Bruxelles)

14h30 – L’aube de Skìnfaxi : imaginaire et représentations célestes dans le Nord-Ouest de l’Europe à l’Âge du bronze. Florent MATHIAS (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8215 Trajectoires)

15h00 – Le rôle de la représentation du cerf à l’Âge du bronze en Haute Asie
Jérôme MAGAIL (Musée d’Anthropologie Préhistorique, Monaco)

15h30–15h50 pause

15h50 – Spear-bearers in pictures and practice: revisiting socio-realistic representation in figurative rock art. Steven MATTHEWS (University of Groningen, Groningen Institute of Archaeology)

16h20 – Rock Art as Materialized Ideologies. Social praxis and regional variations in Bronze Age Scandinavian Rock art. Johan LING (University of Gothenburg)

16h50 – Why represent what’s real? On the significance of figurative designs in Bronze Age Europe. Sebastian BECKER (University of Cambridge)

17h20 – Débats et conclusions

Posters
Fleshing out the stickman: Understanding Scandinavian Bronze Age Anthropomorphic Rock Carvings – Lisa-Elen MEYERING (University of Cambridge)

Analyse de différents éléments de l’imaginaire en Europe centrale au Bronze final et au
Premier âge du fer – Rita SOLAZZO (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

L’accès à la salle est libre, mais en raison du plan de sécurité VIGIPIRATE, chaque
participant doit s’inscrire sur un registre à l’entrée, ce qui nécessite du temps. Merci d’en tenir compte pour votre arrivée.

Il est également demandé aux participants de pas venir avec leur valise.

Cette manifestation précédera la Journée annuelle d’actualités de l’APRAB du 5 mars 2016 qui se tiendra également à l’auditoire du Musée d’Archéologie nationale.

Organisation de la Journée thématique 2016 de l’APRAB :
Anne LEHOËRFF
Florent MATHIAS
Stefan WIRTH

logo_aprab_p  LogoMAN   Impression

Appel à communication : Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europe

Journée thématique organisée par l’APRAB

Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europe

Musée d’Archéologie nationale (Saint-Germain-en-Laye)

4 mars 2016

Salle de conférences 9h – 17h 30

friseaprab

L’homme met en image le monde qui l’entoure ou se représente lui-même de manière complexe et arythmique au fil de son histoire. Sa propre image vient tardivement et inégalement. Durant le Paléolithique, les figurations humaines sont peu nombreuses, moins fréquentes semble-t-il que celles du monde animal, mais pas absentes non plus comme en attestent les statuettes féminines du gravettien, réparties dans toute l’Europe ou certains motifs sur les parois de grottes ornées. Les caractéristiques sexuelles sont alors très marquées, au point de constituer parfois le motif lui-même, et l’individu qu’il représente. Au Néolithique, différents supports servent à représenter l’homo sapiens : parois, céramiques. Selon les lieux, les thématiques varient et se jouent des formes du support qui porte la figure : des visages, des scènes de chasse ou de combat, de rares moments de la vie quotidienne. Dans le même temps, des thématiques liées au monde animal, végétal ou à un monde symbolique ne semblent n’avoir de place que dans certains lieux, sans qu’aucune société n’adopte de manière claire et définitive ce mode d’expression.

L’Âge du bronze reste une période inégale sur le plan de l’image avec certaines concentrations de représentations (gravures scandinaves ou alpines), mais aussi des larges secteurs de la production matérielle où la figuration ne semble guère s’imposer. Parallèlement, des motifs récurrents sont visiblement des symboles au sein d’un répertoire complexe. Dans certaines aires culturelles seulement, ils intègrent des éléments de la nature, des individus, des animaux. Ailleurs, l’absence de la figuration est presque totale, comme si un tabou empêchait la production des images.

Aborder la question de la représentation au sein des sociétés orales est délicat en raison de la polysémie structurelle de la mise en image, renforcée par l’absence de toute forme explicative et narrative par l’écrit pour le décrypter. Les productions connues semblent parfois relativement simples à appréhender car le registre iconographique comporte des données qui renvoient à des références d’ordre naturaliste identifiables pour les chercheurs. Lorsque la part du symbolique est plus marquée, l’analyse devient plus complexe, renvoyant à une représentation de soi et du monde dont une large part échappe aux codes actuels. Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, la codification est inhérente à la mise en image elle-même. La valeur iconique est un jeu entre le producteur et le spectateur, dans le cadre de conventions collectivement partagées.

Quelles sont les motivations pour représenter des éléments de la nature, voire sa propre humanité ? Quelles sont les thématiques sélectionnées, dans quels registres, sur quels supports et avec quelles techniques ? Peut-on mesurer quelle est la part entre une forme de réalité sociétale et le choix d’une certaine représentation du monde ? Quels rôles, enfin, ces représentations peuvent-elles jouer ?

Ces interrogations aujourd’hui devenues classiques pour le Paléolithique supérieur ou le second Âge du fer, ne sont que partiellement traitées pour l’Âge du bronze. Cette journée d’étude thématique de l’APRAB a pour objectif d’aborder le sujet à travers différents exemples européens et questionnements, présents y compris dans les débats des philosophes, plasticiens, historiens de l’art ou sociologues/anthropologues tournés vers l’étude de l’image et ses fondements, omniprésente aujourd’hui.

Des communications synthétiques sur ce thème sont attendues d’une durée de 20 mn (avec 5mn de discussion). Possibilité aussi de posters sur des études de cas plus ciblées.

Elles seront publiées dans les suppléments au Bulletin de l’APRAB.

Merci de transmettre vos propositions au plus vite à :

Anne LEHOERFF anne.lehoerff[at]univ-lille3.fr

Stefan WIRTH stefan.wirth[at]u-bourgogne.fr

Télécharger l’appel à communication (français/anglais)