Le caché dévoilé. Technologies LiDAR et 3D appliquées à la recherche architecturale dans l’archéologie des âges des métaux

La Commission Scientifique « Âges des métaux en Europe » de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP)

Le caché dévoilé. Technologies LiDAR et 3D appliquées à la recherche architecturale dans l’archéologie des âges des métaux

6-9 juin 2020 (Ávila, Espagne)

Télécharger le programme provisoire du colloque

De nos jours, grâce aux modèles 3D de bâtiments et d’objets, les technologies infographiques livrent des résultats surprenants en termes de valorisation. Sans minimiser l’importance de ces grandes « vieilles » maquettes architecturales en bois et carton, comme celle du rempart de la Heuneburg, par exemple, les nouvelles plateformes infographiques fournissent des résultats plus accessibles et plus simples, pleins de couleurs, de détails et de ressources, maintenant plus que jamais. Par rapport à l’investissement en temps, en compétences et en matières premières de qualité sur ces modèles physiques, les nouvelles imprimantes 3D peuvent produire des maquettes plus propres, plus rapidement et à moindre coût. Cependant, ces discours attractifs se basent souvent sur des connaissances très faibles, avec une présence minime de la stratigraphie et des contextes archéologiques. Les illustrations muséographiques ne devraient pas être utilisées sans la publication des données de base, qui sont rarement valorisées par les entreprises et les élus qui choisissent. Pour ces raisons, l’infographie est devenue un outil très pertinent pour la restitution du passé, même si leur complexité peut mener l’archéologue à se demander s’il est un préhistorien ou un technicien informatique. Donc, nous croyons fermement que les logiciels de restitution virtuelle sont un outil inestimable pour la recherche archéologique, à condition de ne pas les dissocier des données d’origine.
A l’occasion de cette réunion, nous proposons une discussion sur des méthodes et des protocoles pour l’usage scientifique des technologies 3D appliquées à la recherche de l’architecture des âges de métaux en Europe. L’orthophotographie par satellite et par drone, combinée aux relevés LiDAR et par géo-radar, fournissent des résultats solides qui, couplés aux restitutions 3D, et à des analyses architecturales, ethnographiques, stratigraphiques et chronologiques nous permettent de développer une recherche plus solide et innovante.
Comme résultat principal, l’organisation du colloque vise à promouvoir un texte concret, une charte de principes qui constituerait un document d’orientation pour l’applications des technologies numériques à la recherche archéologique et, surtout, à l’étude de l’architecture et des matériaux de la Préhistoire des âges des métaux en Europe. Ce document permettrait de proposer à la communauté scientifique un ensemble de lignes spécifiques pour l’utilisation de technologies numériques dans le cadre de projets de reconstruction ou de restitution de bâtiments et de matériaux archéologiques avec un degré de vraisemblance, de rigueur et de fidélité à la connaissance scientifique élevés.
Le cadre chronologique du colloque correspond au périmètre de la Commission qui le promeut, les âges de métaux, de la période chalcolithique à la fin de l’âge du Fer. Des contributions portant sur des structures datées de la fin du Néolithique ou le début de la période romaine pourront être acceptées à condition qu’elles restent pertinentes par rapport aux objectifs et aux axes méthodologiques du colloque.

Dans ce sens le cadre géographique européen pourra être élargi à toute la Méditerranée et, aussi, à toute autre région quand l’intérêt le justifie.
Le colloque se déroulera autour de quatre axes de recherche, où seront priorisées les propositions sur des cas d’étude d’applications infographiques, donc les résultats doivent servir à établir des conclusions pratiques pour d’autres sites et domaines archéologiques des âges des métaux. Toutes les contributions devront être inédites et présenter un degré d’innovation méthodologique remarquable.
1er axe de débat : L’infographie appliquée à l’étude archéologique de l’architecture
L’application de relevés et de modélisations infographiques à la caractérisation et la restitution des bâtiments est, peut-être, la branche la plus développée des domaines étudiés ici, sans doute pour la taille et l’ampleur des restes archéologiques. C’est pourquoi ces applications sont devenues les outils les plus efficaces pour les archéologues, architectes, muséographes et restaurateurs pour la restituions des bâtiments anciens, et en même temps renforcer des connaissances grâce à des techniques non destructives, plus rapides et moins coûteuses que les fouilles.

2ème axe de débat : L’infographie appliquée aux matériaux archéologiques en architecture
Les techniques de relevé et de modélisation numériques ont favorisé l’ouverture des nouvelles pistes de recherche sur les matériaux archéologiques, et ils ont permis des résultats surprenants et il y a quelques décennies. La possibilité de réaliser des restitutions virtuelles de matériaux brisés ou incomplets ont ouvert ces nouvelles voies d’interprétation qui doivent s’appuyer sur des données solides et cohérentes.

3ème axe de débat : L’infographie appliquée à la muséographie de l’architecture en archéologie
Enfin, les techniques de relevé et de représentation en 3D montrent leur impact plus profond dans les ressources muséographiques. Leur application aux stratégies de diffusion et divulgation, notamment de l’architecture par la restitution virtuelle des bâtiments et des procédés techniques, a permis des progrès spectaculaires dans la présentation des idées et matériaux au public. L’usage traditionnel des supports audiovisuel dans les musées et les expositions a été déplacé par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, comme les vidéos en ligne, les réseaux de communication ou les outils dans les systèmes d’éducation qui permettent l’interaction entre l’émetteur et le récepteur.
4ème axe de débat : L’infographie appliquée à l’archéométrie de l’architecture
De nombreuses avancées technologiques ont permis le développement des analyses géochimiques, bioarchéologiques, et amélioré la capacité d’analyse, leur degré de précision et leurs mécanismes de transmission et de diffusion, favorisant la compréhension et l’interprétation des données dans les processus historiques qu’étudient l’archéologie et l’histoire.

Les contacts entre l’Europe et le Maghreb aux âges des métaux

XIXe congrès mondial UISPP
Meknès (Maroc) 1–6 septembre 2020

Appel à communication

Session 16A – Les contacts entre l’Europe et le Maghreb aux âges des métaux

Cette session a pour objectif de fournir une plateforme de discussion relatives aux données archéologiques et aux cadres théoriques abordant le sujet des contacts culturels entre l’Europe et le Maghreb au cours des âges des métaux, du début du Chalcolithique à la fin de l’âge du Fer. Les contributions concernant les dynamiques sociales impliquées dans de tels contacts sont particulièrement appréciées, de même que les contributions examinant le contexte économique de la présence d’objets exogènes provenant de la rive opposée de la Méditerranée. Nous acceptons également les études comparatives relatives aux contacts culturels provenant de contextes géographiques similaires (e.g. contacts entre l’Anatolie et le sud-est de l’Europe, entre les deux rives de la mer rouge, etc) ou pendant d’autres périodes de l’histoire humaine, aussi bien que des contributions examinant les cadres théoriques qui permettent d’interpréter et de comprendre les situations de contact culturel d’une façon plus générale, mais à la condition que ces communications soient pertinentes dans le cadre de la session.

Merci de soumettre votre proposition de communication sur
https://uispp2020.sciencesconf.org/user/submit

La date limite de soumission des propositions de communication est le 30 avril 2020.
Dirk Brandherm (d.brandherm@qub.ac.uk) – Luis Berrocal Rangel (luis.berrocal@uam.es) – Davide Delfino (davdelfino@gmail.com)

Pour plus d’informations sur le XIXe congrès UISPP visitez https://www.uispp.org/2020-meknes

La parure en métal de l’âge du Bronze moyen atlantique

Vient de paraître :
La parure en métal de l’âge du Bronze moyen atlantique
Marilou NORDEZ

Société préhistorique française, 2019, 404 p., M65

ISBN 2-913745-77-6 – EAN 9782913745773

Sommaire

A compter du xve siècle avant notre ère en Europe atlantique, des ornements corporels en bronze ont été enfouis en très grand nombre, principalement en contexte de dépôts non funéraires. Les parures métalliques de France nord-occidentale sont au coeur de cette étude et sont également mises en perspective avec celles des régions voisines, à savoir le Sud de l’Angleterre, la moitié méridionale de la France et, plus ponctuellement, l’Europe du Nord. La prise en compte d’une aire géographique étendue a permis d’envisager différentes échelles et réseaux de production et de diffusion des bijoux en alliages à base de cuivre.

Un enjeu majeur de cet ouvrage est de préciser le concept de Bronze moyen atlantique grâce à l’examen typo-technologique et contextuel de la parure métallique. Certains aspects culturels, socio-économiques, techniques et symboliques ont pu être abordés très précisément par l???étude des parures métalliques, à la fois d’après l’analyse fine de leur morphologie et de leur décor, des traces de fabrication et d’utilisation, de leur contexte, des objets et structures associés, ainsi que de leurs modalités d’enfouissement. Outre l’élaboration d’une typologie renouvelée et l’affirmation de l’obsolescence de certains types de bracelets (Bignan) et d’épingles (Picardie), c’est aussi la démonstration de l’emploi généralisé de la technique de la fonte à la cire perdue dès le Bronze moyen, de pratiques d’enfouissement particulières et d’échanges à très longues distances qui peuvent être mentionnés comme principaux apports de cette publication.

En définitive, la parure en bronze s’avère être un excellent marqueur pour l’étude des sociétés de l’âge du Bronze moyen atlantique, dont cet ouvrage pluridisciplinaire contribue à préciser les cadres socio-économiques et techniques, la définition des entités géographiques et les subdivisions chronoculturelles.

From the 15th century BC onwards, a large number of bronze body ornaments were deposited beneath the ground in Atlantic Europe, mainly in the context of hoards. The metal ornaments of north-western France form the core of this study and are compared with those of neighbouring regions, namely the South of England, the southern half of France and, more occasionally, Northern Europe. By taking into account a wide geographical area, one can consider different scales and networks for the production and distribution of ornaments made from copper-based alloys.

A major goal of this book is to clarify the concept of the Atlantic Middle Bronze Age through the typo-technological and contextual analysis of metal ornaments. Their detailed study enables the exploration of a number of cultural, socio-economic, technical and symbolic aspects, in terms of morphology and decoration, traces of manufacture and use, depositional context and associated elements. In addition to the development of a renewed typology and the affirmation of the obsolescence of certain types of bracelets (Bignan) and pins (Picardy), the main results of this study are the demonstration of widespread use of lost-wax casting from the Middle Bronze Age onwards, as well as particular depositional practices and long-distance exchanges.

Ultimately, bronze ornaments are proving to be effective markers in the analysis of Atlantic Middle Bronze Age societies. This multidisciplinary study not only helps to clarify their socio-economic and technical framework, but also redefines geographical entities and chrono-cultural subdivisions.

Plus d’informations : http://www.prehistoire.org/shop_515-47841-5204-800/m65-2019-la-parure-en-metal-de-l-age-du-bronze-moyen-atlantique-de-marilou-nordez.html

CTHS Prix de thèse spécialité Préhistoire, Protohistoire ou Anthropologie

La fondation du Comité des travaux historiques et scientifiques organise un concours de thèse d’archéologie, spécialité préhistoire, protohistoire, ou anthropologie, rédigée en français en 2018 ou en 2019.

Inscriptions ouvertes du 1er février au 31 mars 2020.

Sur la base d’une courte présentation de leur thèse et d’un projet de remaniement, les candidat-es devront montrer leur aptitude à dégager clairement la nouveauté et la richesse du contenu scientifique de leur travail.

Les membres du jury seront sensibles à la qualité rédactionnelle des travaux. En demandant aux lauréat-es un effort de réécriture pour passer d’une thèse à un livre, le jury souhaite toucher un public ne se limitant pas au seul cercle des spécialistes.

Toutes les informations pour candidater sont ici http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/concours-theses-archeologie-fondation-du-cths

Journée annuelle d’actualités 2020 : programme

Journée annuelle d’actualités 2020 de l’APRAB
en partenariat avec le Musée d’Archéologie Nationale

– samedi 7 mars 2020 à Saint-Germain-en-Laye –

logo_aprab_p

 Salle de conférence du Musée d’Archéologie Nationale, château de Saint-Germain-en-Laye (accès aisé par le RER ligne A ; l’auditorium est au fond de la cour du château). L’accès à la salle est libre, mais en raison du plan de sécurité, l’entrée peut nécessiter plus de temps que d’habitude. Merci d’en tenir compte pour votre arrivée.

Cette manifestation sera précédée, le vendredi 6 mars, d’une journée d’étude thématique intitulée « Mesurer le temps de l’âge du Bronze »

Programme (Version pdf)

Accueil des participants à partir de 9h

COMMUNICATIONS

9h – Accueil et introduction

9h 15 – Isabelle LE GOFF & Myriam LEPUIL-TEXIER : objets périssables en contexte de crémation. Apport de la tomodensitométrie.

9h30 – Emmanuelle LEROY-LANGELIN & Déborah DELOBEL : Leulinghen-Bernes : une nécropole à enclos circulaire de l’âge du Bronze sur le littoral du Pas-de-Calais (Hauts-de-France).

9h45 – Emmanuelle LEROY-LANGELIN, Cyril MARCIGNY, Henri GANDOIS, Emmanuel GHESQUIERE & Anne LEHOËRFF : Prospections autour d’un dépôt de haches anglaises dans un contexte Manche-Mer du Nord, à Escalles (Pas-de-Calais, Hauts-de-France).

10h – Khoukha AYATI : L’âge du cuivre et du Bronze en Algérie, état de la question.

10h15 – Nikolas PAPADIMITRIOU : “Gold embroidery’: an impressive style of decoration for elite Mycenaean weapons.

10h30 Pause

11h – Nikolas PAPADIMITRIOU : Comparing Mycenaean ‘gold embroidery’ with the ‘gold-stud decoration’ used in Armorican and Wessex EBA daggers.

11h15 – Barbara ARMBRUSTER : Les pendentifs “à corbeille” en or de l’âge du Bronze ancien : un phénomène à la fois atlantique et européen.

11h30 – Thibaud POIGT : De Poids et de Mesure : instruments de pesée et métrologie pondérale à l’âge du Bronze en Europe occidentale.

11h45 – Rebecca PEAKE & le collectif du PCR « Les populations de l’âge du Bronze en France » : Recherches sur la mobilité et la paléo-alimentation – le PCR Bronz’Pal.

12h à 14h – Repas libre

14h – Julie HERNOT, Marion HUET, Quentin BORDERIE & Pierre WECH : La nécropole de l’âge du Bronze (moyen/final) du Neubourg (Eure, Normandie).

14h15 – Gaëlle MEYNIEUX : A propos des lingots de l’âge du Bronze : tentative de définition.

14h30 – Léonard DUMONT, Rolande SIMON-MILLOT & Benoît MILLE : L’épée « cérémonielle » de Plougrescant (Côtes-d’Armor, Bretagne).

14h45 – Sébastien GOEPFERT, Marie PHILIPPE & Luc VERGNAUD : Un dépôt céramique du Bronze final IIb-IIIa à Marlenheim (Bas-Rhin, Alsace) : approches morphologique, technologique et fonctionnelle d’un assemblage particulier.

15h – Simon SEDLBAUER : L’approvisionnement en eau à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer en Lorraine : les puits du site de la “Rue d’Alger” à Manom (Moselle, Lorraine).

15h15 – Matthieu MICHLER, Loïc BOURY, Alexandra CONY, Christophe CROUTSCH, Pierre DUMAS-LATTAQUE, Clément FELIU, Sébastien GOEPFERT, Audrey HABASQUE-SUDOUR, Florent JODRY, Charlotte LEDEUC, Cédric LEPERE, Bertrand PERRIN, Nicolas PEYNE, Estelle RAULT, Guillaume SEGUIN, Yohann THOMAS, Marieke VAN ES, Cécile VEBER, Luc VERGNAUD &Julian WIETHOLD : Nouvelles découvertes de l’âge du Bronze à l’ouest de Strasbourg (diagnostics et fouilles COS).

15h30 – Nathalie ACHARD-COROMPT & Alexandre MONNIER : Deux installations de l’étape finale du Bronze final dans la plaine crayeuse : Creney-près-Troyes “Le Poëlon” (Aube) et La Veuve “Champ Pertaille” (Marne, Champagne).

15h45 – Vincent RIQUIER : Un village du Bronze final au beau milieu de la Champagne (Faux-Fresnay).

16h – Frank DUCREUX & Nicolas TIKONOFF : L’occupation de la confluence Loire / Allier à l’âge du Bronze. L’exemple du site de Magny-Cours, le Pré de la Fontaine / les Pruniaux (Bourgogne).

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’APRAB

16h40 -17h 30 : AG pour les membres à jour de cotisation

Mesurer le temps de l’âge du Bronze : programme

Mesurer le temps de l’âge du Bronze

Journée thématique APRAB
Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
6 mars 2020

Télécharger le programme et les résumés des communications

Cette question de la mesure du temps reste une préoccupation majeure des archéologues et des spécialistes de l’âge du Bronze bien sûr. Si, globalement, cette période occupe en France une plage de 15 siècles environ calée entre 2300 et 800 avant notre ère, il convient toujours de préciser les limites des étapes majeures de l’évolution des sociétés de l’âge du Bronze, mais également de mieux apprécier la place réelle dans le temps des sites étudiés.
La précision de la typochronologie des ensembles de la culture matérielle a profité de l’accroissement de données issues de l’archéologie préventive avec une meilleure possibilité de traitements statistiques. Les phasages qui en résultent illustrent bien la dynamique interne des sites, mais il reste indispensable de caler dans le temps calendaire ces séquences, céramiques pour la plupart des sites.

Dans le domaine des chronologies absolues, les datations 14 C se sont généralisées et aussi « banalisées », parfois sans qu’elles aient été suffisamment choisies et basées sur des échantillons pertinents. Un examen critique de la mise en œuvre de ces datations, puis de leurs prises en compte dans la chronologie des sites doit être poursuivi.

Par ailleurs, les traitements statistiques bayésiens des dates 14 C permettent de
meilleures approches des temps d’occupation.

Les datations dendrochronologiques, obtenues en milieux humides généralement, nécessitent également un bilan critique : bois anciens de récupération, relations stratigraphiques équivoques avec les mobiliers considérés comme des «fossiles-directeurs» sont des exemples, parmi d’autres, des problèmes qui peuvent se poser.

Il faudra assurément aussi s’ouvrir aux nouvelles investigations du temps par les méthodes physiques et géo-magnétiques des différents matériaux chauffés et transformés par l’Homme. Et discuter des apports et limites des datations absolues à échelle inter-sites fondées sur les comparaisons entre ensembles clos ou à partir de fossiles-directeurs.

Cette journée thématique précédera la journée d’actualités annuelle de l’APRAB, qui se tiendra le samedi 7 mars.

Programme

9h / 9h 30 : accueil

Les méthodes et outils statistiques

 9h 30 – 9h 50 : Christine Oberlin (Responsable du Centre de Datation par le Radiocarbone, UMR CNRS ArAr et Lyon1) et Marc Talon (Conservateur Régional de l’Archéologie de Bourgogne Franche-Comté, UMR 8164 Halma CNRS, Université de Lille, ministère de la culture) : Du bon usage des datations 14C

9h 50 – 10h 10 : Vincent Bernard (CNRS, UMR CReAAH, Univ. Rennes) : Dater à tout prix ? La dendrochronologie de l’âge du Bronze à l’épreuve des courtes séries temporelles.

10h 10 – 10h 30 : Philippe Lanos et Philippe Dufresne (CNRS, UMR 5060 IRAMAT, CRP2A, Université Bordeaux-Montaigne et Géosciences-Rennes, Université Rennes 1) : Composer le temps en archéologie avec ChronoModel : de la statistique bayésienne à la modélisation chronologique. Les chronologies

10h30 – 10h50 : Mireille David-El Biali (Université de Genève) : Appel à un usage cohérent des méthodes de mesure du temps à l’âge du Bronze

10h 50 – 11h 20 : pause

11h 20 – 11h 40 : Pierre-Yves Milcent (Université de Toulouse) : Séquencer l’âge du Bronze en France ?

11h 40 – 12h : Dirk Brandherm (Université de Belfast) : Problèmes chronologiques de l’âge du Bronze en Méditerranée, du Levant à l’Espagne… 12h – 14h : déjeuner

Quelques exemples et études de cas

14h – 14h 20 – Jan Vanmoerkerke (Service régional de l’Archéologie Grand Est, Châlons-en-Champagne) : Ré-écrire l’âge du Bronze de la Champagne au travers des dates radiocarbones.

14h20 -14h 40 – Edward Caswell (Headland Archaeology, UK) and Benjamin Roberts (Durham University, UK) : Booms and Busts in settlements, burials and chronologies: a new model for the Bronze Age in Britain.

14h 40 -15 h : Guy De Mulder, Eugène Warmenbol, Christophe Snoeck, Dries Tys, Martine Vercauteren, Mathieu Boudin et l’équipe CRUMBEL (Université de Gand et Bruxelles) : Le projet CRUMBEL. Archéométrie et os incinérés du Néolithique final à l’époque mérovingienne en Belgique.

15h-15h20 : Mafalda Roscio (Eveha Auvergne, Rhône Alpes), Cyril Marcigny (Inrap Normandie), Fabrice Muller (Inrap Auvergne-Rhône-Alpes) : Datations radiocarbone et modélisation bayésienne de la nécropole du Bronze final de Migennes « Le Petit Moulin » (Yonne).

15h 20 – 15h 40 : Thibault Lachenal (CNRS 5140 UMR Archéologie des Sociétés Méditerranéennes Montpellier) : Chronologie de l’âge du Bronze en France méditerranéenne : périodisation céramique et datations absolues

15h 40 – 16h : Joël Vital (UMR 5140, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Montpellier) : Les datations radiocarbone de la grotte de la Chauve-Souris à Donzère (Drôme) et leurs conséquences sur la compréhension de la dynamique d’occupation du site.

16h – 16h 20 – pause

16h 20 – 16h 40 : Yann Mamin et Laure Prétôt (Service archéologique Canton de Berne) : L’usage des datations radiocarbones dans une optique de chronologie relative ? Les premières tendances du site d’habitat de Kehrsatz, Breitenacher (Suisse)

16h 40 -17h : Christophe Croutsch, Estelle Rault (Archéologie Alsace, Sélestat), Willy Tegel (Universié Fribourg-en-Brisgau) : Chronologie absolue et typochronologie : approches croisées. L’exemple du Parc d’Activités du Pays d’Erstein (Alsace, France).

17h – 17h 20 : Yves Billaud (DRASSM Marseille) : La pénurie face à l’abondance des palafittes : de la meilleure utilisation des analyses dendrochronologiques dans un contexte budgétaire contraint.

17h 20 – 18h : Conclusion finale

Du bon usage des méthodes de datation et de leur croisement pour préciser le temps calendaire

Le temps calendaire / le temps culturel La primauté du calendrier…. ? : et donc, quel calendrier pour l’âge du Bronze en France…..

 

Sessions Protohistoire EAA 2020 Budapest

Le prochain congrès de l’EAA (European Association of Archaeologists) se tiendra à Budapest du 26 au 30 août prochains ; la thématique générale est “Networking!”. A titre informatif, vous trouverez ci-dessous une liste (non exhaustive) des sessions au cours desquelles il sera plus particulièrement question de la Protohistoire. Il vous suffit de cliquer sur le numéro de session pour accéder au résumé correspondant :

– Session: #45 – Current Research on Bronze and Iron Ages Hoards

– Session: #89 – Luxury in life and death in the European Iron Age. Identity – elite networks – economy – arts and crafts

– Session: #92 – Disentangling inequality and its mechanisms in late prehistoric Europe through isotope analysis

– Session: #192 –  Craft networking in the Neolithic and Chalcolithic through analyses of ceramic technological traits

– Session: #201 – Children of the Bronze Age: connecting Europe from the time of Bell Beakers to the Urnfield period

– Session: #209 – The Carpathian Basin as a melting pot? Perspectives on social and cultural diversity from the Neolithic to the Bronze Age

– Session: #211 – Truly interdisciplinary science! Ceramic, metal, glass, and stone provenancing studies as tools to understand the archaeology of trade and exchange

– Session: #234 – Collapse in the Basin: regional perspectives on the 1500–1200 BC transition in the Carpathian Basin

– Session: #249 – Going beyond diffusion Vs migration: Perspectives on social change in Bronze Age Mediterranean Europe and ‘The third science revolution’

– Session: #279 – Neolithic and Bronze Age tells and their networks in the Carpathian Basin and beyond

– Session: #336 – Experiencing networks: practices of trade and value assessment through time and space

– Session: #372 – Networks of chronology and chronological networks

– Session: #376 – Networks and mobility in the 3rd-2nd millennium BCE between the middle-Danube and the Adriatic area: new ideas and interdisciplinary approaches

– Session: #450 – The 3rd millennium BCE: from cultural phenomena to networks?

Les propositions de communication sont à déposer avant le 13 février.

 

Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages.

VIe Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte

organisées par Bibracte, Centre archéologique européen

09 et 10 mars 2020

Programme des rencontres / Meeting program

Télécharger le programme / Download the program

 

Dimanche 08 Mars 2020 / Sunday, March 08th 2020

14:00-19:00 Arrivée des participants / Arrival of the participants

19:00 Repas / Dinner

 

Lundi 9 Mars/ Monday, March 9th

7:30-8:15 Petit-déjeuner / Breakfast

8:30-8:45 Accueil du comité d’organisation / Welcome address of the organizing committee

8:45-9:00 Introduction du comité scientifique / Introduction from the scientific committee

 

Session 1 : Organisation spatiale des habitats et territoires / Settlements spatial organization and territories

9:00-9:25 Marine RODÉ (Université de Strasbourg, France): Habitats et territoires du nord-est de la France au premier âge du Fer

9:25-9:50 Clara FLORES BARRIO (Autonomous University / Complutense University, Madrid, Spain): The occupation of mountainous areas: settlement and territory in the foothills of the Betic Cordillera (Albacete, Spain)

9:50-10:15 Maxime WALTER (Université de Strasbourg, France): Prendre de la hauteur, contempler son sujet : étude de l’environnement des sites perchés protohistoriques dans la vallée du Rhin supérieur

10:15-10:35 Pause / Coffee break

10:35-11:00 Lofajová Danielová BARBORA (Masaryk University, Brno, Czech Republic / Orava Museum, Dolný Kubín, Slovaquia): The hillforts in Orava region (NE Slovakia) – the formation of cultural landscape and settlement strategies in Iron age

11:00-11:25 Jakub TAMAŠKOVIČ (Constantine the Philosopher University, Nitra, Slovak Republic): Hilltop sites as part of the complex settlement system from the Bronze Age to Iron Age – Case study Liptov region (northern Slovakia)

11:25-11:45 Posters

Anna LOY (Christian-Albrecht University, Kiel, Germany): Paysages défensifs – Traces de conflit et de médiation au Premier âge du Fer au Danemark

Carole QUATRELIVRE (École Normale Supérieure / Université Paris sciences et lettres, Paris, France): Corpus et caractérisation : l’Île-de-France au second âge du Fer

12:00–13:00 Pause déjeuner / Lunch break

 

Session 2 : Espaces et cultures matérielles / Spaces and material culture

13:05–13:30 Steeve GENTNER (Université de Strasbourg, France): Le Nord de la Forêt-Noire et son environnement au Ve siècle avant notre ère (Bade-Wurtemberg, DE)

13:30–13:55 José Luis MARTINEZ-BOIX (University of Alicante, Spain): The last Iberians or the first Romans? Landscape distribution of the painted Iberian pottery along the 1st century BC in the south-eastern Iberian Peninsula

13:55-14:20 Lizzie SCHOLTUS (Université de Strasbourg, France) : Modéliser les espaces culturels en Gaule de l’Est

14:20-14:40 Posters

Anna Mária REKEMOVÁ (Masaryk University, Brno, Czech Republic) : Celtic coin hoards as a mirror of human activities

Rita SOLAZZO (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France): Les Sabins, un peuple de guerriers ? Études des espaces géographiques d’occupations sabins pendant l’âge du Fer

 

Session 3 : Pratiques rituelles dans la paysage / Ritual practices in the landscape

14:40–15:05 Stanislas BOSSARD (Université de Nantes, France) : Les sanctuaires de l’Ouest de la France : de l’organisation des sites à la structuration des territoires

15:05-15:30 Zahra KOUZEHGARI (École Normale Supérieure / Université de Lyon, France): Landscape and the rise of Symbols: a case study of the symbols in central Zagros Iran, Mesopotamia, and Nile valley, Bronze to Iron Age

15:30-15:50 Posters

Angélique GUIGNER (Université Paul Valéry Montpellier 3, France) : Sanctuaires et territoires en monde ibérique : la question du paysage religieux

Thibault LE COZANET (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Dijon, France) : Essai de modélisation de l’occupation rituelle en région Bourgogne- Franche-Comté au cours de l’âge du Fer

15:50-16:10 Pause / Coffee Break

 

Session 4 : Nécropoles et paysages funéraires / Necropolis and funerary landscape

16:10-16:35 Anne-Lise BAYLÉ (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France) Organisation de l’espace funéraire en Étrurie méridionale de l’âge du Fer à la période archaïque : étude spatiale de Cerveteri (Sorbo, Laghetto, Cava della Pozzolana)

16:35-17:00 Elena FRIGERIO (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Dijon, France / University of Studies of Milan, Italy): Montericco di Imola (Italy): development and organisation of a necropolis in Romagna between the mid-sixth and late-fifth centuries BC

17:00-17:25 Valérie TAILLANDIER (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Besançon, France) : Organisation et gestion de l’espace funéraire dans les nécropoles du Massif du Jura et du nord des plaines de Saône au Second âge du Fer

17:25-17:50 Bogumiła WOLSKA (Polish Academy of Sciences, Warsaw, Poland)  : Spatial archaeology in micro-scale. Urn graves of Pomeranian culture communities as consciously shaped space

17:50-18:00 Posters

Thimo BRESTEL & Jonas ABELE (State Office for the Preservation of Monuments, Stuttgart, Germany) : The funerary landscapes surrounding the late Hallstatt princely seats of Heuneburg and Hohenasperg

19:00 Buffet dînatoire / Buffet dinner

Mardi 10 Mars 2020 / Tuesday, March 10th 2020

 7:30-8:15 Petit-déjeuner / Breakfast

 

Session 5 : Sols, ressources naturelles et territoires / Soil, natural resources and territories

08:30-08:55 Sammy BEN MAKHAD (Muséum National d’Histoire naturelle, Paris, France ): La fertilisation des parcelles agricoles durant le second âge du Fer en France septentrionale, résultats préliminaires

8:55-9:20 Charlène MOREL (Université de Strasbourg, France) : Stratégies d’implantations protohistoriques dans le Kochersberg (Alsace, France)

9:20-9:55 Marine ROUSSEAU (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Besançon, France) : Climatic variability and anthropogenic impact on the Croatian Kvarner archipelago (Krk and Cres Island). First results.

9:55-10:20 Jessica KEIL (University of Innsbruck, Austria) : Bronze Age Settlement Dynamics in North Tyrol (Austria). Archaeological and Scientific Evidence

10:20-10:40 Pause / Coffee break

10:40-11:05 Bastien GOUHIER (Université de Tours, France) : Un paysage salifère à l’Âge du Fer : le cas de la vallée supérieure de la Seille (Moselle)

11:05-11:30 Clara MILLOT-RICHARD (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France) : La vallée du Rhin à La Tène Ancienne et les matières premières : espace économique et paysage culturel

11:30-11:55 Élodie HUBERT (Université Toulouse Jean Jaurès, France) :De la mine au district : étude(s) d’un paysage minier du second âge du Fer au Sud-ouest du Cantal

11:55-12:20 Emmanuelle MEUNIER (NOVA University Lisbon, Portugal) : Étude des paysages miniers du Nord-Ouest ibérique. À la recherche des mines d’étain protohistoriques

12:20 – 13:45 Pause déjeuner / Lunch break

Session 6 : Organisation interne des habitats / Intern organization of the settlements

13:45-14:10 Anaïs LACHAMBRE (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Besançon, France) : L’évolution de l’oppidum de Bibracte à travers le temps : nouvelles approches sur la chronologie du site

14:10-14:35 Jennifer RICKEN (Ruhr-University Bochum, Germany) : The Iron Age settlement structures in the central Hellweg region

14:35-15:00 Boris KRATOFIL (University of Zagreb, Croatia) : Spatial organization of open-type La Tène settlements in the Bosut Valley (Eastern Croatia), based on the Lipovac – Marikovo / Kratine and Vinkovci– Krnjaš sites

15:00–15:25 Patricia ROSELL GARRIDO (University of Alicante, Spain) : Forgotten tasks, forgotten identities: how important is study the maintenance activities in Iberian culture

15:25-15:50 Irene VINADER ANTÒN (University of Alicante, Spain) : Peña Negra (Alicante, Spain) as an example of space occupation during Late Bronze Age in the Iberian Peninsula

16:00-16:20 Pause / Coffee Break

16:20-16:45 Pierre PÉFAU (Université Toulouse Jean Jaurès, France) : Réflexions préliminaires sur l’occupation des agglomérations du Second âge du Fer en Gaule interne : l’apport de l’étude architecturale et spatiale

16:45-17:10 Adrian WRONA (Independent Researcher, Poland) : Iron processing workshops from the Roman period on the Polish lands – characteristics of spatial organization

17:10-17:30 Posters

Jasmin WALLNER (University of Innsbruck, Autria) : Iron Age settlement in the Eastern Alpine region

Paula MARTIN DE LA SIERRA PAREJA (University of Alicante, Spain) : The ceramic repertoire of a Late Bronze site: The House XXXII of Cabezo Redondo (Villena, Alicante)

17:30 Discussion finale et clôture des Rencontres / Final discussion and closing of the Meeting

19:00 Repas / Dinner

 

Mercredi 11 Mars 2020 / Wednesday, March 11th 2020

Visite du musée et du site de Bibracte (en option) / Visit to the Museum and the site of Bibracte (optional)

NB : les participants peuvent être hébergés gracieusement jusqu’au vendredi 13 mars pour profiter de la bibliothèque du Centre archéologique (ouverte 24h/24) à condition de s’être inscrits à l’avance. Les Rencontres sont ouvertes à tout le monde dans les limites des capacités d’accueil du Centre de Recherche.

Participants can stay in Bibracte until Friday, 13th of March, and are welcome to use the library of the Archaeological Centre (open 24 hours a day) provided they have registered in advance. The eeting are open to everyone within the limits of the capacity of the Research Center.

Inscriptions obligatoires :
eepb2020@bibracte.fr

Troisième prix européen d’archéologie Joseph Déchelette

Appel à candidatures

FrançaisEnglishDeutsch

Date limite de réception des candidatures : 1er mars 2020

Archéologue de renom international, Joseph Déchelette (1862-1914) fut notamment un des fondateurs de l’archéologie protohistorique européenne. Créée en 2010 à l’initiative de son petit neveu Édouard Déchelette(†), l’association Joseph Déchelette souhaite entretenir la mémoire de ce grand savant et promouvoir la discipline qu’il affectionnait. Pour cela, elle s’est associée à différents partenaires pour instituer un Prix Joseph Déchelette destiné à mettre en avant la recherche doctorale d’un jeune archéologue. Ce prix créé en 2016 est destiné à être remis tous les deux ans.

Le prix se veut largement ouvert à la communauté archéologique européenne. Ses critères d’attribution comprennent les valeurs qui distinguèrent Joseph Déchelette : ouverture d’esprit, dimension européenne de la réflexion, rigueur intellectuelle, sens pratique.

Les partenaires du prix pour l’édition 2020 :

  • le ministère de la Culture
  • la ville de Roanne / musée Joseph-Déchelette, Roanne
  • le musée d’Archéologie nationale (MAN), Saint-Germain-en-Laye
  • le Römisch-Germanisches Zentralmuseum (RGZM), Mayence
  • le Laténium, parc et musée d’Archéologie de Neuchâtel
  • l’association pour les recherches sur l’âge du Bronze (APRAB)
  • l’association française pour l’étude de l’âge du Fer (AFEAF)
  • la Prehistoric Society
  • la Société préhistorique française (SPF)
  • l’European Association of Archaeologists (EAA)
  • Bibracte EPCC

Modalités de candidature et du règlement d’attribution du prix

Sont concernés les chercheurs qui ont soutenu leur thèse de doctorat entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019.

La recherche qui fait l’objet de la thèse doit concerner la protohistoire européenne, entendue au sens large, tant du point de vue géographique que chronologique (âges des métaux et période de la romanisation). Le jury sera particulièrement attentif à la dimension européenne des dossiers.

La langue de rédaction de la thèse est indifférente. Les candidats fourniront un dossier en français ou en anglais en 25000 signes comprenant le résumé de la thèse et des perspectives de travail pour l’année suivant l’attribution du prix (préparation d’une publication, élaboration d’un projet de recherche…), un curriculum vitae indiquant leur date de naissance et incluant une bibliographie de leurs travaux, un article publié ou accepté et le rapport de soutenance de la thèse ou, à défaut, deux lettres d’appréciation de leur recherche doctorale par des spécialistes reconnus du sujet. L’exposé des perspectives de travail sera articulé en cinq parties : objectifs généraux, objectifs à un an, méthode, moyens et partenariats à mobiliser, forme escomptée des résultats (publication, table-ronde, etc). Cet exposé précisera comment le projet s’articule avec la recherche doctorale et avec la suite de la carrière escomptée par le candidat.

Le lauréat sera désigné par un jury international qui se réunira au printemps 2020.

Les candidatures sont à envoyer par courrier électronique avant le 1er mars 2020 à l’adresse suivante : prixdechelette@bibracte.fr

Le règlement du prix est consultable à l’adresse https://dechelette.hypotheses.org

Gratification du lauréat

La gratification en numéraire, apportée par l’association Joseph Déchelette, le RGZM et le ministère de la culture et de la communication, se monte à 10 000 €. S’y ajoutent des gratifications en nature, qui seront à utiliser dans l’année qui suivra la remise du prix :

  • un mois de séjour de recherche offert par le RGZM
  • un mois de séjour de recherche offert par Bibracte
  • un mois de séjour de recherche à la bibliothèque du musée Déchelette offert par la Ville de Roanne
  • un mois de séjour de recherche offert par le Laténium, en partenariat avec la fondation Maison Borel
  • l’organisation d’une table-ronde par le MAN
  • l’adhésion à la SPF et à la Prehistoric Society

 (l’institution invitante offrant selon le cas l’hébergement seul ou l’hébergement et la nourriture).

Le prix sera remis au lauréat au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Joseph Déchelette, musée municipal de la ville de Roanne où le savant naquit et travailla toute sa vie.

29e Congrès préhistorique de France – Appel à sessions (Toulouse 2021)

Hiatus, lacunes et absences : identifier et interpréter les vides archéologiques
31 mai-4 juin 2021 Toulouse (France)

La discipline archéologique est née des premiers travaux classificatoires de vestiges matériels, lesquels eurent rapidement pour objet de proposer une organisation des découvertes dans le temps et l’espace. Cette perspective, au départ taxinomique et évolutionniste, s’est progressivement enrichie d’une troisième dimension, spatiale, offrant un point de vue diffusionniste et donnant lieu à un renouvellement des méthodes. Les réflexions s’opèrent depuis à un plus haut niveau de résolution par le biais de nouvelles disciplines au service du discours interprétatif (ethnoarchéologie, archéométrie, paléoenvironnement, par exemple).

L’essentiel de notre travail est aujourd’hui encore de formuler des hypothèses ou de répondre à des questions sur des thèmes tels que : configurations spatiales et dynamiques temporelles des productions matérielles, identification et évolution des identités culturelles, des réseaux d’échanges, des structures sociétales, modalités d’acquisition des biens alimentaires et techniques ou impacts des facteurs environnementaux.

Néanmoins, toutes ces approches se heurtent tôt ou tard à des absences d’observations, des lacunes de donnée et des discontinuités spatiales ou temporelles, comme dans le cas des gisements stratifiés où des troncatures sédimentaires et des faciès d’érosion sont parfois mis au jour : quelle était la nature des dépôts aujourd’hui disparus ? La distribution géographique des gisements peut également nous interpeler : les nombreux vides qui parsèment les cartes de répartition traduisent-ils des absences d’occupation, des frontières culturelles ou naturelles, ou bien s’agit-il de biais liés à l’absence de recherches, à des processus taphonomiques singuliers ? La faiblesse quantitative, voire l’absence de données chronométriques pour certaines périodes peut-elle être interprétée comme un défaut de peuplement ? Les césures observées dans l’évolution des cultures matérielles enregistrent-elles une mutation accélérée ou bien un hiatus artificiel dans un continuum ? Les réseaux d’échanges, et notamment ceux à l’œuvre sur de vastes espaces géographiques, sont toujours bornés spatialement et comportent également de nombreux vides en leur sein : comment comprendre, d’un point de vue anthropologique, ces dissymétries ? Ou encore, comment caractériser et interpréter les lacunes observées dans les chaînes opératoires de production et d’exploitation des denrées alimentaires et des biens techniques (production différée dans le temps et dans l’espace, organisation spatio-temporelle des productions, etc.) ? Enfin, plus largement, quels sont les facteurs à l’œuvre dans la mise en place d’une innovation, sa diffusion ou son refus ?

Ces hiatus, lacunes ou encore ces absences sont tout autant informatifs des sociétés préhistoriques et protohistoriques que leurs productions matérielles ou alimentaires conservées, la caractérisation de leurs habitats, etc. Ce sont les questionnements suscités par ces vides archéologiques et leur interprétation qui forment le thème de ce congrès, questions qui devront être abordées dans toute leur diversité, depuis des réflexions épistémologiques et méthodologiques sur la façon de les identifier et de les caractériser jusqu’à leur interprétation anthropologique.

Nous souhaitons que les thèmes abordés le soient de manière transversale, d’un point de vue tant chronologique que géographique, comme :
•    Le manque de temps : hiatus et ruptures dans les constructions chronologiques.
•    Les espaces vides : preuves d’absences ou absences de preuves ?
•    Les couches fantômes : dynamiques sédimentaires, troncatures et érosions.
•    Entre attirances et répulsions : réseaux et frontières.
•    Qui est in, qui est out ? Refus et diffusion des innovations.
•    Les manques dans les productions matérielles, artistiques et les chaînes opératoires alimentaires : quelles inférences ?
•    L’architecture invisible.
•    La mort évanescente : quelles pratiques funéraires pour les aires et périodes pauvres en sépultures ?
•    Les matériaux périssables : nouvelles méthodes, nouveaux enjeux.
•    Les structures sociales et anthropologiques.

Ces thèmes ne constituent que de premières pistes, totalement ouvertes, et nous invitons dès à présent les équipes et collègues intéressés à soumettre des propositions de sessions, sachant que nous privilégierons les plus interdisciplinaires et transchronologiques. Seules 8 à 10 sessions seront retenues. Il pourra être suggéré de regrouper certaines propositions de session trop semblables.

Organisateurs
Laboratoire TRACES – UMR5608

Renseignements, propositions de sessions (et seulement de sessions) :
cpf2021@sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions de sessions : 31 janvier 2020

https://cpf2021.sciencesconf.org/