1177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée, Eric H. Cline


9782707185938
La Découverte, Paris, 2015, 264 p.

traduit de 1177 B.C. The year Civilization Collapsed, Princeton University Press, Princeton, 2014, 264 p.

Qu’on ne s’y trompe pas : si le format du livre, son titre accrocheur et le thème abordé pourraient faire penser à de la production para-scientifique, il n’en est rien. L’auteur, Eric H. Cline, est un archéologue expérimenté, rompu aux longues campagnes de fouilles dans plusieurs pays de Méditerranée orientale et à la publication de résultats, du plus précis et pointu au plus synthétique. Professeur au sein du Department of Classical and Near Eastern Languages and Civilizations de l’Université de Washington, il se consacre depuis de longues années à vulgariser des états de connaissance sur les sociétés du IIe millénaire de Méditerranée orientale en s’appuyant sur des événements plus ou moins historiques mais connus du grand public (Guerre de Troie, épisodes bibliques, dynasties pharaoniques). Le volume ici présenté est pleinement intégrable à cette série d’ouvrages conçus pour toucher tout un chacun en respectant une certaine éthique scientifique. On regrettera toutefois l’emploi du terme ambigu de « civilisation » dans le titre. Tout en matérialisant une notion palpable par tous, celui-ci renvoie à un actualisme patent, certes largement assumé dans le texte où, d’ailleurs, le concept varie entre ses définitions singulière et plurielle, ce qui n’est pas sans poser des problèmes.

À l’instar des autres productions d’E. H. Cline, ce livre propose une mise en contexte et une critique des données textuelles et archéologiques. Ici, la problématique est centrée sur les « crises » ayant touché l’ensemble du bassin oriental de la Méditerranée durant la seconde moitié du IIe millénaire et provoqué l’effondrement de sociétés pourtant affirmées.

La préface, conçue comme un miroir sur la situation actuelle au Proche-Orient (migrations, naufrages, instabilité politique, guerres civiles, luttes pour les ressources, propagande idéologique et symbolique), est un clin d’œil inspiré et prêterait à sourire si elle n’était pas si noire. Cette transposition n’est pas que sociale, elle est ici replacée à juste titre sur les plans climatiques (et l’on repense aux préoccupations écologiques actuelles) et sismologiques (et l’on repense à Fukushima). Des analogies plus anecdotiques complètent une entrée en matière largement orientée vers l’idée que la fin de l’âge du Bronze et notre époque, deux périodes séparées par plus de 3000 ans de soubresauts historiques, présentent au final des similitudes, notamment par leur degré de globalisation. Au point qu’on pourrait/voudrait nous faire passer le naufrage du Titanic pour un écho de celui de la felouque d’Ulu Burun et affubler à l’étain du Badakhstan une désagréable odeur de pétrole… Dans un même élan, la tentation d’assimiler les évènements du « Printemps arabe » à ceux du Nouvel Empire égyptien et de l’Helladique récent grec paraît grande chez l’auteur. Bien que ces parallélismes provoquent une légère impression de racolage, on a néanmoins apprécié dans le discours le recours à l’œuvre de S. Sheratt, un peu moins à celle de F. Braudel qui ne se justifiait pas sans enfoncer des portes dégondées.

Dans le « prologue », on ne peut que profiter d’emblée de l’approche historiographique et de l’abondante bibliographie (reléguée en fin d’ouvrage), essentiellement anglo-saxonne. Ce chapitre, dont l’intitulé rappelle celui du livre (1177 av. J.-C. : huitième année du règne de Ramsès III), débute par un rappel utile sur les « Peuples de la Mer » et l’importante masse de travaux – pas toujours sérieux – qui leur a été consacrée, notamment quant à leur identification ethnique et géographique. Les incursions en Egypte de ces groupes sont d’abord commentées comme un préalable – si ce n’est la cause principale – du climat d’instabilité assez global en Méditerranée orientale à partir du XIIe siècle avant notre ère. Par la suite, l’auteur, se basant sur des données récentes et rebondissant sur l’actualité, développe une antithèse en proposant un schéma selon lequel ces peuples seraient tout autant des agresseurs que des agressés, « organisés » en colonnes migratoires opportunistes et plus ou moins belliqueuses. En ce sens, l’intéressant concept de concaténation, évoqué en fin de chapitre, traduit assez bien la tendance contemporaine sur ces questions. Après ces considérations, la suite du livre est organisée de façon chronologique, avec des chapitres baptisés « actes » et conclus par un « épilogue », qui rappelleront inconsciemment au lecteur une trame basée sur l’idée d’intrigue, une référence sans doute aux récits homériques et bibliques dont l’auteur est spécialiste. C’est ce ton dramatisant et parfois joliment ironique qui démarque ce livre de la production scientifique habituelle, dans une volonté d’adapter le discours au plus grand nombre. C’est là un choix osé et à notre sens assez pertinent malgré quelques abus de démagogie.

Le chapitre I, consacré au XVe siècle, est présenté comme un flashback destiné à ouvrir des perspectives régressives sur les sociétés du XIIe siècle et les évènements qui les ont caractérisées. Ce passage débute en Egypte par un retour sur la période dite « des Hyksos », ces envahisseurs sémites installés dans le nord du pays entre 1720 et 1550 av. J.-C. En mettant en avant un pan des relations internationales au début du Bronze récent, il vise à expliquer la présence d’objets manufacturés et de fresques de style et d’origine minoens non seulement dans le Delta mais également dans les zones palatiales de Mésopotamie (Mari, Babylone) et d’Ugarit. Plus à l’ouest, la découverte d’objets « de prestige » à Crète, notamment des vaisselles en albâtre marquées du cartouche d’un souverain Hyksos, permettent à E. H. Cline d’aborder le thème des échanges royaux et autres dons entre potentats : une problématique largement documentée dans les travaux de G. Gestoso Singer, que l’on est néanmoins surpris de ne pas trouver en bibliographie. Au sein de ce véritable réseau reliant tous les ports d’Orient, est souligné le rôle de la marine crétoise, moteur à l’origine d’un premier mouvement de globalisation en termes d’échanges. Mais les contacts à distance n’ont pas qu’une forme commerciale. Une importante partie de ce chapitre est dédiée aux conflits entre l’Egypte et ses voisins cananéens, assyriens, hittites et mitanniens. S’en suit logiquement une description de ces sociétés, incluant également deux régions dont le nom égyptien apparaît pour la première fois à cette époque : Keftiu (Crète) et Tanaja (la Grèce). L’occasion pour E. H. Cline de fournir un bref aperçu sur les « civilisations » minoennes et mycéniennes, protagonistes d’une scène internationalisée où se conjuguent intérêts commerciaux, luttes d’influence et conflits alimentés par les premières formes attestées de mercenariat. L’idée d’un monde en mutation transparaît de ce passage où l’auteur pose les bases des développements ultérieurs. On regrettera l’absence presque totale de données sur Chypre, qui occupe pourtant une position géographique ombilicale dans le cadre historique concerné par ces réflexions.

Le chapitre II, dédié au XIVe siècle, s’inscrit dans la suite logique du précédent, en insistant sur le renforcement de liens directs entre l’Egypte et le Péloponnèse, parallèlement à un affaissement du dynamisme crétois. Cette chute du commerce entre Keftiu et la vallée du Nil est mise en parallèle avec la conquête de l’île par les Mycéniens vers le milieu du XIVe siècle. Il faut noter ici que ces schémas sont appuyés par des sources écrites (« liste égéenne » du tombeau d’Aménophis III et archives amarniennes) qui relatent de façon assez précise des correspondances d’ordre diplomatique entre princes et gouverneurs. Les quelques lignes sur les alliances matrimoniales entre dynasties égyptiennes et proche-orientales sont, à ce titre, particulièrement significatives des rapports de force en vigueur au temps d’Akhenaton. On a d’ailleurs particulièrement apprécié la comparaison entre le système global Egypte/Mitanni (dont n’est documenté avec précision que « le haut de l’iceberg », c’est-à-dire les dons et contre-dons entre souverains) et la kula trobriandaise décrite par B. Malinovski, qui se rejoignent selon E. H. Cline dans un pragmatisme quotidien plus « terre à terre » que ne le suggèrent leurs symbolismes pompeux.

Le chapitre III (XIIIe siècle) s’attarde légitimement à rappeler l’importance de l’épave d’Ulu Burun dans la démarche de reconstitution de l’échiquier commercial des environs de 1300 av. J.-C. et fournit une nouvelle occasion d’évoquer un monde interconnecté. La bataille de Qadesh, qui oppose Hittites et Egyptiens en 1274, est ensuite commentée comme on l’aurait fait pour une escarmouche de la Première Guerre Mondiale. Ce n’est pas désagréable et conforte le ton résolument actualiste adopté tout au long du récit. Ce goût pour le parangon anachronique se retrouve dans le passage successif où, pour la première fois, est évoquée en détail la « Guerre de Troie ». L’auteur tient pour acquis qu’il s’agit d’un conflit mettant aux prises le pouvoir central hittite et une région satellite (la Troade) soulevée par des agitateurs étrangers, en l’occurrence mycéniens, vers 1250 av. J.-C. Cet évènement est d’emblée mis en parallèle avec ceux ayant touché le Proche-Orient il y a quelques années (soutien iranien au Hezbollah) et est présenté comme l’un des nombreux épisodes de piraterie grecque menés contre les côtes ioniennes et sud-anatoliennes. Le décompte du butin, notamment humain, de ces raids, est inventorié en linéaire B sur les fameuses tablettes gravées, essentiellement celles de la chambre brûlée de Pylos, surnommée ici « le ministère des Affaires Etrangères ». Le dialogue entre archéologie et sources écrites trouve un nouvel exutoire, moins audacieux, dans l’exploitation de l’Ancien Testament, surtout de l’Exode. Le chapitre se poursuit avec les difficultés des Hittites à l’est (face aux Assyriens) et leur conquête de Chypre, pour laquelle on s’étonne (car on s’y était finalement habitué) de ne pas trouver trace de mentions comparatives avec la prise en main turque du nord de l’île en 1974. Il s’achève comme il avait commencé, par un naufrage, ou plutôt deux : ceux des bateaux des caps Gelidonya et Iria, vers 1220 av. J.-C., comme un prélude à l’épisode de bouleversements qui va s’ensuivre.

Le noyau dur du livre, l’acte IV, est axé sur le XIIe siècle. Il débute par une présentation efficace du site et surtout des tablettes d’Ugarit, vaste emporion de la côte syrienne dont il avait été peu question jusqu’ici. L’auteur s’étend longuement sur la prospérité commerciale et la stabilité politique de cette cité alliée de l’empire hittite. Il donne ainsi des contours plus éloquents à l’épisode de destruction qui s’y est produit vers 1190-1185 av. J.-C., suivi de l’abandon de la ville. Plus que d’un séisme, il semblerait s’agir ici d’une attaque militaire. Il poursuit avec une liste de sites détruits de façon contemporaine dans toute la région littorale et jusqu’à l’Euphrate vers l’est, puis un débat sur l’identité des coupables : Peuples de la Mer ? Israélites ? Egyptiens ? Elamites ? L’hypothèse de révoltes internes généralisées n’est pas encore évoquée (l’auteur s’appuie ici essentiellement sur les données publiées par d’autres). Sont ensuite décrits les cas anatoliens de Hattusa et de Troie, cités détruites autour de 1190 av. J.-C. Dans le premier cas, l’arrivée des « commandos » de Peuples de la Mer est rapidement exclue de la liste des causes possibles de ces évènements et on préfère évoquer un putsch, une lutte inter-tribale ou un conflit de palais au sein de l’administration centrale hittite. Dans le second, l’hypothèse de belligérants venus par la mer est évoquée. A priori, il ne pourrait s’agir de Mycéniens, dont les palais sont incendiés au même moment. L’auteur laisse cependant une porte ouverte : les cités d’Argolide ont pu être attaquées alors que leurs défenseurs guerroyaient en Troade. On est tenté, même si cela n’est pas évoqué ici, d’avancer un autre scenario fréquemment spéculé : des réfugiés achéens, chassés de Grèce par des séismes répétés, des conflits et/ou des insurrections, auraient été jetés sur la mer Egée et tenté de s’installer par la force dans les Dardanelles. Plus bas est justement abordée la question de la destruction des cités mycéniennes. À Pylos, Mycènes, Midea ou Tirynthe, les citadelles initient leur déclin après une série de tremblements de terre, même si des causes sociales ne sont pas à exclure. Concernant Chypre, on remarque d’emblée l’abandon des théories « colonialistes » de V. Karageorghis au profit de celles développées récemment par L. Steel, qui font la part belle aux processus de métissage cypro-mycénien à partir du début du XIIe siècle, à la suite d’une vague de destruction (Enkomi, Maa, Hala Sultan Tekke). Cette époque sera matérialisée sur l’île par une certaine prospérité durant près de deux siècles. L’état des lieux sur le début du XIIe siècle s’achève en Egypte, pour laquelle est simplement souligné un ralentissement socio-économico-culturel, consécutif mais probablement pas corrélable aux incursions des Peuples de la Mer à partir de 1207 av. J.-C. Cette résonnance des instabilités qui touchent toute la Méditerranée orientale, dont les causes restent, à ce moment de l’enquête, indéterminées mais semblent à la fois plurielles et imbriquées, sera décrite par la suite.

Le chapitre V, par son titre, se propose de présenter la perfect storm, suite (logique ?) d’évènements accompagnant cette situation particulière selon un principe déjà évoqué dans le prologue. Sont tour à tour évoqués et bien décrits des tremblements de terre, des changements climatiques entraînant des phases de sécheresse et donc des famines (pour lesquelles sont citées les sources hittites et résumés à bon escient les travaux paléoclimatologiques de D. Langgut, de B.L. Drake, de D. Kaniewski et d’I. Finkelstein), des révoltes intérieures (mises en relation avec les phénomènes précédents et même, de façon plus spéculative, avec Octobre rouge…), des attaques (par mer, par le Danube, par la steppe, par les déserts, etc.), des modifications majeures dans l’art de la guerre et, plus novateur, une hypothèse sur un climat d’ensemble de décentralisation provoquant une baisse d’influence des palais au profit d’une caste de riches négociants à l’international. Il est toutefois souligné plus loin que l’émergence de ces entrepreneurs libérés de l’emprise du pouvoir central pourrait ne pas être une cause mais bien plutôt une conséquence des grands bouleversements de cette époque (1250-1180 av. J.-C.). Avec comme toile de fond la destruction violente, par la main de l’homme (en l’occurrence, probablement des opposants au régime et/ou les Shekelesh, en fonction des sources), d’Ugarit, revient alors sur le tapis la question des Peuples de la Mer. Ce terme, d’après les études combinatoires les plus récentes, regrouperait des groupes de migrants se déplaçant tant sur mer que sur terre, attaquant les cités (dont certaines avaient peut-être été délaissées en raison des phénomènes cités plus haut) d’Anatolie, du Proche-Orient et du Delta entre la fin du XIIIe siècle et le troisième quart du XIIe siècle. Lorsque ces groupes ont fait souche, ce qui est difficile à documenter, l’analyse de leur culture matérielle montre une dominante mycénienne ou mycéno-chypriote, plus particulièrement chez ceux que la Bible nomme Philistins (les Pelest des textes égyptiens). Réquisitionnés ici (même s’ils « cassent l’ambiance »), les travaux d’A. Yassur-Landau vont plus loin ; pour ce dernier, qui s’appuie sur l’absence des codes aristocratiques (notamment celle des tablettes de linéaire B) sur les sites du Levant, les Peuples de la Mer seraient en effet des Grecs, mais non pas ceux fuyant les palais, plutôt les classes moyennes et basses de la société, paysans opportunistes plus que soldats de métier, en un mot : des réfugiés. Cette théorie remet en cause l’idée de Peuples de la Mer par essence belliqueux et relate une infiltration en douceur de Canaan par les Philistins. En conclusion de cet intéressant chapitre, l’auteur souligne que si tous ces scenarii sont séduisants, aucun n’est véritablement convaincant pour expliquer la chute de « la civilisation de l’âge du Bronze ». En revanche, l’hypothèse de la combinaison et l’enchainement naturel, « systémique », semblerait se détacher, notamment à cause du degré d’interconnexion (jusque dans leur chute) des sociétés concernées. La justification qui s’en suit, basée sur une « théorie de la complexité » empruntée à d’autres sciences sociales et construite à base d’anachronismes savoureux autant qu’assumés, s’inscrit dans la continuité mais n’apporte pas d’argument imparable. La lecture de ce chapitre laisse un arrière-goût de frustration socratique : nous savons que nous ne savons pas et, pire, que nous ne pourrons pas savoir.

L’« épilogue » se présente comme un résumé théorisé du chapitre V, où l’auteur insiste sur l’idée de rythme de vie (et de mort) immuable des « civilisations » : essor, grandeur, décadence, toujours suivis d’une renaissance lors de laquelle les fondements en sont redéfinis. Décrite ici pour l’Orient de l’âge du Fer, elle est mise en abyme avec les crises économiques actuelles selon une perspective récurrente au fil des pages. On notera toutefois qu’un effort est fourni pour atténuer la perception de catastrophisme qui aurait pu suinter à partir de la lecture des pages précédentes. À ce bref chapitre succèdent un utile glossaire des personnages cités, des remerciements et une imposante bibliographie.

Au final, cet ouvrage est agréable à lire et constitue une bonne synthèse sur les questions abordées, notamment quant aux répercussions sociales des phénomènes quantifiables par la pratique – accrue récemment – des préceptes de la network archaeology. On regrette parfois un silence presque total sur les données du western méditerranéen de l’époque : l’impact de données paléoclimatiques et socioculturelles de régions telles l’Emilie-Romagne ou la Sardaigne auraient ainsi pu nourrir certains aspects de la discussion d’ensemble, ne serait-ce que dans une optique historiographique. Dans le détail, on a souri malgré une ambiance tenant du reportage de guerre et face aux efforts fournis par l’auteur pour tenir en haleine le lecteur et l’accrocher au récit par un saupoudrage d’anecdotes en tous genres (sur les colosses de Memnon, sur le buste de Nefertiti, sur le licenciement de H. Carter suite à une dispute avec des touristes français, etc.). On souscrit moins aux grandes affirmations d’ordre historique, notamment quant aux comparaisons anachroniques et à l’emploi de concepts volontairement floutés par leur emploi ambivalent voire ambigu. Même sans être historien ni spécialiste de l’Orient méditerranéen, à l’instar de F. Besson (https://lectures.revues.org/17650), on développe un certain malaise face à certaines considérations affirmant par exemple que « la magnitude de la catastrophe fut gigantesque et que le monde ne connaîtra pas de pertes d’une telle ampleur avant la chute de l’empire romain 1500 ans plus tard », dont le but est de justifier le titre du livre tout en amplifiant l’importance d’une forme de conception de l’Histoire, dite « évènementielle ». Les dates de 1177 av. J.-C. (qui, au passage, est une année et non un jour, cf. le titre de l’édition française) et de 476 apr. J.-C. marquent certes des tournants pratiques pour l’historien, mais leurs causes et conséquences s’étalent en fait sur plusieurs générations et selon des trajectoires sociales plus souvent paraboliques que segmentées (on souligne des ouvertures sur ce point de vue dans l’épilogue). On se place ici dans une certaine idée de « civilisation », un principe fourre-tout et désuet qui, selon certains « philosophes » à la mode, a une durée de vie d’environ 1500 ans (voir le Figaro du 25 mars 2015)… Pas de chance, quinze siècles se sont précisément écoulés depuis qu’Odoacre a déposé Romulus Augustule, le dernier empereur romain ! De quoi se sentir encore plus concernés et empathiques face à ce bilan ? Comme cela est maintes fois explicitement évoqué dans le livre d’E. H. Cline, ce Bronze récent oriental, dans toutes ses instabilités, présente en effet des points communs avec ce début de IIIe millénaire apr. J.-C. Doit-on pour autant y voir le début de la fin de la société actuelle, et dans quelle acceptation ? De là à dire que l’on a cherché dans cet ouvrage à démontrer une certaine cyclicité de l’Histoire (des paroxysmes aux pages 186 et 188 puis dans l’épilogue), il y a un pas que nous ne franchirons pas. L’auteur est un archéologue trop sérieux et compétent pour tomber dans un piège que nombre de ses lecteurs auront toutefois du mal à enjamber.

Kewin PECHE-QUILICHINI

INRAP Méditerranée

Université Montpellier 3, CNRS, MCC, ASM UMR 5140, Montpellier-Lattes (France)

Vadina, 20140 Petreto-Bicchisano

baiucheddu[at]gmx.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *