Proclamation du 3ème Prix européen d’Archéologie Joseph-Déchelette

Proclamation du 3ème Prix européen d’Archéologie Joseph-Déchelette dans le cadre des Journées européennes de l’Archéologie, 19 juin 2020 https://dechelette.hypotheses.org/

Communiqué de presse

La lauréate est Marilou Nordez, docteur de l’Université Toulouse Jean-Jaurès.

La lauréate a été choisie pour la qualité de sa thèse de doctorat en archéologie, consacrée à « L’âge du Bronze moyen atlantique au prisme de la parure : Recherches sur les ornements corporels de France et des régions voisines (XVe-XIVe s. av. notre ère) », thèse aussitôt publiée, en raison de son intérêt, dans les Mémoires de la Société préhistorique française. Elle se voit gratifiée d’un chèque de 10 000 €.

  • L’intitulé du prix fait référence à Joseph Déchelette,savant né à Roanne (Loire) en 1862, disparu prématurément sur le front de la Grande Guerre en 1914 à Vingré (Aisne). Joseph Déchelette fut l’un des fondateurs de l’archéologie européenne.
  • Le prix vise à mettre en avant les travaux d’un(e) jeune archéologue, en lui apportant son concours, à un moment critique de la carrière de tout chercheur, celui qui suit la soutenance de sa thèse de doctorat. À l’issue d’un appel à candidatures mené de novembre 2019 à février 2020, un jury scientifique international s’est réuni le 5 mai pour départager la lauréate parmi 10 candidats européens.

Outre la lauréate, le jury a gratifié deux autres jeunes chercheurs d’une mention spéciale pour la valeur de leur recherche doctorale. À savoir :

– Andrew Lamb, qui a conduit à l’université de Leicester une brillante recherche doctorale consacrée aux rites funéraires dans le sud de la Grande-Bretagne à l’âge du Fer récent (Ve s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C.). Le jury a vivement apprécié sa capacité à renouveler les connaissances sur un dossier archéologique bien connu des spécialistes mais considérablement réactualisé ces dernières années, en replaçant son étude dans une perspective résolument européenne.

– Guillaume Reich, qui, dans le cadre d’une recherche doctorale menée en cotutelle aux universités de Neuchâtel et Strasbourg, a développé une approche nouvelle et originale de l’armement protohistorique en l’étudiant sous l’angle de la tracéologie, c’est à dire des traces qui témoignent de leur usage ancien, sans faire l’économie d’expérimentations en vraie grandeur pour comprendre comment les armes enregistrent les coups qu’elles ont reçus ou donnés au combat. Après s’être intéressé à la collection prestigieuse du site de La Tène (CH), apportant des arguments en faveur de son interprétation comme un trophée, il s’engage dans l’étude d’autres séries fameuses d’armes de l’âge du Fer européen.

Press release

The winner of the 3rd Joseph-Déchelette European Archaeology Prize is Marilou NORDEZ, doctor from the University of Toulouse Jean-Jaurès.

The winner was chosen for the quality of her doctoral thesis in archaeology, devoted to « The Middle Atlantic Bronze Age through the prism of ornament: Research on body ornaments in France and neighbouring regions (15th-14th c. BC) », a thesis that was immediately published, because of its interest, in the Memoirs of the French Prehistoric Society. She was awarded a cheque for €10,000.

  • The title of the prize refers to Joseph Déchelette, a scientist born in Roanne (Loire, F) in 1862, who died prematurely on the front line of the Great War in 1914 at Vingré (Aisne). Joseph Déchelette was one of the founders of European archaeology.
  • The aim of the prize is to highlight the work of a young archaeologist, by supporting him or her at a critical moment in the career of any researcher, the one following the defence of his or her doctoral thesis. Following a call for applications from November 2019 to February 2020, an international scientific jury met on 5 May to decide on the winner from among 10 European candidates.

In addition to the winner, the jury awarded two other young researchers a special mention for the value of their doctoral research. They are:

– Andrew Lamb, who conducted brilliant doctoral research at the University of Leicester on funeral rites in southern Britain in the late Iron Age (5th century BC – 1st century AD). The jury highly appreciated his ability to renew knowledge on an archaeological dossier well known to specialists but considerably updated in recent years, by placing his study in a resolutely European perspective.

– Guillaume Reich, who, in the context of doctoral research conducted in co-supervision at the Universities of Neuchâtel and Strasbourg, developed a new and original approach to protohistoric weaponry by studying it from the angle of traceology, i.e. traces that bear witness to their ancient use, without avoiding full-scale experiments to understand how weapons record the blows they received or gave in battle. After taking an interest in the prestigious collection from the La Tène site (CH), providing arguments in favour of interpreting it as a trophy, he embarks on the study of other famous series of weapons from the European Iron Age.

A voir sur le site du Prix européen d’Archéologie Joseph-Déchelette


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.