Le caché dévoilé. Technologies LiDAR et 3D appliquées à la recherche architecturale dans l’archéologie des âges des métaux

La Commission Scientifique « Âges des métaux en Europe » de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP)

Le caché dévoilé. Technologies LiDAR et 3D appliquées à la recherche architecturale dans l’archéologie des âges des métaux

6-9 juin 2020 (Ávila, Espagne)

Télécharger le programme provisoire du colloque

De nos jours, grâce aux modèles 3D de bâtiments et d’objets, les technologies infographiques livrent des résultats surprenants en termes de valorisation. Sans minimiser l’importance de ces grandes « vieilles » maquettes architecturales en bois et carton, comme celle du rempart de la Heuneburg, par exemple, les nouvelles plateformes infographiques fournissent des résultats plus accessibles et plus simples, pleins de couleurs, de détails et de ressources, maintenant plus que jamais. Par rapport à l’investissement en temps, en compétences et en matières premières de qualité sur ces modèles physiques, les nouvelles imprimantes 3D peuvent produire des maquettes plus propres, plus rapidement et à moindre coût. Cependant, ces discours attractifs se basent souvent sur des connaissances très faibles, avec une présence minime de la stratigraphie et des contextes archéologiques. Les illustrations muséographiques ne devraient pas être utilisées sans la publication des données de base, qui sont rarement valorisées par les entreprises et les élus qui choisissent. Pour ces raisons, l’infographie est devenue un outil très pertinent pour la restitution du passé, même si leur complexité peut mener l’archéologue à se demander s’il est un préhistorien ou un technicien informatique. Donc, nous croyons fermement que les logiciels de restitution virtuelle sont un outil inestimable pour la recherche archéologique, à condition de ne pas les dissocier des données d’origine.
A l’occasion de cette réunion, nous proposons une discussion sur des méthodes et des protocoles pour l’usage scientifique des technologies 3D appliquées à la recherche de l’architecture des âges de métaux en Europe. L’orthophotographie par satellite et par drone, combinée aux relevés LiDAR et par géo-radar, fournissent des résultats solides qui, couplés aux restitutions 3D, et à des analyses architecturales, ethnographiques, stratigraphiques et chronologiques nous permettent de développer une recherche plus solide et innovante.
Comme résultat principal, l’organisation du colloque vise à promouvoir un texte concret, une charte de principes qui constituerait un document d’orientation pour l’applications des technologies numériques à la recherche archéologique et, surtout, à l’étude de l’architecture et des matériaux de la Préhistoire des âges des métaux en Europe. Ce document permettrait de proposer à la communauté scientifique un ensemble de lignes spécifiques pour l’utilisation de technologies numériques dans le cadre de projets de reconstruction ou de restitution de bâtiments et de matériaux archéologiques avec un degré de vraisemblance, de rigueur et de fidélité à la connaissance scientifique élevés.
Le cadre chronologique du colloque correspond au périmètre de la Commission qui le promeut, les âges de métaux, de la période chalcolithique à la fin de l’âge du Fer. Des contributions portant sur des structures datées de la fin du Néolithique ou le début de la période romaine pourront être acceptées à condition qu’elles restent pertinentes par rapport aux objectifs et aux axes méthodologiques du colloque.

Dans ce sens le cadre géographique européen pourra être élargi à toute la Méditerranée et, aussi, à toute autre région quand l’intérêt le justifie.
Le colloque se déroulera autour de quatre axes de recherche, où seront priorisées les propositions sur des cas d’étude d’applications infographiques, donc les résultats doivent servir à établir des conclusions pratiques pour d’autres sites et domaines archéologiques des âges des métaux. Toutes les contributions devront être inédites et présenter un degré d’innovation méthodologique remarquable.
1er axe de débat : L’infographie appliquée à l’étude archéologique de l’architecture
L’application de relevés et de modélisations infographiques à la caractérisation et la restitution des bâtiments est, peut-être, la branche la plus développée des domaines étudiés ici, sans doute pour la taille et l’ampleur des restes archéologiques. C’est pourquoi ces applications sont devenues les outils les plus efficaces pour les archéologues, architectes, muséographes et restaurateurs pour la restituions des bâtiments anciens, et en même temps renforcer des connaissances grâce à des techniques non destructives, plus rapides et moins coûteuses que les fouilles.

2ème axe de débat : L’infographie appliquée aux matériaux archéologiques en architecture
Les techniques de relevé et de modélisation numériques ont favorisé l’ouverture des nouvelles pistes de recherche sur les matériaux archéologiques, et ils ont permis des résultats surprenants et il y a quelques décennies. La possibilité de réaliser des restitutions virtuelles de matériaux brisés ou incomplets ont ouvert ces nouvelles voies d’interprétation qui doivent s’appuyer sur des données solides et cohérentes.

3ème axe de débat : L’infographie appliquée à la muséographie de l’architecture en archéologie
Enfin, les techniques de relevé et de représentation en 3D montrent leur impact plus profond dans les ressources muséographiques. Leur application aux stratégies de diffusion et divulgation, notamment de l’architecture par la restitution virtuelle des bâtiments et des procédés techniques, a permis des progrès spectaculaires dans la présentation des idées et matériaux au public. L’usage traditionnel des supports audiovisuel dans les musées et les expositions a été déplacé par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, comme les vidéos en ligne, les réseaux de communication ou les outils dans les systèmes d’éducation qui permettent l’interaction entre l’émetteur et le récepteur.
4ème axe de débat : L’infographie appliquée à l’archéométrie de l’architecture
De nombreuses avancées technologiques ont permis le développement des analyses géochimiques, bioarchéologiques, et amélioré la capacité d’analyse, leur degré de précision et leurs mécanismes de transmission et de diffusion, favorisant la compréhension et l’interprétation des données dans les processus historiques qu’étudient l’archéologie et l’histoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.