Aménager, organiser et utiliser les espaces domestiques à l’âge du Bronze : approches expérimentales

Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze

Journée thématique annuelle – Vendredi 2 mars 2018

Musée d’Archéologie Nationale, Saint-Germain-en-Laye

Appel à communication

Si les méthodes classiques de l’archéologie sont en constante évolution, elles ne suffisent pas toujours à appréhender les questions de production, de construction et d’utilisation des objets ou des structures. La démarche expérimentale, développée dans les années 1980 et désormais incontournable en archéologie, vise à combler ces lacunes en mettant à l’épreuve des hypothèses et chaînes opératoires théoriques à travers une approche empirique, centrée sur la restitution des gestes, procédés et savoir-faire anciens.

Considérée comme auturgique, elle implique de faire par soi-même, permettant la manipulation et l’analyse de l’élément étudié après l’avoir produit et/ou utilisé à nouveau. Dans cette démarche, l’archéologue apprend en faisant, mais aussi en mettant en perspective le produit de ses expérimentations avec les vestiges archéologiques.

Lorsqu’elle est rigoureusement menée, elle permet d’éclairer des aspects portant aussi bien sur l’outillage, les matériaux mis en œuvre, les gestes réalisés, le temps qu’ils nécessitent, ou encore les processus de consommation et d’utilisation. Alors que l’aspect technique a longtemps constitué la colonne vertébrale de ces approches, cette « discipline indisciplinée » (car non institutionnalisée) tend aujourd’hui à se diversifier dans ses desseins comme dans ses méthodes. En résulte un éventail toujours plus large de champs d’études (artisanats, industries, architectures, modes d’usage et d’entretien, gestions de l’espace, agriculture, etc.) et de solutions, les programmes pluridisciplinaires de ces dernières décennies ayant démontré toute la complémentarité des approches archéologiques, archéométriques et expérimentales, que les nouveaux outils numériques permettent de valoriser.

Cette journée d’étude se concentre sur les approches expérimentales mises en œuvre autour de l’espace domestique au cours de l’âge du Bronze et des périodes limitrophes. L’objectif sera de contribuer à en préciser certains aspects, concernant aussi bien la construction que les activités qui se déroulent au sein et autour de l’habitat, et ainsi établir le lien entre l’espace et sa gestion fonctionnelle.

Il apparaît notamment indispensable de poursuivre les questionnements autour des méthodes de construction protohistoriques et de l’organisation des structures villageoises. Les élévations ne sont que rarement conservées et les plans mis en évidence par les opérations préventives sont de plus en plus nombreux : l’expérimentation constitue un outil de choix pour rétablir le lien entre les données archéologiques disponibles et manquantes. De plus, il est aujourd’hui avéré qu’une partie des activités artisanales se déroulait en lien direct avec l’espace domestique et permettent de mieux cerner le fonctionnement interne des communautés. Enfin, des travaux récents démontrent qu’il est possible de restituer certains aspects de la vie quotidienne : c’est également à ces recherches qui entrent dans l’intimité des habitats que nous souhaitons laisser la parole.

Nous souhaitons articuler cette journée autour de trois axes structurants :

  • L’architecture de l’espace domestique
  • Exploitation du bois et des ressources végétales
  • Alimentation et gestion des produits d’origines animales.

Merci de nous transmettre vos propositions de communication ou de poster avant le 17 novembre 2017 aux adresses indiquées ci-dessous.

Les organisateurs,

Marilou NORDEZ (post-doctorante, laboratoire TRACES, UMR 5608) marilou.nordez[at]gmail.com

Kewin PECHE-QUILICHINI (RO Protohistoire corse, Inrap Méditerranée) baiucheddu[at]gmx.fr

Mafalda ROSCIO (céramologue, Éveha Lyon) mafalda.roscio[at]gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *