Bulletin de l’APRAB n° 14 – 2016

Vient de paraître : Bulletin de l’APRAB n° 14 – 2016

Sommaire (télécharger en pdf)

Cbulletinommunications de Saint-Germain-en-Laye, 7 mars 2015

C. GERMAIN-VALLEE, S. PILLAULT et al. : Des occupations de la fin du Bronze ancien et du Bronze moyen/début Bronze final sur le site de Biéville-Beuville « La Haie du Coq » (Calvados, Basse-Normandie).

V. DARTOIS et al. : La nécropole du Bronze final du Moulin à Vent à Bardouville (Seine-Maritime, Haute-Normandie).

E. LEROY-LANGELIN et A. SERGENT : Des traces d’occupation du Bronze final IIb-IIIa à Lauwin-Planque (Nord, Nord-Pas-de-Calais). De la céramique d’influence RSFO dans le Douaisis ?

S. DALLE et G. DE MULDER : Un habitat de l’âge du Bronze et un « champ d’urnes » du Bronze final à Emblem (prov. d’Anvers, Belgique).

N. WILKIN : Une nouvelle épée cérémonielle du type de Plougrescant-Ommerschans trouvée
à Rudham (Norfolk, Angleterre).

V. BRUNET et M. ROSCIO : La nécropole à crémation du Bronze final de Tigéry-ZAC du Plessis-Saucourt (Essonne). Etats de la recherche.

R. COLLAS: Pont-sur-Seine, Le Gué Dehan, Zone 2 (Aube). Un habitat du Bronze final IIIb en bord de Seine.

M. MICHLER : Formes céramiques du Bronze ancien en Alsace. L’apport du site de Gougenheim-Gingsheimer Feld (Bas-Rhin).

C. CROUTSCH et W. TEGEL : Erstein Grasweg-Pape (Bas-Rhin, Alsace) : fouilles 2013-2014. Premiers résultats.

T. LOGEL : Le passage du fleuve : un essai sur l’étude du franchissement du Rhin de l’âge du Bronze à l période moderne à partir des données archéologiques et des ressources écrites.

F. DUCREUX : Les occupations de l’âge du Bronze à Labergement-Foigney Lieudit « Les Côtes Robin » (Côte-d’Or).

C. LAGARDE-CARDONA: Deux occupations de plein air du Bronze final en Dordogne (Aquitaine).

A. GLUCHY : Mise en place d’un référentiel d’images sur le travail du bronzier, du microscope portatif à la tribologie.

J. RIPOCHE : Entre Néolithique et âge du Bronze : ruptures et continuités à la fin du IIIe millénaire en Europe atlantique.

N. AMEYE et al. : L’ensemble funéraire du Bronze ancien à Mouy-sur-Seine, ‘Le Grand Gué » (Seine-et-Marne).

Actualités
Glanes
Colloques

L’usage de la terre à bâtir en France non méditerranéenne durant la Protohistoire : du petit mobilier à l’architecture

terreabatirVient de paraître :

R. Issenmann et Th. Nicolas (dir.)

L’usage de la terre à bâtir en France non méditerranéenne durant la Protohistoire : du petit mobilier à l’architecture

Actes de la journée d’étude de l’APRAB

1er Mars 2013, Musée d’Archéologie Nationale

Bulletin de l’APRAB, Supplément n° 2, 2016

117 p.

Couverture et sommaire en pdf.

Sommaire

R. ISSENMANN et T. NICOLAS : Introduction

C.-A. DE CHAZELLE : Problématiques et méthodes des recherches sur les vestiges de construction et de mobiliers en terre crue.

C. RICHE, A.-C. BAUDRY et C. CAMMAS : L’architecture en terre du site de Choisy-au-Bac (Oise). Exemple d’une approche croisée des données archéologiques et micromorphologiques. Données de terrain et perspectives d’étude.

A. FERRIER et S. TORON : Étude comparée des restes de terre à bâtir provenant de deux sites du premier âge du Fer (Hall C-D1) du nord-est de la France : Entzheim-Geispolsheim (Bas-Rhin) et Loisy-sur-Marne (Marne).

P. MAGUER avec la collaboration de M. LINLAUD : Le bâtiment E1 de Saint-Georges-lès-Baillargeaux : un exemple typique d’architecture domestique laténienne en terre et bois de La Tène D1b/D2a.

L. MANOVOLA-JEANDHEUR : A propos des bâtiments et de leurs décors du Néolithique et du Chalcolithique de la région de Stara Zagora (Bulgarie).

N. PARISOT, E. THIRAULT, B. NICOLLE, M. DOUSSE et R. PICAVET : Récipients et torchis du Bronze ancien sur le site de Clermont-Ferrand « Petit Beaulieu » (Puy-de-Dôme, France).

S. NORMANT et G. FRONTEAU : Les vestiges en terre crue du site Bronze final IIIb/Hallstatt C de Pasly « Derrière Longpont » (Aisne) : essai de chaîne opératoire.

D. MINNI, N. SCHNEIDER et M. TRAUTMANN : Étude des terres à bâtir de la LGV EE, regard croisé sur des sédiments archéologiques.

J. COULON : La dégradation des argiles cuites en milieu lacustre : approche expérimentale et pistes de réflexion.

E. BONNAIRE : Les murs ont des glumelles… Étude du dégraissant végétal de la terre à bâtir, indices de techniques et de savoirs-faires.

S. GROETEMBRIL : Enduits pré-romaines : aspects décoratifs et techniques.

Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières

Vient de paraître :

Jean GUILAINE, Jean VAQUER et Jean ZAMMIT (dir.)

Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières, Archives d’Écologie Préhistorique, Toulouse, 364 p. ISBN : 9782358420150

couv_Las-Claousas-212x300Trois petites cavités des Hautes-Corbières (Aude), les grottes III et IV de Las Claousos à Auriac et la grotte René-Carrié à Termes, ont fait l’objet de recherches préhistoriques au début des années soixante du XXe siècle. Cet ouvrage rend compte de ces travaux et présente les contenus anthropologique et mobilier mis au jour. Les auteurs réactualisent les vestiges découverts dans le contexte des connaissances d’aujourd’hui. Ils tentent également d’analyser le fonctionnement funéraire de ces modestes galeries dans le cadre chrono-culturel de la préhistoire récente du Sud de la France.

 

Commander sur le site des Archives d’Ecologie Préhistorique.

Télécharger la table des matières de l’ouvrage.

 

Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée. Arles et Fontvieille

par Jean GUILAINE, Gérard SAUZADE, Xavier MARGARIT

Jean Claude GOLVIN – Illustrateur
Claélia PIGEAUD – Photographe

 parution-hypogees-guilaine_1442236107948-jpgPeu connus du public mais évoqués dans toutes les grandes synthèses d’archéologie européenne, les hypogées d’Arles ou de Fontvieille (commune sur le territoire de laquelle ces monuments sont situés) constituent l’un des fleurons mégalithiques de la Préhistoire et de la Protohistoire françaises. Ce sont des cavités artificielles, creusées de main d’homme dans la roche de la montagne des Cordes et du plateau du Castelet pour servir de sépulcre à des populations ayant vécu lors du Néolithique finissant, entre 3 300 et 2 000 avant notre ère. L’une d’elles, la “grotte des Fées”, par ses dimensions exceptionnelles est un monument unique en son genre.
Cet ouvrage réhabilite ces édifices, en dresse un bilan photographique, en présente les vestiges archéologiques, en réécrit l’histoire des recherches. Dans une large fresque, il les insère dans le contexte des sociétés méditerranéennes qui, au IVe et IIIe millénaires avant J.-C., ont également eu recours pour leurs défunts à des tombeaux taillés dans le roc. Il montre toutefois que, par leur conception architecturale, les monuments arlésiens constituent un exemple tout à fait singulier à l’échelle de la Méditerranée. Ce livre est donc aussi une invitation à la mise en valeur et à la restauration d’un patrimoine protohistorique hors du commun.

Errance, Hors collection, Juin 2015.
ISBN 978-2-87772-544-6

http://www.actes-sud.fr/catalogue/archeologie/les-hypogees-protohistoriques-de-la-mediterranee-dvd

Artisanats et productions à l’âge du bronze

515_ckeditor_perso_37032_55f181d83b9dd_1Vient de paraître : Artisanats et productions à l’âge du bronze. Actes de la journée de la Société Préhistorique Française, Nantes, 8 octobre 2011

Séance en ligne 4

sous la direction de Sylvie BOULUD-GAZO et Théophane NICOLAS

L’intégralité des contributions sont disponibles en accès libre sur le site de la Société Préhistorique Française

Résumé : La journée d’étude consacrée aux artisanats et aux productions à l’âge du Bronze a permis de présenter des approches variées et complémentaires, et de mobiliser les données les plus récentes afin de dresser un tableau synthétique des connaissances actuellement disponibles pour la France et les régions voisines.

Différentes directions ont été envisagées pour établir les bases d’une discussion. Les mobiliers archéologiques liés aux multiples artisanats et productions de l’âge du Bronze ont été observés à la lumière de leur(s) contexte(s) de découverte et replacés en regard de ce que l’on sait des ateliers de production et/ou des structures artisanales actuellement reconnus sur le terrain. La métallurgie et les productions céramiques font bien évidemment partie des artisanats évoqués, mais une place privilégiée a été également réservée aux productions plus rarement considérées comme les outillages lithiques et l’ambre. Des approches plus techniques, en particulier pour la reconnaissance des chaînes opératoires suivies dans la réalisation de certains objets complexes, permettent d’aborder d’autres questions comme celle de l’identification de zones de production ou encore celle de la circulation et des échanges au sein d’un territoire déterminé. Une réflexion plus théorique a été ouverte sur la « valeur » et le statut des objets fabriqués et sur la pertinence des appellations traditionnellement utilisées : productions domestiques – productions de prestige – productions funéraires ? Enfin, cette rencontre a donné l’occasion de réfléchir et de discuter sur le rôle et la position des artisans au cœur les sociétés de l’âge du Bronze.

Abstract : This study day on Bronze Age crafts and productions has provided a forum to discuss new perspectives in research, using the most recent data from France and neighbouring areas. Different aspects were addressed. Firstly, the crafted Bronze Age objects were studied taking into consideration the context of their discovery, whilst linking them to our knowledge of the actual workshops and productions sites that have been excavated in the field. Metalworking and pottery production were of course addressed, but other lesser known crafts such as stone tools and amber production were also discussed. More technical aspects such as the definition of the chaines operatoires for the production of complex objects were considered, which led on to other questions on production areas and also on circulation and exchange within an identified territory. A more theoretical approach was also examined on the ‘value’ and the status of produced objects and the pertinence of their traditional designations: domestic – prestige – funerary productions? To conclude, this study day has provided the opportunity to reflect on the role and the position of craftspeople in Bronze Age society.

Sylvie BOULUD-GAZO et Théophane NICOLAS (dir.), Artisanats et productions à l’âge du bronze. Actes de la journée de la Société Préhistorique Française, Nantes, 8 octobre 2011, Paris, Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze et Société préhistorique française (Séances, 4) – 153 pages –  ISBN 2-913745-63-6

 

Les nécropoles de l’âge du Bronze de Courcelles (Loiret)

 

img-1-small480

Vient de paraître : Les nécropoles de l’âge du Bronze de Courcelles (Loiret). 

Approches des pratiques funéraires au début du Bronze final dans le Gâtinais occidental.

Collection “ Archéologie de l’autoroute A19 ”, vol. 2

sous la direction d’Hélène Froquet-Uzel

ISBN 978-2-913272-42-2

319 pages

35 € + port

© FERACF Tours 2015

Ouvrage publié avec le concours de la Région Centre-Val de Loire et de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.

Résumé : Deux nécropoles datées de l’étape initiale du Bronze final final (fin xive– début xiie s. avant J.-C.) ont été mises au jour sur le tracé de l’autoroute A19. Constituées chacune d’une quinzaine de sépultures à incinérations, leur originalité repose sur la délimitation de la plupart des tombes par de remarquables couronnes de pierres dont les diamètres varient entre 1 et 10 m. Cette spécificité relève manifestement d’une adaptation locale, les populations ayant su tirer parti des matériaux présents sur place et mettre en œuvre des principes architecturaux jusqu’alors inédits en région Centre.

À Courcelles, on constate que si la pratique de l’incinération est bien maîtrisée, l’analyse comparée des deux sites met en exergue la variété des comportements déployés autour de la mort et du traitement du défunt, depuis le bûcher funéraire jusqu’au dépôt dans la tombe. La continuité d’occupation des deux sites permet ainsi de suivre l’évolution des comportements funéraires sur deux siècles.

Enfin, bien que la majorité des défunts soit accompagnée d’un mobilier assez modeste au regard des comparaisons établies avec les ensembles funéraires des vallées de l’Yonne et de la Haute-Seine, les assemblages étudiés offrent un corpus de référence pour affiner la typochronologie régionale et appréhender les composantes culturelles locales. Il apparaît que les communautés vivant dans le nord du Loiret se rattachent à la sphère culturelle orientale des groupes cannelés septentrionaux dont elles adoptent, dans les grandes lignes, les traditions mobilières, tout en conservant une certaine indépendance sur le plan stylistique.

Sommaire et bon de commande

La nécropole de « la Croix-Saint-Jacques » à Marolles-sur-Seine » (Seine-et-Marne) et l’étape initiale du Bronze final à l’interfluve Seine-Yonne

515_ckeditor_mailing_010615_162602_1Vient de paraître : « La nécropole de « la Croix-Saint-Jacques » à Marolles-sur-Seine » (Seine-et-Marne) et l’étape initiale du Bronze final à l’interfluve Seine-Yonne«  sous la direction de Valérie Delattre et Rebecca Peake avec la Collaboration de Bénédicte Pradat.

Mémoires de la société préhistorique française, 60

Paris, Société préhistorique française, 2015

ISBN : 2-913745-60-1 – 25 € + 7 € (port)

Commandez en ligne

Résumé : La nécropole de « la Croix-Saint-Jacques » à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), fouillée en 2004 par l’INRAP, compte parmi les espaces funéraires de l’âge du Bronze les mieux conservés de la Bassée, comprenant 7 monuments funéraires pour 61 sépultures (10 inhumations et 51 incinérations). L’occupation, relativement courte, se concentre sur une période d’environ trois siècles (vers 1400 à 1100 av. J.-C.) qui la distingue nettement des nécropoles voisines de Marolles-sur-Seine « la Croix de la Mission » (40 sépultures sur 1 500 ans) et « les Gours aux Lions » (une quarantaine de sépultures datées du Bronze final I au Bronze final IIIb).  La quantité et la qualité des données issues de l’étude pluridisciplinaire de cet espace permettent une observation multiple et complémentaire des comportements humains et des gestuelles funéraires : incinéré ou inhumé, le défunt et son mobilier d’accompagnement (panoplie personnelle, armement, parure, accessoires vestimentaires, offrandes alimentaires) participent de la mise en scène individuelle et collective de la mort, de façon aussi bien souterraine (coffrage imposant, agencement codifié des dépôts) qu’aérienne (érection de monuments tumulaires qui s’inscrivent de façon pérenne dans le paysage). La grille de lecture ainsi définie permet d’appréhender la gestion de la mort et des morts à la fin de l’âge du Bronze dans la vallée de la haute Seine.

Abstract : The ‘La Croix-Saint-Jacques‘ cemetery at Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) is one of the best preserved Bronze Age funerary sites in ‘La Bassée’. Excavations by INRAP in 2004 have revealed 7 monuments and 61 tombs of which 10 are inhumations and 51 cremations. The cemetery was used for only about three centuries (1400-1100 BCE) setting it apart from neighbouring sites in Marolles-sur-Seine. ‘La Croix-de-la-Mission’  contains 40 tombs from a period of over 1500 years while over 40 tombs at ‘Les Gours-aux-Lions’ cover most of the Late Bronze Age.

The quality and quantity of data from this interdisciplinary study has provided evidence of funerary behaviour and tradition. Whether cremated or buried, the dead and the objects which accompany them (personal effects, weapons, adornments, offerings of food) participate in the individual and collective staging of death, from the codified organisation of objects in the tomb and the large funerary chambers to the building of monuments that permanently mark the surrounding countryside. This framework gives an insight into how death was perceived and managed during the Late Bronze Age in the upper Seine Valley.

Le dépôt d’Evans (Jura)

86802ac7a7036bce17fb1e4a10416236LE DÉPÔT D’ÉVANS (Jura)
et les dépôt de vaisselles de bronze en France au Bronze final

Jean-François PININGRE, Michel PERNOT et Véronique GANARD

REVUE ARCHÉOLOGIQUE DE L’EST – 37ème supplément

Le dépôt de vaisselles de bronze d’Évans (Jura) a été découvert fortuitement en juin 1998 dans une doline proche de la vallée du Doubs. Ce lot exceptionnel de quarante-neuf récipients au moins représente à l’échelle européenne l’ensemble le plus important de vaisselles métalliques du Bronze final par le nombre et par la variété des récipients qui le composent. À côté de formes classiques comme les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, de Fuchsstadt et le chaudron, cet assortiment comprend en outre des récipients uniques, comme la jarre biconique, ou jusqu’ici connus en quelques unités seulement comme les bouteilles, les passoires et les puisoirs. Il constitue ainsi un référentiel typologique étoffé de cette catégorie de biens de prestige. Sa position géographique dans le contexte de la culture Rhin-Suisse-France orientale, très excentrée vers l’ouest par rapport aux autres grands dépôts européens de vaisselles métalliques, constitue une nouveauté. Un bilan des vaisselles métalliques contemporaines représentées en France et dans le domaine lacustre suisse permet d’évoquer, à l’échelle de l’Europe, la complexité des pratiques de dépôt et de leur dynamique évolutive tant du point de vue de la chronologie que de la géographie. Le dépôt d’Évans offre l’opportunité de revisiter plusieurs questions, souvent débattues, quant à la fabrication, la diffusion et la symbolique de ces ustensiles particuliers dont la maîtrise technologique et les savoir-faire mis en œuvre font ici l’objet d’un développement approfondi. Parmi les questions posées, celle de l’origine des vaisselles est primordiale pour la lecture et la compréhension d’un tel ensemble. Déjà illustrée par le dépôt de Blanot, la distinction entre une production « orientale » et une production « occidentale », ne vient pas ici à l’encontre des hypothèses déjà émises, bien que l’approche du cheminement de ces produits à l’échelle de l’Europe, ainsi que celle des modèles, des copies et des transferts de technologie, restent encore largement ouvertes. À cet égard, les différents modèles de coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, qui représentent ici les deux tiers de l’ensemble, constituent une base d’analyse privilégiée. Le dépôt d’Évans nous invite aussi à nous interroger sur l’aspect social des dépôts de vaisselles de prestige. Offrandes aux divinités, services d’apparat ou liturgiques pour les uns, récipients « désacralisés » incorporés par fragments dans des dépôts de recyclage pour les autres, ces assemblages non aléatoires sont au centre de plusieurs pistes d’interprétations et d’interrogations qui peuvent refléter tout à la fois des aspects fonctionnels et symboliques, et se distinguer par la diversité du choix et de la disposition des objets qui les composent. Dans une logique d’appropriation et de sacralisation des territoires, la position du dépôt d’Évans, sur deux axes majeurs de franchissement du Jura central et de circulation entre Rhône et Danube, nous conduit enfin à replacer cet ensemble hors norme dans son contexte territorial et culturel, au contact des différentes zones d’influence des groupes de la culture Rhin-Suisse-France orientale aux XIIe-Xe siècles avant notre ère.

Sommaire et bon de commande

Méthodologie des recherches de terrain sur la Préhistoire récente en France. Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012.

aep-colloque-nord-sud-2014_1424098473596-jpgpNouvelle parution des Archives d’écologie préhistorique

Série Monographies, synthèses et colloques

Méthodologie des recherches de terrain sur la Préhistoire récente en France. Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012.
Actes des premières rencontres Nord/sud de Préhistoire récente, Marseille, mai 2012.

 

sous la direction de Ingrid SÉNÉPART, Cyrille BILL ARD, Françoise BOSTYN,
Ivan PRAUD et Éric THIRAULT
Le premier colloque de Préhistoire récente Nord/Sud intitulé Méthodologie des recherches de terrain de la Préhistoire récente en France. Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012  s’est tenu à Marseille en mai 2012 à l’initiative des associations «Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente » et «InterNéo ». Il réunissait pour la première fois une large communauté de néolithiciens du Nord et du Sud venus confronter leurs expériences de terrain et débattre de leurs pratiques.
En effet, en France, les vingt-cinq dernières années constituent, une période de bouleversement considérable pour les méthodes de recherche sur la Préhistoire récente. La mise en place des procédures d’Archéologie préventive permet aujourd’hui d’aborder la fouille des sites avec des moyens inégalés, qui conduisent à poser de nouvelles problématiques, grâce notamment à une exploitation des données sur des surfaces plus importantes et à la mise en oeuvre de nouveaux outils d’analyse.
Cette période a également été celle d’une nécessaire forme de normalisation des méthodes de fouille et surtout des méthodes de détection des sites. Pourtant, les pratiques de prospection, de recherche et d’analyse restent souvent hétérogènes, parfois à juste titre, parfois par simple tradition régionale, parfois par méconnaissance d’expériences s’étant déroulées dans d’autres contextes géographiques. Enfin cette période  est celle de la construction du dispositif complet de l’archéologie préventive, tant sur le plan administratif et juridique que sur le plan des structures opérationnelles.
Il s’agissait donc d’effectuer un « retour sur expérience » sur cette période où les occasions ont manqué de porter un regard critique sur nos pratiques de recherche, autant dans leurs succès que dans leurs échecs.

The first colloquium of Late Prehistory North/South, entitled Field Research Methods applied to Late Prehistory in France. New Knowledge, New tools, 1987-2012 took place in Marseille in May 2012 under the initiative of the associations “Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente” and “InterNéo”. For the first time, it brought together a large community of specialists of the Neolithic in the North and South to compare their experiences and debate their practices.
In France, over the last twenty-five years the field methods used in research on Late Prehistory have indeed undergone significant changes. The development of rescue archaeology procedures now enable site excavations to be carried out with previously unavailable resources, leading to the formulation of new research questions based in large part on the study of data collected over larger surface area, and the development of new analysis tools. During this period, a necessary standardization of excavation methods and, especially, site detection methods also occurred. Nevertheless, survey, research and analysis procedures often remain heterogeneous, sometimes justifiably, sometimes according to regional traditions, and sometimes due poor knowledge of advances made in other geographic contexts. Finally, the foundations of rescue archaeology were completely during this time, both in the domains of administration and jurisdiction, and in the operational structures. The aim of this meeting was thus to “learn from our
experience” during this period when opportunities to critically assess our research practices were lacking, taking into account both their successes and their failures.

Archives d’écologie préhistorique, 2014
ISBN 978-2-35842-014-3

Téléchargez la table des matières

Le site des AEP