(IM)MOBILE ? Circulation, échanges des objets et des idées, mobilités, stabilités des personnes et des groupes durant la Pré- et Protohistoire européenne

IIIèmes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente
Lyon – Université Lumière Lyon 2
29-30 novembre & 1er décembre 2018

Programme détaillé et fiche d’inscription en pdf

mercredi 28 novembre

16h-20h – accueil des participants sur le lieu des Rencontres

18-20h – conférence dans le cadre du cycle Jean Pouilloux de la Maison de l’Orient et

de la méditerranée : Franchir les Alpes, du Néolithique au Moyen-Age

soirée libre

jeudi 29 novembre

A partir de 8h – accueil des participants sur le lieu des Rencontres

9h – allocations de bienvenue

9h30-12h30 – communications introductives puis communications sur le thème 1

12h30-14h – pause-repas (buffet sur place pour les inscrits)

14h-18h – communications sur le thème 1 (suite)

18h-18h30 – présentation des posters sur le thème 1

19h30 (horaire indicatif) : réception à l’Hôtel de Ville de la Ville de Lyon

soirée libre

vendredi 30 novembre

A partir de 8h – accueil des participants sur le lieu des Rencontres

9h-12h30 – communications sur le thème 2

12h30-14h – pause-repas (buffet sur place pour les inscrits)

14h-17h30 – communications sur le thème 2

17h30-18h – présentation des posters sur les thèmes 2 et 3

20h (horaire indicatif) : repas en ville offert par les Rencontres

samedi 1er décembre

9h-12h30 – communications sur le thème 3

12h30 – G. Marchand, C. Mordant et E. Thirault : Impressions conclusives sur les Troisièmes Rencontres

Méthodologie et interprétation des habitats – appel à communications

Méthodologie et interprétation des habitats
Approches multiscalaires des types et formes d’occupation du territoire dans l’Europe du nord-ouest de la fin du Néolithique à La Tène ancienne

Lille, 3-4 octobre 2019

Appel à communication

HABATA est un projet collectif de recherches, mené dans les Hauts-de-France. Il rassemble une équipe d’archéologues travaillant sur le thème de l’habitat de la fin du Néolithique à La Tène ancienne. En 2019, la fin du programme triennal sera marquée par une rencontre de chercheurs travaillant sur les mêmes problématiques. Ce colloque se tiendra à l’Université de Lille, les 3 et 4 octobre.
L’archéologie est un formidable moteur de renouvellement de la documentation concernant l’habitat protohistorique. Les méthodes de fouilles et d’analyse permettent d’aborder les vestiges sous des angles variés et souvent complémentaires. Ces derniers offrent des moyens sans cesse renouvelés d’interprétation des sites.
L’objet principal du colloque est de faire état des interprétations de l’espace domestique, depuis son environnement très local jusqu’à son rôle dans un territoire élargi.
À l’échelle du site, il s’agira d’aborder les différentes méthodes utilisées pour reconnaître les activités menées, leur nature comme leur organisation, afin de mieux définir les occupations. Le colloque est ouvert à tous les exemples de méthodologie appliquée aidant à la détection et la caractérisation des traces d’activités humaines. Les communications peuvent concerner les structures elles-mêmes ou plus largement les approches pluridisciplinaires permettant d’appréhender les répartitions fonctionnelles au sein d’un site.
À l’échelle régionale, voire nationale, il sera intéressant de discuter autour des modèles d’installation des habitats. Les propositions de communications peuvent être élargies aux données environnementales, à l’archéométrie ou à l’expérimentation si elles contribuent à mieux définir les activités quotidiennes et les relations entre l’habitat et son milieu.
Enfin, pour proposer une réflexion sur les liens entre l’organisation sociale de la vie au quotidien et les formes de l’habitat, des communications plus théoriques ou des exemples issus de l’ethnologie ou l’anthropologie sociale sont également les bienvenus, cela permettra sans aucun doute de dépasser les limites des disciplines archéologiques.

Les propositions de communication ou de poster devront être envoyées par mail à l’adresse suivante : habata.pcr[at]gmail.com avant le 15 août 2018 (avec coordonnées et rattachement de l’auteur – ou des auteurs -, titre et résumé de 15 lignes).

Version pdf en français et en anglais

Call for paper : ISLANDIA

Islands in Dialogue (ISLANDIA)
International Postgraduate Conference in the Prehistory and Protohistory of
Mediterranean Islands

Università degli Studi di Torino (Turin, Italy), 14th-16th of November 2018

Call for papers

A series of peculiar cultural and socio-economic dynamics have been recognised in relation to island societies, setting them apart from those arisen in the continent. The necessity of Island Archaeology as a research field per se lies not only in the high quantity and extreme variety of island communities, but mostly in the adoption of the islanders’ perspective to investigate the construction of these complex identities. The main purpose of the conference Islands in Dialogue (ISLANDIA) is to investigate the applicability of the concept of insularity in the Mediterranean by examining different social, cultural and economic aspects of prehistoric and protohistoric island communities. The conference is an excellent opportunity for postgraduate and early career researchers to present their current research, and exchange and discuss ideas about the concepts of insularity, landscape and insular identity in the Mediterranean. The periods considered will range from the Neolithic to the end of the Bronze Age.

The organisers encourage to present innovative proposals on a broad range of aspects related to islands and sea, landscape, material, and thematic studies, as well as theoretical and methodological approaches. The conference will be organised as a three-day event with opening and key-note lecture on the evening of the first day, and structured to include papers presentations according to different research themes and geographical areas. At the end of each session, the speakers will be invited to join a short roundtable. This will integrate conference papers and facilitate constructive dialogue between the conference participants.

Please fill in and send, no later than the 20 th of May 2018, the attached registration form to islandia@unito.it. The application form requires personal data and an abstract of no more than 300 words and a title. Papers should last for 15 minutes. The official language of the meeting is English. There is a registration fee of 35 euro. Payment methods will be further notified via email. Please, notice that participants will need to arrange their own travel and accommodation plans. Registration of the meeting will take place on Wednesday evening (14th of November 2018). The meeting is open to everybody and we warmly invite all interested people to attend it.

We intend to publish the papers presented at the meeting. Further information about the publication will be provided via e-mail and during the meeting. All submissions will be subject to peer review although acceptance for presentation does not guarantee inclusion in the final publication.
For further information, please visit our website https://islandia2018.jimdo.com/

Information and contacts
Dipartimento Studi Umanistici, Università degli Studi di Torino
Via S. Ottavio, 20. I-10124 Torino (Italy)

https://islandia2018.jimdo.com

islandia@unito.it

Call for papers

Application form

Les sociétés du Bronze ancien atlantique du XXIVe au XVIIe s. av. J.-C. : appel à communication

Les sociétés du Bronze ancien atlantique du XXIVe au XVIIe s. av. J.-C.

Rennes, 7-10 novembre 2018

Appel à communication

Plus de 26 ans après la tenue du colloque du CTHS de Clermont-Ferrand sur les Fondements culturels, techniques, économiques et sociaux des débuts de l’âge du Bronze, ce colloque APRAB propose de réexaminer cette période chronologique à la lumière des travaux et des découvertes récentes. Ces dernières années ont vu le déploiement d’une archéologie préventive, de nouvelles approches méthodologiques (ADN et isotopes, modélisation bayésienne, LIDAR…) qui ont permis de renouveler très largement la documentation et les problématiques comme la question des mobilités ou des paysages. Ce colloque vise à présenter ces nouvelles données en privilégiant les communications synthétiques. Il ambitionne de dresser un bilan des connaissances sur le Bronze ancien autour de l’Arc atlantique.

Le champ chronologique retenu couvre la période comprise entre le milieu du IIIe millénaire et le milieu du IIe millénaire. Cette fourchette large offre le double avantage d’aborder la question de la genèse de l’âge du Bronze (place du phénomène campaniforme) et celle du chevauchement des systèmes chronologiques. A la lumière de travaux récents, sera discutée la question des cultures du Wessex, des Tumulus armoricains et de leurs périphéries : comment les définir (champ chronologique, culture matérielle) et les délimiter ? Les notions de sociétés « princières », de l’émergence des élites, des réseaux sont-elles toujours appréhendées de la même façon ?

Une mise en parallèle avec des travaux synthétiques portant sur d’autres grandes cultures européennes pourra par ailleurs être faite (El Argar, la Culture du Rhône, d’Hilversum ou d’Únětice…).

Session 1. Genèse de l’âge du Bronze et questions de chronologie

La période de transition entre le IIIe et le IIe millénaires (notamment au travers du phénomène campaniforme),et le Bronze ancien sont particulièrement révélateurs des problématiques actuellement rencontrées par les protohistoriens quant aux périodisations, aux dynamiques culturelles ou des pratiques sociales. Il conviendra par exemple de s’interroger sur la conformité historique des découpages proposés, et de leur possible application pour l’ensemble de l’Europe occidentale ou de la place du phénomène campaniforme dans la genèse des cultures du Bronze ancien, tout comme celle de la métallurgie des alliages cuivreux. 

Session 2. L’Arc atlantique (Wessex/Tumulus armoricain et périphérie)

Dans la tradition des colloques « Bronze » organisés par l’APRAB, la rencontre de Rennes ambitionne de dresser un bilan des connaissances sur les grandes cultures et les sociétés du Bronze ancien de l’Arc atlantique. Il concernera tout particulièrement la culture des Tumulus armoricains dont les fondements posés par J. Briard demande à être réexaminés et corrélés aux données issues des contextes voisins comme celles de la culture du Wessex qui lui est souvent associée. Les formes de l’habitat, les pratiques funéraires, les modalités et les rythmes de l’occupation du sol ou encore la culture matérielle (chronotypologie, faciès culturels, technologie) seront notamment au centre de ces approches volontairement synthétiques. Une trame commune des aspects à aborder dans les synthèses sera proposée afin de permettre des comparaisons aisées entre chaque territoire.

Session 3. Grandes cultures européennes, élites, réseaux et échanges

Cette période dynamique connaît d’importantes mobilités des produits à l’échelle de l’Europe, mais aussi des échanges d’idées et des techniques, des croyances et des populations, qu’il s’agira d’appréhender. Il est attendu des présentations synthétiques des grandes cultures du paysage européen au Bronze ancien (El Argar, Únětice, …), qu’il faudra mettre en regard avec celles de l’Arc atlantique et qui permettront de discuter des pratiques sociales notamment de la question de l’artisanat spécialisé, de la stratification sociale et des élites.

Conditions de soumissions :

Si vous souhaitez présenter une communication à ce colloque, merci d’envoyer une proposition comprenant un résumé, en français ou en anglais, à bronze2018rennes[at]gmail.com avant le 15 février 2018.

Bois et architecture dans la Protohistoire et l’Antiquité

Bois et architecture dans la Protohistoire et l’Antiquité (XVIe av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.)

Grèce, Italie, Europe occidentale. Approches méthodologiques et techniques

Université Toulouse Jean Jaurès

jeudi 5 et vendredi 6 avril 2018

Co-organisation PLH-CRATA & TRACES-RHAdAMANTE
St. Lamouille, P. Péfau, S. Rougier-Blanc

Appel à communication

Dans l’histoire de l’architecture et des techniques constructives, le bois occupe une place originale. Ce matériau était largement utilisé par les sociétés anciennes et son caractère périssable comme la fugacité des traces qu’il peut laisser (empreintes, restes charbonneux, structures d’ancrage…) obligent à une prise en compte bien spécifique. Le manque de documentation archéologique ne constitue pourtant plus un frein à l’étude du rôle du bois dans les constructions antiques, même si une telle approche est longtemps restée marginale dans les recherches en architecture dite classique. Les progrès continus des méthodes de fouilles, de plus en plus fines, et le recours fréquent aux restitutions 3D ou aux modélisations numériques, depuis maintenant plusieurs décennies, permettent d’envisager l’étude du matériau bois et des techniques associées avec un regard neuf et fécond.
Les mêmes questionnements concernant le rôle du bois dans le bâti reviennent souvent chez les chercheurs confrontés à ce matériau, qu’ils soient historiens ou archéologues, qu’il s’agisse de constructions domestiques modestes ou d’architectures plus monumentales érigées dans des zones géographiques et des ères chronologiques variées. Cette convergence dans les problématiques a poussé des chercheurs des équipes TRACES-RHAdAMANTE et PLH-CRATA à travailler en commun sur les usages du bois en architecture protohistorique et antique. Ces premières journées se proposent de confronter les différentes façons d’appréhender le matériau bois et son rôle structurel dans les constructions en terre et bois ou en pierre, en Grèce, en Italie, ou en Europe occidentale (Gaule, Espagne…) sur une large période (XVIe av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.). La réflexion accordera une place importante aux aspects méthodologiques, tout en s’appuyant sur des études de cas précis. Plus que pour toute
autre architecture, le rôle heuristique de l’archéologie expérimentale doit être interrogé. À ce titre, une visite de L’Archéosite « Le Village gaulois » de Rieux-Volvestre (31) sera organisée afin de revenir sur ce que l’expérimentation peut apporter au chercheur. Ces journées constituent un premier jalon qui ouvrira la réflexion et se prolongera dans l’avenir par d’autres manifestations, d’ores et déjà programmées, certaines consacrées notamment aux sources écrites sur l’architecture de bois (vocabulaire et représentations), d’autres à la place du bois dans les édifices publics et de théâtre.

Si vous êtes intéressés, merci d’envoyer un résumé programmatique d’une page maximum aux adresses suivantes avant le 1er décembre 2017 : srougierblanc[at]gmail.com, pierrepefau[at]gmail.com et lamouillestephane[at]gmail.com

L’habitat de l’âge du Bronze à La Tène ancienne dans les Hauts-de-France et ses marges

Journée d’étude organisée dans le cadre du PCR HABATA

 

Mardi 14 novembre 2017 – 9h-17h30

Maison de la Recherche, salle des colloques

Université de Lille – Sciences humaines et Sociales. Domaine Universitaire du Pont-de-Bois. 59653 Villeneuve d’Ascq

 

La géographie culturelle des Hauts-de-France, une réalité changeante entre l’âge du Bronze et La Tène ancienne ?

L’aire géographique des Hauts-de-France est un carrefour d’influences, atlantiques, continentales et septentrionales. Si les traditions culturelles sont identifiables – et essentiellement identifiées – à travers le mobilier céramique, l’étude de l’architec­ture des bâtiments et de l’organisation des sites fournit à cet égard des données qui peuvent entrer en résonnance avec celles proposées par la culture matérielle. De plus, ces observations peuvent docu­menter d’autres composantes et d’autres dynamiques.

Cette journée d’étude est l’occasion de sol­liciter nos collègues frontaliers afin qu’ils nous présentent l’état de leurs recherches concernant l’habitat. Sont concernés les pays voisins dont les liens avec les Hauts-de-France à certaines périodes ont déjà été reconnus : l’Angleterre, essentiellement le sud, et la Belgique ; mais également les Pays-Bas. Ce sera aussi l’occasion pour nos collègues de Normandie, d’Île-de-France et de Champagne de faire le point sur la ques­tion de l’habitat dans ces régions. Ce tour d’horizon périphérique exhaustif a pour objectif de parvenir à mettre en exergue les points communs et les différences entre les habitats des Hauts-de-France et ceux des régions voisines.

Des approches transversales prenant en compte les mobiliers, l’architecture des bâtiments et la typologie des fosses, ainsi que des réflexions plus spécifiques contri­bueront à mieux cerner ce qui définit les espaces culturels. La période induite par le projet permet par ailleurs de percevoir des évolutions, de mieux saisir la réalité changeante de la géographie culturelle des Hauts-de-France.

Organisateurs : Emmanuelle Leroy-Langelin, département du Pas-de-Calais et Yann Lorin, Inrap Hauts-de-France

Infos : halma.recherche.univ-lille3.fr

Contact : habata.pcr[at]gmail.com

Programme

 

(Im)mobiles ? Circulation, échanges des objets et des idées, mobilités, stabilités des personnes et des groupes durant la Pré-et Protohistoire en Europe occidentale

Troisièmes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente

Lyon, 29-30 novembre – 1° décembre 2018

Colloque conjoint des associations RMPR – InterNéo – APPRAB

Appel à communications

La nature des relations entretenues entre les groupes culturels, à faible ou longue distance, la reconnaissance d’influences, de contacts, d’échanges à travers la circulation des objets,  des personnes et des idées sont devenues des thèmes fréquemment développés par les pré- et protohistoriens. Cette approche qui vise à dépasser les limites et les frontières définies pour chaque entité culturelle, constituera l’axe principal de ces troisièmes Rencontres. Les groupes et sous-groupes du Néolithique et de l’âge du Bronze constituent des entités plus ou moins faciles à cerner dans le temps et l’espace. Au contraire, les déplacements de biens, d’idées, les échanges au sens large sont autant de caractéristiques que les recherches ont mis en lumière depuis plusieurs décennies. Ce constat n’exclut pas pour autant la reconnaissance d’éléments de pérennité dans certains comportements, parfois sur le long terme, parfois au-delà des limites chrono-culturelles.

Un des enjeux de la recherche actuelle est donc d’expliciter les liens entre les éléments de stabilité sur le temps long et les changements / mobilités de tous ordres qui sont perceptibles dans l’espace et dans le temps, quelle que soit l’échelle de raisonnement : le village, le finage, les réseaux régionaux et plus loin encore.

Les troisièmes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente seront l’occasion de faire un point sur ces questions et d’approfondir leur compréhension sur l’ensemble du territoire national mais aussi dans les pays limitrophes ;  et ce depuis les premières manifestations de l’économie néolithique, vers 5800 avant J.-C., jusqu’à la transition vers l’âge du Fer, autour de 800 avant J.-C.

Trois thèmes sont proposés :

1)  Quel fonctionnement pour les réseaux techniques, économiques et symboliques ?

De manière empirique (établissement des faits), théorique (modélisations) et/ou transdisciplinaires (ethnoarchéologie, etc.), il s’agira de rechercher les interactions entre les groupes culturels, les limites, les seuils, à courtes ou longues distances, dans tous les domaines de la vie quotidienne : acquisition de matériaux, production de biens transformés, production vivrière, architecture, modes d’habitat, systèmes symboliques…

Il sera notamment intéressant de mesurer le rythme et la forme que prennent ces contacts : en d’autres termes, quelle est la nature des relations entre les communautés lors des moments de forte intensification et de décroissance dans les échanges tout au long du Néolithique et de l’âge du Bronze.

2) Mobilité et échange entre les communautés.

Les progrès réalisés dans le domaine de la génétique des populations et des dosages isotopiques ouvrent de nouvelles perspectives dans la reconnaissance des mobilités des humains et des animaux. Ils obligent ainsi à reconsidérer les données issues de la culture matérielle sous un angle nouveau. Bien que les analyses soient encore rares, un regard croisé entre ces différentes disciplines permettrait de dépasser les limites atteintes lors des études sur les mobiliers.

3) Les pratiques funéraires sont des éléments clés dans la définition des cultures au même titre que les productions céramiques, lithiques ou architecturales. Mais si le poids des traditions, voire l’inertie, sont souvent mis en avant dans les pratiques funéraires, quelle place peut prendre l’invention locale, l’adoption ou le refus de telle ou telle pratique ?

Deux questions sont actuellement, parmi d’autres, particulièrement d‘actualité : l’architecture mégalithique, dont les évolutions chrono-géographiques à large échelle posent encore de nombreuses questions : adoption ou refus, influences, réinventions locales, traditions ? Et la question des crémations, qui émergent dans la recherche actuelle, en particulier pour le Néolithique moyen et les débuts de l’âge du Bronze.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 décembre 2017 à :

contact[at]rmpr.fr

 

Entre terres et eaux : les sites littoraux de l’âge du Bronze, spécificités et relations avec l’arrière-pays

Colloque international

Séance thématique décentralisée de la Société préhistorique française organisée en partenariat avec l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze

Moulin des Evêques, Agde (Hérault) – 20-21 octobre 2017

Organisateurs : Thibault Lachenal (CNRS, UMR 5140 ASM) et Yves Billaud (DRASSM), avec le concours de l’association Ibis (Agde).

Télécharger le programme prévisionnel

 

Jeudi 19 octobre

17h00-18h00 : Accueil des participants au Moulin des Evêques

 

Vendredi 20 octobre

8h30 : Accueil.

09h00 : Thibault Lachenal, Yves Billaud – Introduction

09h15 : Thibault Lachenal, Jean Gascó, Benoît Devillers, Christian Tourette, Vladimir Baudot, Laurent Bouby, Lucie Chabal, Fabrice Laurent, Léonor Liottier, Vincent Girard, Sandra Greck, Frédéric Guibal, Florian Yung – Un habitat de la fin de l’âge du Bronze entre lagune et fleuve : le site immergé de la Motte (Agde, Hérault).

09h45 : Frédéric Leroy – Des occupations côtières de la fin de l’âge du Bronze sur le littoral languedocien.

10h15 : Pause

10h30 : Jean Chausserie-Laprée, Hélène Barge, Victor Canut, Bernard Dedet, Thibault Lachenal, Frédéric Leroy, Hélène Marino, Noelle Provenzano, Myriam Sternerberg, Claude Vella, Joël Vital – Les sites « lagunaires » de L’Abion et des Salins de Ferrières à Martigues. Bilan de quarante années de recherches

11h00 :Patrizia Petitti, Antonia Sciancalepore, Egidio Severi – Gran Carro underwater settlement (Lake Bolsena, Italy).

11h30 : Solène Chevalier – Occupation de la façade littorale tyrrhénienne de la péninsule italienne de l’âge du Bronze moyen au début du premier âge du Fer. Étude diachronique.

12h : Déjeuner

13h30 : Federica Gonzato, Claudia Mangani, Luciano Salzani – Plain, mountain and lake. The Frassino pile-dwelling site in the middle of a network.

14h00 : Mauro Cremaschi – Along the bank of the Po river: riverbed, canal and ditches in the Terramara Santa Rosa di Poviglio (northern Italy): climatic change and water management during the Terramare civilization.

14h30 : Enriqueta Pons – A propos des sites de la plaine côtière de l’Empordà (NE de la Catalogne) au cours de la fin de l’âge du bronze.

15h00 : Yves Billaud – Les palafittes de l’âge du Bronze des lacs savoyards : du bâtiment au territoire, quels éléments d’interprétation ?

15h30 : Pause

16h00 : Christophe Landry, André Marguet – Le village lacustre de Rives 2 et l’occupation des terrasses de Thonon a l’âge du Bronze.

16h30 : Pierre Broutin, Sylvie Cousseran-Nere, Eric Nere – Le Léman à l’âge du Bronze. L’exemple du secteur du petit lac : les enjeux d’une dynamique de territoire à l’âge du Bronze ?

17h00 : Pierre Corboud – Le peuplement du bassin lémanique au Bronze final : la contribution des sites littoraux.

17h30 : Fabien Langenegger, Sonia Wütrich, Judit Becze-Deak – Les baies lacustres de Bevaix et de Cortaillod, organisation de l’habitat et occupation de l’arrière-pays (Plateau de Bevaix, Neuchâtel, Suisse).

18h30 : Buffet offert au Musée de l’Ephèbe (Cap d’Agde), visite des collections et de l’exposition temporaire sur le site de La Motte.

 

Samedi 21 octobre

09h00 : Florence Verdin, Guillaume Saint-Sever, Christelle Belingard, Laurent Bouby, Isabelle Carrère, Frédérique Eynaud – La Lède du Gurp ou l’attrait des marais littoraux aquitains.

09h30 : Caroline Mougne – Des îles au continent : la place des invertébrés marins à l’âge du Bronze sur la façade atlantique française.

10h00 : Pause

10h30 : Yvan Pailler, Clément Nicolas – Beg ar Loued (île Molène, Finistère), un habitat insulaire de l’âge du Bronze ancien. Entre autarcie et ouverture sur le monde.

11h00 : Franck Ducreux, Jean Michel Treffort – Sites de gué et de rive de la vallée de la Saône dans la région de Chalon-sur-Saône (Saône-et Loire).

11h30 : Anne Lehoërff, Claude Mordant – Conclusions et discussions finales

13h00 : Excursion dans la réserve Naturelle du Bagnas (sur inscription).

 

Posters

Assumpcio Toledo I Mur – L’occupation de la plaine roussillonnaise au Bronze ancien.

Amparo Barrachina – Considérations sur un territoire entre un marais au bord de la mer et des montagnes : le Pic dels Corbs de Sagunt.

Kewin Peche-Quilichini, Aurélien Tafani – Un réseau de fortifications du Bronze moyen autour du golfe de Lava (Corse occidentale).

Ghislain Bagan – Variabilité des configurations territoriales à la fin de l’âge du Bronze dans la vallée de l’Hérault.

Carole Lespes – L’assemblage faunique du site de La Motte (Agde, Hérault) : pratiques alimentaires d’une occupation fluvio-lagunaire.

Vincent Georges – Mélanges et unités graphiques sur les rives des lacs alpins occidentaux à l’âge du Bronze final.

Benoît Devillers, Thibault Lachenal, Jean Gascó, Jean-Philippe Degeai, Constantin Lecerf, Aurelle Thierry Guénaëlle Bony – Evolution des littoraux de l’Hérault et de Thau depuis le Néolithique. 

 

Inscription obligatoire avant le 15 septembre :
http://etee2017.sciencesconf.org

Entre terres et eaux : les sites littoraux de l’âge du Bronze, spécificités et relations avec l’arrière-pays

Colloque international

Séance thématique décentralisée de la Société préhistorique française organisée en partenariat avec l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze

Moulin des Evêques, Agde (Hérault) – 20-21 octobre 2017

Organisateurs : Thibault Lachenal (CNRS, UMR 5140 ASM) et Yves Billaud (DRASSM), avec le concours de l’association Ibis (Agde).

Appel a communication (français/anglais en pdf)

etee2017_aff75Les littoraux ­– rives de lacs, lagunes, fleuves, mais aussi estuaires et franges côtières – ont constitué des milieux particulièrement attractifs pour les sociétés de l’âge du Bronze d’Europe occidentale. Leur occupation n’est toutefois pas continue et peut correspondre à des types d’installations variées, habitats ou sites spécialisés dans l’exploitation de ces biotopes. Les spécificités des installations en milieux humides ou actuellement immergés, dans leurs techniques de fouilles comme dans la nature des vestiges qu’elles livrent, tendent à faire de leur étude une discipline à part, ne favorisant pas leur confrontation avec les sites « terrestres ». L’objectif de ce colloque est donc de réunir des approches portant sur différents types de sites implantés dans ces zones d’interface entre la terre et l’eau, de réfléchir sur leurs spécificités et sur les relations qu’ils entretiennent avec les autres occupations localisées dans l’ « hinterland » ou arrière-pays. Ces questionnements peuvent se décliner en deux grandes thématiques :

1. Moteur et forme des occupations littorales

L’insalubrité réputée des milieux humides, associés à l’exposition à des maladies infectieuses comme le paludisme, est ancrée dans la pensée commune actuelle, si bien que ces lieux sont parfois considérés comme marginaux. Certaines données ethnologiques et historiques illustrent d’ailleurs des facteurs de contraintes dans la colonisation des milieux humides, tels qu’une surpopulation ou une pression territoriale consécutive à des conflits. Néanmoins, les zones humides et les littoraux constituent des niches écologiques attractives, riches en ressources, notamment halieutiques. À l’interface de milieux complémentaires, ils offrent en cela des potentiels économiques multiples. Pour l’âge du Bronze, période où les témoins de navigations se multiplient, l’organisation et le contrôle des échanges, parfois à longue distance, ont également pu constituer des facteurs d’installations sur ces lieux ouverts sur des voies de communication naturelles.

En analysant la forme, l’implantation et l’économie des sites, confrontés aux phénomènes historiques et culturels reconnus pour l’âge du Bronze, l’objectif sera de dégager des modèles et d’identifier des spécificités régionales. Pour cela une priorité devra être donnée aux approches pluridisciplinaires, combinant l’analyse de la culture matérielle et des données bioarchéologiques, dont la conservation est favorisée sur les sites ennoyés. Dans ces zones d’interface, l’évolution du milieu est particulièrement sensible, avec les phénomènes de remontée des eaux marines ou des lacs, l’aggradation des deltas et l’érosion des littoraux. Les approches géomorphologiques et paléoenvironnementales devront également être mobilisées et pourront faire l’objet de présentations spécifiques. Ainsi, le rôle déterminant des modifications climatiques sur les installations humaines, pour lequel les lacs alpins font figure de cas d’école, devra être discuté, notamment en ce qui concerne d’autres régions européennes.

2. Gens de l’eau, gens de la terre: relations entre les sites littoraux et l’arrière-pays

Ce titre, emprunté à P. Pétrequin, met l’accent sur la dichotomie existant entre les peuples habitant les littoraux et l’arrière-pays, pour laquelle les exemples ethnographiques abondent. Cette distinction des populations pourra être débattue pour la Protohistoire, à partir des données de la culture matérielle notamment. De même, les spécificités économiques de ces sites, qui exploitent des biotopes de nature différente, mériteront également d’être évoquées. Au-delà, c’est aussi la complémentarité dont font preuve ces occupations du littoral et de l’hinterland qui devra être interrogée. A-t-on affaire à des habitats autarciques ou existe-t-il entre eux des réseaux, des dépendances, voire des hiérarchies ? Cette analyse nécessite l’observation de plusieurs focales, au niveau d’un même ensemble géographique, mais aussi à l’échelle microrégionale, voire régionale. Cette thématique pose également la question de l’existence de sites spécialisés ou saisonniers, liés à une activité artisanale ou vivrière particulière, telle que la pêche.

Ce colloque est ouvert à tous les archéologues, bioarchéologues, géomorphologues ou paléoenvironnementalistes travaillant sur la question des occupations de l’âge du Bronze en contextes littoraux, en milieux immergés ou non, mais aussi sur les habitats de l’arrière-pays localisé à proximité de ce type de site. Le cadre géographique retenu est celui de l’Europe occidentale.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 15 Avril 2017.

Informations et inscriptions :

etee2017[at]gmail.com

http://etee2017.sciencesconf.org

Fortifications dans les Âges des Métaux en Europe : aspects défensifs, symboliques et territoriaux

Colloque international

10-12  Novembre 2017, Guimarães (Portugal)

800px-castro_de_briteiros

UISPP, Commission Scientifique  » Âges des Métaux en Europe » et Sociedade Martins Sarmento.

Dans les différentes régions de l’Europe, il est devenu significatif l’existence de murs, clôtures, talus et fossés entourant des établissements ou des espaces rituels, depuis le Chalcolithique jusqu’au premier Âge du Fer. Exemples évidents sont les sites fortifiés chalcolithiques de Los Millares et Zambujal, la culture Nuragique de l’Âge du Bronze en Sardaigne et de plusieurs castros et oppida de l’Âge du Fer, comme Bibracte, Maiden Castle et Monte Bernorio. Plusieurs études ont abordé la nature (symbolique et/ou défensive) de ces fortifications, son architecture et l’impact sur le paysage du passé, y compris la question de hiérarchie entre les différents sites fortifiés et l’utilisation de son impact visuel pour mettre en évidence la puissance des diverses communautés.
Ce colloque international vise à discuter des différentes propositions d’interprétation autour de ce genre de structures de gros investissement constructif; faire connus les nouvelles cas d’études; permettre une analyse comparative entre les différentes régions et périodes chronologiques. Le colloque sera structuré en trois thèmes principaux : 1) guerre et des fortifications ; 2) espaces symboliques ; 3) impact sur le paysage et de la répartition territoriale.
La réunion aura lieu à Guimarães (nord du Portugal), près de la Citânia de Briteiros, l’un des plus célèbres établissements fortifiés de la « culture des Castros » de l’Âge du Fer.

Date limite de soumission des résumés: 30 avril 2017.
Contacts, inscription et soumission des communications : fortmetalages2017[at]gmail.com

Comité d’organisation:

  • Davide Delfino (Centro de Geociências da U.C./Instituto Terra e Memória/U.I.S.P.P. Commission Scientifique « Âges des Métaux en Europe « )
  • Fernando Coimbra (Centro de Geociências da U.C./Instituto Terra e Memória/U.I.S.P.P. Commission Scientifique  » Âges des Métaux en Europe »)
  • Manuel Fernández-Götz (University of Edinburgh/ U.I.S.P.P. Commission Scientifique « Âges des Métaux en Europe »
  • Daniela Cardoso (Sociedade Martins Sarmento/ Laboratório de Paisagens, Património e Território da Universidade do Minho – Lab2PT)
  • Gonçalo Cruz (Sociedade Martins Sarmento / Laboratório de Paisagens, Património e Território da Universidade do Minho – Lab2PT).

Appel à communication : français / anglais