“Âge du Bronze, Âge de Guerre” les vidéos sont en lignes !

Le colloque « Âge du Bronze, Âge de Guerre. Violence organisée et expressions de la force au IIe millénaire avant J.-C. » qui a eu lieu à Ajaccio-Porticcio-Sartène, du 14 au 17 octobre 2020, a fait l’objet d’une capatation vidéo. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces vidéos sur le site du colloque, sur la chaîne youtube dédiée ou en cliquant sur les liens des communications ci-dessous.

Introduction au colloque

INTRODUCTION A LA THEMATIQUE DE LA GUERRE DANS LES SOCIETES ANCIENNES

Philippe Lefranc (Inrap, Archimede) et Fanny Chenal (Inrap, Archimede)  : Avant l’Âge du bronze. Violences collectives en Alsace au Néolithique

Jean Guilaine (CdF) : Le sentier de la guerre

Anne Lehoërff (Chaire Inex CY Cergy Paris université, “Archéologie et patrimoine”, IUF) : Et la guerre fut…

 

L’ÂGE DU BRONZE EN CORSE ET EN SARDAIGNE : VIOLENCE ET INSTABILITE SOCIALE EN QUESTION DANS LES ILES

Joseph Cesari (Cons. Patr. Hon., LAMPEA), Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM)  : De la violence collective à la présomption d’innocence : une approche historiographique et chrono-fonctionnelle de l’habitat fortifié de l’Âge du bronze dans le sud de la Corse

Florian Soula (LAMPEA), Laura Manca (MNHN, LAMPEA), Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM), Pantelitsa Mylona (MNHN), Alessandro Peinetti (ASM) : L’émergence des sites fortifiés au début l’Âge du bronze en Corse-du-Sud. Premiers apports de l’archéologie des territoires en vallée de Conca (Sartène et Grossa)

Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Daniele Arobba (musée Finale Ligure), Anaïs Cheuton (Univ. Orléans, IRAMAT), Audrey Jamai-Chipon (LRA), François-Xavier Le Bourdonnec (Univ. Bordeaux, IRAMAT), Marine Lechenault (Univ. Lyon, HiSoMA), Arthur Leck (Univ. Bordeaux, IRAMAT), Thomas Le Flecher, Mélanie Marcel (ASM), Elisabeth Pereira (Univ. Corse, SPE) : Le site perché d’I Casteddi à Tavera, Corse-du-Sud

Questions de la matinée

Ana Ferraz (TRACES), Pascal Tramoni (Inrap, LAMPEA), André D’Anna (LAMPEA) : J’ai pris le nom d’Ashkelon et je suis revenu… Les statues-menhirs de Cauria : trajets des Hommes, itinéraires des symboles à la fin de l’Âge du Bronze

Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM), Jean Graziani (LISA), Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Laurence Pinet (Musée Sartène, LAMPEA), Bénédicte Quilliec (Inrap, Arscan) : Guerriers, phallus, what else ? De la pierre dressée à la pierre plantée et de l’épée figurée à l’épée suggérée. Réflexions libres sur l’interprétation morphologique des statues-menhirs de Cors

Anna Depalmas (Univ. Sassari), Vincenzo D’Ercole (MBCA), Francesco di Gennaro (Sopr. Museo Pigorini), Marco Pacciarelli (Univ. Napoli) : Attaquer, parer, riposter : hypothèses sur le rôle de la guerre dans la Protohistoire de la péninsule italienne et de la Sardaigne

Ralph Araque Gonzalez (Univ. Freiburg) : Raiders and travellers: Bronze Age warriors in the Mediterranean and beyond

Gianfranca Salis (SABAP), Chiara Pilo (SABAP), Federico Porcedda (SABAP) : La sacralité des armes en contexte nuragique

Mauro Perra (Museo Villanovafranca), Fulvia Lo Schiavo (Sopr. Sardegna) : Guerre réelle ou guerre symbolique à l’Âge du bronze en Sardaigne nuragique ? Une lecture alternative du paradigme belliqueux

Giacomo Cavillier (Lab. Champollion) : Le projet « Shardana » et l’Egypte des Ramessides : perspectives et recherches

Pascal Tramoni (Inrap, LAMPEA), Chrystelle March (Inrap), Bruno Fabry (Inrap) : Foce (Arghjusta è Muricciu, Corse-du-Sud), une torra sans défense ?

Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM) : L’habitat fortifié de Tappa (Porto-Vecchio, Corse-du-Sud) : travaux anciens, reprise des fouilles et considérations contextuelles

Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Xavier Villat (LRA) : La statue-menhir de Tavera : résultats d’un nouvel examen

Questions de l’après-midi

Débat de la première journée (question & réponse 2)

 

ATTAQUER, PARER, RIPOSTER : TECHNIQUES ET ARMEMENTS

Francis Bordas (TRACES), Sylvie Boulud-Gazo (Univ. Nantes, CReeAAH), Léonard Dumont (Univ. Ghent), Stefan Wirth (Univ. Dijon, ARTEHIS) : Déposer les armes : quelles modalités d’abandon pour les épées de l’Âge du bronze dans les sociétés atlantiques et nord-alpines ? 

Cyril Marcigny (Inrap, CReeAAH), Emmanuel Ghesquière (Inrap, CReeAAH), Emmanuelle Leroy-Langelin (CG Pas-de-Calais, Halma), Vincent Riquier (Inrap, Trajectoires) : L’enquête normande : faits de violences et armement défensif à l’Âge du bronze sur les pourtours de la Manche et de la Mer-du-Nord à partir du dépôt de Bernières-d’Ailly (Calvados, Normandie)

Michèle Casanova (Univ. Lyon, Archéorient), Zahra Kouzehgari (Univ. Lyon, Archéorient) : Spike-butted axes in western Iran: From Practice to the Ceremony

Juan Antonio Cámara Serrano (Univ. Granada), José Andrés Afonso Marrero (Univ. Granada), Liliana Spanedda (Univ. Granada), Gabriel Martínez Fernández (Univ. Granada), Fernando Molina González (Univ. Granada) : Structural violence and ideological permeability: the participation of a sector of the dominated population in the exercise of the coercion in southeast Spain during the Bronze Age

Tobias Mörtz (Univ. Berlin) : Men, weapons and sacrifices during the Late Bronze Age in north-western Europe

Andreas Vlachopoulos (Univ. Ioannina), Ioannis Zogkos (Univ. Ioannina) : Warfare without wars: the case of the Cyclades in Mycenaean times

Marianne Mödlinger (Univ. Genova) : European Bronze Age armour: analyses and development

Eduardo Ferreira (Univ. Lisboa) : War chariot’s development in northern Mesopotamia in the XIXth century BCStructural violence and ideological permeability: the participation of a sector of the dominated population in the exercise of the coercion in southeast Spain during the Bronze Age

Questions de la matinée

 

PRENDRE UNE PLACE OU LA DEFENDRE : LES STRATEGIES COLLECTIVES DE LA POLIORCETIQUE ET DE LA BATAILLE

Hai Ashkenazi (Univ. Frankfurt) : Fortifying Hierarchy: The Social Functions of Southern Levantine Bronze Age Fortifications

Teodoro Scarano (Univ. Salento) : Attack or defend a stronghold in Bronze Age South Eastern Italy: architectures, battlefields and strategies

Cyril Marcigny (Inrap, CReeAAH), Sylvain Mazet (Inrap), Bruno Aubry (Inrap), Erik Gallouin (Inrap) : Une rixe à l’Âge du bronze ancien en bord de Seine, le site d’Igoville (Eure, Normandie)

Dirk Brandherm (Univ. Belfast), Cormac McSparron (Univ. Belfast), Linda Boutoille (Univ. Belfast) : Entre le défensif et le symbolique : les sites de hauteur « fortifiés » de l’Âge du bronze final irlandais

Sébastien Toron (CReAAH, EVEHA) : Un modèle d’architecture circulaire : les établissements à enceinte palissadée de type Ringwork au Bronze final en Bretagne et en Angleterre, constructions symbolique et défensive

Samuel Guérin (Inrap, Halma) : Places fortifiées de l’Oise et de la Somme occupées à l’Âge du bronze : les éléments fortifiés de la place à défendre mis en miroir avec les éléments constitutifs de la panoplie du guerrier découverts en contexte ou à proximité. Isariens et Samariens en ordre de bataille ?

Isabelle Daveau (Inrap, ASM), Christophe Ranché (Inrap, TRACES), Pierre Forest (Inrap), Michel Py (ASM ) : Un rempart du Bronze final IIIb sur les hauteurs de Castelnau-le-Lez (34), plateau de Sextantio

Questions de l’après-midi et débat de la deuxième journée

 

DU SYMBOLISME A L’IDEOLOGIE DE LA VIOLENCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE

Francesco Rubat Borel (Sopr. Torino) : Représentations de la guerre au Bronze Moyen en Italie nord-occidentale : les armes dans l’habitat, les dépôts et les habitats fortifiés

Rüdiger Krause (Univ. Frankfurt) : Prehistoric Conflict Research: The Professionalisation of Warfare in the Bronze Age

Hai Ashkenazi (Univ. Frankfurt), Raphael Greenberg (Univ. Tel-Aviv), Danny Rosenberg (Univ. Haïfa) : The lifecycle of a symbolic weapon: Tel Bet Yerah (Israel) maceheads from production to destruction

Marie-Philippine Montagné (LAMPEA), Lolita Rousseau (CReeAAH), Lola Legrand-Sibeoni (ArScAn) : La guerre au temps des Héros : l’apport de l’étude de la pierre taillée et des sources écrites de l’Âge du bronze grec, pré-mycénien et mycénien

Hélène Blitte (Univ. Frankfurt, UMR Trajectoires) : Bronze age conflict in easterne Hesse ?

Clément Nicolas (Univ. Bournemouth, Trajectoires) : Les débuts de l’Âge du bronze, un âge de paix ? Le Nord-Ouest de la France et au-delà

Azadeh Yekdaneh (Univ. Lyon, Archéorient) : Violence et soumission au Proche-Orient à l’Âge du bronze.Manipuler le corps des victimes de la guerre, symbolisme et réalisme de « re-présentation »

Michèle Casanova (Univ. Lyon, Archéorient) : Statue-menhir armée et armement dans la nécropole de Monidigah, province de Lérik, Azerbaïdjan

Questions de la matinée

Conclusions du colloque

 

4e Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente. Appel à communication

La place des morts chez les vivants, Architectures, Mémoires et Rituels, de la fin du Mésolithique à l’âge du Bronze

4e Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente
La Rochelle (Charente-Maritime, Nouvelle-Aquitaine)
27- 30 avril 2022
rns4-larochelle.sciencesconf.org

Appel à communication (version pdf)
Les Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente sont un lieu de partage et de réflexion rassemblant différents acteurs et institutions nationales, et ayant pour cadre chronologique la fin du Mésolithique, le Néolithique et l’âge du Bronze. Elles rassemblent l’Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze (APRAB), l’Association pour les Études Interrégionales sur le Néolithique (InterNéo) et les Rencontres méridionales de Préhistoire récente (RMPR).

Après un premier colloque, à Marseille en 2012, sur la méthodologie des recherches de terrain en Préhistoire récente (Sénépart et al. dir., 2014), un second, à Dijon en 2015, consacré à l’habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges (Lemercier et al. dir., 2018) et un troisième, à Lyon en 2018, portant sur la circulation et les échanges d’objets et d’idées durant la Pré et Protohistoire européenne (publication en cours), les 4e Rencontres Nord/Sud se proposent d’aborder la question des relations entre les structures funéraires et leur environnement, de la fin du Mésolithique à l’âge du Bronze.

Les enjeux de ce colloque, qui se tiendra à La Rochelle du 27 au 30 avril 2022, seront notamment d’interroger la place du défunt et du sacré dans les sociétés et les paysages anciens, de discuter de l’organisation spatiale des sépultures isolées et des nécropoles, et de l’intégration de ces dernières dans le paysage et le monde des vivants. L’idée étant de balayer, d’un point de vue diachronique (continuités ? ruptures ?), l’évolution de la place du mort et du sacré dans les sociétés anciennes, de l’organisation des structures funéraires (tombes isolées, nécropoles) à l’intégration de celles-ci dans le milieu naturel et parmi les vivants. En d’autres termes, l’architecture funéraire, les pratiques d’inhumation et les objets associés dans les tombes sont l’émanation des organisations sociales et en ce sens elles nous instruisent sur les fonctionnements de ces sociétés.
Nous savons déjà que toutes les populations passées ne sont pas représentées dans les ensembles funéraires étudiés, toutefois les recrutements peuvent nous renseigner sur l’état de la société.

Trois thèmes principaux seront abordés sous forme de sessions :

Le mort
Cette première session concerne les gestes funéraires et le recrutement des individus.
Il sera pertinent de s’interroger sur la question de la variabilité des pratiques funéraires sur une même période chrono-culturelle et sur la longue durée en termes d’évolution, de continuité ou de rupture des pratiques sur des territoires comparables. Le polymorphisme, lorsqu’il est constaté, reflète le statut des défunts selon les périodes et les cultures. Comment comprendre les différentes pratiques funéraires, comme le passage de l’incinération à l’inhumation (et inversement), de la sépulture individuelle à la tombe collective, de l’inhumation isolée à la nécropole à l’échelle d’une période, ou d’une région dans les organisations socio-politiques ?
Si le recrutement des individus est un aspect essentiel à la compréhension des mécanismes sociaux, il est difficile à aborder pour les sociétés anciennes. Le développement de nouvelles méthodes d’investigation sur les squelettes eux-mêmes telles que les recherches sur l’ADN ancien mais également les analyses isotopiques du strontium par exemple, permettent d’aborder les relations de parenté, les sexes, les âges, les territoires d’origine et ceux sur lesquels ils sont inhumés, les régimes alimentaires, les migrations de population au cours de cette longue période.

Dans la tombe
Après l’examen du défunt lui-même et du traitement qui lui est accordé, il conviendra de se pencher sur l’organisation et la nature des mobiliers qui l’accompagnent dans la tombe.
La sélection des objets déposés amène à réfléchir sur la valorisation de certaines productions matérielles accompagnant les défunts. Les angles de réflexion sont nombreux et nous souhaitons privilégier les questions de la présence ou de l’absence des productions valorisées dans l’un des deux espaces (funéraire/vivant) ou bien
dans les deux, du rapport entre genre et typologie des matériaux d’accompagnement. Enfin, il nous semble essentiel d’introduire dans cette réflexion les approches fonctionnelles réalisées sur ces dépôts. Ainsi le croisement et la comparaison des analyses menées sur les mobiliers (céramique, parure, etc.) en contexte funéraire versus contexte d’habitat permettront d’aborder la place des productions matérielles/idéelles socialement valorisées et disposées dans les tombes.
S’agit-il d’objets déjà utilisés ou produits pour l’occasion ?
On pourra s’interroger, également, sur leur organisation dans la tombe.

Le mort parmi les vivants
L’intégration spatiale des lieux dédiés aux morts bénéficie aujourd’hui de moyens d’investigations puissants (prospections géophysiques par exemple) pour revenir sur l’espace consacré aux morts et au sacré et de son intégration au sein des territoires. L’architecture funéraire constitue un élément pour évaluer la visibilité des emplacements lorsqu’elle est monumentale, mais aussi de l’investissement consenti socialement dans la réalisation de ces constructions qui seront là aussi à mettre en perspective avec l’habitat.
De manière indirecte, il s’agira de s’interroger sur les choix des environnements naturels sélectionnés par les communautés humaines pour y inhumer leurs morts.
Quelle est la visibilité des monuments funéraires dans le paysage ? Délimitent-ils des espaces culturels ?
Il sera pertinent de présenter les durées d’utilisation des espaces funéraires et des nécropoles.
Qu’en est-il de la réappropriation d’anciennes sépultures néolithiques –tumulus ou grottes par exemple- réoccupées par des cultures différentes ? Existe-t-il une pérennité de certains espaces sacrés ?
La question des structures sans défunts (enclos circulaires, fosses avec dépôt particulier) sera également abordée sous l’angle de la taphonomie (érosion) ou d’une gestuelle volontaire ?

Pour chacune des sessions, les approches diachroniques (continuités / ruptures), à différentes échelles (défunt, structure funéraire, cimetière, territoire) et les synthèses au niveau de grands territoires seront privilégiées. Un moment sera en outre disponible pour la présentation des posters.

Cette année le colloque est organisé sous l’égide d’InterNéo, en collaboration avec l’APRAB et les RMPR, et en partenariat avec le service archéologique du Département de la Charente-Maritime. Il bénéficie du soutien du ministère de la
Culture à travers la DRAC Nouvelle-Aquitaine, de l’INRAP, du CNRS, de l’ANR Monumen, ainsi que de l’Université de La Rochelle.

Les langues officielles du colloque seront le français et l’anglais. Les sessions accueilleront des communications orales et des posters.

Une journée d’excursion est prévue le samedi 30 avril (programme à détailler).

Le colloque sera en outre doublé d’une exposition rétrospective des découvertes majeures du Mésolithique à l’âge du Bronze en Nouvelle-Aquitaine.
Comité d’organisation : Vincent Ard, Françoise Bostyn, Sylvie Boulud-Gazo, Ewen Ihuel, Isabelle Kerouanton, Christophe Maitay, Gwenaëlle Marchet-Legendre, Vivien Mathé, Claude Mordant, Ivan Praud, Caroline Renard, Ingrid Sénépart, Ludovic Soler. Comité scientifique : Vincent Ard, Françoise Bostyn, Sylvie Boulud-Gazo, Jessie Cauliez, Patrice Courtaud, David Fontijn, Muriel Gandelin, Ewen Ihuel, Isabelle Kerouanton, Philippe Lefranc, Christophe Maitay, Gwenaëlle Marchet-Legendre, Vivien Mathé, Claude Mordant, Rebecca Peake, Ivan Praud, Caroline Renard, Mafalda Roscio, Stéphane Rottier, Ingrid Sénépart, Ludovic Soler, Corine Thévenet.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 1er novembre 2021, à l’adresse suivante : rns4-larochelle[at]sciencesconf.org

« Âge du Bronze, Âge de Guerre »

« Âge du Bronze, Âge de Guerre »

Violence organisée et expressions de la force au IIe millénaire avant J.-C.

Ajaccio-Porticcio, 14-17 octobre 2020

Village de vacances CCAS-Marinca

https://bronze2020.sciencesconf.org/

Le comité d’organisation a pris la décision de maintenir le colloque Bronze 2020 !

Vous trouverez ci dessous la dernière version du programme (télécharger en pdf).

L’inscription des auditeurs se fait grâce à cette fiche d’inscription auprès du Laboratoire régional d’Archéologie. Un hébergement en demi-pension (repas du midi) sur le lieu du colloque (CCAS Porticcio) est possible, moyennant 50 € par jour. Les places sont limitées, il est donc recommandé de s’inscrire au plus vite et impérativement avant le 01/09/2020.

PROGRAMME

Mercredi 14 octobre 2020

12h : départ en bus d’Ajaccio (CCAS Porticcio) vers Sartène

14h : Visite des sites mégalithiques du plateau de Cauria par Laurence Pinet, directrice du Musée de Préhistoire corse et d’archéologie de Sartène

17h : Accueil et visite du Musée de Préhistoire corse et d’archéologie de Sartène

18h : départ en bus vers Ajaccio (CCAS Porticcio)

20h30 : Diner CCAS

Jeudi 15 octobre 2020

8h30 : accueil des participants, CCAS Porticcio

9h : Valérie Bozzi (Maire de Grosseto-Prugna), Josepha Giacometti (Collectivité de Corse), Claude Mordant (Président de l’APRAB), Laurent Sévègnes (Conservateur régional de l’Archéologie de Corse)

Allocutions de bienvenue

INTRODUCTION A LA THEMATIQUE DE LA GUERRE DANS LES SOCIETES ANCIENNES

10h : Philippe Lefranc (Inrap, Archimede) et Fanny Chenal (Inrap, Archimede) – Avant l’Âge du bronze. Violences collectives en Alsace au Néolithique

10h30 : Jean Guilaine (CdF) – Le sentier de la guerre

11h : Anne Lehoërff (Chaire Inex CY Cergy Paris université, “Archéologie et patrimoine”, IUF) – Conférence introductive au colloque 

11h30 : pause café

SESSION 1

L’ÂGE DU BRONZE EN CORSE ET EN SARDAIGNE

VIOLENCE ET INSTABILITE SOCIALE EN QUESTION DANS LES ILES

Présidents de séances / modérateurs : M.-L. Marchetti, F. Leandri

11h45 : Joseph Cesari (Cons. Patr. Hon., LAMPEA), Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM) – De la violence collective à la présomption d’innocence : une approche historiographique et chrono-fonctionnelle de l’habitat fortifié de l’Âge du bronze dans le sud de la Corse

12h05 : Florian Soula (LAMPEA), Laura Manca (MNHN, LAMPEA), Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM), Pantelitsa Mylona (MNHN), Alessandro Peinetti (ASM) – L’émergence des sites fortifiés au début l’Âge du bronze en Corse-du-Sud. Premiers apports de l’archéologie des territoires en vallée de Conca (Sartène et Grossa)

12h25 : Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Daniele Arobba (musée Finale Ligure), Anaïs Cheuton (Univ. Orléans, IRAMAT), Audrey Jamai-Chipon (LRA), François-Xavier Le Bourdonnec (Univ. Bordeaux, IRAMAT), Marine Lechenault (Univ. Lyon, HiSoMA), Arthur Leck (Univ. Bordeaux, IRAMAT), Thomas Le Flecher, Mélanie Marcel (ASM), Elisabeth Pereira (Univ. Corse, SPE) – Le site perché d’I Casteddi à Tavera, Corse-du-Sud

12h40 : pause déjeuner CCAS

14h : Ana Ferraz (TRACES), Pascal Tramoni (Inrap, LAMPEA), André D’Anna (LAMPEA) – J’ai pris le nom d’Ashkelon et je suis revenu… Les statues-menhirs de Cauria : trajets des Hommes, itinéraires des symboles à la fin de l’Âge du Bronze

14h20 : Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM), Jean Graziani (LISA), Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Laurence Pinet (Musée Sartène, LAMPEA), Bénédicte Quilliec (Inrap) – Guerriers, phallus, what else ? De la pierre dressée à la pierre plantée et de l’épée figurée à l’épée suggérée. Réflexions libres sur l’interprétation morphologique des statues-menhirs de Corse

14h40 : Anna Depalmas (Univ. Sassari), Vincenzo D’Ercole (MBCA), Francesco di Gennaro (Sopr. Museo Pigorini), Marco Pacciarelli (Univ. Napoli) – *Attaquer, parer, riposter : hypothèses sur le rôle de la guerre dans la Protohistoire de la péninsule italienne et de la Sardaigne

15h : Ralph Araque Gonzalez (Univ. Freiburg) – *Raiders and travellers: Bronze Age warriors in the Mediterranean and beyond

15h20 : Gianfranca Salis (SABAP), Chiara Pilo (SABAP), Federico Porcedda (SABAP) – *La sacralité des armes en contexte nuragique

15h40 : Mauro Perra (Museo Villanovaforru), Fulvia Lo Schiavo (Sopr. Sardegna) – *Guerre réelle ou guerre symbolique à l’Âge du bronze en Sardaigne nuragique ? Une lecture alternative du paradigme belliqueux

15h55 : pause café

16h15 : Présentations flash Session 1

Giacomo Cavillier (Lab. Champollion) – *Le projet « Shardana » et l’Egypte des Ramessides : perspectives et recherches

Giuseppa Tanda (Univ. Cagliari), Maria Giovanna De Martini (Univ. Sassari), Marco Zedda (Univ. Sassari), Mariano Ucchesu (Univ. Cagliari), Luca Doro (Univ. Sassari), Francesca Floris (Univ. Cagliari) – *Violence envers les ancêtres ? Les mobiliers de l’äge du Bronze de la domus de janas IV de Molia, Illorai (Sassari, Sardaigne)

Pascal Tramoni (Inrap, LAMPEA), Chrystelle March (Inrap), Bruno Fabry (Inrap) – Foce (Arghjusta è Muricciu, Corse-du-Sud), une torra sans défense ?

Kewin Peche-Quilichini (Inrap, ASM) – L’habitat fortifié de Tappa (Porto-Vecchio, Corse-du-Sud) : travaux anciens, reprise des fouilles et considérations contextuelles

Hélène Paolini-Saez (LRA, TRACES), Xavier Villat (LRA) – La statue-menhir de Tavera : résultats d’un nouvel examen

17h : Conférence de Franck Leandri (Directeur régional des Affaires culturelles de Corse) – Les statues-menhirs de la Corse

17h45 : Débats session 1 (dirigés par F. Leandri, L. Sévègnes, A. Lehoërff et M.-L. Marchetti)

18h45 : Conférence de Pierre-François Souyri (Univ. Genève) – La guerre au Japon et l’émergence d’une aristocratie guerrière vers les Xe-XIIe siècles

19h45 : Réception de bienvenue, wine party corse, puis diner libre

Vendredi 16 octobre 2020

SESSION 2

ATTAQUER, PARER, RIPOSTER : LES TECHNIQUES DU GUERRIER

Présidents de séance / modérateurs : B. Quilliec, J. Cesari

8h30 : accueil des participants

9h : Francis Bordas (TRACES), Sylvie Boulud-Gazo (Univ. Nantes, CReeAAH), Léonard Dumont (Univ. Ghent), Stefan Wirth (Univ. Dijon, ARTEHIS) – Déposer les armes : quelles modalités d’abandon pour les épées de l’Âge du bronze dans les sociétés atlantiques et nord-alpines ? 

9h20 : Cyril Marcigny (Inrap, CReeAAH), Emmanuel Ghesquière (Inrap, CReeAAH), Emmanuelle Leroy-Langelin (CG Pas-de-Calais, Halma), Vincent Riquier (Inrap, Trajectoires) – L’enquête normande : faits de violences et armement défensif à l’Âge du bronze sur les pourtours de la Manche et de la Mer-du-Nord à partir du dépôt de Bernières-d’Ailly (Calvados, Normandie)

9h40 : Michèle Casanova (Univ. Lyon, HiSoMA), Zahra Kouzehgari (Univ. Lyon) – Spike-butted axes in western Iran: From Practice to the Ceremony

10h : Juan Antonio Cámara Serrano (Univ. Granada), José Andrés Afonso Marrero (Univ. Granada), Liliana Spanedda (Univ. Granada), Gabriel Martínez Fernández (Univ. Granada), Fernando Molina González (Univ. Granada) – Structural violence and ideological permeability: the participation of a sector of the dominated population in the exercise of the coercion in southeast Spain during the Bronze Age

10h20 : pause café

10h35 : Tobias Mörtz (Univ. Berlin) – *Men, weapons and sacrifices during the Late Bronze Age in north-western Europe

10h55 : Andreas Vlachopoulos (Univ. Ioannina), Ioannis Zogkos (Univ. Ioannina) – *Warfare without wars: the case of the Cyclades in Mycenaean times 

11h15 : Marianne Mödlinger (Univ. Genova) – *European Bronze Age armour: analyses and development

11h35 : Présentations flash Session 2

Alberto Maria Pollastrini (EPHE) –*A preliminary palaeographic study on the Egyptian « kneeling bowman » sign

Eduardo Ferreira (Univ. Lisboa) – *War chariot’s development in northern Mesopotamia in the XIXth century BC

12h : pause déjeuner CCAS

 

SESSION 3

PRENDRE UNE PLACE OU LA DEFENDRE

LES STRATEGIES COLLECTIVES DE LA POLIORCETIQUE ET DE LA BATAILLE

Présidents de séance / modérateurs : C. Mordant, L. Sévègnes

14h : Alexandra Krenn-Leeb (Univ. Vienna) – *Siege and combat strategies of the Early Bronze Age in Eastern Austria

14h20 : Mateusz Jaeger (Univ. Warsaw) – *Bronze Age fortified settlements in central Europe: form, function and social significance

14h40 : Thomas Terberger (Univ. Göttingen), Detlef Jantzen (Univ. Göttingen) – *Âge de Guerre ? The contribution of the Bronze Age battle field site of Tollense valley, Northeast Germany

15h : Hai Ashkenazi (Univ. Frankfurt) – *Fortifying Hierarchy: The Social Functions of Southern Levantine Bronze Age Fortifications

15h20 : Teodoro Scarano (Univ. Salento) – *Attack or defend a stronghold in Bronze Age South Eastern Italy: architectures, battlefields and strategies

15h35 : pause café

16h : Miloš Vávra (ÚAPPSČ Praha), Yann Béliez (ÚAPPSČ Praha), David Rakusan (Univ. Praha), Dražen Šťastný (ÚAPPSČ Praha) – La guerre de Velim a-t-elle eu lieu ? Un massacre à l’Âge du bronze en Bohême centrale

16h20 : Dirk Brandherm (Univ. Belfast), Cormac McSparron (Univ. Belfast), Linda Boutoille (Univ. Belfast) – Entre le défensif et le symbolique : les sites de hauteur « fortifiés » de l’Âge du bronze final irlandais

16h40 : Sébastien Toron (CReAAH, EVEHA) – Un modèle d’architecture circulaire : les établissements à enceinte palissadée de type Ringwork au Bronze final en Bretagne et en Angleterre, constructions symbolique et défensive

17h : Présentations flash Session 3

Samuel Guérin (Inrap, Halma) – Places fortifiées de l’Oise et de la Somme occupées à l’Âge du bronze : les éléments fortifiés de la place à défendre mis en miroir avec les éléments constitutifs de la panoplie du guerrier découverts en contexte ou à proximité. Isariens et Samariens en ordre de bataille ?

Isabelle Daveau (Inrap, ASM), Christophe Ranché (Inrap, TRACES), Pierre Forest (Inrap), Michel Py (ASM ) – Un rempart du Bronze final IIIb sur les hauteurs de Castelnau-le-Lez (34), plateau de Sextantio

17h20 : Débats Sessions 2 et 3 (dirigés par B. Quilliec, J. Cesari, M. C. Mordant, L. Sévègnes)

Diner libre

 

Samedi 17 octobre 2020

SESSION 4

DU SYMBOLISME A L’IDEOLOGIE DE LA VIOLENCE INDIVIDUELLE ET SOCIALE

Présidents / modérateurs : A. Lehoërff, T. Lachenal

8h30 : accueil des participants

9h : Francesco Rubat Borel (Sopr. Torino) – *Représentations de la guerre au Bronze Moyen en Italie nord-occidentale : les armes dans l’habitat, les dépôts et les habitats fortifiés  

9h20 : Rüdiger Krause (Univ. Frankfurt) – *Prehistoric Conflict Research: The Professionalisation of Warfare in the Bronze Age

9h40 : Reinhard Jüng (Univ. Wien) –*Misconceptions relating to Warriors of Foreign Origin in the II Millennium BCE

10h : Hai Ashkenazi (Univ. Frankfurt), Raphael Greenberg (Univ. Tel-Aviv), Danny Rosenberg (Univ. Haïfa) –*The lifecycle of a symbolic weapon: Tel Bet Yerah (Israel) maceheads from production to destruction

10h20 : pause café

10h35 : Eugène Warmenbol (Univ. Bruxelles), Guy de Mulder (Univ. Gent) – De la brute, épaisse, à la raffinée, décadente. Epées virtuelles et violence réelle à l’Âge du bronze dans les Pays Bas

10h55 : Cyril Marcigny (Inrap, CReeAAH), Sylvain Mazet (Inrap), Bruno Aubry (Inrap), Erik Gallouin (Inrap) – Une rixe à l’Âge du bronze ancien en bord de Seine, le site d’Igoville (Eure, Normandie)

11h15 : Marie-Philippine Montagné (LAMPEA), Lolita Rousseau (CReeAAH), Lola Legrand-Sibeoni (ArScAn) – La guerre au temps des Héros : l’apport de l’étude de la pierre taillée et des sources écrites de l’Âge du bronze grec, pré-mycénien et mycénien

11h35 : Présentations flash Session 4

Clément Nicolas (Univ. Bournemouth, Trajectoires) – Les débuts de l’Âge du bronze, un âge de paix ? Le Nord-Ouest de la France et au-delà

Azadeh Yekdaneh (Univ. Lyon) – Violence et soumission au Proche-Orient à l’Âge du bronze. Manipuler le corps des victimes de la guerre, symbolisme et réalisme de « re-présentation »

Michèle Casanova (Univ. Lyon, HiSoMA), Abuzar Alakbarov (Académie Nationale des Sciences d’Azerbaïdjan) – Statue-menhir armée et armement dans la nécropole de Monidigah, province de Lerik, Azerbaïdjan

12h : Débats session 4 et conclusion générale du colloque, sous la direction d’A. Lehoërff et C. Mordant.

12h30 : Déjeuner de clôture CCAS

* Conférence en visio

 

 

Le caché dévoilé. Technologies LiDAR et 3D appliquées à la recherche architecturale dans l’archéologie des âges des métaux

La Commission Scientifique « Âges des métaux en Europe » de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP)

Le caché dévoilé. Technologies LiDAR et 3D appliquées à la recherche architecturale dans l’archéologie des âges des métaux

6-9 juin 2020 (Ávila, Espagne)

Télécharger le programme provisoire du colloque

De nos jours, grâce aux modèles 3D de bâtiments et d’objets, les technologies infographiques livrent des résultats surprenants en termes de valorisation. Sans minimiser l’importance de ces grandes « vieilles » maquettes architecturales en bois et carton, comme celle du rempart de la Heuneburg, par exemple, les nouvelles plateformes infographiques fournissent des résultats plus accessibles et plus simples, pleins de couleurs, de détails et de ressources, maintenant plus que jamais. Par rapport à l’investissement en temps, en compétences et en matières premières de qualité sur ces modèles physiques, les nouvelles imprimantes 3D peuvent produire des maquettes plus propres, plus rapidement et à moindre coût. Cependant, ces discours attractifs se basent souvent sur des connaissances très faibles, avec une présence minime de la stratigraphie et des contextes archéologiques. Les illustrations muséographiques ne devraient pas être utilisées sans la publication des données de base, qui sont rarement valorisées par les entreprises et les élus qui choisissent. Pour ces raisons, l’infographie est devenue un outil très pertinent pour la restitution du passé, même si leur complexité peut mener l’archéologue à se demander s’il est un préhistorien ou un technicien informatique. Donc, nous croyons fermement que les logiciels de restitution virtuelle sont un outil inestimable pour la recherche archéologique, à condition de ne pas les dissocier des données d’origine.
A l’occasion de cette réunion, nous proposons une discussion sur des méthodes et des protocoles pour l’usage scientifique des technologies 3D appliquées à la recherche de l’architecture des âges de métaux en Europe. L’orthophotographie par satellite et par drone, combinée aux relevés LiDAR et par géo-radar, fournissent des résultats solides qui, couplés aux restitutions 3D, et à des analyses architecturales, ethnographiques, stratigraphiques et chronologiques nous permettent de développer une recherche plus solide et innovante.
Comme résultat principal, l’organisation du colloque vise à promouvoir un texte concret, une charte de principes qui constituerait un document d’orientation pour l’applications des technologies numériques à la recherche archéologique et, surtout, à l’étude de l’architecture et des matériaux de la Préhistoire des âges des métaux en Europe. Ce document permettrait de proposer à la communauté scientifique un ensemble de lignes spécifiques pour l’utilisation de technologies numériques dans le cadre de projets de reconstruction ou de restitution de bâtiments et de matériaux archéologiques avec un degré de vraisemblance, de rigueur et de fidélité à la connaissance scientifique élevés.
Le cadre chronologique du colloque correspond au périmètre de la Commission qui le promeut, les âges de métaux, de la période chalcolithique à la fin de l’âge du Fer. Des contributions portant sur des structures datées de la fin du Néolithique ou le début de la période romaine pourront être acceptées à condition qu’elles restent pertinentes par rapport aux objectifs et aux axes méthodologiques du colloque.

Dans ce sens le cadre géographique européen pourra être élargi à toute la Méditerranée et, aussi, à toute autre région quand l’intérêt le justifie.
Le colloque se déroulera autour de quatre axes de recherche, où seront priorisées les propositions sur des cas d’étude d’applications infographiques, donc les résultats doivent servir à établir des conclusions pratiques pour d’autres sites et domaines archéologiques des âges des métaux. Toutes les contributions devront être inédites et présenter un degré d’innovation méthodologique remarquable.
1er axe de débat : L’infographie appliquée à l’étude archéologique de l’architecture
L’application de relevés et de modélisations infographiques à la caractérisation et la restitution des bâtiments est, peut-être, la branche la plus développée des domaines étudiés ici, sans doute pour la taille et l’ampleur des restes archéologiques. C’est pourquoi ces applications sont devenues les outils les plus efficaces pour les archéologues, architectes, muséographes et restaurateurs pour la restituions des bâtiments anciens, et en même temps renforcer des connaissances grâce à des techniques non destructives, plus rapides et moins coûteuses que les fouilles.

2ème axe de débat : L’infographie appliquée aux matériaux archéologiques en architecture
Les techniques de relevé et de modélisation numériques ont favorisé l’ouverture des nouvelles pistes de recherche sur les matériaux archéologiques, et ils ont permis des résultats surprenants et il y a quelques décennies. La possibilité de réaliser des restitutions virtuelles de matériaux brisés ou incomplets ont ouvert ces nouvelles voies d’interprétation qui doivent s’appuyer sur des données solides et cohérentes.

3ème axe de débat : L’infographie appliquée à la muséographie de l’architecture en archéologie
Enfin, les techniques de relevé et de représentation en 3D montrent leur impact plus profond dans les ressources muséographiques. Leur application aux stratégies de diffusion et divulgation, notamment de l’architecture par la restitution virtuelle des bâtiments et des procédés techniques, a permis des progrès spectaculaires dans la présentation des idées et matériaux au public. L’usage traditionnel des supports audiovisuel dans les musées et les expositions a été déplacé par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, comme les vidéos en ligne, les réseaux de communication ou les outils dans les systèmes d’éducation qui permettent l’interaction entre l’émetteur et le récepteur.
4ème axe de débat : L’infographie appliquée à l’archéométrie de l’architecture
De nombreuses avancées technologiques ont permis le développement des analyses géochimiques, bioarchéologiques, et amélioré la capacité d’analyse, leur degré de précision et leurs mécanismes de transmission et de diffusion, favorisant la compréhension et l’interprétation des données dans les processus historiques qu’étudient l’archéologie et l’histoire.

Les contacts entre l’Europe et le Maghreb aux âges des métaux

XIXe congrès mondial UISPP
Meknès (Maroc) 1–6 septembre 2020

Appel à communication

Session 16A – Les contacts entre l’Europe et le Maghreb aux âges des métaux

Cette session a pour objectif de fournir une plateforme de discussion relatives aux données archéologiques et aux cadres théoriques abordant le sujet des contacts culturels entre l’Europe et le Maghreb au cours des âges des métaux, du début du Chalcolithique à la fin de l’âge du Fer. Les contributions concernant les dynamiques sociales impliquées dans de tels contacts sont particulièrement appréciées, de même que les contributions examinant le contexte économique de la présence d’objets exogènes provenant de la rive opposée de la Méditerranée. Nous acceptons également les études comparatives relatives aux contacts culturels provenant de contextes géographiques similaires (e.g. contacts entre l’Anatolie et le sud-est de l’Europe, entre les deux rives de la mer rouge, etc) ou pendant d’autres périodes de l’histoire humaine, aussi bien que des contributions examinant les cadres théoriques qui permettent d’interpréter et de comprendre les situations de contact culturel d’une façon plus générale, mais à la condition que ces communications soient pertinentes dans le cadre de la session.

Merci de soumettre votre proposition de communication sur
https://uispp2020.sciencesconf.org/user/submit

La date limite de soumission des propositions de communication est le 30 avril 2020.
Dirk Brandherm (d.brandherm@qub.ac.uk) – Luis Berrocal Rangel (luis.berrocal@uam.es) – Davide Delfino (davdelfino@gmail.com)

Pour plus d’informations sur le XIXe congrès UISPP visitez https://www.uispp.org/2020-meknes

Sessions Protohistoire EAA 2020 Budapest

Le prochain congrès de l’EAA (European Association of Archaeologists) se tiendra à Budapest du 26 au 30 août prochains ; la thématique générale est “Networking!”. A titre informatif, vous trouverez ci-dessous une liste (non exhaustive) des sessions au cours desquelles il sera plus particulièrement question de la Protohistoire. Il vous suffit de cliquer sur le numéro de session pour accéder au résumé correspondant :

– Session: #45 – Current Research on Bronze and Iron Ages Hoards

– Session: #89 – Luxury in life and death in the European Iron Age. Identity – elite networks – economy – arts and crafts

– Session: #92 – Disentangling inequality and its mechanisms in late prehistoric Europe through isotope analysis

– Session: #192 –  Craft networking in the Neolithic and Chalcolithic through analyses of ceramic technological traits

– Session: #201 – Children of the Bronze Age: connecting Europe from the time of Bell Beakers to the Urnfield period

– Session: #209 – The Carpathian Basin as a melting pot? Perspectives on social and cultural diversity from the Neolithic to the Bronze Age

– Session: #211 – Truly interdisciplinary science! Ceramic, metal, glass, and stone provenancing studies as tools to understand the archaeology of trade and exchange

– Session: #234 – Collapse in the Basin: regional perspectives on the 1500–1200 BC transition in the Carpathian Basin

– Session: #249 – Going beyond diffusion Vs migration: Perspectives on social change in Bronze Age Mediterranean Europe and ‘The third science revolution’

– Session: #279 – Neolithic and Bronze Age tells and their networks in the Carpathian Basin and beyond

– Session: #336 – Experiencing networks: practices of trade and value assessment through time and space

– Session: #372 – Networks of chronology and chronological networks

– Session: #376 – Networks and mobility in the 3rd-2nd millennium BCE between the middle-Danube and the Adriatic area: new ideas and interdisciplinary approaches

– Session: #450 – The 3rd millennium BCE: from cultural phenomena to networks?

Les propositions de communication sont à déposer avant le 13 février.

 

Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages.

VIe Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte

organisées par Bibracte, Centre archéologique européen

09 et 10 mars 2020

Programme des rencontres / Meeting program

Télécharger le programme / Download the program

 

Dimanche 08 Mars 2020 / Sunday, March 08th 2020

14:00-19:00 Arrivée des participants / Arrival of the participants

19:00 Repas / Dinner

 

Lundi 9 Mars/ Monday, March 9th

7:30-8:15 Petit-déjeuner / Breakfast

8:30-8:45 Accueil du comité d’organisation / Welcome address of the organizing committee

8:45-9:00 Introduction du comité scientifique / Introduction from the scientific committee

 

Session 1 : Organisation spatiale des habitats et territoires / Settlements spatial organization and territories

9:00-9:25 Marine RODÉ (Université de Strasbourg, France): Habitats et territoires du nord-est de la France au premier âge du Fer

9:25-9:50 Clara FLORES BARRIO (Autonomous University / Complutense University, Madrid, Spain): The occupation of mountainous areas: settlement and territory in the foothills of the Betic Cordillera (Albacete, Spain)

9:50-10:15 Maxime WALTER (Université de Strasbourg, France): Prendre de la hauteur, contempler son sujet : étude de l’environnement des sites perchés protohistoriques dans la vallée du Rhin supérieur

10:15-10:35 Pause / Coffee break

10:35-11:00 Lofajová Danielová BARBORA (Masaryk University, Brno, Czech Republic / Orava Museum, Dolný Kubín, Slovaquia): The hillforts in Orava region (NE Slovakia) – the formation of cultural landscape and settlement strategies in Iron age

11:00-11:25 Jakub TAMAŠKOVIČ (Constantine the Philosopher University, Nitra, Slovak Republic): Hilltop sites as part of the complex settlement system from the Bronze Age to Iron Age – Case study Liptov region (northern Slovakia)

11:25-11:45 Posters

Anna LOY (Christian-Albrecht University, Kiel, Germany): Paysages défensifs – Traces de conflit et de médiation au Premier âge du Fer au Danemark

Carole QUATRELIVRE (École Normale Supérieure / Université Paris sciences et lettres, Paris, France): Corpus et caractérisation : l’Île-de-France au second âge du Fer

12:00–13:00 Pause déjeuner / Lunch break

 

Session 2 : Espaces et cultures matérielles / Spaces and material culture

13:05–13:30 Steeve GENTNER (Université de Strasbourg, France): Le Nord de la Forêt-Noire et son environnement au Ve siècle avant notre ère (Bade-Wurtemberg, DE)

13:30–13:55 José Luis MARTINEZ-BOIX (University of Alicante, Spain): The last Iberians or the first Romans? Landscape distribution of the painted Iberian pottery along the 1st century BC in the south-eastern Iberian Peninsula

13:55-14:20 Lizzie SCHOLTUS (Université de Strasbourg, France) : Modéliser les espaces culturels en Gaule de l’Est

14:20-14:40 Posters

Anna Mária REKEMOVÁ (Masaryk University, Brno, Czech Republic) : Celtic coin hoards as a mirror of human activities

Rita SOLAZZO (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France): Les Sabins, un peuple de guerriers ? Études des espaces géographiques d’occupations sabins pendant l’âge du Fer

 

Session 3 : Pratiques rituelles dans la paysage / Ritual practices in the landscape

14:40–15:05 Stanislas BOSSARD (Université de Nantes, France) : Les sanctuaires de l’Ouest de la France : de l’organisation des sites à la structuration des territoires

15:05-15:30 Zahra KOUZEHGARI (École Normale Supérieure / Université de Lyon, France): Landscape and the rise of Symbols: a case study of the symbols in central Zagros Iran, Mesopotamia, and Nile valley, Bronze to Iron Age

15:30-15:50 Posters

Angélique GUIGNER (Université Paul Valéry Montpellier 3, France) : Sanctuaires et territoires en monde ibérique : la question du paysage religieux

Thibault LE COZANET (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Dijon, France) : Essai de modélisation de l’occupation rituelle en région Bourgogne- Franche-Comté au cours de l’âge du Fer

15:50-16:10 Pause / Coffee Break

 

Session 4 : Nécropoles et paysages funéraires / Necropolis and funerary landscape

16:10-16:35 Anne-Lise BAYLÉ (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France) Organisation de l’espace funéraire en Étrurie méridionale de l’âge du Fer à la période archaïque : étude spatiale de Cerveteri (Sorbo, Laghetto, Cava della Pozzolana)

16:35-17:00 Elena FRIGERIO (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Dijon, France / University of Studies of Milan, Italy): Montericco di Imola (Italy): development and organisation of a necropolis in Romagna between the mid-sixth and late-fifth centuries BC

17:00-17:25 Valérie TAILLANDIER (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Besançon, France) : Organisation et gestion de l’espace funéraire dans les nécropoles du Massif du Jura et du nord des plaines de Saône au Second âge du Fer

17:25-17:50 Bogumiła WOLSKA (Polish Academy of Sciences, Warsaw, Poland)  : Spatial archaeology in micro-scale. Urn graves of Pomeranian culture communities as consciously shaped space

17:50-18:00 Posters

Thimo BRESTEL & Jonas ABELE (State Office for the Preservation of Monuments, Stuttgart, Germany) : The funerary landscapes surrounding the late Hallstatt princely seats of Heuneburg and Hohenasperg

19:00 Buffet dînatoire / Buffet dinner

Mardi 10 Mars 2020 / Tuesday, March 10th 2020

 7:30-8:15 Petit-déjeuner / Breakfast

 

Session 5 : Sols, ressources naturelles et territoires / Soil, natural resources and territories

08:30-08:55 Sammy BEN MAKHAD (Muséum National d’Histoire naturelle, Paris, France ): La fertilisation des parcelles agricoles durant le second âge du Fer en France septentrionale, résultats préliminaires

8:55-9:20 Charlène MOREL (Université de Strasbourg, France) : Stratégies d’implantations protohistoriques dans le Kochersberg (Alsace, France)

9:20-9:55 Marine ROUSSEAU (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Besançon, France) : Climatic variability and anthropogenic impact on the Croatian Kvarner archipelago (Krk and Cres Island). First results.

9:55-10:20 Jessica KEIL (University of Innsbruck, Austria) : Bronze Age Settlement Dynamics in North Tyrol (Austria). Archaeological and Scientific Evidence

10:20-10:40 Pause / Coffee break

10:40-11:05 Bastien GOUHIER (Université de Tours, France) : Un paysage salifère à l’Âge du Fer : le cas de la vallée supérieure de la Seille (Moselle)

11:05-11:30 Clara MILLOT-RICHARD (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, France) : La vallée du Rhin à La Tène Ancienne et les matières premières : espace économique et paysage culturel

11:30-11:55 Élodie HUBERT (Université Toulouse Jean Jaurès, France) :De la mine au district : étude(s) d’un paysage minier du second âge du Fer au Sud-ouest du Cantal

11:55-12:20 Emmanuelle MEUNIER (NOVA University Lisbon, Portugal) : Étude des paysages miniers du Nord-Ouest ibérique. À la recherche des mines d’étain protohistoriques

12:20 – 13:45 Pause déjeuner / Lunch break

Session 6 : Organisation interne des habitats / Intern organization of the settlements

13:45-14:10 Anaïs LACHAMBRE (Université de Bourgogne–Franche-Comté, Besançon, France) : L’évolution de l’oppidum de Bibracte à travers le temps : nouvelles approches sur la chronologie du site

14:10-14:35 Jennifer RICKEN (Ruhr-University Bochum, Germany) : The Iron Age settlement structures in the central Hellweg region

14:35-15:00 Boris KRATOFIL (University of Zagreb, Croatia) : Spatial organization of open-type La Tène settlements in the Bosut Valley (Eastern Croatia), based on the Lipovac – Marikovo / Kratine and Vinkovci– Krnjaš sites

15:00–15:25 Patricia ROSELL GARRIDO (University of Alicante, Spain) : Forgotten tasks, forgotten identities: how important is study the maintenance activities in Iberian culture

15:25-15:50 Irene VINADER ANTÒN (University of Alicante, Spain) : Peña Negra (Alicante, Spain) as an example of space occupation during Late Bronze Age in the Iberian Peninsula

16:00-16:20 Pause / Coffee Break

16:20-16:45 Pierre PÉFAU (Université Toulouse Jean Jaurès, France) : Réflexions préliminaires sur l’occupation des agglomérations du Second âge du Fer en Gaule interne : l’apport de l’étude architecturale et spatiale

16:45-17:10 Adrian WRONA (Independent Researcher, Poland) : Iron processing workshops from the Roman period on the Polish lands – characteristics of spatial organization

17:10-17:30 Posters

Jasmin WALLNER (University of Innsbruck, Autria) : Iron Age settlement in the Eastern Alpine region

Paula MARTIN DE LA SIERRA PAREJA (University of Alicante, Spain) : The ceramic repertoire of a Late Bronze site: The House XXXII of Cabezo Redondo (Villena, Alicante)

17:30 Discussion finale et clôture des Rencontres / Final discussion and closing of the Meeting

19:00 Repas / Dinner

 

Mercredi 11 Mars 2020 / Wednesday, March 11th 2020

Visite du musée et du site de Bibracte (en option) / Visit to the Museum and the site of Bibracte (optional)

NB : les participants peuvent être hébergés gracieusement jusqu’au vendredi 13 mars pour profiter de la bibliothèque du Centre archéologique (ouverte 24h/24) à condition de s’être inscrits à l’avance. Les Rencontres sont ouvertes à tout le monde dans les limites des capacités d’accueil du Centre de Recherche.

Participants can stay in Bibracte until Friday, 13th of March, and are welcome to use the library of the Archaeological Centre (open 24 hours a day) provided they have registered in advance. The eeting are open to everyone within the limits of the capacity of the Research Center.

Inscriptions obligatoires :
eepb2020@bibracte.fr

29e Congrès préhistorique de France – Appel à sessions (Toulouse 2021)

Hiatus, lacunes et absences : identifier et interpréter les vides archéologiques
31 mai-4 juin 2021 Toulouse (France)

La discipline archéologique est née des premiers travaux classificatoires de vestiges matériels, lesquels eurent rapidement pour objet de proposer une organisation des découvertes dans le temps et l’espace. Cette perspective, au départ taxinomique et évolutionniste, s’est progressivement enrichie d’une troisième dimension, spatiale, offrant un point de vue diffusionniste et donnant lieu à un renouvellement des méthodes. Les réflexions s’opèrent depuis à un plus haut niveau de résolution par le biais de nouvelles disciplines au service du discours interprétatif (ethnoarchéologie, archéométrie, paléoenvironnement, par exemple).

L’essentiel de notre travail est aujourd’hui encore de formuler des hypothèses ou de répondre à des questions sur des thèmes tels que : configurations spatiales et dynamiques temporelles des productions matérielles, identification et évolution des identités culturelles, des réseaux d’échanges, des structures sociétales, modalités d’acquisition des biens alimentaires et techniques ou impacts des facteurs environnementaux.

Néanmoins, toutes ces approches se heurtent tôt ou tard à des absences d’observations, des lacunes de donnée et des discontinuités spatiales ou temporelles, comme dans le cas des gisements stratifiés où des troncatures sédimentaires et des faciès d’érosion sont parfois mis au jour : quelle était la nature des dépôts aujourd’hui disparus ? La distribution géographique des gisements peut également nous interpeler : les nombreux vides qui parsèment les cartes de répartition traduisent-ils des absences d’occupation, des frontières culturelles ou naturelles, ou bien s’agit-il de biais liés à l’absence de recherches, à des processus taphonomiques singuliers ? La faiblesse quantitative, voire l’absence de données chronométriques pour certaines périodes peut-elle être interprétée comme un défaut de peuplement ? Les césures observées dans l’évolution des cultures matérielles enregistrent-elles une mutation accélérée ou bien un hiatus artificiel dans un continuum ? Les réseaux d’échanges, et notamment ceux à l’œuvre sur de vastes espaces géographiques, sont toujours bornés spatialement et comportent également de nombreux vides en leur sein : comment comprendre, d’un point de vue anthropologique, ces dissymétries ? Ou encore, comment caractériser et interpréter les lacunes observées dans les chaînes opératoires de production et d’exploitation des denrées alimentaires et des biens techniques (production différée dans le temps et dans l’espace, organisation spatio-temporelle des productions, etc.) ? Enfin, plus largement, quels sont les facteurs à l’œuvre dans la mise en place d’une innovation, sa diffusion ou son refus ?

Ces hiatus, lacunes ou encore ces absences sont tout autant informatifs des sociétés préhistoriques et protohistoriques que leurs productions matérielles ou alimentaires conservées, la caractérisation de leurs habitats, etc. Ce sont les questionnements suscités par ces vides archéologiques et leur interprétation qui forment le thème de ce congrès, questions qui devront être abordées dans toute leur diversité, depuis des réflexions épistémologiques et méthodologiques sur la façon de les identifier et de les caractériser jusqu’à leur interprétation anthropologique.

Nous souhaitons que les thèmes abordés le soient de manière transversale, d’un point de vue tant chronologique que géographique, comme :
•    Le manque de temps : hiatus et ruptures dans les constructions chronologiques.
•    Les espaces vides : preuves d’absences ou absences de preuves ?
•    Les couches fantômes : dynamiques sédimentaires, troncatures et érosions.
•    Entre attirances et répulsions : réseaux et frontières.
•    Qui est in, qui est out ? Refus et diffusion des innovations.
•    Les manques dans les productions matérielles, artistiques et les chaînes opératoires alimentaires : quelles inférences ?
•    L’architecture invisible.
•    La mort évanescente : quelles pratiques funéraires pour les aires et périodes pauvres en sépultures ?
•    Les matériaux périssables : nouvelles méthodes, nouveaux enjeux.
•    Les structures sociales et anthropologiques.

Ces thèmes ne constituent que de premières pistes, totalement ouvertes, et nous invitons dès à présent les équipes et collègues intéressés à soumettre des propositions de sessions, sachant que nous privilégierons les plus interdisciplinaires et transchronologiques. Seules 8 à 10 sessions seront retenues. Il pourra être suggéré de regrouper certaines propositions de session trop semblables.

Organisateurs
Laboratoire TRACES – UMR5608

Renseignements, propositions de sessions (et seulement de sessions) :
cpf2021@sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions de sessions : 31 janvier 2020

https://cpf2021.sciencesconf.org/

« Âge du Bronze, Âge de Guerre » Appel à communications

« Âge du Bronze, Âge de Guerre »
Violence organisée et expressions de la force au IIe millénaire avant J.-C.
Ajaccio-Porticcio, 14-17 octobre 2020

https://bronze2020.sciencesconf.org/

Guerre, violence opportuniste ou ritualisée, crispation territoriale, expression de la force et du pouvoir sont des notions fréquemment mises en avant pour caractériser l’Âge du Bronze, époque marquée par une accélération des processus de hiérarchisation des sociétés.

À travers quatre sessions, l’objectif de ce colloque sera de discuter ces considérations à partir de sources relatives à l’organisation, individuelle ou collective, technique ou symbolique, des manifestations de violence et de guerre.

SESSION 1 – L’âge du Bronze en Corse et en Sardaigne, violence et instabilité sociale en question dans les îles

SESSION 2 – Attaquer, parer, riposter : les techniques du guerrier

SESSION 3 – Prendre une place ou la défendre : les stratégies collectives de la poliorcétique et de la bataille

SESSION 4 – Du symbolisme à l’idéologie de la violence individuelle et sociale

► Les propositions de communication ou de poster devront être envoyées, avant le 15 janvier 2020, par mail à l’adresse suivante : baiucheddu[at]gmx.fr

► Le(s) auteurs(s) devront préciser si la proposition concerne une communication normale (20 minutes) ou une communication flash (5 minutes), indiquer leurs coordonnées personnelles, leur rattachement institutionnel, proposer un titre (en français et en anglais) et un résumé (3000 signes maximum, espaces inclus).

Télécharger l’appel à communication

Plus d’informations sur le site web du colloque :
https://bronze2020.sciencesconf.org/

 

« From Bronze Age to War Age »
Organised violence and evidences of strength during the 2nd millennium BC
Ajaccio-Porticcio, 14-17 october 2020

War, opportunistic or ritualized violence, territorial tension, expression of strength and power are notions often put forward to characterize the Bronze Age, phase marked by an acceleration of societies hierarchization processes.

Through four sessions, the purpose of this congress will be to discuss these considerations from sources relating to the organisation, individual or collective, technical or symbolic, of violence and war manifestations.

SESSION 1 – The Bronze Age in Corsica and Sardinia, a question of insular violence and social instability

SESSION 2 – Attack, parry and fight back: warfare technique

SESSION 3 – Attack or defend a stronghold: collective strategies of poliorcetics and battle

SESSION 4 – From symbolism to ideology of individual and social violence

► Proposals must be submitted before jannuary 15th 2020, to this adress:

baiucheddu[at]gmx.fr

► The author(s) must specify if the proposal concerns a classic communication (20 minutes) or flash presentation (5 minutes), indicate their personal details, their institutional affiliation, propose a title (in french and in english) and an abstract (3000 characters maximum, spaces included).

Download the call for paper

More information on the website:
https://bronze2020.sciencesconf.org/

 

Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages.

VIe Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte

Appel à communications

Les sixièmes Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte (EEPB) se tiendront du 9 au 11 mars 2020, au Centre archéologique européen de Bibracte (Bourgogne, France). Depuis 2015, ces rencontres visent à rassembler les doctorants et jeunes docteurs travaillant sur des problématiques communes concernant les âges du Bronze et du Fer à travers l’Europe. Pour les rencontres de cette année, les participants sont invités à présenter leurs recherches sur le thème suivant : Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages

Les contributions peuvent prendre la forme d’une communication orale (20 minutes) ou d’un poster (accompagné d’une communication courte de 5 minutes). Les propositions doivent être soumises avant le 30 novembre 2019 (formulaire d’inscription ci-joint).

L’archéologie et l’espace sont intrinsèquement liés. D’un côté, l’environnement a affecté les êtres humains, les forçant à adapter leurs comportements afin de survivre, tandis que de l’autre, les communautés humaines ont affecté leur espace en le transformant, parfois de manière irréversible. Toutes les actions humaines s’inscrivant par définition dans l’espace, l’édition 2020 des Rencontres doctorales abordera des questions liées à la compréhension et l’interprétation de ces processus sous l’angle des échelles auxquelles ils se sont produits. Ceux-ci prennent en effet place à différent niveaux, du site archéologique aux paysages culturels, modelés par les populations qui y habitent. Les sessions reflèteront les aspects sociaux et spatiaux propres à ces sites et paysages et couvriront des thèmes tels que la subsistance, l’économie, l’organisation sociale et les croyances durant les âges du Bronze et du Fer.

  • Occuper les sites :

 Tous les types de sites archéologiques, habitats, nécropoles, dépôts, lieux de culte ou tout autre endroit portant les traces d’activités humaines pouvant être datées de la Protohistoire, ont leur propre logique de fonctionnement au sein de l’espace qu’ils occupent. Les présentations concernant les différentes manières dont ces espaces et sites étaient organisés, utilisés et sont aujourd’hui interprétés sont les bienvenues. Cela comprend des recherches sur la répartition du mobilier et des structures (identification d’aires dédiées à une activité etc.), le paléo-environnement, les analyses géochimiques ainsi que des recherches diachroniques sur les changements observables au cours du temps sur des sites à travers l’étude des vestiges matériels. Par ailleurs, les études portant sur différents modèles d’acquisition des données spatiales, leur analyse et leur interprétation sont également encouragées.

  • Occuper les paysages :

À une échelle plus large, la répartition des données archéologiques dans l’espace, ainsi que les inévitables interventions de l’humain sur son environnement, ont fortement transformé le paysage naturel, « sauvage », en un paysage aménagé, marqué par les hommes, en d’autres termes un paysage culturel. Dans de nombreux cas, ces changements réalisés durant les âges des Métaux sont toujours visibles aujourd’hui, ce qui nous permet de mieux comprendre les interactions dont ces espaces ont été le théâtre. Toutes les approches transdisciplinaires permettant l’étude de ces relations entre paysages et sociétés sont les bienvenues, tout comme les propositions s’attachant à l’étude de certains types particuliers de paysages, tels que les aménagements funéraires, les formes d’habitat ou encore les espaces intermédiaires souvent identifiés comme vides ainsi que tout autre type de paysage « domestiqué ». Des études se concentrant sur les données paléo-environnementales, aidant à appréhender la complexité des relations entre communautés humaines et paysage à travers le temps, sont aussi souhaitables. C’est également le cas des recherches utilisant les nouvelles technologies de modélisation afin de détecter, étudier les paysages anciens, voire d’en reconstituer l’expérience qu’en ont eu les personnes par le passé.

À travers ces différents aspects, nous souhaitons offrir un cadre de réflexion sur les différentes possibilités offertes aux chercheurs pour identifier divers types d’espaces qui peuvent être rencontrés au sein des données archéologiques. Il s’agit de créer un espace de débat autour de problématiques méthodologiques communes afin d’en faire ressortir de nouvelles idées pour appréhender les sociétés des âges du Bronze et du Fer.

Comité d’organisation :

  • LEONARD DUMONT, Doctorant, Ghent University (Belgium) & Université de Bourgogne– Franche-Comté (France), UMR 6298 ARTEHIS
  • PASCUAL PERDIGUERO, Doctorant, University of Alicante (Spain), Facultad de Filosofía y Letras, Departamento de Prehistoria, Arqueología, Historia Antigua, Fil. Griega y Fil. Latina, Área de Arqueología
  • MARTA RAKVIN, Doctorante, Université de Zagreb (Croatie), Faculté des sciences humaines et sociales, Département d’archéologie, Musée archéologique à Zagreb
  • MARINE RODE, Doctorante, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède

Comité scientifique :

  • ANNE-MARIE ADAM, professeur émérite, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • PHILIPPE BARRAL, professeur, Université de Bourgogne–Franche-Comté (France), UMR 6249 Chrono-Environnement
  • LOUP BERNARD, maître de conférences, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • LAURENT CALLEGARIN, Directeur des Études École Des Hautes à la Casa de Velázquez, Madrid
  • STEPHAN FICHTL, Professor, University of Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • VINCENT GUICHARD, directeur général de Bibracte (France)
  • PIERRE-YVES MILCENT, maître de conférences, Université Toulouse Jean-Jaurès (France), UMR 5608 Traces
  • CLAUDE MORDANT, professeur émérite, Université de Bourgogne (France), UMR 6298 ARTEHIS
  • GUY DE MULDER, professeur, Ghent Universty (Belgium), Department of Archaeology
  • HRVOJE POTREBICA, professeur, Université de Zagreb (Croatie), Faculté des sciences humaines et sociales, Département d’archéologie
  • FELICIANA SALA-SELLES, professeur, University of Alicante (Spain), Research Institute in Archaeology and Historical Heritage (INAPH)

 

6 th Doctoral Meetings of the European School of Protohistory of Bibracte

Call for papers

The sixth Doctoral Meetings of the European School of Protohistory of Bibracte (EEPB) will be held in March, 9 – 11 2020, at the European Archaeological Centre of Bibracte (Burgundy, France). Since 2015, these Meetings aim at bringing together PhD candidates and young doctors working on common issues concerning the Bronze and Iron Ages across Europe. For this year’s meeting, participants are invited to present their research on the following theme: Occupying Space during Bronze and Iron Ages: From Site to Landscape

Contributions can be made in the form of oral presentation (20 minutes) or poster (with a 5- minute oral presentation). Proposals must be submitted by November 30th , 2019 (Registration form).

Archaeology and Space have always been intrinsically connected. On one hand, different attributes of the environment affected human beings forcing them to adapt their behaviour in order to succeed, while on the other, in doing so, communities have influenced their surrounding spaces by transforming them, in some cases irreversibly. As all human actions are by definition immersed in space, for this year’s meeting we have decided to approach the questions of understanding and interpreting these complex processes looking through the prism of scale on which they happen. The extent of these ranges from the processes that occur on the small levels in the spaces of archaeological sites extending to the larger levels when dealing with the narrative of cultural landscapes. Sessions will provide reflection on the social and spatial aspects of archaeological sites and landscapes and will incorporate themes related to subsistence, economy, social behaviour and ideology within the timespan of the European Bronze and Iron Ages.

  • Occupying Sites:

Different types of archaeological sites and features, such as settlements, burial sites, hoards, various cult places, as well as other places baring traces of human activities that can be connected with the Bronze and Iron Ages communities, have their own unique logic of functioning in the limited spaces that they occupy. Papers dealing with the research of various modes in which these spaces (sites) were organized, utilized and subsequently interpreted are welcome. They include research on distribution of finds, remains of different objects and structures (specialized work areas), paleo botanical, isotope and lipid analyses, as well as research on diachronical changes observable on the sites through the research of material remains. In addition, studies dealing with different models of spatial data acquisition, their analysis and interpretation are encouraged.

  • Occupying Landscapes:

On a larger scale, the distribution of these archaeological features in space, as well as the inevitable human interventions in its environment has heavily transformed the natural “wild” landscape turning it into managed cultural landscape. In many cases, the impact of those changes made by Bronze and Iron Age communities are still visible today, allowing a better understanding of the interrelations which have existed among them. We welcome transdisciplinary and participative approaches to the analysis of the interrelations between landscapes and societies, as well as papers researching particular types of landscapes, such as funerary landscapes, settlement patterns and the seemingly empty spaces in between, agricultural landscapes and other kinds of “domesticated” landscapes. Furthermore, studies focused on paleo-environmental and paleoecological data, which address the complexities of diachronic human-landscape relationships are desirable, as well as the studies that use new technologies, tools and modelling techniques in order to detect, study and revive the old landscapes.

Through these different aspects, we want to offer a framework for reflection on the different ways researchers can identify various kinds of spaces that can be found in the archaeological record and create a common ground for debate on methodological perspectives, their limits and bias, in order to bring out new ideas for apprehending Bronze and Iron Ages societies.