Vèmes Rencontres Doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte

Appel à communication (version pdf, français ou anglais)

Les cinquièmes Rencontres Doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte (EEPB) se tiendront du 11 au 13 mars 2019 au Centre archéologique européen de Bibracte (Bourgogne, France). Ces Rencontres ont pour ambition de rassembler doctorants et post-doctorants travaillant sur l’âge du Bronze et l’âge du Fer à travers l’Europe, autour de problématiques communes. Pour cette nouvelle édition, les participants sont invités à venir présenter leurs recherches autour du thème suivant :

Transmission durant la Protohistoire

Les interventions peuvent se faire sous la forme d’exposés oraux (max. 20 minutes) ou de posters. La sélection des interventions retenues sera effectuée par le Comité d’Organisation et le Comité Scientifique de l’EEPB.

Les propositions sont à transmettre avant le 30 octobre 2018.

Les transmissions d’objets, d’informations, d’idées et de gestes sont au cœur même des relations humaines et sociales. Bien que les transmissions d’objets matériels soient les seules perceptibles parmi les vestiges archéologiques, elles sont également les témoins indirects de phénomènes immatériels. Nous proposons d’aborder les différents aspects associés à la transmission au sein des sociétés protohistoriques au travers des trois thématiques principales suivantes :

  • Les transmissions d’objets matériels sont probablement les mieux connues par le registre archéologique. La distinction entre objets de production locale et objets allochtones est au cœur des paradigmes de culture matérielle, de réseaux de communication et de modèles d’échanges. D’un autre côté, lorsqu’ils sont étudiés de façon diachronique, les objets matériels peuvent révéler l’existence de transmissions intergénérationnelles, témoignant de structures et pratiques sociales complexes au sein des communautés.
  • Les transmissions techniques et technologiques ont des conséquences qui peuvent être directement documentées par les vestiges archéologiques. Certaines technologies et techniques de production, de mises en forme ou de décorations des objets, ainsi que leur variabilité typologique sont généralement associées à des groupes humains particuliers. Leurs évolutions et leurs changements tendent alors à révéler l’existence de différents phénomènes de transmissions, à l’intérieur comme à l’extérieur de la communauté. Les contributions traitant de l’analyse technique et technologique des objets, et de leurs différentes étapes de production dans le cadre de la transmission du savoir-faire artisanal à travers l’espace et le temps sont les bienvenues.
  • Les transmissions symboliques sont au cœur de la création des identités et de la mise en place des groupes sociaux. Elles façonnent la manière dont les individus se placent dans les sociétés et représentent une force cohésive entre chacun d’entre eux. Même si ces transmissions relèvent essentiellement du registre de l’immatériel (langue, récits oraux, gestes, sons…), des indices de leur existence peuvent encore être relevés dans le registre matériel. Des pratiques répétées telles que le développement d’habitats aux caractéristiques comparables et de pratiques funéraires homogènes peuvent indiquer l’existence d’une base sociale et spirituelle commune entre les communautés. La persistance, ou au contraire, la discontinuité de telles pratiques à travers le temps peut également contribuer à la compréhension de marqueurs symboliques et de leur transmission de générations en générations et de groupes en groupes.

Par le biais de ces thématiques, nous souhaitons offrir un champ réflexif aux jeunes chercheurs européens sur les différentes façons dont la notion de transmission peut être perçue à travers le registre archéologique, transmission des objets aussi bien que des idées, des savoirs, des gestes ou des pratiques. Les propositions de communication et de posters devront s’inscrire dans au moins l’un de ces axes thématiques.

Le comité d’organisation :

  • Alexandre Bertaud, Docteur, Université Bordeaux Montaigne, Ausonius (UMR 5607) / Université de Bordeaux, PACEA (UMR 5199)
  • Thibaud Poigt, Doctorant, Université Bordeaux Montaigne, Ausonius (UMR 5607) / Université Toulouse Jean Jaurès, Traces (UMR 5608)
  • Marta Rakvin, Doctorante, Université de Zagreb, Faculté d’Humanités et Sciences Sociales, Département d’Archéologie
  • Marine Rodé, Doctorante, Université de Strasbourg, ArcHiMèdE (UMR 7044)

Le comité scientifique :

  • Anne-Marie Adam, Professeure émérite, Université de Strasbourg, ArcHiMèdE (UMR 7044)
  • Philippe Barral, Professeur, Université de Franche-Comté, Chrono-Environnement (UMR 6249)
  • Loup Bernard, Maître de conférences, Université de Strasbourg, ArcHiMèdE (UMR 7044)
  • Stephan Fichtl, Professeur, Université de Strasbourg, ArcHiMèdE (UMR 7044)
  • Alexis Gorgues, Maître de conférences, Université Bordeaux Montaigne, Ausonius (UMR 5607)
  • Vincent Guichard, Directeur général de Bibracte
  • Pierre-Yves Milcent, Maître de conférence, Université Toulouse Jean-Jaurès, Traces (UMR 5608)
  • Claude Mordant, Professeur émérite, Université de Bourgogne, ArTeHiS (UMR 6298)
  • Hrvoje Potrebica, Professeur, Université de Zagreb, Faculté d’Humanités et Sciences Sociales, Département d’Archéologie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.