Appel à communication : Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europe

Journée thématique organisée par l’APRAB

Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europe

Musée d’Archéologie nationale (Saint-Germain-en-Laye)

4 mars 2016

Salle de conférences 9h – 17h 30

friseaprab

L’homme met en image le monde qui l’entoure ou se représente lui-même de manière complexe et arythmique au fil de son histoire. Sa propre image vient tardivement et inégalement. Durant le Paléolithique, les figurations humaines sont peu nombreuses, moins fréquentes semble-t-il que celles du monde animal, mais pas absentes non plus comme en attestent les statuettes féminines du gravettien, réparties dans toute l’Europe ou certains motifs sur les parois de grottes ornées. Les caractéristiques sexuelles sont alors très marquées, au point de constituer parfois le motif lui-même, et l’individu qu’il représente. Au Néolithique, différents supports servent à représenter l’homo sapiens : parois, céramiques. Selon les lieux, les thématiques varient et se jouent des formes du support qui porte la figure : des visages, des scènes de chasse ou de combat, de rares moments de la vie quotidienne. Dans le même temps, des thématiques liées au monde animal, végétal ou à un monde symbolique ne semblent n’avoir de place que dans certains lieux, sans qu’aucune société n’adopte de manière claire et définitive ce mode d’expression.

L’Âge du bronze reste une période inégale sur le plan de l’image avec certaines concentrations de représentations (gravures scandinaves ou alpines), mais aussi des larges secteurs de la production matérielle où la figuration ne semble guère s’imposer. Parallèlement, des motifs récurrents sont visiblement des symboles au sein d’un répertoire complexe. Dans certaines aires culturelles seulement, ils intègrent des éléments de la nature, des individus, des animaux. Ailleurs, l’absence de la figuration est presque totale, comme si un tabou empêchait la production des images.

Aborder la question de la représentation au sein des sociétés orales est délicat en raison de la polysémie structurelle de la mise en image, renforcée par l’absence de toute forme explicative et narrative par l’écrit pour le décrypter. Les productions connues semblent parfois relativement simples à appréhender car le registre iconographique comporte des données qui renvoient à des références d’ordre naturaliste identifiables pour les chercheurs. Lorsque la part du symbolique est plus marquée, l’analyse devient plus complexe, renvoyant à une représentation de soi et du monde dont une large part échappe aux codes actuels. Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, la codification est inhérente à la mise en image elle-même. La valeur iconique est un jeu entre le producteur et le spectateur, dans le cadre de conventions collectivement partagées.

Quelles sont les motivations pour représenter des éléments de la nature, voire sa propre humanité ? Quelles sont les thématiques sélectionnées, dans quels registres, sur quels supports et avec quelles techniques ? Peut-on mesurer quelle est la part entre une forme de réalité sociétale et le choix d’une certaine représentation du monde ? Quels rôles, enfin, ces représentations peuvent-elles jouer ?

Ces interrogations aujourd’hui devenues classiques pour le Paléolithique supérieur ou le second Âge du fer, ne sont que partiellement traitées pour l’Âge du bronze. Cette journée d’étude thématique de l’APRAB a pour objectif d’aborder le sujet à travers différents exemples européens et questionnements, présents y compris dans les débats des philosophes, plasticiens, historiens de l’art ou sociologues/anthropologues tournés vers l’étude de l’image et ses fondements, omniprésente aujourd’hui.

Des communications synthétiques sur ce thème sont attendues d’une durée de 20 mn (avec 5mn de discussion). Possibilité aussi de posters sur des études de cas plus ciblées.

Elles seront publiées dans les suppléments au Bulletin de l’APRAB.

Merci de transmettre vos propositions au plus vite à :

Anne LEHOERFF anne.lehoerff[at]univ-lille3.fr

Stefan WIRTH stefan.wirth[at]u-bourgogne.fr

Télécharger l’appel à communication (français/anglais)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.