Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages.

VIe Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte

Appel à communications

Les sixièmes Rencontres doctorales de l’École Européenne de Protohistoire de Bibracte (EEPB) se tiendront du 9 au 11 mars 2020, au Centre archéologique européen de Bibracte (Bourgogne, France). Depuis 2015, ces rencontres visent à rassembler les doctorants et jeunes docteurs travaillant sur des problématiques communes concernant les âges du Bronze et du Fer à travers l’Europe. Pour les rencontres de cette année, les participants sont invités à présenter leurs recherches sur le thème suivant : Occuper l’espace aux âges du Bronze et du Fer : des sites aux paysages

Les contributions peuvent prendre la forme d’une communication orale (20 minutes) ou d’un poster (accompagné d’une communication courte de 5 minutes). Les propositions doivent être soumises avant le 30 novembre 2019 (formulaire d’inscription ci-joint).

L’archéologie et l’espace sont intrinsèquement liés. D’un côté, l’environnement a affecté les êtres humains, les forçant à adapter leurs comportements afin de survivre, tandis que de l’autre, les communautés humaines ont affecté leur espace en le transformant, parfois de manière irréversible. Toutes les actions humaines s’inscrivant par définition dans l’espace, l’édition 2020 des Rencontres doctorales abordera des questions liées à la compréhension et l’interprétation de ces processus sous l’angle des échelles auxquelles ils se sont produits. Ceux-ci prennent en effet place à différent niveaux, du site archéologique aux paysages culturels, modelés par les populations qui y habitent. Les sessions reflèteront les aspects sociaux et spatiaux propres à ces sites et paysages et couvriront des thèmes tels que la subsistance, l’économie, l’organisation sociale et les croyances durant les âges du Bronze et du Fer.

  • Occuper les sites :

 Tous les types de sites archéologiques, habitats, nécropoles, dépôts, lieux de culte ou tout autre endroit portant les traces d’activités humaines pouvant être datées de la Protohistoire, ont leur propre logique de fonctionnement au sein de l’espace qu’ils occupent. Les présentations concernant les différentes manières dont ces espaces et sites étaient organisés, utilisés et sont aujourd’hui interprétés sont les bienvenues. Cela comprend des recherches sur la répartition du mobilier et des structures (identification d’aires dédiées à une activité etc.), le paléo-environnement, les analyses géochimiques ainsi que des recherches diachroniques sur les changements observables au cours du temps sur des sites à travers l’étude des vestiges matériels. Par ailleurs, les études portant sur différents modèles d’acquisition des données spatiales, leur analyse et leur interprétation sont également encouragées.

  • Occuper les paysages :

À une échelle plus large, la répartition des données archéologiques dans l’espace, ainsi que les inévitables interventions de l’humain sur son environnement, ont fortement transformé le paysage naturel, « sauvage », en un paysage aménagé, marqué par les hommes, en d’autres termes un paysage culturel. Dans de nombreux cas, ces changements réalisés durant les âges des Métaux sont toujours visibles aujourd’hui, ce qui nous permet de mieux comprendre les interactions dont ces espaces ont été le théâtre. Toutes les approches transdisciplinaires permettant l’étude de ces relations entre paysages et sociétés sont les bienvenues, tout comme les propositions s’attachant à l’étude de certains types particuliers de paysages, tels que les aménagements funéraires, les formes d’habitat ou encore les espaces intermédiaires souvent identifiés comme vides ainsi que tout autre type de paysage « domestiqué ». Des études se concentrant sur les données paléo-environnementales, aidant à appréhender la complexité des relations entre communautés humaines et paysage à travers le temps, sont aussi souhaitables. C’est également le cas des recherches utilisant les nouvelles technologies de modélisation afin de détecter, étudier les paysages anciens, voire d’en reconstituer l’expérience qu’en ont eu les personnes par le passé.

À travers ces différents aspects, nous souhaitons offrir un cadre de réflexion sur les différentes possibilités offertes aux chercheurs pour identifier divers types d’espaces qui peuvent être rencontrés au sein des données archéologiques. Il s’agit de créer un espace de débat autour de problématiques méthodologiques communes afin d’en faire ressortir de nouvelles idées pour appréhender les sociétés des âges du Bronze et du Fer.

Comité d’organisation :

  • LEONARD DUMONT, Doctorant, Ghent University (Belgium) & Université de Bourgogne– Franche-Comté (France), UMR 6298 ARTEHIS
  • PASCUAL PERDIGUERO, Doctorant, University of Alicante (Spain), Facultad de Filosofía y Letras, Departamento de Prehistoria, Arqueología, Historia Antigua, Fil. Griega y Fil. Latina, Área de Arqueología
  • MARTA RAKVIN, Doctorante, Université de Zagreb (Croatie), Faculté des sciences humaines et sociales, Département d’archéologie, Musée archéologique à Zagreb
  • MARINE RODE, Doctorante, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède

Comité scientifique :

  • ANNE-MARIE ADAM, professeur émérite, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • PHILIPPE BARRAL, professeur, Université de Bourgogne–Franche-Comté (France), UMR 6249 Chrono-Environnement
  • LOUP BERNARD, maître de conférences, Université de Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • LAURENT CALLEGARIN, Directeur des Études École Des Hautes à la Casa de Velázquez, Madrid
  • STEPHAN FICHTL, Professor, University of Strasbourg (France), UMR 7044 Archimède
  • VINCENT GUICHARD, directeur général de Bibracte (France)
  • PIERRE-YVES MILCENT, maître de conférences, Université Toulouse Jean-Jaurès (France), UMR 5608 Traces
  • CLAUDE MORDANT, professeur émérite, Université de Bourgogne (France), UMR 6298 ARTEHIS
  • GUY DE MULDER, professeur, Ghent Universty (Belgium), Department of Archaeology
  • HRVOJE POTREBICA, professeur, Université de Zagreb (Croatie), Faculté des sciences humaines et sociales, Département d’archéologie
  • FELICIANA SALA-SELLES, professeur, University of Alicante (Spain), Research Institute in Archaeology and Historical Heritage (INAPH)

 

6 th Doctoral Meetings of the European School of Protohistory of Bibracte

Call for papers

The sixth Doctoral Meetings of the European School of Protohistory of Bibracte (EEPB) will be held in March, 9 – 11 2020, at the European Archaeological Centre of Bibracte (Burgundy, France). Since 2015, these Meetings aim at bringing together PhD candidates and young doctors working on common issues concerning the Bronze and Iron Ages across Europe. For this year’s meeting, participants are invited to present their research on the following theme: Occupying Space during Bronze and Iron Ages: From Site to Landscape

Contributions can be made in the form of oral presentation (20 minutes) or poster (with a 5- minute oral presentation). Proposals must be submitted by November 30th , 2019 (Registration form).

Archaeology and Space have always been intrinsically connected. On one hand, different attributes of the environment affected human beings forcing them to adapt their behaviour in order to succeed, while on the other, in doing so, communities have influenced their surrounding spaces by transforming them, in some cases irreversibly. As all human actions are by definition immersed in space, for this year’s meeting we have decided to approach the questions of understanding and interpreting these complex processes looking through the prism of scale on which they happen. The extent of these ranges from the processes that occur on the small levels in the spaces of archaeological sites extending to the larger levels when dealing with the narrative of cultural landscapes. Sessions will provide reflection on the social and spatial aspects of archaeological sites and landscapes and will incorporate themes related to subsistence, economy, social behaviour and ideology within the timespan of the European Bronze and Iron Ages.

  • Occupying Sites:

Different types of archaeological sites and features, such as settlements, burial sites, hoards, various cult places, as well as other places baring traces of human activities that can be connected with the Bronze and Iron Ages communities, have their own unique logic of functioning in the limited spaces that they occupy. Papers dealing with the research of various modes in which these spaces (sites) were organized, utilized and subsequently interpreted are welcome. They include research on distribution of finds, remains of different objects and structures (specialized work areas), paleo botanical, isotope and lipid analyses, as well as research on diachronical changes observable on the sites through the research of material remains. In addition, studies dealing with different models of spatial data acquisition, their analysis and interpretation are encouraged.

  • Occupying Landscapes:

On a larger scale, the distribution of these archaeological features in space, as well as the inevitable human interventions in its environment has heavily transformed the natural “wild” landscape turning it into managed cultural landscape. In many cases, the impact of those changes made by Bronze and Iron Age communities are still visible today, allowing a better understanding of the interrelations which have existed among them. We welcome transdisciplinary and participative approaches to the analysis of the interrelations between landscapes and societies, as well as papers researching particular types of landscapes, such as funerary landscapes, settlement patterns and the seemingly empty spaces in between, agricultural landscapes and other kinds of “domesticated” landscapes. Furthermore, studies focused on paleo-environmental and paleoecological data, which address the complexities of diachronic human-landscape relationships are desirable, as well as the studies that use new technologies, tools and modelling techniques in order to detect, study and revive the old landscapes.

Through these different aspects, we want to offer a framework for reflection on the different ways researchers can identify various kinds of spaces that can be found in the archaeological record and create a common ground for debate on methodological perspectives, their limits and bias, in order to bring out new ideas for apprehending Bronze and Iron Ages societies.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.