Les dépôts métalliques de la Protohistoire : nouvelles approches et perspectives méthodologique

Journée d’étude organisée par l’UMR TRACES (équipe RHAdAMANTE) en partenariat avec l’UMR AUSONIUS de Bordeaux

Mercredi 25 novembre 2015 à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse, salle D30
Responsable : Pierre-Yves MILCENT (U. Toulouse 2 – UMR TRACES)
Les dépôts métalliques non funSemDepotsToulouseéraires, à défaut d’être particuliers à la Protohistoire, figurent parmi les vestiges archéologiques emblématiques de cette période. Ils intriguent depuis 150 ans les archéologues qui s’interrogent sur leurs significations. L’objet de cette journée d’étude est de considérer les façons de renouveler la recherche sur les dépôts métalliques.

 

Programme

9h 00 – Pierre-Yves Milcent : « Introduction de la journée. Les dépôts métalliques de la Protohistoire : historiographie des recherches, enjeux actuels et cas d’étude. »

9h 35 – Emilie Dubreucq : « Quantification du métal : une approche méthodologique pour les dépôts ? Présentation d’un cas d’étude de la fin du premier âge du Fer : le dépôt de la Douix à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or). »

10h 10 – pause.

10h 35 – Francis Bordas : « Culture matérielle et modalités de constitution des dépôts métalliques du Bronze Final atlantique Problématiques – Perspectives – Approche globale. »

11h 10 – Nordez Marilou : « Les trois dépôts de la fin du Bronze moyen de Ribécourt-Dreslincourt (Oise) : analyse typo-technologique, contextuelle et fonctionnelle d’un ensemble complexe. »

Pause de midi

14h 00 – Marie-Pierre Coustures :  « Le dépôt de barres de Montans (Tarn) et le commerce du fer chez les Rutènes. »

14h 35 – Barbara Armbruster : « Méthodes d’études technologiques de dépôts protohistoriques – les dépôts de Tintignac (bronze) et Mathay (or, bronze, verre). »

15h 10 – pause.

15h 35 – Alexis Gorgues : « Monnaie, pré-monnaie, pas monnaie ? Les dépôts d’argent de l’âge du Fer moyen en Espagne centro-méditerranéenne. »

16h 10 – Florian  Couderc : « Les dépôts du Bronze moyen médocain : une pratique uniforme en lien avec le paysage ? »

17h – fin de la journée

Téléchargez le programme

Le dépôt d’Evans (Jura)

86802ac7a7036bce17fb1e4a10416236LE DÉPÔT D’ÉVANS (Jura)
et les dépôt de vaisselles de bronze en France au Bronze final

Jean-François PININGRE, Michel PERNOT et Véronique GANARD

REVUE ARCHÉOLOGIQUE DE L’EST – 37ème supplément

Le dépôt de vaisselles de bronze d’Évans (Jura) a été découvert fortuitement en juin 1998 dans une doline proche de la vallée du Doubs. Ce lot exceptionnel de quarante-neuf récipients au moins représente à l’échelle européenne l’ensemble le plus important de vaisselles métalliques du Bronze final par le nombre et par la variété des récipients qui le composent. À côté de formes classiques comme les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, de Fuchsstadt et le chaudron, cet assortiment comprend en outre des récipients uniques, comme la jarre biconique, ou jusqu’ici connus en quelques unités seulement comme les bouteilles, les passoires et les puisoirs. Il constitue ainsi un référentiel typologique étoffé de cette catégorie de biens de prestige. Sa position géographique dans le contexte de la culture Rhin-Suisse-France orientale, très excentrée vers l’ouest par rapport aux autres grands dépôts européens de vaisselles métalliques, constitue une nouveauté. Un bilan des vaisselles métalliques contemporaines représentées en France et dans le domaine lacustre suisse permet d’évoquer, à l’échelle de l’Europe, la complexité des pratiques de dépôt et de leur dynamique évolutive tant du point de vue de la chronologie que de la géographie. Le dépôt d’Évans offre l’opportunité de revisiter plusieurs questions, souvent débattues, quant à la fabrication, la diffusion et la symbolique de ces ustensiles particuliers dont la maîtrise technologique et les savoir-faire mis en œuvre font ici l’objet d’un développement approfondi. Parmi les questions posées, celle de l’origine des vaisselles est primordiale pour la lecture et la compréhension d’un tel ensemble. Déjà illustrée par le dépôt de Blanot, la distinction entre une production « orientale » et une production « occidentale », ne vient pas ici à l’encontre des hypothèses déjà émises, bien que l’approche du cheminement de ces produits à l’échelle de l’Europe, ainsi que celle des modèles, des copies et des transferts de technologie, restent encore largement ouvertes. À cet égard, les différents modèles de coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, qui représentent ici les deux tiers de l’ensemble, constituent une base d’analyse privilégiée. Le dépôt d’Évans nous invite aussi à nous interroger sur l’aspect social des dépôts de vaisselles de prestige. Offrandes aux divinités, services d’apparat ou liturgiques pour les uns, récipients « désacralisés » incorporés par fragments dans des dépôts de recyclage pour les autres, ces assemblages non aléatoires sont au centre de plusieurs pistes d’interprétations et d’interrogations qui peuvent refléter tout à la fois des aspects fonctionnels et symboliques, et se distinguer par la diversité du choix et de la disposition des objets qui les composent. Dans une logique d’appropriation et de sacralisation des territoires, la position du dépôt d’Évans, sur deux axes majeurs de franchissement du Jura central et de circulation entre Rhône et Danube, nous conduit enfin à replacer cet ensemble hors norme dans son contexte territorial et culturel, au contact des différentes zones d’influence des groupes de la culture Rhin-Suisse-France orientale aux XIIe-Xe siècles avant notre ère.

Sommaire et bon de commande