Appel à communication : Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europe

Journée thématique organisée par l’APRAB

Images et imaginaire à l’Âge du bronze en Europe

Musée d’Archéologie nationale (Saint-Germain-en-Laye)

4 mars 2016

Salle de conférences 9h – 17h 30

friseaprab

L’homme met en image le monde qui l’entoure ou se représente lui-même de manière complexe et arythmique au fil de son histoire. Sa propre image vient tardivement et inégalement. Durant le Paléolithique, les figurations humaines sont peu nombreuses, moins fréquentes semble-t-il que celles du monde animal, mais pas absentes non plus comme en attestent les statuettes féminines du gravettien, réparties dans toute l’Europe ou certains motifs sur les parois de grottes ornées. Les caractéristiques sexuelles sont alors très marquées, au point de constituer parfois le motif lui-même, et l’individu qu’il représente. Au Néolithique, différents supports servent à représenter l’homo sapiens : parois, céramiques. Selon les lieux, les thématiques varient et se jouent des formes du support qui porte la figure : des visages, des scènes de chasse ou de combat, de rares moments de la vie quotidienne. Dans le même temps, des thématiques liées au monde animal, végétal ou à un monde symbolique ne semblent n’avoir de place que dans certains lieux, sans qu’aucune société n’adopte de manière claire et définitive ce mode d’expression.

L’Âge du bronze reste une période inégale sur le plan de l’image avec certaines concentrations de représentations (gravures scandinaves ou alpines), mais aussi des larges secteurs de la production matérielle où la figuration ne semble guère s’imposer. Parallèlement, des motifs récurrents sont visiblement des symboles au sein d’un répertoire complexe. Dans certaines aires culturelles seulement, ils intègrent des éléments de la nature, des individus, des animaux. Ailleurs, l’absence de la figuration est presque totale, comme si un tabou empêchait la production des images.

Aborder la question de la représentation au sein des sociétés orales est délicat en raison de la polysémie structurelle de la mise en image, renforcée par l’absence de toute forme explicative et narrative par l’écrit pour le décrypter. Les productions connues semblent parfois relativement simples à appréhender car le registre iconographique comporte des données qui renvoient à des références d’ordre naturaliste identifiables pour les chercheurs. Lorsque la part du symbolique est plus marquée, l’analyse devient plus complexe, renvoyant à une représentation de soi et du monde dont une large part échappe aux codes actuels. Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, la codification est inhérente à la mise en image elle-même. La valeur iconique est un jeu entre le producteur et le spectateur, dans le cadre de conventions collectivement partagées.

Quelles sont les motivations pour représenter des éléments de la nature, voire sa propre humanité ? Quelles sont les thématiques sélectionnées, dans quels registres, sur quels supports et avec quelles techniques ? Peut-on mesurer quelle est la part entre une forme de réalité sociétale et le choix d’une certaine représentation du monde ? Quels rôles, enfin, ces représentations peuvent-elles jouer ?

Ces interrogations aujourd’hui devenues classiques pour le Paléolithique supérieur ou le second Âge du fer, ne sont que partiellement traitées pour l’Âge du bronze. Cette journée d’étude thématique de l’APRAB a pour objectif d’aborder le sujet à travers différents exemples européens et questionnements, présents y compris dans les débats des philosophes, plasticiens, historiens de l’art ou sociologues/anthropologues tournés vers l’étude de l’image et ses fondements, omniprésente aujourd’hui.

Des communications synthétiques sur ce thème sont attendues d’une durée de 20 mn (avec 5mn de discussion). Possibilité aussi de posters sur des études de cas plus ciblées.

Elles seront publiées dans les suppléments au Bulletin de l’APRAB.

Merci de transmettre vos propositions au plus vite à :

Anne LEHOERFF anne.lehoerff[at]univ-lille3.fr

Stefan WIRTH stefan.wirth[at]u-bourgogne.fr

Télécharger l’appel à communication (français/anglais)

Appel à communication : MeTools 2016

155x_156Le métallurgiste et ses outils : symboliques, fonctions et techniques durant l’âge du Bronze et l’âge du Fer

24-25 juin 2016

Queen’s University Belfast (Royaume-Uni)

Commission scientifique UISPP « Âges des métaux en Europe »

La présence d’outils de métallurgiste dans les sépultures, les dépôts et les sanctuaires depuis le Campaniforme et jusqu’à l’âge du Fer nous invite à nous interroger sur le lien qui unit l’artisan à ses outils mais aussi l’artisan aux sociétés. Dans ces contextes de découverte particuliers, l‘outil n’est pas uniquement le témoin de techniques mais il acquière une valeur symbolique puisqu’il devient l’un des principaux acteurs de certains rituels.

Pour le second âge du Fer par exemple, ces rituels liés à l’artisanat sont à relier à de profonds bouleversements de la société aboutissant à l’émergence des oppida. Mais l’outil est aussi un objet technique répondant à un besoin et de ce fait, il ne doit pas être dissocié de sa fonction et donc des techniques pour lesquelles il est employé.

Le thème retenu a donc pour objectif de mettre à l’honneur l’outillage du métallurgiste qu’il soit en métal, pierre, terre cuite ou matière organique d’en comprendre son évolution depuis l’apparition de la métallurgie jusqu’à l’âge du Fer, ainsi que la place de l’artisan dans la société.

Cette rencontre s’articulera donc en trois thèmes principaux.

  •  Le premier thème intitulé « outils et ateliers » s’intéressera aux outils et aux structures associées à la métallurgie. On s’interrogera ici sur les choix ayant guidé leur réalisation, leur évolution, leur place au sein des ateliers et l’organisation de ces derniers.
  • Le second thème « outils et techniques » s’attachera aux outils et aux différentes techniques qui leur sont associées ainsi qu’à l’évolution de ces techniques. Les communications relatives aux analyses archéométriques ainsi qu’à l’archéologie expérimentale auront pour but de replacer les outils au sein des chaînes opératoires.
  • Enfin le dernier thème « outils, rituels et société » s’intéressera aux contextes de découvertes de ces outils et plus particulièrement au sein des sépultures, des dépôts et des sanctuaires. La présence d’outils liés à la métallurgie dans les dépôts et les sépultures ne semble être l’objet de nombreuses variations, le dernier thème orientera donc la réflexion sur la place des outils dans la sphère rituelle pour en dégager les principales composantes. Le but sera d’essayer d’analyser les raisons qui ont conduit à placer des outils dans ces lieux particuliers. Les problématiques de ce dernier thème pourront s’orienter vers la notion de spécialisation qui est toujours l’objet de débat et donc de ce fait a l’organisation des sociétés.

Par le biais de cette rencontre, nous espérons ainsi approcher au mieux la place des métallurgistes et son évolution au cours de la période que nous appelons l’âge des métaux. Si l’aire géographique retenue est principalement l’Europe occidentale et centrale, les communications synthétiques sur l’outillage, l’organisation des ateliers ainsi que les places des métallurgistes dans les sociétés relatives à d’autres aires géographiques seront très bienvenues.

Organisation :

Ce colloque sera organisé sous la forme de présentation orale de 20 mn et de présentation de poster de 5 mn. Des plages de débat seront également prévues dans le programme.

Contact et renseignements :

Linda Boutoille (metools@sciencesconf.org) ou metools@qub.ac.uk

Site internet :

http://metools2016.sciencesconf.org/

Téléchargement :

Poster (Fr)

Appel à communication (Fr)

Poster (En)

Call for paper (En)

Appel à communication : table ronde sur la terre crue.

Terre crue : constructions en torchis et autres techniques de garnissage et de finition. Approches croisées : archéologie architecture histoire ethnographie.

Echanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue – 4

Table-ronde internationale – Lattes (Hérault) 23-25 novembre 2016

terrecrueLes «échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue» réunissent des chercheurs autour d’un thème en décloisonnant les spécialités : archéologues, architectes, constructeurs, restaurateurs, ethnologues, spécialistes de l’analyse des matériaux, etc.

Les trois premières rencontres (2001, 2005, 2008) ayant été consacrées aux emplois constructifs de la terre crue porteuse, cette nouvelle manifestation s’intéressera aux rôles de la « terre non porteuse », aussi bien dans le second oeuvre de la construction (torchis, murs, cloisons, plafonds, sols, revêtements, ornementation), qu’à travers la fabrication de mobiliers ou d’aménagements dans les domaines domestique, agricole, artisanal et funéraire. Pour l’architecture, l’accent portera donc sur les matériaux à base de « terre » et les systèmes d’armature ou d’accroche, verticaux ou horizontaux.

Les structures porteuses des pans de bois ou les ossatures de poteaux ne seront étudiées que sous leur forme négative révélée par les placages de terre.

Cette table-ronde de niveau européen privilégiera la qualité et la densité des échanges entre chercheurs ayant des compétences et des approches complémentaires. Elle ouvrira le débat à des étudiants en archéologie et en architecture.

Comme les précédents « échanges », ceux-ci s’attacheront – au-delà de la compréhension de faits techniques et de l’interprétation fonctionnelle des constructions et des objets – à mettre en évidence certains caractères universels ou, à l’inverse, les caractères uniques ou originaux de certains usages ; à repérer l’éventuelle transmission non seulement de savoir-faire mais aussi de comportements au cours du temps et de l’espace géographique ; à éclairer une partie des actions humaines aussi bien au quotidien que dans des registres plus abstraits.

Les actes de la 4ème table-ronde seront publiés dans les meilleurs délais.

Thèmes

– Les constructions en bois à hourdis de torchis

  • Les constructions en torchis d’après les études archéologiques
  • Le torchis dans les constructions à pans de bois
  • Planchers-plafonds à charpente et hourdis ; plafonds suspendus

– Le second oeuvre des bâtiments

  • Les revêtements de terre : techniques et décors
  • Les pavements et les chapes en terre

– Mobiliers et aménagements spécifiques

  • Objets mobiliers de la vie domestique
  • Aménagements et structures domestiques, artisanales, agricoles, funéraires

Les sujets seront abordés selon un angle technique, culturel, économique ou sociologique, voire au travers de données textuelles ou de témoignages ethnographiques.

Périodes concernées : toutes depuis la Préhistoire récente.

Aire géographique : pays européens.

Télécharger l’appel à communication.

Les dépôts métalliques de la Protohistoire : nouvelles approches et perspectives méthodologique

Journée d’étude organisée par l’UMR TRACES (équipe RHAdAMANTE) en partenariat avec l’UMR AUSONIUS de Bordeaux

Mercredi 25 novembre 2015 à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse, salle D30
Responsable : Pierre-Yves MILCENT (U. Toulouse 2 – UMR TRACES)
Les dépôts métalliques non funSemDepotsToulouseéraires, à défaut d’être particuliers à la Protohistoire, figurent parmi les vestiges archéologiques emblématiques de cette période. Ils intriguent depuis 150 ans les archéologues qui s’interrogent sur leurs significations. L’objet de cette journée d’étude est de considérer les façons de renouveler la recherche sur les dépôts métalliques.

 

Programme

9h 00 – Pierre-Yves Milcent : « Introduction de la journée. Les dépôts métalliques de la Protohistoire : historiographie des recherches, enjeux actuels et cas d’étude. »

9h 35 – Emilie Dubreucq : « Quantification du métal : une approche méthodologique pour les dépôts ? Présentation d’un cas d’étude de la fin du premier âge du Fer : le dépôt de la Douix à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or). »

10h 10 – pause.

10h 35 – Francis Bordas : « Culture matérielle et modalités de constitution des dépôts métalliques du Bronze Final atlantique Problématiques – Perspectives – Approche globale. »

11h 10 – Nordez Marilou : « Les trois dépôts de la fin du Bronze moyen de Ribécourt-Dreslincourt (Oise) : analyse typo-technologique, contextuelle et fonctionnelle d’un ensemble complexe. »

Pause de midi

14h 00 – Marie-Pierre Coustures :  « Le dépôt de barres de Montans (Tarn) et le commerce du fer chez les Rutènes. »

14h 35 – Barbara Armbruster : « Méthodes d’études technologiques de dépôts protohistoriques – les dépôts de Tintignac (bronze) et Mathay (or, bronze, verre). »

15h 10 – pause.

15h 35 – Alexis Gorgues : « Monnaie, pré-monnaie, pas monnaie ? Les dépôts d’argent de l’âge du Fer moyen en Espagne centro-méditerranéenne. »

16h 10 – Florian  Couderc : « Les dépôts du Bronze moyen médocain : une pratique uniforme en lien avec le paysage ? »

17h – fin de la journée

Téléchargez le programme

Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée. Arles et Fontvieille

par Jean GUILAINE, Gérard SAUZADE, Xavier MARGARIT

Jean Claude GOLVIN – Illustrateur
Claélia PIGEAUD – Photographe

 parution-hypogees-guilaine_1442236107948-jpgPeu connus du public mais évoqués dans toutes les grandes synthèses d’archéologie européenne, les hypogées d’Arles ou de Fontvieille (commune sur le territoire de laquelle ces monuments sont situés) constituent l’un des fleurons mégalithiques de la Préhistoire et de la Protohistoire françaises. Ce sont des cavités artificielles, creusées de main d’homme dans la roche de la montagne des Cordes et du plateau du Castelet pour servir de sépulcre à des populations ayant vécu lors du Néolithique finissant, entre 3 300 et 2 000 avant notre ère. L’une d’elles, la “grotte des Fées”, par ses dimensions exceptionnelles est un monument unique en son genre.
Cet ouvrage réhabilite ces édifices, en dresse un bilan photographique, en présente les vestiges archéologiques, en réécrit l’histoire des recherches. Dans une large fresque, il les insère dans le contexte des sociétés méditerranéennes qui, au IVe et IIIe millénaires avant J.-C., ont également eu recours pour leurs défunts à des tombeaux taillés dans le roc. Il montre toutefois que, par leur conception architecturale, les monuments arlésiens constituent un exemple tout à fait singulier à l’échelle de la Méditerranée. Ce livre est donc aussi une invitation à la mise en valeur et à la restauration d’un patrimoine protohistorique hors du commun.

Errance, Hors collection, Juin 2015.
ISBN 978-2-87772-544-6

http://www.actes-sud.fr/catalogue/archeologie/les-hypogees-protohistoriques-de-la-mediterranee-dvd