La nécropole de « la Croix-Saint-Jacques » à Marolles-sur-Seine » (Seine-et-Marne) et l’étape initiale du Bronze final à l’interfluve Seine-Yonne

515_ckeditor_mailing_010615_162602_1Vient de paraître : « La nécropole de « la Croix-Saint-Jacques » à Marolles-sur-Seine » (Seine-et-Marne) et l’étape initiale du Bronze final à l’interfluve Seine-Yonne«  sous la direction de Valérie Delattre et Rebecca Peake avec la Collaboration de Bénédicte Pradat.

Mémoires de la société préhistorique française, 60

Paris, Société préhistorique française, 2015

ISBN : 2-913745-60-1 – 25 € + 7 € (port)

Commandez en ligne

Résumé : La nécropole de « la Croix-Saint-Jacques » à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), fouillée en 2004 par l’INRAP, compte parmi les espaces funéraires de l’âge du Bronze les mieux conservés de la Bassée, comprenant 7 monuments funéraires pour 61 sépultures (10 inhumations et 51 incinérations). L’occupation, relativement courte, se concentre sur une période d’environ trois siècles (vers 1400 à 1100 av. J.-C.) qui la distingue nettement des nécropoles voisines de Marolles-sur-Seine « la Croix de la Mission » (40 sépultures sur 1 500 ans) et « les Gours aux Lions » (une quarantaine de sépultures datées du Bronze final I au Bronze final IIIb).  La quantité et la qualité des données issues de l’étude pluridisciplinaire de cet espace permettent une observation multiple et complémentaire des comportements humains et des gestuelles funéraires : incinéré ou inhumé, le défunt et son mobilier d’accompagnement (panoplie personnelle, armement, parure, accessoires vestimentaires, offrandes alimentaires) participent de la mise en scène individuelle et collective de la mort, de façon aussi bien souterraine (coffrage imposant, agencement codifié des dépôts) qu’aérienne (érection de monuments tumulaires qui s’inscrivent de façon pérenne dans le paysage). La grille de lecture ainsi définie permet d’appréhender la gestion de la mort et des morts à la fin de l’âge du Bronze dans la vallée de la haute Seine.

Abstract : The ‘La Croix-Saint-Jacques‘ cemetery at Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) is one of the best preserved Bronze Age funerary sites in ‘La Bassée’. Excavations by INRAP in 2004 have revealed 7 monuments and 61 tombs of which 10 are inhumations and 51 cremations. The cemetery was used for only about three centuries (1400-1100 BCE) setting it apart from neighbouring sites in Marolles-sur-Seine. ‘La Croix-de-la-Mission’  contains 40 tombs from a period of over 1500 years while over 40 tombs at ‘Les Gours-aux-Lions’ cover most of the Late Bronze Age.

The quality and quantity of data from this interdisciplinary study has provided evidence of funerary behaviour and tradition. Whether cremated or buried, the dead and the objects which accompany them (personal effects, weapons, adornments, offerings of food) participate in the individual and collective staging of death, from the codified organisation of objects in the tomb and the large funerary chambers to the building of monuments that permanently mark the surrounding countryside. This framework gives an insight into how death was perceived and managed during the Late Bronze Age in the upper Seine Valley.