Habitations et habitat du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges

Deuxièmes rencontres nord-sud de Préhistoire récente

Dijon, 18-21 novembre 2015

Colloque commun APRAB, InterNéo, RMPR

NS2_Affiche_jaune_r4Les secondes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire Récente auront pour thème « Habitations et Habitats du Néolithique à l’âge du Bronze en France et ses marges ». À l’échelle nationale et au-delà, ce thème apparaît fédérateur pour les archéologues intéressés par les questionnements générés par la multiplication des découvertes de plans d’habitations et de structures domestiques connexes, notamment, ces dernières années, à l’occasion d’opérations d’archéologie préventive. Un large renouvellement des connaissances acquises dans ce domaine a ainsi été opéré. Cependant, si plusieurs colloques récents comme celui du CTHS en 2002 sur l’habitat de la fin du Néolithique et de la Protohistoire (Buchsenschutz, Mordant, 2005), celui de Marseille en 2003 sur l’habitat du Sud de la France (Beeching, Sénépart, 2009), des Rencontres autour de la terre crue (de Chazelles et al.) et dernièrement ceux concernant les enceintes (CRABE Néo, 2012, Carcassonne, 2012) ont été conduits, aucune manifestation d’ampleur nationale voire internationale n’a offert l’opportunité, à ce jour, de faire un bilan général trans-culturel sur l’habitat néolithique et de l’âge du Bronze en France dans son contexte européen. Dans le cadre de cette manifestation, ce bilan pourra s’articuler à partir de quatre thèmes :

– Thème 1 : Architectures comparées

– Thème 2 : Habitats fugaces, traces, fréquentations…

– Thème 3 : L’espace habité et ses corolaires

– Thème 4 : Habitat groupé / habitat dispersé / habitat contraint

 

Site internet

Seconde circulaire et programme

Les pratiques funéraires en région Centre durant l’âge du Bronze et le début du premier âge du Fer

Conférence le 24 mars 2015
par Hélène Froquet-Uzel (Inrap), à l’université François Rabelais, à Tours

Université François Rabelais
Site des Tanneurs
Salle 035 (rez -de-chaussée)
3 rue des Tanneurs
37000 Tours.
Mardi 24 mars 2015, à 14 h.
Cette conférence a lieu dans le cadre des Rencontres archéologiques autour du thème Entre Préhistoire et Antiquité. Reflets de l’évolution des sociétés humaines, de la Méditerranée à la mer du Nord, organisées par l’association tourangelle des étudiants en archéologie (Atea).

Le dépôt d’Evans (Jura)

86802ac7a7036bce17fb1e4a10416236LE DÉPÔT D’ÉVANS (Jura)
et les dépôt de vaisselles de bronze en France au Bronze final

Jean-François PININGRE, Michel PERNOT et Véronique GANARD

REVUE ARCHÉOLOGIQUE DE L’EST – 37ème supplément

Le dépôt de vaisselles de bronze d’Évans (Jura) a été découvert fortuitement en juin 1998 dans une doline proche de la vallée du Doubs. Ce lot exceptionnel de quarante-neuf récipients au moins représente à l’échelle européenne l’ensemble le plus important de vaisselles métalliques du Bronze final par le nombre et par la variété des récipients qui le composent. À côté de formes classiques comme les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, de Fuchsstadt et le chaudron, cet assortiment comprend en outre des récipients uniques, comme la jarre biconique, ou jusqu’ici connus en quelques unités seulement comme les bouteilles, les passoires et les puisoirs. Il constitue ainsi un référentiel typologique étoffé de cette catégorie de biens de prestige. Sa position géographique dans le contexte de la culture Rhin-Suisse-France orientale, très excentrée vers l’ouest par rapport aux autres grands dépôts européens de vaisselles métalliques, constitue une nouveauté. Un bilan des vaisselles métalliques contemporaines représentées en France et dans le domaine lacustre suisse permet d’évoquer, à l’échelle de l’Europe, la complexité des pratiques de dépôt et de leur dynamique évolutive tant du point de vue de la chronologie que de la géographie. Le dépôt d’Évans offre l’opportunité de revisiter plusieurs questions, souvent débattues, quant à la fabrication, la diffusion et la symbolique de ces ustensiles particuliers dont la maîtrise technologique et les savoir-faire mis en œuvre font ici l’objet d’un développement approfondi. Parmi les questions posées, celle de l’origine des vaisselles est primordiale pour la lecture et la compréhension d’un tel ensemble. Déjà illustrée par le dépôt de Blanot, la distinction entre une production « orientale » et une production « occidentale », ne vient pas ici à l’encontre des hypothèses déjà émises, bien que l’approche du cheminement de ces produits à l’échelle de l’Europe, ainsi que celle des modèles, des copies et des transferts de technologie, restent encore largement ouvertes. À cet égard, les différents modèles de coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, qui représentent ici les deux tiers de l’ensemble, constituent une base d’analyse privilégiée. Le dépôt d’Évans nous invite aussi à nous interroger sur l’aspect social des dépôts de vaisselles de prestige. Offrandes aux divinités, services d’apparat ou liturgiques pour les uns, récipients « désacralisés » incorporés par fragments dans des dépôts de recyclage pour les autres, ces assemblages non aléatoires sont au centre de plusieurs pistes d’interprétations et d’interrogations qui peuvent refléter tout à la fois des aspects fonctionnels et symboliques, et se distinguer par la diversité du choix et de la disposition des objets qui les composent. Dans une logique d’appropriation et de sacralisation des territoires, la position du dépôt d’Évans, sur deux axes majeurs de franchissement du Jura central et de circulation entre Rhône et Danube, nous conduit enfin à replacer cet ensemble hors norme dans son contexte territorial et culturel, au contact des différentes zones d’influence des groupes de la culture Rhin-Suisse-France orientale aux XIIe-Xe siècles avant notre ère.

Sommaire et bon de commande

Méthodologie des recherches de terrain sur la Préhistoire récente en France. Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012.

aep-colloque-nord-sud-2014_1424098473596-jpgpNouvelle parution des Archives d’écologie préhistorique

Série Monographies, synthèses et colloques

Méthodologie des recherches de terrain sur la Préhistoire récente en France. Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012.
Actes des premières rencontres Nord/sud de Préhistoire récente, Marseille, mai 2012.

 

sous la direction de Ingrid SÉNÉPART, Cyrille BILL ARD, Françoise BOSTYN,
Ivan PRAUD et Éric THIRAULT
Le premier colloque de Préhistoire récente Nord/Sud intitulé Méthodologie des recherches de terrain de la Préhistoire récente en France. Nouveaux acquis, nouveaux outils, 1987-2012  s’est tenu à Marseille en mai 2012 à l’initiative des associations «Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente » et «InterNéo ». Il réunissait pour la première fois une large communauté de néolithiciens du Nord et du Sud venus confronter leurs expériences de terrain et débattre de leurs pratiques.
En effet, en France, les vingt-cinq dernières années constituent, une période de bouleversement considérable pour les méthodes de recherche sur la Préhistoire récente. La mise en place des procédures d’Archéologie préventive permet aujourd’hui d’aborder la fouille des sites avec des moyens inégalés, qui conduisent à poser de nouvelles problématiques, grâce notamment à une exploitation des données sur des surfaces plus importantes et à la mise en oeuvre de nouveaux outils d’analyse.
Cette période a également été celle d’une nécessaire forme de normalisation des méthodes de fouille et surtout des méthodes de détection des sites. Pourtant, les pratiques de prospection, de recherche et d’analyse restent souvent hétérogènes, parfois à juste titre, parfois par simple tradition régionale, parfois par méconnaissance d’expériences s’étant déroulées dans d’autres contextes géographiques. Enfin cette période  est celle de la construction du dispositif complet de l’archéologie préventive, tant sur le plan administratif et juridique que sur le plan des structures opérationnelles.
Il s’agissait donc d’effectuer un « retour sur expérience » sur cette période où les occasions ont manqué de porter un regard critique sur nos pratiques de recherche, autant dans leurs succès que dans leurs échecs.

The first colloquium of Late Prehistory North/South, entitled Field Research Methods applied to Late Prehistory in France. New Knowledge, New tools, 1987-2012 took place in Marseille in May 2012 under the initiative of the associations “Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente” and “InterNéo”. For the first time, it brought together a large community of specialists of the Neolithic in the North and South to compare their experiences and debate their practices.
In France, over the last twenty-five years the field methods used in research on Late Prehistory have indeed undergone significant changes. The development of rescue archaeology procedures now enable site excavations to be carried out with previously unavailable resources, leading to the formulation of new research questions based in large part on the study of data collected over larger surface area, and the development of new analysis tools. During this period, a necessary standardization of excavation methods and, especially, site detection methods also occurred. Nevertheless, survey, research and analysis procedures often remain heterogeneous, sometimes justifiably, sometimes according to regional traditions, and sometimes due poor knowledge of advances made in other geographic contexts. Finally, the foundations of rescue archaeology were completely during this time, both in the domains of administration and jurisdiction, and in the operational structures. The aim of this meeting was thus to “learn from our
experience” during this period when opportunities to critically assess our research practices were lacking, taking into account both their successes and their failures.

Archives d’écologie préhistorique, 2014
ISBN 978-2-35842-014-3

Téléchargez la table des matières

Le site des AEP

40th annual meeting « Bronze Age Studies Group »

Le Bronze Age Studies Group est un réseau international d’archéologues et de spécialistes de l’âge du Bronze. Cette année, le BASG organise sa réunion à Toulouse et sera accueilli par le laboratoire TRACES pour un programme varié de journées d’études, visites de sites et de musées…

programme-bronze-age-studies-group_1422542073605-jpgp

BRONZE AGE STUDIES GROUP
40th annual meeting
« Protohistoric archeology between Pyrénées and Massif Central »

Lundi 8 juin

14h – Accueil et présentation de l’UMR 5608 TRACES

Présentation de l’actualité des recherches sur l’âge du Bronze au travers des programmes de recherches de l’unité et des publications.

Du mardi 9 juin au samedi 13 juin, programme de visites de sites et de musée en région Midi-Pyrénées.

Téléchargez le programme détaillé

Iron Age gold in Celtic Europe – society, technology and archaeometry.

Organisé par Barbara Armbruster, Émilie Dubreucq et Pierre-Yves Milcent, ce colloque sera consacré à ce précieux métal, l’or, matériau d’étude privilégié qui permet d’aborder des questions économiques, sociales, symboliques et technologiques pour la période considérée.


programme-iron-age-gold-mars-2015_1424083148565-jpgpColloque « Iron Age gold in Celtic Europe – society, technology and archaeometry.
L’or de l’âge du Fer en Europe celtique – société, technologie et archéométrie.
« 
L’or de l’âge du Fer présente un potentiel remarquable d’informations, peu exploité jusqu’à présent. Il constitue le métal précieux par excellence, matériau d’étude privilégié, à la fois pour sa très bonne conservation et pour aborder des aspects variés, liés aux questions économiques, sociales, symboliques et technologiques et accroître notre connaissance des grands phénomènes culturels dans lesquels ils s’inscrivent. Ce colloque a d’abord pour ambition de présenter les résultats du projet franco-allemand ANR/DFG « West Hallstatt Gold » codirigé par B. Armbruster (CNRS-TRACES) et E. Pernicka (Université de Heidelberg). L’originalité de ce projet interdisciplinaire est d’aborder, pour la première fois, l’ensemble des objets en or du premier âge du Fer : de leur production à leur utilisation, de leur enfouissement et leur remise au jour. Cette manifestation a aussi pour objectif de confronter ces résultats avec ceux des collègues spécialistes européens pour proposer ainsi un état de la recherche internationale sur l’or à l’âge du Fer en Europe occidentale. Dans cette perspective, nous souhaitons privilégier des communications de synthèse ou reposant sur des approches novatrices, développées par les sciences humaines (archéologie, anthropologie sociale, archéologie expérimentale, ethno-archéologie, histoire des savoirs- technologie, historiographie…) et les sciences des matériaux (archéométrie).