Aménager, organiser et utiliser les espaces domestiques à l’âge du Bronze : approches expérimentales

Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze

Journée thématique annuelle – Vendredi 2 mars 2018

Musée d’Archéologie Nationale, Saint-Germain-en-Laye

Appel à communication

Si les méthodes classiques de l’archéologie sont en constante évolution, elles ne suffisent pas toujours à appréhender les questions de production, de construction et d’utilisation des objets ou des structures. La démarche expérimentale, développée dans les années 1980 et désormais incontournable en archéologie, vise à combler ces lacunes en mettant à l’épreuve des hypothèses et chaînes opératoires théoriques à travers une approche empirique, centrée sur la restitution des gestes, procédés et savoir-faire anciens.

Considérée comme auturgique, elle implique de faire par soi-même, permettant la manipulation et l’analyse de l’élément étudié après l’avoir produit et/ou utilisé à nouveau. Dans cette démarche, l’archéologue apprend en faisant, mais aussi en mettant en perspective le produit de ses expérimentations avec les vestiges archéologiques.

Lorsqu’elle est rigoureusement menée, elle permet d’éclairer des aspects portant aussi bien sur l’outillage, les matériaux mis en œuvre, les gestes réalisés, le temps qu’ils nécessitent, ou encore les processus de consommation et d’utilisation. Alors que l’aspect technique a longtemps constitué la colonne vertébrale de ces approches, cette « discipline indisciplinée » (car non institutionnalisée) tend aujourd’hui à se diversifier dans ses desseins comme dans ses méthodes. En résulte un éventail toujours plus large de champs d’études (artisanats, industries, architectures, modes d’usage et d’entretien, gestions de l’espace, agriculture, etc.) et de solutions, les programmes pluridisciplinaires de ces dernières décennies ayant démontré toute la complémentarité des approches archéologiques, archéométriques et expérimentales, que les nouveaux outils numériques permettent de valoriser.

Cette journée d’étude se concentre sur les approches expérimentales mises en œuvre autour de l’espace domestique au cours de l’âge du Bronze et des périodes limitrophes. L’objectif sera de contribuer à en préciser certains aspects, concernant aussi bien la construction que les activités qui se déroulent au sein et autour de l’habitat, et ainsi établir le lien entre l’espace et sa gestion fonctionnelle.

Il apparaît notamment indispensable de poursuivre les questionnements autour des méthodes de construction protohistoriques et de l’organisation des structures villageoises. Les élévations ne sont que rarement conservées et les plans mis en évidence par les opérations préventives sont de plus en plus nombreux : l’expérimentation constitue un outil de choix pour rétablir le lien entre les données archéologiques disponibles et manquantes. De plus, il est aujourd’hui avéré qu’une partie des activités artisanales se déroulait en lien direct avec l’espace domestique et permettent de mieux cerner le fonctionnement interne des communautés. Enfin, des travaux récents démontrent qu’il est possible de restituer certains aspects de la vie quotidienne : c’est également à ces recherches qui entrent dans l’intimité des habitats que nous souhaitons laisser la parole.

Nous souhaitons articuler cette journée autour de trois axes structurants :

  • L’architecture de l’espace domestique
  • Exploitation du bois et des ressources végétales
  • Alimentation et gestion des produits d’origines animales.

Merci de nous transmettre vos propositions de communication ou de poster avant le 17 novembre 2017 aux adresses indiquées ci-dessous.

Les organisateurs,

Marilou NORDEZ (post-doctorante, laboratoire TRACES, UMR 5608) marilou.nordez[at]gmail.com

Kewin PECHE-QUILICHINI (RO Protohistoire corse, Inrap Méditerranée) baiucheddu[at]gmx.fr

Mafalda ROSCIO (céramologue, Éveha Lyon) mafalda.roscio[at]gmail.com

Territoires et paysages, de l’âge du Bronze à l’Antiquité. Nouvelles approches

Journée d’étude de l’équipe RHAdAMANTE, UMR5608 TRACES/UT2J

Organisation : Florian Couderc (Doctorant), Pierre-Yves Milcent (MCF HDR), Florie-Anne Auxerre-Géron (Doctorante) et Délphine Bousquet (Doctorante)

15 novembre 2017
Maison de la Recherche salle D30 – Université Toulouse 2 Jean Jaurès
5, Allée Antonio Machado 31100 Toulouse

 

Programme

9h15 – Accueil des participants

9h30– Florian Couderc (Doctorant, UT2J, UMR 5608 TRACES) :
« Du site au territoire : réflexion sur les méthodes applicables en archéologie à partir des occupations de l’âge du Bronze et du premier âge du Fer dans le Val d’Allier (Puy-de-Dôme) »

10h00 – André-Marie Dendievel (Docteur, Université de Lyon, UMR 5600 EVS) :
« Impacts néolithiques et protohistoriques en moyenne montagne : analyse des macro-restes issus des tourbières du plateau du Béage (Ardèche, SE Massif Central) »

10h30 – Pause

11h00 – Alfredo Mayoral-Pascual (Doctorant, UMR 6042 GéoLab), Paul M. Ledger (MSH Clermont-Ferrand, UMR 6042 GéoLab, University of Aberdeen) et Yannick Miras (IR CNRS, Museum National d’Histoire Naturelle, UMR 7194 HNHP) :
« Premier bilan des recherches paléoenvironnementales et géoarchéologiques menées autour du site de Corent (Auvergne, France): 5 millénaires d’interactions socio environnementales »

12h – Déjeuner

14h – Jan Vanmoerkerke (IE, DRAC/SRA Champagne-Ardennes) :
« La relation intime, et non-avouée, entre les modèles d’occupation du territoire et les politiques de prescription »

14h30 – Thibault Lachenal (CR 1, CNRS UMR5140 ASM), Jean Gascò (CNRS
UMR5140 ASM), Benoît Devillers (MCF, Université Paul-Valery, UMR5140 ASM) :
« La Motte (Agde, Hérault) : évolution d’un site et de son environnement de l’âge du Bronze à l’âge du Fer »

15h – Pause

15h30 – Florie-Anne Auxerre-Géron (Doctorante, UT2J, UMR 5608 TRACES)
« Territoires et axes d’échanges en moyenne montagne pendant la Protohistoire : études de cas et modélisations en Haute-Auvergne (Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes) »

16h – Delphine Bousquet (Doctorante, UT2J, UMR 5608 TRACES)
« Approche méthodologique de la prospection pédestre sur des terrains de moyenne montagne en milieu non labouré : le cas de la haute Cerdagne (Pyrénées-Orientales) »

16h30 – Discussions et clôture de la journée

Les sociétés du Bronze ancien atlantique du XXIVe au XVIIe s. av. J.-C. : appel à communication

Les sociétés du Bronze ancien atlantique du XXIVe au XVIIe s. av. J.-C.

Rennes, 7-10 novembre 2018

Appel à communication

Plus de 26 ans après la tenue du colloque du CTHS de Clermont-Ferrand sur les Fondements culturels, techniques, économiques et sociaux des débuts de l’âge du Bronze, ce colloque APRAB propose de réexaminer cette période chronologique à la lumière des travaux et des découvertes récentes. Ces dernières années ont vu le déploiement d’une archéologie préventive, de nouvelles approches méthodologiques (ADN et isotopes, modélisation bayésienne, LIDAR…) qui ont permis de renouveler très largement la documentation et les problématiques comme la question des mobilités ou des paysages. Ce colloque vise à présenter ces nouvelles données en privilégiant les communications synthétiques. Il ambitionne de dresser un bilan des connaissances sur le Bronze ancien autour de l’Arc atlantique.

Le champ chronologique retenu couvre la période comprise entre le milieu du IIIe millénaire et le milieu du IIe millénaire. Cette fourchette large offre le double avantage d’aborder la question de la genèse de l’âge du Bronze (place du phénomène campaniforme) et celle du chevauchement des systèmes chronologiques. A la lumière de travaux récents, sera discutée la question des cultures du Wessex, des Tumulus armoricains et de leurs périphéries : comment les définir (champ chronologique, culture matérielle) et les délimiter ? Les notions de sociétés « princières », de l’émergence des élites, des réseaux sont-elles toujours appréhendées de la même façon ?

Une mise en parallèle avec des travaux synthétiques portant sur d’autres grandes cultures européennes pourra par ailleurs être faite (El Argar, la Culture du Rhône, d’Hilversum ou d’Únětice…).

Session 1. Genèse de l’âge du Bronze et questions de chronologie

La période de transition entre le IIIe et le IIe millénaires (notamment au travers du phénomène campaniforme),et le Bronze ancien sont particulièrement révélateurs des problématiques actuellement rencontrées par les protohistoriens quant aux périodisations, aux dynamiques culturelles ou des pratiques sociales. Il conviendra par exemple de s’interroger sur la conformité historique des découpages proposés, et de leur possible application pour l’ensemble de l’Europe occidentale ou de la place du phénomène campaniforme dans la genèse des cultures du Bronze ancien, tout comme celle de la métallurgie des alliages cuivreux. 

Session 2. L’Arc atlantique (Wessex/Tumulus armoricain et périphérie)

Dans la tradition des colloques « Bronze » organisés par l’APRAB, la rencontre de Rennes ambitionne de dresser un bilan des connaissances sur les grandes cultures et les sociétés du Bronze ancien de l’Arc atlantique. Il concernera tout particulièrement la culture des Tumulus armoricains dont les fondements posés par J. Briard demande à être réexaminés et corrélés aux données issues des contextes voisins comme celles de la culture du Wessex qui lui est souvent associée. Les formes de l’habitat, les pratiques funéraires, les modalités et les rythmes de l’occupation du sol ou encore la culture matérielle (chronotypologie, faciès culturels, technologie) seront notamment au centre de ces approches volontairement synthétiques. Une trame commune des aspects à aborder dans les synthèses sera proposée afin de permettre des comparaisons aisées entre chaque territoire.

Session 3. Grandes cultures européennes, élites, réseaux et échanges

Cette période dynamique connaît d’importantes mobilités des produits à l’échelle de l’Europe, mais aussi des échanges d’idées et des techniques, des croyances et des populations, qu’il s’agira d’appréhender. Il est attendu des présentations synthétiques des grandes cultures du paysage européen au Bronze ancien (El Argar, Únětice, …), qu’il faudra mettre en regard avec celles de l’Arc atlantique et qui permettront de discuter des pratiques sociales notamment de la question de l’artisanat spécialisé, de la stratification sociale et des élites.

Conditions de soumissions :

Si vous souhaitez présenter une communication à ce colloque, merci d’envoyer une proposition comprenant un résumé, en français ou en anglais, à bronze2018rennes[at]gmail.com avant le 15 février 2018.

Bois et architecture dans la Protohistoire et l’Antiquité

Bois et architecture dans la Protohistoire et l’Antiquité (XVIe av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.)

Grèce, Italie, Europe occidentale. Approches méthodologiques et techniques

Université Toulouse Jean Jaurès

jeudi 5 et vendredi 6 avril 2018

Co-organisation PLH-CRATA & TRACES-RHAdAMANTE
St. Lamouille, P. Péfau, S. Rougier-Blanc

Appel à communication

Dans l’histoire de l’architecture et des techniques constructives, le bois occupe une place originale. Ce matériau était largement utilisé par les sociétés anciennes et son caractère périssable comme la fugacité des traces qu’il peut laisser (empreintes, restes charbonneux, structures d’ancrage…) obligent à une prise en compte bien spécifique. Le manque de documentation archéologique ne constitue pourtant plus un frein à l’étude du rôle du bois dans les constructions antiques, même si une telle approche est longtemps restée marginale dans les recherches en architecture dite classique. Les progrès continus des méthodes de fouilles, de plus en plus fines, et le recours fréquent aux restitutions 3D ou aux modélisations numériques, depuis maintenant plusieurs décennies, permettent d’envisager l’étude du matériau bois et des techniques associées avec un regard neuf et fécond.
Les mêmes questionnements concernant le rôle du bois dans le bâti reviennent souvent chez les chercheurs confrontés à ce matériau, qu’ils soient historiens ou archéologues, qu’il s’agisse de constructions domestiques modestes ou d’architectures plus monumentales érigées dans des zones géographiques et des ères chronologiques variées. Cette convergence dans les problématiques a poussé des chercheurs des équipes TRACES-RHAdAMANTE et PLH-CRATA à travailler en commun sur les usages du bois en architecture protohistorique et antique. Ces premières journées se proposent de confronter les différentes façons d’appréhender le matériau bois et son rôle structurel dans les constructions en terre et bois ou en pierre, en Grèce, en Italie, ou en Europe occidentale (Gaule, Espagne…) sur une large période (XVIe av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.). La réflexion accordera une place importante aux aspects méthodologiques, tout en s’appuyant sur des études de cas précis. Plus que pour toute
autre architecture, le rôle heuristique de l’archéologie expérimentale doit être interrogé. À ce titre, une visite de L’Archéosite « Le Village gaulois » de Rieux-Volvestre (31) sera organisée afin de revenir sur ce que l’expérimentation peut apporter au chercheur. Ces journées constituent un premier jalon qui ouvrira la réflexion et se prolongera dans l’avenir par d’autres manifestations, d’ores et déjà programmées, certaines consacrées notamment aux sources écrites sur l’architecture de bois (vocabulaire et représentations), d’autres à la place du bois dans les édifices publics et de théâtre.

Si vous êtes intéressés, merci d’envoyer un résumé programmatique d’une page maximum aux adresses suivantes avant le 1er décembre 2017 : srougierblanc[at]gmail.com, pierrepefau[at]gmail.com et lamouillestephane[at]gmail.com

Journée annuelle d’actualités de l’APRAB 2018 : appel à communications

Journée annuelle d’actualités de l’APRAB
samedi 3 mars 2018
Saint-Germain-en-Laye, Musée d’Archéologie Nationale, auditorium

L’APRAB organise en partenariat avec le Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye sa journée annuelle d’actualités et son assemblée générale le samedi 3 mars 2018, à partir de 9h, à l’auditorium du musée (l’entrée du MAN se trouve devant le terminus de la ligne A du RER). L’accès à l’auditorium est libre et gratuit (il faut juste annoncer à l’entrée du musée que l’on vient assister à la journée de l’APRAB). Comme l’année dernière, cette journée sera précédée d’une autre manifestation (vendredi 2 mars, également au MAN) consacrée à l’expérimentation.

La journée annuelle de l’APRAB est destinée à rendre compte de l’actualité de l’archéologie de l’âge du Bronze de l’année écoulée, en France et dans les pays voisins. Les résultats des fouilles préventives et programmées ainsi que les travaux universitaires soutenus sont présentés sous forme de communications courtes (10 minutes), en français ou en anglais, suivies d’un très bref temps de discussion. Les membres de l’association à jour de cotisation peuvent retirer leur bulletin annuel (une centaine de pages) et participer à l’assemblée générale de l’association qui est réunie en fin d’après-midi. Les textes correspondant aux communications seront publiés dans le bulletin 2019 qui sera disponible pour la journée d’actualités suivante (c’est-à-dire le premier samedi du mois de mars). Ce bulletin est ouvert à d’autres informations, notamment à une chronique consacrée à des découvertes ponctuelles et demeurées inconnues : « Glanes de l’âge du Bronze ».

Vous pouvez envoyer vos propositions de communication à Pierre-Yves Milcent organisateur de la journée pour le compte de l’APRAB, à l’adresse suivante :

milcent[at]univ-tlse2.fr

Veuillez stipuler dans votre message le nom des intervenants, le titre de la communication, éventuellement une préférence quant à l’horaire de passage, et quelques lignes de résumé. Le programme sera établi en fonction de l’ordre d’arrivée des propositions et, aussi, de leur intérêt supposé. Les communications sur les régions jusqu’ici peu représentées dans les journées d’actualités précédentes seront aussi favorisées. Les auteurs des communications doivent s’engager à rendre un court article dans les délais les plus brefs après leur intervention afin d’alimenter le bulletin de l’association.

Télécharger l’appel à communications

 

APRAB Annual meeting
Saturday March 3rd 2018
Saint-Germain-en-Laye, Musée d’Archéologie Nationale, auditorium

The APRAB will be holding its annual meeting and general assembly in partnership with the Musée d’Archéologie Nationale in Saint-Germain-en-Laye at the Museum’s auditorium on Saturday March 3rd 2018 from 9am (the museum entrance is next to the RER line A). Access to the meeting is free (by announcing your participation at the APRAB meeting at the museum entrance). The meeting is preceded by a study day on March 2nd; the theme this year being about experimentations.

The aim of the APRAB annual meeting is to communicate recent and important discoveries and research pertaining to the Bronze Age in France and its neighbouring countries. This includes the results of preventive and programmed excavations as well as research carried out at Master or PhD level. Papers are 10 minutes long, in french or english, and are followed by a short time for discussion. The APRAB members up to date with their membership fees will receive the annual bulletin and will be invited to attend the general meeting that is held at the end of the day. The papers presented during the annual meeting are published in the 2019 bulletin which will be available the following meeting (the annual meeting is always held on the first Saturday in March). The bulletin also publishes other information, in particular including a column « Bronze Age gleans » dedicated to one-off or unknown discoveries.

Paper proposals can be sent to Pierre-Yves Milcent, organiser of the APRAB meeting at the following address:

milcent[at]univ-tlse2.fr

Please make sure to include the names of all the co-authors, the title of the paper, a short abstract and eventually a preferred time for you paper. The program will be defined in function of the arrival order of the proposals as well as their importance. Papers relating to geographical areas that are more rarely covered will also be given priority. Authors are asked to commit to writing a short paper after the meeting to be published in the APRAB bulletin of the following year.

Download the call for paper

La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Vient de paraître : 

La nécropole à incinérations du Bronze final de Château-Landon « Le Camp » (Seine-et-Marne)

Sous la direction de Emmanuelle du BOUËTIEZ de KERORGUEN, Sylvie PLUTON KLIESCH et Daniel SIMONIN

Revue archéologique d’Île-de-France (4e suppl.)

285 pages
ISSN : 2101-3608
ISBN : 978-2-9552594-1-2
Prix : 25 €

 

Sommaire

La nécropole de Château-Landon « le Camp » a été découverte en 1996-1997 dans le cadre des fouilles préalables à la construction de l’autoroute A77. Elle est située dans le sud-est du Bassin parisien, sur la bordure orientale du plateau du Gâtinais beauceron, où elle occupe une position topographique remarquable sur un éperon dominant la confluence du Loing et du Fusain. Le mobilier livré par les 53 sépultures à incinérations la place à l’étape moyenne du Bronze final et plus particulièrement dans la première partie de son développement, durant les dernières décennies du XIIe siècle avant notre ère et la première moitié du siècle suivant. La typologie des sépultures laisse entrevoir une hiérarchisation basée conjointement sur le degré d’élaboration et sur la richesse matérielle des sépultures. Une évolution, sur un temps relativement court, du mode d’aménagement des sépultures est également perceptible. Sur de nombreux points, il est possible d’établir un rapprochement entre cette nécropole et d’autres qui lui sont immédiatement antérieures. Les données désormais acquises dans le sud-est du Bassin parisien concernant l’évolution des pratiques funéraires, le renouvellement stylistique de la céramique et les modalités de l’occupation du sol au cours du Bronze final montrent que le passage de l’étape ancienne à l’étape moyenne de cette période s’y est effectué sans rupture. Ce constat ne tend guère à valider l’hypothèse d’une diffusion du style céramique « Rhin-Suisse-France orientale » du nord-est vers le sud-ouest à partir d’un pôle d’innovation centré sur la région du Rhin moyen. Il invite à reconsidérer la question sous un autre angle, en mettant notamment en exergue les dynamiques évolutives locales.

 

L’habitat de l’âge du Bronze à La Tène ancienne dans les Hauts-de-France et ses marges

Journée d’étude organisée dans le cadre du PCR HABATA

 

Mardi 14 novembre 2017 – 9h-17h30

Maison de la Recherche, salle des colloques

Université de Lille – Sciences humaines et Sociales. Domaine Universitaire du Pont-de-Bois. 59653 Villeneuve d’Ascq

 

La géographie culturelle des Hauts-de-France, une réalité changeante entre l’âge du Bronze et La Tène ancienne ?

L’aire géographique des Hauts-de-France est un carrefour d’influences, atlantiques, continentales et septentrionales. Si les traditions culturelles sont identifiables – et essentiellement identifiées – à travers le mobilier céramique, l’étude de l’architec­ture des bâtiments et de l’organisation des sites fournit à cet égard des données qui peuvent entrer en résonnance avec celles proposées par la culture matérielle. De plus, ces observations peuvent docu­menter d’autres composantes et d’autres dynamiques.

Cette journée d’étude est l’occasion de sol­liciter nos collègues frontaliers afin qu’ils nous présentent l’état de leurs recherches concernant l’habitat. Sont concernés les pays voisins dont les liens avec les Hauts-de-France à certaines périodes ont déjà été reconnus : l’Angleterre, essentiellement le sud, et la Belgique ; mais également les Pays-Bas. Ce sera aussi l’occasion pour nos collègues de Normandie, d’Île-de-France et de Champagne de faire le point sur la ques­tion de l’habitat dans ces régions. Ce tour d’horizon périphérique exhaustif a pour objectif de parvenir à mettre en exergue les points communs et les différences entre les habitats des Hauts-de-France et ceux des régions voisines.

Des approches transversales prenant en compte les mobiliers, l’architecture des bâtiments et la typologie des fosses, ainsi que des réflexions plus spécifiques contri­bueront à mieux cerner ce qui définit les espaces culturels. La période induite par le projet permet par ailleurs de percevoir des évolutions, de mieux saisir la réalité changeante de la géographie culturelle des Hauts-de-France.

Organisateurs : Emmanuelle Leroy-Langelin, département du Pas-de-Calais et Yann Lorin, Inrap Hauts-de-France

Infos : halma.recherche.univ-lille3.fr

Contact : habata.pcr[at]gmail.com

Programme

 

(Im)mobiles ? Circulation, échanges des objets et des idées, mobilités, stabilités des personnes et des groupes durant la Pré-et Protohistoire en Europe occidentale

Troisièmes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente

Lyon, 29-30 novembre – 1° décembre 2018

Colloque conjoint des associations RMPR – InterNéo – APPRAB

Appel à communications

La nature des relations entretenues entre les groupes culturels, à faible ou longue distance, la reconnaissance d’influences, de contacts, d’échanges à travers la circulation des objets,  des personnes et des idées sont devenues des thèmes fréquemment développés par les pré- et protohistoriens. Cette approche qui vise à dépasser les limites et les frontières définies pour chaque entité culturelle, constituera l’axe principal de ces troisièmes Rencontres. Les groupes et sous-groupes du Néolithique et de l’âge du Bronze constituent des entités plus ou moins faciles à cerner dans le temps et l’espace. Au contraire, les déplacements de biens, d’idées, les échanges au sens large sont autant de caractéristiques que les recherches ont mis en lumière depuis plusieurs décennies. Ce constat n’exclut pas pour autant la reconnaissance d’éléments de pérennité dans certains comportements, parfois sur le long terme, parfois au-delà des limites chrono-culturelles.

Un des enjeux de la recherche actuelle est donc d’expliciter les liens entre les éléments de stabilité sur le temps long et les changements / mobilités de tous ordres qui sont perceptibles dans l’espace et dans le temps, quelle que soit l’échelle de raisonnement : le village, le finage, les réseaux régionaux et plus loin encore.

Les troisièmes Rencontres Nord-Sud de Préhistoire récente seront l’occasion de faire un point sur ces questions et d’approfondir leur compréhension sur l’ensemble du territoire national mais aussi dans les pays limitrophes ;  et ce depuis les premières manifestations de l’économie néolithique, vers 5800 avant J.-C., jusqu’à la transition vers l’âge du Fer, autour de 800 avant J.-C.

Trois thèmes sont proposés :

1)  Quel fonctionnement pour les réseaux techniques, économiques et symboliques ?

De manière empirique (établissement des faits), théorique (modélisations) et/ou transdisciplinaires (ethnoarchéologie, etc.), il s’agira de rechercher les interactions entre les groupes culturels, les limites, les seuils, à courtes ou longues distances, dans tous les domaines de la vie quotidienne : acquisition de matériaux, production de biens transformés, production vivrière, architecture, modes d’habitat, systèmes symboliques…

Il sera notamment intéressant de mesurer le rythme et la forme que prennent ces contacts : en d’autres termes, quelle est la nature des relations entre les communautés lors des moments de forte intensification et de décroissance dans les échanges tout au long du Néolithique et de l’âge du Bronze.

2) Mobilité et échange entre les communautés.

Les progrès réalisés dans le domaine de la génétique des populations et des dosages isotopiques ouvrent de nouvelles perspectives dans la reconnaissance des mobilités des humains et des animaux. Ils obligent ainsi à reconsidérer les données issues de la culture matérielle sous un angle nouveau. Bien que les analyses soient encore rares, un regard croisé entre ces différentes disciplines permettrait de dépasser les limites atteintes lors des études sur les mobiliers.

3) Les pratiques funéraires sont des éléments clés dans la définition des cultures au même titre que les productions céramiques, lithiques ou architecturales. Mais si le poids des traditions, voire l’inertie, sont souvent mis en avant dans les pratiques funéraires, quelle place peut prendre l’invention locale, l’adoption ou le refus de telle ou telle pratique ?

Deux questions sont actuellement, parmi d’autres, particulièrement d‘actualité : l’architecture mégalithique, dont les évolutions chrono-géographiques à large échelle posent encore de nombreuses questions : adoption ou refus, influences, réinventions locales, traditions ? Et la question des crémations, qui émergent dans la recherche actuelle, en particulier pour le Néolithique moyen et les débuts de l’âge du Bronze.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 décembre 2017 à :

contact[at]rmpr.fr

 

Entre terres et eaux : les sites littoraux de l’âge du Bronze, spécificités et relations avec l’arrière-pays

Colloque international

Séance thématique décentralisée de la Société préhistorique française organisée en partenariat avec l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’Âge du Bronze

Moulin des Evêques, Agde (Hérault) – 20-21 octobre 2017

Organisateurs : Thibault Lachenal (CNRS, UMR 5140 ASM) et Yves Billaud (DRASSM), avec le concours de l’association Ibis (Agde).

Télécharger le programme prévisionnel

 

Jeudi 19 octobre

17h00-18h00 : Accueil des participants au Moulin des Evêques

 

Vendredi 20 octobre

8h30 : Accueil.

09h00 : Thibault Lachenal, Yves Billaud – Introduction

09h15 : Thibault Lachenal, Jean Gascó, Benoît Devillers, Christian Tourette, Vladimir Baudot, Laurent Bouby, Lucie Chabal, Fabrice Laurent, Léonor Liottier, Vincent Girard, Sandra Greck, Frédéric Guibal, Florian Yung – Un habitat de la fin de l’âge du Bronze entre lagune et fleuve : le site immergé de la Motte (Agde, Hérault).

09h45 : Frédéric Leroy – Des occupations côtières de la fin de l’âge du Bronze sur le littoral languedocien.

10h15 : Pause

10h30 : Jean Chausserie-Laprée, Hélène Barge, Victor Canut, Bernard Dedet, Thibault Lachenal, Frédéric Leroy, Hélène Marino, Noelle Provenzano, Myriam Sternerberg, Claude Vella, Joël Vital – Les sites « lagunaires » de L’Abion et des Salins de Ferrières à Martigues. Bilan de quarante années de recherches

11h00 :Patrizia Petitti, Antonia Sciancalepore, Egidio Severi – Gran Carro underwater settlement (Lake Bolsena, Italy).

11h30 : Solène Chevalier – Occupation de la façade littorale tyrrhénienne de la péninsule italienne de l’âge du Bronze moyen au début du premier âge du Fer. Étude diachronique.

12h : Déjeuner

13h30 : Federica Gonzato, Claudia Mangani, Luciano Salzani – Plain, mountain and lake. The Frassino pile-dwelling site in the middle of a network.

14h00 : Mauro Cremaschi – Along the bank of the Po river: riverbed, canal and ditches in the Terramara Santa Rosa di Poviglio (northern Italy): climatic change and water management during the Terramare civilization.

14h30 : Enriqueta Pons – A propos des sites de la plaine côtière de l’Empordà (NE de la Catalogne) au cours de la fin de l’âge du bronze.

15h00 : Yves Billaud – Les palafittes de l’âge du Bronze des lacs savoyards : du bâtiment au territoire, quels éléments d’interprétation ?

15h30 : Pause

16h00 : Christophe Landry, André Marguet – Le village lacustre de Rives 2 et l’occupation des terrasses de Thonon a l’âge du Bronze.

16h30 : Pierre Broutin, Sylvie Cousseran-Nere, Eric Nere – Le Léman à l’âge du Bronze. L’exemple du secteur du petit lac : les enjeux d’une dynamique de territoire à l’âge du Bronze ?

17h00 : Pierre Corboud – Le peuplement du bassin lémanique au Bronze final : la contribution des sites littoraux.

17h30 : Fabien Langenegger, Sonia Wütrich, Judit Becze-Deak – Les baies lacustres de Bevaix et de Cortaillod, organisation de l’habitat et occupation de l’arrière-pays (Plateau de Bevaix, Neuchâtel, Suisse).

18h30 : Buffet offert au Musée de l’Ephèbe (Cap d’Agde), visite des collections et de l’exposition temporaire sur le site de La Motte.

 

Samedi 21 octobre

09h00 : Florence Verdin, Guillaume Saint-Sever, Christelle Belingard, Laurent Bouby, Isabelle Carrère, Frédérique Eynaud – La Lède du Gurp ou l’attrait des marais littoraux aquitains.

09h30 : Caroline Mougne – Des îles au continent : la place des invertébrés marins à l’âge du Bronze sur la façade atlantique française.

10h00 : Pause

10h30 : Yvan Pailler, Clément Nicolas – Beg ar Loued (île Molène, Finistère), un habitat insulaire de l’âge du Bronze ancien. Entre autarcie et ouverture sur le monde.

11h00 : Franck Ducreux, Jean Michel Treffort – Sites de gué et de rive de la vallée de la Saône dans la région de Chalon-sur-Saône (Saône-et Loire).

11h30 : Anne Lehoërff, Claude Mordant – Conclusions et discussions finales

13h00 : Excursion dans la réserve Naturelle du Bagnas (sur inscription).

 

Posters

Assumpcio Toledo I Mur – L’occupation de la plaine roussillonnaise au Bronze ancien.

Amparo Barrachina – Considérations sur un territoire entre un marais au bord de la mer et des montagnes : le Pic dels Corbs de Sagunt.

Kewin Peche-Quilichini, Aurélien Tafani – Un réseau de fortifications du Bronze moyen autour du golfe de Lava (Corse occidentale).

Ghislain Bagan – Variabilité des configurations territoriales à la fin de l’âge du Bronze dans la vallée de l’Hérault.

Carole Lespes – L’assemblage faunique du site de La Motte (Agde, Hérault) : pratiques alimentaires d’une occupation fluvio-lagunaire.

Vincent Georges – Mélanges et unités graphiques sur les rives des lacs alpins occidentaux à l’âge du Bronze final.

Benoît Devillers, Thibault Lachenal, Jean Gascó, Jean-Philippe Degeai, Constantin Lecerf, Aurelle Thierry Guénaëlle Bony – Evolution des littoraux de l’Hérault et de Thau depuis le Néolithique. 

 

Inscription obligatoire avant le 15 septembre :
http://etee2017.sciencesconf.org

Bric-à-brac pour les dieux ? Les dépôts d’objets métalliques à l’âge du Bronze

Exposition d’archéologie du 20 mai 2017 au 22 octobre 2017
Musée des beaux arts de Lons-le-Saunier

L’âge du Bronze (2 300 – 800 av. J.-C.) correspond au développement de la métallurgie de l’alliage cuivre–étain, qui va modifier totalement les possibilités de fabrication d’outils, de parures et d’autres catégories d’objets. Elle nécessite des échanges à longues distances pour permettre l’accès aux deux minerais. Dès lors, cette production métallique va prendre une importance considérable dans le quotidien, perceptible jusque dans l’organisation de la société.

En dépit de la valeur de ces nouveaux objets, on constate un phénomène de retrait de productions en bronze du circuit pour être déposées en terre, sous forme d’amas d’objets plus ou moins nombreux, cassés et d’apparence inorganisés. Longtemps, ces « dépôts » ont été interprétés comme de simples stocks de métal mis à l’abri par quelque bronzier en attendant la refonte.

L’étude précise de composition de ces ensembles permet aujourd’hui de distinguer des dépôts différents. Certaines découvertes recèlent les éléments de la panoplie d’un personnage masculin ou féminin, associés à une série d’objets identiques. D’autres ne contiennent que des objets de prestige, de provenance parfois très lointaine, tel le dépôt de vaisselle de tôle de bronze d’Evans, mis au jour en 1998. L’observation des objets cassés montre qu’ils ont été volontairement sacrifiés.

Les lieux de déposition sont également choisis avec soin : points marquants du paysage, marais ou gué sur des axes fluviaux importants, etc.

L’exposition se propose d’explorer toutes ces pistes et de tenter de comprendre les gestes qui ont régi ces pratiques de sacrifice d’objets et leur mise à l’écart du circuit. Elle sera illustrée par de nombreux dépôts provenant principalement de Bourgogne, Franche-Comté et Alsace.

L’exposition est une co-production du Musée d’Archéologie de Lons-le-Saunier, du Musée Denon de Chalon-sur-Saône, du Musée Unterlinden de Colmar et du Musée d’Archéologie Nationale.

Plus d’infos

Musée des Beaux-Arts
Place Philibert de Chalon
39000 Lons-le-Saunier
03 84 47 64 30
musees@lons-le-saunier.fr
www.ville-lons-le-saunier.fr