Bois et architecture dans la Protohistoire et l’Antiquité

Bois et architecture dans la Protohistoire et l’Antiquité (XVIe av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.)

Grèce, Italie, Europe occidentale. Approches méthodologiques et techniques

Université Toulouse Jean Jaurès

jeudi 5 et vendredi 6 avril 2018

Co-organisation PLH-CRATA & TRACES-RHAdAMANTE
St. Lamouille, P. Péfau, S. Rougier-Blanc

Appel à communication

Dans l’histoire de l’architecture et des techniques constructives, le bois occupe une place originale. Ce matériau était largement utilisé par les sociétés anciennes et son caractère périssable comme la fugacité des traces qu’il peut laisser (empreintes, restes charbonneux, structures d’ancrage…) obligent à une prise en compte bien spécifique. Le manque de documentation archéologique ne constitue pourtant plus un frein à l’étude du rôle du bois dans les constructions antiques, même si une telle approche est longtemps restée marginale dans les recherches en architecture dite classique. Les progrès continus des méthodes de fouilles, de plus en plus fines, et le recours fréquent aux restitutions 3D ou aux modélisations numériques, depuis maintenant plusieurs décennies, permettent d’envisager l’étude du matériau bois et des techniques associées avec un regard neuf et fécond.
Les mêmes questionnements concernant le rôle du bois dans le bâti reviennent souvent chez les chercheurs confrontés à ce matériau, qu’ils soient historiens ou archéologues, qu’il s’agisse de constructions domestiques modestes ou d’architectures plus monumentales érigées dans des zones géographiques et des ères chronologiques variées. Cette convergence dans les problématiques a poussé des chercheurs des équipes TRACES-RHAdAMANTE et PLH-CRATA à travailler en commun sur les usages du bois en architecture protohistorique et antique. Ces premières journées se proposent de confronter les différentes façons d’appréhender le matériau bois et son rôle structurel dans les constructions en terre et bois ou en pierre, en Grèce, en Italie, ou en Europe occidentale (Gaule, Espagne…) sur une large période (XVIe av. J.-C. – IIe s. ap. J.-C.). La réflexion accordera une place importante aux aspects méthodologiques, tout en s’appuyant sur des études de cas précis. Plus que pour toute
autre architecture, le rôle heuristique de l’archéologie expérimentale doit être interrogé. À ce titre, une visite de L’Archéosite « Le Village gaulois » de Rieux-Volvestre (31) sera organisée afin de revenir sur ce que l’expérimentation peut apporter au chercheur. Ces journées constituent un premier jalon qui ouvrira la réflexion et se prolongera dans l’avenir par d’autres manifestations, d’ores et déjà programmées, certaines consacrées notamment aux sources écrites sur l’architecture de bois (vocabulaire et représentations), d’autres à la place du bois dans les édifices publics et de théâtre.

Si vous êtes intéressés, merci d’envoyer un résumé programmatique d’une page maximum aux adresses suivantes avant le 1er décembre 2017 : srougierblanc[at]gmail.com, pierrepefau[at]gmail.com et lamouillestephane[at]gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *